92 jours

BROWN, LARRY

livre 92 jours
EDITEUR : GALLIMARD
DATE DE PARUTION : 15/05/03
LES NOTES :

à partir de
2,00 €
2 personnes en parlent

2 euros pour une belle claque Cette longue nouvelle est extraite du recueil Dur comme l'amour, paru en 1990 et 2001 pour la traduction française.Leon Barlow écrit, envoie son roman et ses nouvelles partout, essuie refus sur refus des éditeurs. Il vient de divorcer, n'a pas de boulot, ça se passe très mal avec son ex-femme. Alors il peint des maisons, pour obtenir quelques dollars qui lui permettront de se consacrer à l'écriture quelques temps, et quand il n'y en a plus, il recommence. Il se biture consciencieusement à la bière glacée, poétise sur la beauté du crépuscule, et se réveille le matin dans des endroits inconnus, ahuri de constater que sa mémoire est vide... Il est sur la pente de la vraie déchéance, le constate, n'en fait rien...Ca vous rappelle quelqu'un, ou c'est moi qui suis obsédée par Philippe Djian au point de retrouver une partie de son univers partout ?....Mais avec Larry Brown c'est le cran au-dessus. Djian laisse toujours un peu d'espoir filtrer, ses personnages sont barrés mais attachants. Leon Barlow, non. Il pue le désespoir, le bout du tunnel invisible, les bras baissés et le malheur. Pourtant il ne quittera pas vos pensées bien après que vous aurez terminé la lecture de cette nouvelle. Son monde, ses mots, vous collent à la peau.Moi j'appelle ça du talent, du grand. Sylvie Sagnes

SagnesSy
23/07/12
 

Leon Barlow a des fins de mois difficiles. Sa femme l'a quitté, lui réclame une pension alimentaire qu'il n'arrive pas à payer et l'empêche de voir ses enfants. Ses manuscrits lui reviennent tous, refusés par les éditeurs new-yorkais, et accompagnés de lettres stupides ou décourageantes. Il n'a pas de vrai emploi, mais travaille sporadiquement comme peintre en bâtiment, puis stoppe ses missions dès qu'il a mis un peut d'argent d'avance et peut remplir son frigo et tenir quelques temps sans sortir de chez lui. Il a quelques amis, mais qui sont aussi paumés que lui...Et malgré tout cela, et à cause de tout cela, Leon Barlow occille entre confiance, plénitude ou désespoir. Il y a la bière glacée, bue en abondance, souvent jusqu'à épuisement et engourdissement, seul ou en compagnie des copains. Il y a la solitude, cette claustration volontaire. Il y a la nature et les couchers de soleil qui lui redonnent de l'énergie. Et surtout sa certitude malgré tout qu'il a du talent et que son rôle, sa mission, sa vie est de continuer, envers tout et tous, à faire ce qu'il aime plus que tout au monde, ce qui lui est aussi vital que de respirer : écrire.Suite sur Les lectures de Lili Liliba

liliba
22/12/09
 

Format

  • Hauteur : 17.80 cm
  • Largeur : 10.80 cm
  • Poids : 0.10 kg
  • Langage original : ANGLAIS (ETATS-UNIS)
  • Traducteur : PIERRE FURLAN

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition

Dans la même catégorie