A melie, sans melo

CONSTANTINE, BARBARA

EDITEUR : CALMANN-LEVY
DATE DE PARUTION : 27/08/08
LES NOTES :

à partir de
6,99 €
EXISTE EN
Ebook

SYNOPSIS :

Mélie, soixante-douze ans, vit seule à la campagne. sa petite-fille, clara, vient pour la première fois passer toutes les vacances d'été chez elle. la veille de son arrivée, mélie apprend qu'elle a un problème de santé... elle verra ça plus tard. la priorité, c'est sa clarinette chérie ! Mélie, le mélo, c'est pas son truc. elle va passer l'été (le dernier ?) à fabriquer des souvenirs à clara. des rigolos. comme regarder pousser les bambous en écoutant la traviata, chanter
sous la pluie des chansons de nougaro, goûter les mauvaises herbes qui poussent le long des chemins. il y a aussi... le vieux marcel, qui va apprendre à clara à faire de la mécanique, fanette, sa mère, qui va lui trouver un beau-père, bello, son parrain, qui va agrandir sa bande de filleuls musiciens. et puis, comme la vie est vraiment dingue des fois, il y a mélie qui va enfin rencontrer le grand amour... cent cinquante ans à eux deux ? mais quand on aime, on ne compte pas !
32 personnes en parlent

Mélie, soixante-douze ans, a de graves soucis de santé, mais elle ne veut pas en savoir plus pour le moment. Elle fait la sourde oreille à son médecin et ami Gérard, qui souhaite l'entretenir de ce sujet au téléphone (et qui, finalement, préfère l'apitoyer sur ses déboires conjugaux). C'est que Clara se prépare à recevoir la visite de sa petite-fille Clara, âgée de dix ans, qui séjournera chez elle durant tout l'été. Et Mélie tient à ce que cet été, qui sera peut-être le dernier pour elle, soit inoubliable. Inoubliable, il le sera pour Clara qui découvrira, émerveillée, les plaisirs simples de la vie comme, par exemple, regarder pousser les bambous en écoutant des airs d'opéra...

Schlabaya
17/08/10

Clara, 10 ans, vient passer des vacances d’été chez sa grand-mère Mélie à la campagne. Mélie, soixante-douze ans, vit seule à la campagne. Entre son jardin et ses tours en mobylette, ses amis, Mélie ne voit pas le temps passer. La veille que Clara arrive, elle apprend que ses examens de santé ne sont pas bons. Alors, elle va tout faire pour que les vacances de Clara soient les plus belles.Ce livre n'est pas passé par la case PAL ! Depuis le temps que j'avais envie de le lire, aussitôt reçu, aussitôt lu !C’est vrai que tout s’enchaîne parfaitement, qu’il n’y a pas de surprise ou de rebondissement, mais il n’empêche que c’est une bouffée de bonheur tout court ! Ce livre se lit tout seul, je me suis surprise à chantonner Trenet, des images de ballades à vélo et de blé dans la tête… et qu’est ce que ça fait du bien ! Ce livre est gai et léger ! D’ailleurs, s’il y avait une morale à retirer de cette lecture, elle serait : à bas la morosité, chassons à coups de balais les idées noires et sourions. Appliquons le carpe diem et croquons la vie à pleines dents. Un livre où l’amitié et l’amour de 7 à 77 ans ont une belle part. Ce n’est pas Mélie qui m’a le plus touchée mais les personnages de Marcel et de Fanette. Marcel qui sous sa carapace endurcie est un vrai tendre. Et Fanette, jeune femme actuelle, toujours débordée par son travail et qui est à la recherche du grand amour. Mais, tout le monde aimerait avoir une grand-mère comme Mélie : dynamique, pétillante et aimant la vie.Un petit bémol : j'aurais juste préféré une fin qui clôt l'histoire.Un livre qui sent bon l’herbe coupée fraîche, la chasse aux escargots, la confiture faite maison… http://fibromaman.blogspot.com/

clarac
27/07/10
 

Aux premières pages de ce livre, mon sentiment fut : « oh non, trop de bons sentiments, du bonheur à gogo, pas de mélo, mais de la mélancolie, l’été, les fleurs, les vacances, la famille et tout le tralala »J’avoue que ca m’a agacée. Une grand mère, sa petite-fille, le vélo, et gnagnagna et gnagnagna.Pourtant, j’avais bien envie de lire ce livre, surtout à cause de tous les avis lus ça et là. Cette couverture bleue, ce titre un peu fade, je les croisais tout le temps au hasard de mes clics.Puis passé quelques pages, Mélie et Clara ont su me faire oublier mes récriminations. Par contre, point trop n’en faut. Quelques pages par jour me suffisaient.C’est léger, mais les sentiments et les émotions que tout un chacun peut ressentir ou a déjà ressenti sont bien présents. On aimerait nous aussi se trouver avec Mélie et les autres, vivre simplement, profiter des bonnes choses et de ses amis, au moins le temps d’un été. Histoire d’oublier l’année agitée qu’on vient de passer, la grisaille, le boulot, le métro… On aimerait nous aussi ressentir le bonheur qui émane de ce livre. On en deviendrait presque jaloux. Parce qu’ils profitent de chaque petits bonheurs simples, comme se faire une toile (c’est à dire observer l’araignée la tisser), construire une cabane, cueillir des mûres et les manger, s’allonger sur un transat quand la nuit tombe, et s’endormir ensemble pour se réveiller au petit matin.Lire la suite : http://meli-melo-de-songes-et-de-livres.webuda.com/2010/06/ameliesansmelo/ Les livres ont toujours plus d'esprit que les hommes qu'on rencontre.

MamzelleMelo
27/07/10
 

Un livre léger comme une bulle pour les lecteurs en manque de soleil. Il s’est révélé à la hauteur de ce que j’en attendais même si j’avoue que le style oral et familier a eu tendance à m’agacer un peu au début. Je dois cependant reconnaître que malgré une avalanche excessive de bons sentiments, la bonne humeur qui se dégage du livre est communicative ; les personnages se dévoilent petit à petit et on apprend à les aimer. Et puis, il y a un petit côté nostalgique qui risque d’éveiller des souvenirs chez tout lecteur ayant passé des vacances d’été chez ses grands-parents à la campagne. Ce n’est pas un livre dont je garderai un souvenir impérissable, mais il a le mérite de condenser un tas de petits instants éphémères et touchants. Il remplit très bien son rôle de divertissement. C’est le genre de lecture simple et rapide mais qui fait du bien.Article complet sur Art Souilleurs.

Artsouilleurs
08/03/10
 

C'est l'été. Mélie, soixante-douze ans, se fait une joie d'accueillir sa petite-fille Clara, dix ans. Elle n'a cure des résultats d'analyse et dévie la conversation téléphonique de son médecin, Gérard, sur le plaquage d'Odile, son épouse qui batifole dans les bras d'un bel Hidalgo. C'est Fanette, la fille de Mélie, qui rigole de cette déconfiture (on devine alors qu'elle fut le cinq-à-sept de Gérard) et ne tarde pas à mettre son grain de sel, mais d'une manière qu'on découvrira plus tard...Deux mois s'annoncent, peut-être teintés d'ennui. Clara a fichu en l'air sa Playstation, la barbe. Et puis pas moyen d'utiliser la voiture, toujours en panne - Marcel, le garagiste en retraite, peste et rage contre l'entêtement de Mélie qui veut réparer cette vieille guimbarde au lieu d'acheter un nouveau véhicule. En attendant, pour tout déplacement, ce sera donc vélomoteur et bicyclette, de bon matin et sur les chemins escarpés. Très vite, Clara y prend goût, s'adonne à quelques rituels (le pipi dans les buissons). Qui a parlé d'ennui, déjà ? Ah oui, sa mère : en fait, Fanette déprime un peu. Elle a cru rencontrer un nouvel amoureux, mais cette liaison a pris l'eau. Comme c'est souvent le cas.Du haut de ses dix ans, Clara écoute, fait sa philosophe ou sa conseillère des coeurs brisés, c'est une fillette étonnante. Elle-même a un chéri - Antoine, qui lui écrit de longues lettres et se languit chez ses grand-parents, il s'ennuie comme un rat mort. Peut-être Mélie pourrait l'accueillir pour un temps ? C'est vrai que chez Mélie on se sent bien, c'est un refuge des âmes seules, des sentiments qu'on croyait fanés et qui reprennent de la couleur, c'est aussi chez Mélie qu'on sent son coeur rebattre à cent à l'heure. L'amour, toujours et encore...Il n'y a pas de mélo chez Mélie, ni chez Barbara Constantine. Les lecteurs ayant apprécié son premier roman, Allumer le chat, vont retrouver strictement la même recette avec son deuxième livre. Par contre, ne croyez pas que ce soit du copier-coller non plus. On retrouve la verve savoureuse, la peinture truculente de destinées qui se mêlent et s'emmêlent pour notre plus grand plaisir, et cette passion de croquer des personnages attachants. On pourrait presque inventer le terme et parler de touche Constantine !

Clarabel
20/02/09

Je crois que je suis définitivement fan des livres de Barbara Constantine. « A Mélie sans mélo » est le troisième opus de cette auteure que je lis, et mon troisième coup de cœur.Nous suivons ici les aventures de Mélie, qui reçoit sa petite fille Clara pour les vacances. Elle a soixante-douze ans, et comme elle a peur que ce soit le dernier été, elle décide de revivre et de laisser tout un tas de souvenirs à Clara. Il ne s’agit pas de souvenirs matériels, mais simplement de moments de pur bonheur.Au premier coup d’œil, j’arrive à reconnaÏtre la plume de Barbara Constantine, une plume toute simple, mais tellement belle. Elle nous parle de la vie quotidienne, de la famille, mais en plus « beau ». Générosité, solidarité sont ses credos, et je dois dire que ça fait du bien au moral.Mais ne vous y trompez pas !!! Barbara Constantine est également une poétesse !!!! Elle mêle habilement les mots, les phrases, les vers, dans de jolis jeux de mots alambiqués tantôt touchants, tantôt rigolos pour mon plus grand plaisir !

KarineSimon
13/10/15
 

Encore une fois l’univers de Barbara Constantine nous enchante. Du drame, de la poésie, de l’humour, de la tendresse, un peu de tout ce qui fait la vie finalement, mais sans jamais tomber dans la mièvrerie. Des personnages toujours hauts en couleur et le mélange des générations font partie de la recette et la mayonnaise prend encore et toujours, parce que l’auteur propose une vision optimiste et poétique de la vie et des gens, en toute simplicité et avec beaucoup de sincérité.

Mepona
01/10/15
 

Barbara Constantine est décidément très forte pour vous raconter des histoires où une profusion de sentiments explose !!!! Elle marie avec intelligence les différences générationnelles avec délice. Et puis ces romans ont une odeur de champs, de fleurs, de liberté, d'espace !Une lecture fluide, légère presque aérienne, on ne voit défiler les pages.Mélie est une dame de 72 ans qui va recevoir pour les 2 mois de vacances sa petite fille Clara. Mais Mélie n'est pas une mamie ordinaire, elle souhaite que se soit le plus merveilleux des étés car elle est susceptible de ne plus être là l'année prochaine...72 ans tout de même !! On ne peux pas Dire que Mélie a eut une vie heureuse mais elle a su prendre les petits bonheurs de la vie. Son plus grand, reste tout de même Fanette sa fille !! Autour d'elle on trouve Marcel, ancien résistant bougon et de très fort de caractère !! Qui reste très attachant.Un roman merveilleux, qui vous donne envie d'être vieux, cela est incroyable..je le conseille aussi celui-là ;) http://lesciblesdunelectriceavisee.blogspot.com/2015/01/a-melie-sans-melo-barbara-constantine.html

stoufnie
17/04/15
 

On retrouve la simplicité que j'avais apprécié dans Tom, petit Tom..., même si ici, la faiblesse n'est pas la précarité mais la vieillesse et l'approche inéluctable de la mort. Alors oui, dis comme ça, vous allez peut-être passer votre chemin, parce qu'un livre doudou qui cause de mort, faut y aller. Sauf qu'ici, la mort et la fin de la vie apparaît comme un motif de vie, comme l'occasion de ne plus s'encombrer d'inutile, de s'intéresser à des futilités formidables comme regarder pousser des bambous, l'occasion d'oser révéler tout ce qui restait caché depuis des années... Bref, l'occasion de vivre, tout simplement...En l'espace de deux mois, les personnages atypiques de A Mélie, sans mélo vont redécouvrir leur histoire, créer leur bonheur, ne plus s'encombrer de questionnements incohérents et distribuer autour d'eux plein de plaisir, à coup de pédales et de tours de tandem ! Pas besoin d'en dire beaucoup plus, ce roman se lit vite, il n'aura sûrement jamais le prix du roman d'excellence de l'année, mais sa simplicité fait du bien. Et rien que pour ça, il faut le lire ! Miss Alfie

MissAlfie
23/02/15
 

J'ai été très touchée par cette lecture et elle m'a énormément plu ! Le seul petit hic que je pourrais trouver à ce roman c'est la fin qui est selon moi un peu abrupte et rapide.J'ai énormément aimé les relations entre les personnages qui sont de générations différentes. Elles sont également très fortes.En ce qui concerne les personnages, j'ai adoré Méli qui est une mamy haute en couleurs et j'ai réellement eu l'impression de bien la connaître. Clara, sa petite fille, est espiègle et mignonne. J'avoue avoir eu un faible pour Marcel et Antoine qui sont deux personnages qui m'ont touché et je ne saurais dire exactement pourquoi. L'écriture est vraiment très agréable et drôle. Le récit est divisé en petit chapitres très courts et j'avoue que ça ajoute au plaisir de la lecture. Le style est vraiment frais, simple, plein de joie et de dynamisme. L'écriture du roman apporte beaucoup ! J'ai eu l'impression que Méli me racontait ses souvenirs comme si j'étais Clara.Pour beaucoup ce roman n'a rien d'exceptionnel et pourtant j'ai été charmée complètement et j'ai été très triste de devoir quitter Méli.Cela faisait un moment que j'avais envie de me plonger dans cette petite histoire et d'enfin connaître Méli. J'ai lu ce roman dans le cadre d'une lecture commune avec Anne Sophie.Dans cette histoire nous suivons Mélie qui est une grand-mère fabuleuse, pleine d'amour et d'humour. Elle reçoit Clara sa petite fille pour les grandes vacances. Elles vont toutes deux s'entendre à merveille et passer de belles vacances. Mélie va entraîner sa petite fille dans de folles aventures au gré de ses souvenirs. Mélie est malade mais elle n'est pas du genre à se morfondre et au contraire elle va profiter intensément de chaque jour que la vie lui offre... Je lis comme je respire

margotreadings
26/01/15

Joli livre, jolies histoires d'amour, d'amitiés basées sur les relations d'une petite fille et de sa grand mère. Dans leur quotidien c'est une histoire de femmes au travers de trois générations, leur quotidien, leurs amours...ce livre est moderne et plein de tendresse.

celix
17/11/14
 

Mélie, 72 ans, s’apprête à accueillir sa petite-fille Clara pour les vacances d’été. Mélie veut lui fabriquer plein de joli souvenir car ses résultats médicaux semblent présager que ce sera son dernier été. Mais la vie réserve des surprises à la vieille dame et, au cours de cet été un peu spécial, les problèmes de Mélie et de ses proches vont trouver une solution.J’ai été déçu par ce livre, peut-être parce qu’à force d’en lire des critiques positives, j’en attendais trop. Le style est un peu brouillon mais cela donne un certain charme à l’histoire. Cette dernière est pleine de bons sentiments, d’optimisme et cousue de fil blanc. Dès la présentation des différents personnages, on sait qui va sortir avec qui et comment l’histoire va se terminer. J’ai également trouvé qu’il y avait certaines incohérences, ainsi que quelques clichés.Pour conclure, il s’agit d’une lecture agréable mais dont je ne garderai aucun souvenir.

abo2008
04/12/13

Mélie, 72 ans vient de passer des examens qui n'ont pas l'air d'être très bons. Mais Mélie n'a pas le temps de s'appesantir dessus car sa petite fille Clara 10 ans vient passer ses premières vacances chez elle et Mélie veut que ses vacances soient inoubliables et elle veut lui fabriquer des souvenirs indélébiles.Quand on prend un roman de Barbara Constantine on est sur qu'après l'avoir lu le moral sera au beau fixe. C'est du bonheur en intraveineuse grâce a ses personnages hauts en couleurs et plein d'une énergie communicative. Pourtant le sujet au départ pourrait faire craindre de tomber dans une histoire où l'on risquerait de sombrer dans le pathos. Mais l'auteure traite la vieillesse et accessoirement la maladie avec beaucoup d'humour et de tendresse. Un livre sur les petits bonheurs de l'existence de la vie qu'il faut savoir capturer et profiter , sur l'amour qui peut exister entre deux personnes âgées, sur les liens intergénérationnels qui doivent pouvoir réunir les anciens et les jeunes adolescents.Un livre positif dont on pourrait reprocher la vision un peu trop optimiste et utopique de la vieillesse mais qui donne tout au long de sa lecture une pêche et un moral au top. Que du bonheur

Zembla
13/10/13
 

C’est à la campagne que vit seule Mélie, âgée de soixante-douze ans. Par une journée d’été, son médecin, Gérard, l’appelle pour l’informer que ses derniers résultats d’analyses médicales sont mauvais. Cela n’a que peu d’importance, elle préfère consacrer son temps à préparer l’arrivée de sa petite-fille Clara, qui vient passer ses vacances d’été chez elle pour la première fois. Pour cet été (son dernier ?), Mélie veut profiter de chaque instant, accompagnée de Clara, mais aussi de Marcel (le meilleur ami de son mari décédé), de sa fille Fanette, et de quelques autres invités qui rejoindront cette petite troupe à la campagne. L’essentiel : se bâtir des souvenirs faits de moments uniques, qui peuvent parfois réserver quelques surprises pour chacun des protagonistes ! Entre toutes ces joies, ces vacances seront aussi l’occasion pour Mélie, mais aussi pour Fanette, de se replonger dans un passé pas si lointain, afin de réécrire une douce partie de l’histoire de leurs vies…J’ai beaucoup apprécié cette lecture, au point de la terminer sans difficultés en une journée ! Spectatrice des instants de vies croisées de Mélie, Clara, Fanette, Marcel et des autres, c’est avec tendresse et gaieté que je les ai suivis dans leur progression. Près de trois générations réunies sous un même toit, partageant ainsi leur quotidien, leurs activités : un bel exemple donné, vous ne trouvez pas ?C’est avec un style d’écriture simple, sans fioritures que Barbara Constantine nous livre l’histoire de tous ces personnages, auxquels on ne manquera pas de s’attacher. Une belle histoire en somme, qui apportera aux lecteurs un peu de fraîcheur et d’humanité, de la bonne humeur et de la légèreté. Que demander de plus à une lecture d’été ? Mel (Lis-moi si tu veux)

un flyer
22/07/13

Méli est un personnage plein de vie et ce n’est pas ses 72 ans qui l’empêcheront de prendre sa bicyclette ou sa mobylette. Alors quand Clara (Clarinette, sa petite fille de 10 ans) vient passer les grandes vacances chez elle, c’est quelque chose. On en profite pour faire du vélo bien sûr, et puis aussi pêcher (à la mode Méli), regarder pousser les bambous, regarder l’araignée tisser sa toile…. et surtout (re)tomber amoureux ! Bref, que du bonheur !!!! Méli est une grand-mère formidable, toujours partante pour tout, et en particuliers pour prendre soin de ceux qu’elle aime dont Marcel (le meilleur ami de son mari Fernand, mort il y a 12 ans), qu’elle appelle à chaque panne (des fois même avant la panne…). Et clarinette dans tout ça, elle profite de sa mamie et de tous ceux qui sont de passage : Fanette (sa mère en mal d’amour), Antoine (son amoureux), Bello (son parrain), Gérard (médecin, collègue et ami de Fanette, qui vient de se faire larguer après 17 ans de mariage). ....... Stéphanie Plaisir de Lire

Mélie, 72 ans vient d'apprendre que ses résultats médicaux ne sont pas bons... Mais elle s'en fout (ou du moins s'en persuade), elle préfère s'occuper à 200% de sa petite fille Clara, de prendre la vie du bon côté, et de se laisser aller...Clara, de son côté, aime passer du temps avec sa grand-mère et aimerait bien qu'elle soit moins seule... peut-être avec Marcel le bricoleur, pourquoi pas ! En tout cas, pour elle, son amoureux c'est Antoine et le faire venir quelques jours chez Mélie c'est vachement bien ! Ah la la, quand on ouvre un livre de Barbara Constantine, on se prend plein de moments magiques dès les premières pages ! De la solidarité et des petites touches de bonheur à foison ! C'est le cas encore une fois avec "A Mélie, sans mélo" ! Je dois dire qu'au fil de ma lecture, j'ai toujours eu peur qu'il arrive quelques chose à Mélie : on sait qu'elle a quelque chose mais on ne sait pas quoi. On sait qu'elle est fragile mais pourtant elle semble déborder d'énergie. Elle s'interroge par moment puis cesse d'y penser et se concentre sur autre chose. On sent aussi que Clara est plus mature qu'elle ne le croit. Elle se préoccupe de sa grand-mère également. Leurs moments passés ensemble m'ont forcément rappeler mes grands-parents et cela ouvre forcément la porte grande ouverte à la nostalgie...Bref, ce livre c'est plein de bons sentiments et ça fait du bien surtout lorsque l'on regarde d'un peu plus près notre société actuelle ! Le petit truc de cette auteure très sympathique, c'est qu'elle utilise le thème de solidarité intergénérationnelle à merveille. Ce n'est pas chiant et lourd, au contraire, c'est frais et léger ! On en mangerait ! ^^Pour passer un agréable moment de lecture, il faut ouvrir un livre de Barbara Constantine, c'est une valeur sûre ! Cette auteure a le don de redonner à ses lecteurs foi en la vie humaine ! J'ai eu la chance de la rencontrer hier pour le boulot ! Elle est vraiment très sympa et a pris le temps de répondre aux questions et aux remarques de ses lecteurs ! On a parlé de tous ses bouquins et du coup ça m'a donner envie de lire "Allumer le chat"... pourtant moi qui ne suis pas une grande fana des chats, je me suis étonnée moi-même ! ;)

lizou59
20/03/13
 

Clara, va passer ses vacances scolaires avec sa grand-mère Mélie. Celle-ci est très heureuse de cette perspective et ne s’attarde pas plus longtemps sur les résultats de ses examens médicaux. Mélie souhaite profiter de chaque jour en compagnie de Clara, et surtout lui fabriquer de beaux souvenirs.Comme dit plus haut, ce roman se lit vraiment très vite. Les chapitres sont nombreux et courts, comme c’était également le cas dans Tom, petit Tom, tout petit homme, Tom. C’est très plaisant à lire, et très rapidement bouclé. Le style est tout aussi simple et beau de par cette simplicité. Mais c’est très efficace, et surtout naturel ! Naturel, tel est le mot pour définir le style de l’auteur. Ici, on ne sort pas de son quotidien, bien au contraire, mais on le découvre avec naturel, avec simplicité, et finalement, le lecteur ne peut qu’apprécier les petites choses de la vie, après avoir lu ce roman. L’histoire m’a bien plu. Il faut dire que j’ai souvent pensé à ma propre enfance et aux vacances que je passais chez mes grands-parents, sans technologie (consoles, ordinateurs portables et j’en passe), et où chaque jour, une nouvelle activité m’attendait. Ici, c’est exactement la même chose. Mélie apprend et fais découvrir de nouvelles choses à sa petite-fille qui se souviendra pendant longtemps de ses vacances. Et puis, il y a ce rapprochement des générations, et c’est très plaisant.Niveau personnages, l’auteure nous offre une belle brochette. Il y a Clara, la petite fille, Fannette, la mère, Mélie la grand-mère. Mais aussi Marcel, un très bon ami de Mélie, et Gérard, un ami de Fanette, ou encore Antoine le petit-copain de Clara. Et tous ces personnages se révèlent plus attachants les uns que les autres. Difficile d’en choisir un, par exemple. Toute cette petite clique va passer beaucoup de temps ensembles, dans la simplicité et la bonne humeur. Bref, ce fut un vrai plaisir de les suivre ! J’ai également beaucoup apprécié l’humour présent dans ce livre, tout comme cela avait déjà été le cas pour Tom, petit Tom, d’ailleurs. Il y a plusieurs jeux de mots qui m’ont bien plu, et c’est vraiment un roman que je vous conseille de découvrir, pour son naturel. Je me répète, mais il n’y a pas d’autres mots pour qualifier le style et les histoires de l’auteure.En somme : À lire, et à relire, même ! Askmetoread

askmetoread
12/03/13
 

Ce livre est vraiment un coup de cœur : il est tendre, délicat et remplit d'amour. Mélie est vraiment la grand-mère rêvée alors forcément on s'attache immédiatement à elle et à son histoire. Beaucoup ne seront sûrement pas d'accord avec moi, mais A Mélie, sans mélo m'a beaucoup fait penser à Rose de Tatiana de Rosnay : Mélie et Rose sont vraiment deux personnages très doux avec des regrets et qui profitent d'instants particuliers pour se souvenir... Cette nostalgie est très tendre et ne fait pas de mal, c'est très agréable.J'ai beaucoup aimé le trio Mélie-Clara-Marcel et aussi le petit Antoine : il y a vraiment beaucoup de respect et d'amour entre eux. On ne se rend pas forcément compte des années qui les séparent et sont vraiment sur la même longueur d'onde. Ils ont vraiment des relations magiques.J'aurais adoré être avec eux à la campagne, à regarder des bambous pousser sur de l'opéra, à faire du vélo à avoir des mollets énormes, à me tremper les pieds dans l'eau et attraper des poissons à la main... J'en suis presque triste de ne pas avoir été avec eux à ses moments là : j'ai vécu ce qu'ils vivaient mais j'aurais voulu le vivre pour de vrai ! Je suis limite jalouse de leur bonheur :) C'était le premier roman de Barbara Constantine que je lisais et ça à été un vrai bonheur : elle a une écriture très délicate et tendre. C'est presque de la poésie et pourtant elle a une écriture très simple...Ce livre est du bonheur en cellulose :)

MademoiselleLuna
22/11/12
 

Mélie est une vieille dame de 72 ans. Encore vive, elle prépare les vacances qu’elle va passer avec Clara, sa petite-fille de 10 ans. Deux mois ensemble, c’est l’occasion de faire de nombreuses rencontres, d’autant plus que l’entourage de Mélie est riche. Et même si l’horizon de Mélie est menacé par un examen médical, rien ne pourra assombrir cette parenthèse de deux mois.Clara, lors de ses vacances, va faire la rencontre de Marcel, un ancien mécano qui se déplace aujourd’hui en fauteuil roulant. Pour le faire sortir de la maison de retraite, Mélie invente des pannes qu’il vient réparer. Mais Marcel n’est peut-être pas aussi faible qu’il le laisse paraitre.Clara va également retrouver Georges, le médecin de sa grand-mère, qui est également un ancien amour de sa mère. Il y a également Pépé, un immigré espagnol qui sert de chauffeur à Marcel, Fannette, la mère de Clara, ou Bello, son parrain par adoption, un musicien qui adore s’entourer de filleuls.Mais il y a surtout Antoine, le copain de Clara. Ou plutôt le petit copain. Il a peur des araignées, et des vacances à la campagne ne sont pas forcément le bon endroit pour éviter les petites bêtes à longues pattes.C’est dans un décor champêtre que ces personnages prennent place, surmontent leurs failles et affichent leur amour au grand jour. On sent dans ce roman beaucoup d’affection, de sympathie et de tendresse, avec la volonté de ne rien cacher, de toujours dire ce qui doit être dit. C’est une récréation littéraire tout à fait agréable, dans laquelle Barbara Constantine alterne avec bonheur les styles de narration (récit, lette, coup de téléphone, confession à un dictaphone). Ce roman permet de passer un moment sympathique en compagnie de personnages haut en couleur. (ce qui n’est pas sans rappeler quelques bons ouvrages d’Anna Gavalda)

Yohan59
03/10/12
 

Un petit coup de coeur pour ce roman qui e ensoleillé mon été ... Des personnages tendres. Une dame Mélie qui a su se faire aimer car elle aime les gens. Et tant pis pour ceux qui n'aiment pas les romans avec les bons sentiments. Un régal que de voir les gens qui cherchent les petits bonheurs... Il y a une touche d'humour et malgré les sujets durs on n'a pas de pathos. http://ramettes.canalblog

ramettes
20/09/12
 

Mélie, soixante-douze ans reçoit pour la première fois pour toutes les vacances sa petite-fille, Clara, clarinette, qui va entrer en Cm2 à la rentrée. En même temps, la vieille dame apprend qu'elle a un souci de santé mais décide de ne pas approfondir pour l'instant et n'ouvre pas l'enveloppe contenant le résultat de ses analyses, bien décidée à profiter de ses vacances au maximum...Et les vacances seront effectivement inoubliables pour tout le petit monde haut en couleurs qui gravite autour de Mélie, mamie gentiment indigne mais pleine d'amour , non seulement pour sa lignée mais aussi pour un vieux bonhomme qui répare tout ce qu'elle détraque sciemment dans sa maison...Ce livre sent bon les confitures de prunes, l'amour sans mièvrerie sous toutes ses formes , évoqué avec beaucoup de délicatesse et avec tout l'humour et la verve déjà rencontrés dans Allumer le chat*.Barbara Constantine aurait pu éviter quelques facilités (faire parler des meubles ) mais bon, on lui pardonne car A Mélie, sans mélo est un roman qui donne le sourire, un roman où l'on prend le temps d'observer les bambous pousser ou une araignée tisser sa toile, de quoi prolonger joliment nos vacances !* annoncé en poche. cathulu

cathulu
22/08/12
 

Un très joli roman. Barbara Constantine a une jolie plume, légère et acidulée, et elle a le don des situations drôles et pleines d'humanité : Mélie qui met en panne les machines qui l'entourent (voiture, machine à laver, grille-pain...) pour donner un prétexte à Marcel pour sortir de la maison de retraite, Marcel qui ne se déplace qu'en fauteuil roulant, souvenir d'une blague, le parrain de Clara qui adopte des filleuls pour remplacer les enfants qu'il ne saurait pas élever, le père d'Antoine qui ne se remet pas de la mort de sa femme... Tous ces personnages, et plus encore, se croisent et se re-croisent le temps d'un été où on observe les araignées tisser leur toile et les bambous pousser au son de La Traviata, où les couples se reforment après plus de 20 ans et où Mélie et Marcel, enfin, se trouvent. C'est un roman plein d'amour et de surprises, et plein de surprises amoureuses, un roman où les personnages regardent résolument vers l'avenir tout en laissant une trace de leur passé (les cassettes de Marcel), un roman où les chaises parlent, où on fait de longues balades à vélo et où on chante Nougaro sous la pluie. Un roman plein de vie et de joie, en définitive, comme un pied de nez à cette possible maladie qui rôde. Une réussite!

fashiongeronimo
11/08/12
 

Encore les mêmes ingrédients pour un roman qui se lit d'une traite : des enfants et des personnes âgées réunis par une complicité heureuse, une recherche du bonheur dans la simplicité des petites choses, une apologie de la solidarité sur fond de monde rural ... Les amateurs des romans d'Anna Gavalda trouveront ici le même plaisir de lecture. Marie-NoëlleRéseau de médiathèques de la Vallée de la Scarpe

Après avoir lu et apprécié Tom, petit Tom..., moins apprécié Et puis, Paulette... je me suis lancée dans la lecture d’À Mélie sans mélo. Au final un roman que j'ai apprécié. Bien sûr on y retrouve la marque de fabrique de Barbara Constantine : les relations intergénérationnelles, les "bons" sentiments, la volonté de mettre de l'huile dans les rouages, une certaine vision d'une vie simple où tout finit toujours par s'arranger. Et la sauce prend... On se dit qu'on peut partager à tout âge les joies simples qui font tous les petits bonheurs de la vie.Un roman à déguster sans prise de tête ! Iana

Iana
17/06/12
 

Mélie est heureuse , sa petite fille Clara vient passer les vacances chez elle ; aussi adieu les problémes de santé et vive la vieon découvre des personnages généreux , aimants , une famille comme on aimerait tous avoir Mélie et Marcel septagénaires , Fanette et Gérard , la quarantaine et Clara et Antoine , 10 ans ; tous recherchent le bonheur à travers une vie simple à la campagne , des promenades à bicyclette , de savoureux repas en famille , la nature...

nelson43
16/05/12
 

Mélie, soixante-douze ans, vit seule à la campagne. Sa petite-fille, Clara, vient pour la première fois passer toutes les vacances d'été chez elle. La veille de son arrivée, Mélie apprend qu'elle a un problème de santé... Elle verra ça plus tard. La priorité, c'est sa Clarinette chérie !Mélie, le mélo, c'est pas son truc. Elle va passer l'été (le dernier ?) à fabriquer des souvenirs à Clara. Des rigolos. Comme regarder pousser les bambous en écoutant la Traviata, chanter sous la pluie des chansons de Nougaro, goûter les mauvaises herbes qui poussent le long des chemins. Il y a aussi... le vieux Marcel qui va apprendre à Clara à faire de la mécanique, Fanette, sa mère, qui va lui trouver un beau-père, Bello, son parrain, qui va agrandir sa bande de filleuls musiciens. Et puis, comme la vie est vraiment dingue des fois, il y a Mélie qui va enfin rencontrer le grand amour... Cent cinquante ans à eux deux ? Mais quand on aime, on ne compte pas !Deuxième opus de Barbara Constantine: mon préféré! Sincérité, générosité, fraîcheur sont au rendez-vous. J'ai aimé passé une partie de mon été en compagnie de Mélie. Cette grand-mère rappelle le doux temps de l'enfance, celui des étés joyeux dans leur simplicité. Avec Mélie, on regarde les bambous pousser, on fait de la confiture, on observe une pluie d'été... Les chapitres courts, les dialogues très perspicaces apportent beaucoup de dynamisme au récit. Le style de Barbara Constantine aborde des sujets parfois difficiles mais avec beaucoup de légèreté et d'humour.Cette histoire permet de retrouver la part d'enfance en chacun de nous. La musique de Nougaro et Trenet accompagne l'été de Mélie et Clara.Une belle parenthèse de fraîcheur et de tendresse qui nous rappelle l'importance des plaisirs simples partagés par Mélie et son entourage! Un bel hommage aux petits bonheurs du quotidien.Calmann Lévy, août 2008 - 245 pages -

Mirontaine
07/03/12
 

Encore une fois l’univers de Barbara Constantine nous enchante. Du drame, de la poésie, de l’humour, de la tendresse, un peu de tout ce qui fait la vie finalement, mais sans jamais tomber dans la mièvrerie. Des personnages toujours hauts en couleur et le mélange des générations font partie de la recette et la mayonnaise prend encore et toujours, parce que l’auteur propose une vision optimiste et poétique de la vie et des gens, en toute simplicité et avec beaucoup de sincérité.

un flyer
19/02/12

Ce roman m’a fait une bonne première impression : j’aime la simplicité de la couverture et j’ai trouvé très sympathique la dédicace au début du roman. Teintée d’humour, elle m’a semblé donner le ton. A la lecture des premiers chapitres, je me suis dit que j’allais aimer ce petit roman. Les chapitres, courts, donnent une certaine fluidité à la lecture et c’est assez agréable. L’histoire est celle de Mélie, une vieille dame vivant à la campagne et accueillant, le temps d’un été, sa petite fille Clara, attristée de voir que sa Playstation est tombée en panne dès le début de son séjour... Mais, si Mélie est incontestablement le personnage principal de notre histoire, d’autres personnages gravitent autour d’elle. L’auteur nous propose ainsi quelques tranches de vie : le lecteur découvre Gérard qui vient de se faire quitter par sa femme, mais aussi Marcel, un vieil ami mécanicien de Mélie, ou encore Bello, le parrain de Clara, « un espèce d’ovni, un artiste, quoi ». Les journées sont bien remplies, on profite de ce qu’offre la campagne, on fait du vélo, on pêche à mains nues, on s’amuse de la vie. Et puis, la maladie pointe le bout de son nez, mais on l’oublie vite car ce n’est pas si grave… Le récit est également ponctué de souvenirs : un premier baiser, le goût des fruits cueillis sur l’arbre, le décès d’un époux… Je me suis rendue compte à la lecture qu’on pouvait très facilement trouver tout cela charmant, mais, pour ma part, j’ai trouvé que cela débordait de bons sentiments. Certes, cela fait du bien, mais c’en est presque énervant. Du coup, j’ai trouvé ce roman fade, sans saveur. Je me suis ennuyée, souvent, et je n’ai pas saisi l’intérêt de cette histoire… en tout cas, je n’ai rien vu de bien original dans ces 240 et quelques pages. Le style d’écriture, très oral, voire enfantin, a fini, lui aussi, par me lasser. La fin, quant à elle, est décevante, à l’image de l’ensemble.

Calypso85
05/02/12

Où l'on retrouve la joie de vivre, les grandes tablées, les gentils secrets de famille et les bons sentiments. (voir articles sur "Tom, petit homme" et sur "Allumez le chat")Un roman-bonbon-chocolat qui fait du bien au moral.Rien de bien neuf sous le soleil, mais un livre-doudou à garder à porter de mains pour les jours de pluie.La phrase sympa :« Alors, qu'est-ce que je vais bien pouvoir faire à manger ?Parce que dans le fond... c'est ça la question. » (p.142)Et vous, vous faîtes quoi à manger ce soir ?! Alex-Mot-à-Mots

AlexMotaMots
08/12/11
 

Un joli roman qui vous laissera le sourire aux lèvres et le coeur en joie, tant il regorge de bons sentiments et surtout de tendresse, mais qui ne me laissera pas un souvenir impérissable. J'ai retrouvé avec plaisir la plume de l"auteur, que j'avais découverte dans Allumer le chat, même si je pense qu'elle ne se renouvelle pas beaucoup tant pour le style que pour le genre d'histoire. Il est cependant amusant de retrouver quelques personnages du roman précédent, et surtout tous ces destins croisés et les personnalités des personnages, hauts en couleur et plutôt forts en caractère ! Liliba

liliba
18/08/11
 

Ce roman parle de la transmission intergénérationnelle. Mélie va faire connaître à Clara les bonheurs simples de la vie à la campagne, mais aussi les expériences culinaires que l'enfant trouve d'abord dégoutantes comme les escargots. Mais c'est surtout Marcel, l'ami de Mélie, qui va être le témoin entre les générations grâce au dictaphone que Mélie vole pour lui. Il a beau ne pas avoir d'enfant, c'est lui qui va raconter ce que fut Rosa, une femme qu'il a admiré ado et qui vient de mourir, à ses petits-enfants à elle. Et on sent que ce n'est que le début de ce qu'il va transmettre. Ce roman a beaucoup plu à la blogosphère et je comprends pourquoi: il est tendre et léger, contrairement à ce que pourrait faire croire le début avec cette histoire d'examens médicaux. Et j'ai en effet trouvé qu'il se lisait vite et sans déplaisir. Mais il ne se savoure pas non plus comme un bon morceau de nougat. Il est un peu fade en bouche. Parce que finalement, toutes ces histoires d'amour, on les sent venir. Ce roman ne nous réserve que peu de surprises. J'y ai même trouvé un petit goût amer parfois parce que quand Marcel et Mélie décident qu'il ne faut pas regretter toutes ces années perdues car si leur amour s'était concrétisé avant, ils ne s'aimeraient plus, j'ai trouvé que c'était une vision bien pessimiste de l'amour. D'ailleurs, à part un couple de personnes âgées toujours amoureux, les couples qu'on rencontre ont vécu ensemble sans amour pendant des dizaines d'années ou ont vécu des séparations. Bien sûr, j'ai été émue aux larmes mais j'ai parfois regretté de me laisser attendrir à si bon compte,avec des ficelles si grosses, notamment sur cette histoire du parfum de la maman disparue.

cocalight
07/06/11
 

Un roman pétillant qu'on lit le sourire aux lèvres. Voici des personnages comme vous et moi qui ne se regardent pas trop le nombril. Ils profitent avant tout de la vie, et ils donnent au lecteur une bouffée d'oxygène ! Parfois dans certains romans, l'écriture orale me déroute et m'exaspère, mais Barbara Constantine sait ne pas aller trop loin dans cette oralisation, et comme ce langage oral colle bien avec le ton et l'histoire de ses récits, cela ne choque pas. Une gorgée de bonheur. Qui s'en priverait ?

leiloona
23/03/11
 

Format

  • Hauteur : 21.00 cm
  • Largeur : 11.00 cm
  • Poids : 0.25 kg

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition