Aida a la frontiere t1 aida a la croisee des chemins

VINCI, VANNA

livre aida a la frontiere t1 aida a la croisee des chemins
EDITEUR : DARGAUD
DATE DE PARUTION : 20/03/08
LES NOTES :

à partir de
9,50 €
3 personnes en parlent

Rencontre entre une ville, une jeune fille, et des fantômes. Comme Hugo Pratt dévoilait une Venise onirique, Vanna Vinci révèle par un dessin charnel, à l’encre noire, Trieste, ville fantasmatique, port de l’Adriatique et ouverture sur l’Europe centrale, lieu de batailles lors des deux guerres mondiales. Sensible, attristée par une récente séparation, Aïda, jeune Bolognaise installée dans l’appartement où vécurent ses grands-parents, est réceptive à l’apparition de fantômes familiaux dont elle comprend les regrets et les blessures, et auxquels elle apporte le repos. Au fur et à mesure de l’avancée de sa quête, la cité et son histoire se livrent. Le récit, comme un songe d’une nuit d’automne, nous dessine les lieux au travers d’une architecture magnifique qui évoque le passé et s’ancre dans le présent grâce à une jeunesse déjantée. Frédérique Barret

Aïda adopte un look gothique, quitte Bologne pour Trieste à la suite d'une rupture. Elle emménage dans la grande demeure de ses grands-parents décédés depuis des années. Ce qu'elle ignore, c'est qu'elle va partager l'appartement avec les fantômes de sa famille. Ses grands-parents bien sûr, mais aussi ce très étrange homme aux faux airs de Bela Lugosi qui l'entraînera dans la sombre histoire de l'Italie de l'entre-deux-guerres, de la Trieste des camps de concentration.Aïda se laisse flotter dans cette atmosphère étrange, où elle noie son spleen.Un superbe graphisme.

SolP
06/10/11
 

Fraîchement séparée de son petit ami, Aïda quitte la ville de Bologne pour s'installer à Trieste dans la maison de ses grand-parents décédés. La jeune fille s'est remodelée un look, sort avec sa cousine dans des bistros branchés mais elle traîne un spleen qui lui colle à la peau. Un soir, seule dans la demeure familiale, elle a une vision surnaturelle : son grand-père revêt son paletot et sort pour aller au bistro du coin ! Le sang d'Aïda ne fait qu'un tour, elle le suit et lui adresse la parole. Sidérée, elle se rend compte qu'elle a le sixième sens, celui de communiquer avec les morts.Ainsi, elle cohabite avec des fantômes (ses grand-parents) et fait connaissance d'un type au look spectral, costume noir et peau blanche. Il suit la jeune fille à la trace et se présente sous le prénom de Nino. Qui est-il ? Son identité semble très liée à l'histoire de la famille, et aujourd'hui Aïda est seule capable d'expliquer à cet amnésique une effroyable erreur du passé, comprendre un piège et combler les trous de l'héritage.Cela paraît compliqué à lire, mais en fait le fil de l'intrigue se déroule tout seul. Dans un décor exclusivement noir et blanc, même essentiellement obscur, le scénario s'écoule sur un tempo nonchalant, presque monotone et lancinant (ceux qui n'ont pas aimé diront que c'est ennuyant !). Pour ma part, j'ai été transportée par cette atmosphère assez hypnotique, dans ce théâtre de Trieste superbe, aux pas d'une enquête des origines à la fois simple et traumatisante.La fin est conduite aussi sereinement et l'héroïne renoue sans effort dans une vie plus réelle, plus "mortelle".Belle découverte pour moi.

Clarabel
20/02/09

Format

  • Hauteur : 24.00 cm
  • Largeur : 17.00 cm
  • Poids : 0.27 kg

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition