livre 22
EDITEUR : ECOLE DES LOISIRS
DATE DE PARUTION : 06/03/08
LES NOTES :

à partir de
6,60 €

SYNOPSIS :

Le jeune Vladimir voulait juste faire rire. À l'occasion de la naissance du tout-petit-riquiqui duc Ivan, en l'an de grâce 1720, il avait composé un innocent poème plein de mots en v et de rimes en vlan ! Mais le grand-duc prit la mouche. Pour que plus personne ne reprenne en choeur le poème devenu chanson à succès,
le grand-duc eut une idée formidable : interdire tous les mots contenant la lettre v. D'abord sous peine d'amende. Puis d'avoir la langue coupée. Une police spéciale de Répression du v fut créée pour surveil..., non, pour écouter les conversa... heu, les bavarda... oh, zut ! Est-ce encore possible de parler ?
3 personnes en parlent

VVvvvvvv ! A la naissance du duc Yvan en l’an 1720, Vladimir compose une chanson le célébrant, mais celle-ci déclenche les foudres du grand-duc qui, plutôt que de faire couper la tête de ses sujets, décide d’interdire la lettre V. Il instaure une police de répression du V qui traque le moindre écart ! Quelle trouvaille de Marie-Aude Murail, qui fait de ce roman un vrai régal de Littérature et pas seulement jeunesse, on jubile, on se torture l’esprit pour remplacer tous les mots comportant un V, et dieu sait que c’est dur ! L’auteur s’amuse et nous amuse par la même occasion en usant de jeux linguistiques qui ne sont pas sans rappeler ceux de George Perec ou encore de Raymond Queneau. Un bonheur de lecture à transmettre absolument aux enfants pour leur procurer ce plaisir des mots et des trouvailles littéraires.

beraud@archimed.fr
29/11/15
 

Dictature linguistique!Connaissez-vous le Ministère de la Répression du V? Non, non, ne riez pas, c'est très sérieux! Prononcez la lettre honnie, et vous aurez une amende, tout cela à cause d'un chansonnier du dimanche qui a écrit un petit texte sur le descendant du Grand Duc. Depuis, cahin-caha, tout le peuple s'y est mis, mais parfois c'est difficile de trouver des expressions synonymes pour remplacer un malheureux mot contenant un V. Ce fameux Ministère pousse même le vice à chercher "des correcteurs de la chose écrite" dont le travail consiste à réécrire les livres sans la lettre interdite.Les années passent et Petit Duc décident de se mettre au vert. Il y rencontrent la fille du chansonnier détesté, et là c'est la révélation! Court mais très bien écrit, cette histoire joue allégrement avec les mots et les expressions de notre chère langue, le tout sur un ton décalé et joyeux. Le second degré est toujours de mise, si bien que le lecteur adopte le récit sans rechigner. Toutefois, pour apprécier toutes les nuances et les subtilités, ce roman conviendra mieux à un jeune lecteur chevronné. En fait, pour les puristes, ce livre est la "version jeune" de "la disparition" de Georges Pérec, en plus abordable, mais aussi un bel hommage à notre langue comme l'a fait aussi Erik Orsenna dans "la grammaire est une chanson douce". vivi

vivicroqueusedelivres
20/02/12
 

VVvvvvvv ! A la naissance du duc Yvan en l’an 1720, Vladimir compose une chanson le célébrant, mais celle-ci déclenche les foudres du grand-duc qui, plutôt que de faire couper la tête de ses sujets, décide d’interdire la lettre V. Il instaure une police de répression du V qui traque le moindre écart ! Quelle trouvaille de Marie-Aude Murail, qui fait de ce roman un vrai régal de Littérature et pas seulement jeunesse, on jubile, on se torture l’esprit pour remplacer tous les mots comportant un V, et dieu sait que c’est dur ! L’auteur s’amuse et nous amuse par la même occasion en usant de jeux linguistiques qui ne sont pas sans rappeler ceux de George Perec ou encore de Raymond Queneau. Un bonheur de lecture à transmettre absolument aux enfants pour leur procurer ce plaisir des mots et des trouvailles littéraires.

Format

  • Hauteur : 19.00 cm
  • Largeur : 12.50 cm
  • Poids : 0.10 kg

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition

Dans la même catégorie