A la recherche du temps perdu

PROUST, MARCEL

livre a la recherche du temps perdu
EDITEUR : GALLIMARD
DATE DE PARUTION : 23/02/99
LES NOTES :

à partir de
35,00 €

SYNOPSIS :

« Que celui qui pourrait écrire un tel livre serait heureux, pensais-je, quel labeur devant lui ! Pour en donner une idée, c'est aux arts les plus élevés et les plus différents qu'il faudrait emprunter des comparaisons ; car cet écrivain, qui d'ailleurs pour chaque caractère en ferait apparaître les faces opposées, pour montrer son volume, devrait préparer son livre minutieusement, avec de perpétuels regroupements de forces, comme une offensive, le supporter comme une fatigue, l'accepter comme une règle, le construire comme une église, le suivre comme un régime, le
vaincre comme un obstacle, le conquérir comme une amitié, le suralimenter comme un enfant, le créer comme un monde sans laisser de côté ces mystères qui n'ont probablement leur explication que dans d'autres mondes et dont le pressentiment est ce qui nous émeut le plus dans la vie et dans l'art. Et dans ces grands livres-lâ, il y a des parties qui n'ont eu le temps que d'être esquissées et qui ne seront sans doute jamais finies, à cause de l'ampleur même du plan de l'architecte. Combien de grandes cathédrales restent inachevées ! » Marcel Proust, Le Temps retrouvé.
5 personnes en parlent

Reconnaissons une chose : le récit de Proust n'est guère palpitant et la fascination qu'on en a tient à la langue, à l'écriture, aux phrases longues et descriptives, si fines dans leur observation du monde. Transcrire tout cela en manga, à raison d'un tome par chapitre, j'étais curieuse, et je trouve que c'est un échec complet. Pas un moment où le personnage n'est attachant, il parait niais comme ses motivations. Tout va trop vite et le récit s'en trouve dévêtu, sec, sans aucun intérêt. L’adaptation graphique est quant à elle assez maîtrisée : l’époque est bien retranscrite dans les décors et les personnages, tous les protagonistes sont expressifs... mais cela ne suffit pas à donner envie de (re)lire Proust. Et c'est vraiment dommage. laurence

laurence
26/04/15
 

Qu'est-ce qui prend à un type de 66 ans de se mettre à lire en 2014 " A la recherche du temps perdu " de Monsieur Marcel Proust? Je le dois à plusieurs personnes : Philippe Besson, qui en parle souvent avec des mots d'admiration, qui m'a conseillé de me lancer lors d'une dédicace, et surtout à la lecture de Confitéor de Jaume Cabré, qui écrit : "lorsque qu'on a lu Proust, on est plus le même " . Donc c'est parti, avant de commencer cette chronique j'ai attendu d'avoir dégusté " Du côté de chez Swann " et " A l'ombre des jeunes filles en fleurs ". Il faut dire que je le lis par intermittence pour ne pas être déconnecté de l'actualité littéraire, mais peu importe, comme le prochain Proust n'est pas prés de sortir j'ai tout mon temps. Rapidement on est subjugué par la beauté de l'écriture, par la finesse d'analyse des sentiments, et des relations entre les personnages. D'entrée, les pages sur l'amour pour sa mère et pour le baiser qu'elle venait lui faire, ou qu'il attendait sont magnifiques, Puis arrivent celle sur les madeleines, (on les attend, rapidement elles arrivent) et l'on comprend pourquoi elles sont restées dans le souvenir de Proust, mais également dans celui des lecteurs. Est-ce qu'il existe, amour du clocher mieux décrit que celui qu'il éprouve pour Combray et son église? Sa passion pour la lecture, et pour les livres de Bergotte, notamment cette sensation d'être capable de montrer les choses que lui-même ne voit pas, alors que nous lecteur, savons qu'il fera bien mieux encore. Les soirées chez les Verdurin, avec Swann, la coqueluche de ce petit monde aristocratique, dans lequel règne les rivalités du paraître sont passionnantes. Même lorsqu'il décrit l'insignifiance des conversations de salon, il réussit à nous intéresser, car il nous montre la méchanceté et le ridicule des individus. L'évolution de l'amour est également subtilement montré avec un Swann, un peu goujat qui trouve Odette désirable, parce qu'elle ressemble à un tableau, puis en devient fou amoureux, au point de devenir un jaloux maladif . Les propos sur les juifs interpellent, mais je crois qu'il faut les replacer dans l'époque. Les réflexions sur la postérité, et sur la peinture, sur les échanges d'idées, sur l'intelligence, sur la peur de l'Habitude, sont révélatrices des interrogations permanentes de l'auteur. L'installation au grand Hôtel de " Balbec " avec la défiance des notables vis à vis des nouveaux arrivants, avec les différences de classes sociales, avec ceux du dehors qui regardent les gens aisés, les rencontres, l'hypocrisie, la jalousie, le mépris, l'orgueil, la méchanceté entre les individus, voire l'avarice est une terrible description de la société. Puis il y a les jeunes filles, décrites belles mais pas attirées par la chose intellectuelle... On ne peut pas tout dire d'un tel monument, on ne peut pas parler de toutes les descriptions d'une grande beauté, j'en retiens une, l'évolution du crépuscule en fonction des saisons est magnifique. A suivre...

JoelC17
09/09/14
 

Très gros livre, mais plein de tellement de choses! à lire autant qu'on peut: on trouvera toujours des idées nouvelles, et cela à tout âge! Tous les thèmes des hommes sont abordés: solitude, désir, mémoire, angoisse, temporalité.... michèle53

michele13
03/07/14
 

C'est incontournable! Un style hors du commun; un mythe mais je l'ai lu entièrement , il y a 40 ans!!et depuis j'en lis des petits morceaux et suis très impressionnée par les gens qui prétendent le lire chaque année...j'ai été surprise de voir que la petite madeleine arrivait si vite dans l'histoire. Marcel était un enfant hypersensible et sa relation à sa mère doit plaire aux psychanalystes... berthe

afbf
03/07/14
 

Nous faisons connaissance avec le narrateur, qui grâce à une madeleine, retrouve tous ses souvenirs d’enfance et se penche sur son passé. Jeune garçon il rencontre son premier amour : Gilberte, fille du célèbre Swann et d’une prostituée de luxe qu’il a épousé. Mais il découvre que la jeune fille s’adonne à des plaisirs coupables avec d’autres filles…Il grandit et veut s’introduire dans la bonne société, il fait des rencontres qui lui permettent de s’attirer les bonnes grâces de personnes influentes. Il va rencontrer également des personnages hors du commun et un nouvel amour… Un excellent manga qui reprend l’essentiel de l’œuvre de l’écrivain et qui a le mérite de présenter d’une façon nouvelle et attractive un grand classique. Les dessins sont très beaux, très expressifs. Les vêtements, les lieux, les coutumes et mœurs de cette époque sont bien représentés et c’est un plaisir de les découvrir. Une excellente histoire mise en version manga et je dois avouer que je suis encore une fois séduite par cette collection qui a le mérite de présenter d’excellents ouvrages !

madoka
24/02/13
 

Format

  • Hauteur : 20.50 cm
  • Largeur : 13.90 cm
  • Poids : 1.53 kg

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition