Alice au pays des merveilles ; la traversee du miroir

CARROLL, LEWIS

EDITEUR : LGF
DATE DE PARUTION : 01/07/09
LES NOTES :

à partir de
6,49 €
EXISTE EN
Ebook

SYNOPSIS :

Tandis qu'elle s'ennuie sur la berge d'un fleuve, Alice voit tout à coup passer un lapin blanc, ce qui n'a rien d'exceptionnel, mais, chose plus surprenante, elle le voit également tirer une montre de la poche de son gilet. Intriguée, la voilà qui se lance à sa poursuite. Le lapin disparaît dans un grand terrier : elle décide d'y descendre à son tour. C'est à la demande d'une vraie petite fille, justement prénommée Alice, que Charles Dodgson, professeur de mathématiques à Oxford, couche sur le

papier l'histoire qu'il lui a racontée, en promenade, un jour de l'été 1862. Trois ans plus tard, sous le pseudonyme de Lewis Carroll, il la fait paraître et, encouragé par l'accueil de la presse, lui donne pour suite la traversée du miroir dont le succès, en 1871, est encore plus considérable. C'est que l'auteur sait prendre l'enfant au sérieux, et du coup toucher les adultes, comme il sait se dégager assez de l'Angleterre victorienne pour ouvrir à son livre l'avenir d'une oeuvre classique.

7 personnes en parlent

Un album grand format, 25x28 cm, avec une très belle illustration de couverture ! A l’intérieur, on redécouvre donc le fameux conte d’Alice avec les très belles illustrations graphiques de l’illustratrice qui a obtenu un prix pour cet album ! Le texte est également en grand format, bien clair et lisible avec une belle police d’écriture. On entre plus facilement dans cet univers grâce aux illustrations originales, très grandes et très colorées ! Cet ouvrage historique, inscrit dans le patrimoine de la littérature pour la jeunesse, est réédité conformément à la maquette d’origine brillamment réalisé par François Ruy-Vidal ! Un grand classique à redécouvrir !

madoka
22/03/14
 

Tout le monde connaît cette histoire et ses personnages, mais combien d'entre vous ont-ils réellement lu ce livre ?? Qui d'entre vous ne connaît que l'histoire raconté dans le Walt Disney ?? Presque tout le monde... Et c'est un peu triste, car le livre recèle d'autre histoire dont le dessin-animé ne parle pas, comme l'histoire de la duchesse, de sa cuisinière et du bébé. Oh, non !! Rassurez-vous je ne jette pas du tout la pierre aux Disney, puisque celui-ci fait parti de mes préférés, je dis juste qu'il faudrait penser un peu à lire le livre !! Car en effet, dans le dessin animé, les réalisateurs se sont donnés pas mal de liberté et ont rajouté dans leur version, des passages qui se trouvent dans la "suite", c'est à dire dans "De l'autre côté du miroir".DONC A LIRE DE TOUTE URGENCE !!! L'illogisme de l'histoire, les énigmes laissées au détour des pages par son auteur, la franchise de la jeune Alice, la cruauté de la reine de cœur ... Un pur bonheur à chaque page !

feedoll
18/09/11
 

Alice au pays des merveilles est un grand n'importe quoi qui rappelle l'imaginaire enfantin. Tout se succède sans grande logique. Même si les deux partie se mêlent dans la version de Walt Disney, j'ai trouvé "La traversée du miroir" beaucoup plus bâclée. L'intrigue se finit alors qu'on a l'impression qu'elle n'a pas encore vraiment commencée.

biduldoodle
30/07/11
 

En Résumé : J'ai passé un agréable moment avec ce conte, classique, mais je dis dire que je m'attendais à autre chose. Je n'ai pas vraiment été emporté comme je l'attendais et même si les jeux de mots et les calembours prêtent à sourire, le monde déjanté est plutôt prenant par moment je me suis senti "en dehors" de l'histoire. Par contre cette relecture m'a permis de découvrir un autre niveau de l'œuvre par une critique sociale de l'époque par l'auteur. Malgré ma légère déception et le fait que le livre a un peu vieilli, je pense qu'il faut quand même découvrir ce livre, au moins pour se faire un avis.

BlackWolf
25/07/11
 

Difficile de résumer Alice au pays des merveilles tant l'histoire n'a ni queue, ni tête. Non pas qu'elle soit mauvaise, mais le récit est totalement déjanté.Au premier abord, Alice est un personnage énervant : sans cesse en train de parler, de poser des questions, d'étaler sa science, de juger les gens ; mais on se rend bien vite compte qu'elle est en totale adéquation avec le monde qu'elle traverse. Sans doute serait-elle perçue comme un phénomène, comme quelqu'un d'un peu trop extravertie, en temps normal, mais au pays des merveilles, Alice est sans doute la moins exaspérante. Et n'oublions pas que c'est une petite fille. Elle va croiser une galerie de personnages loufoques et se retrouver dans des situations tout aussi étranges, mais sans jamais perdre son sang froid.Rêve ou réalité ? Imagination débordante ? On ne sait pas trop et la question ne se pose pas vraiment.

Aidoku
31/03/11
 

’ai une véritable passion pour le roman de Lewis Carroll (bien que De l’autre côté du miroir fut écrit quelques années après Alice, on considère généralement les deux œuvres comme un tout) depuis l’enfance, je le considère même comme l’un de mes livres fondateurs, c’est-à-dire l’un de ceux à avoir façonné mon imagination. En y réfléchissant, je crois qu’on peut dire qu’Alice est un condensé de tout ce que j’aime (ou disons, d’une grande partie de ce que j’aime) : une héroïne attachante, des personnages drôles et loufoques, des dialogues absurdes, des jeux autour du langage, des situations brindezingues…le tout situé dans un cadre (que ce soit le Pays des Merveille ou le Pays du Miroir) dans lequel on a l’impression qu’il n’y a aucune limite et que tout est possible. D’ailleurs mon chouchou, le Chat du Cheshire, résume parfaitement l’atmosphère du roman en répondant à Alice qui vient de lui déclarer qu’elle ne veut pas aller parmi les fous : « Impossible de faire autrement ; nous sommes tous fous ici. Je suis fou. Tu es folle ». Les aventures d’Alice ont été inspirées à Charles Dodgson – le véritable nom de Carroll – par une fillette de sa connaissance nommée Alice Liddell. Il avait pris l’habitude de lui raconter, ainsi qu’à ses deux sœurs, des histoires qu’il improvisait sur le moment. C’est par un jour de juillet 1862, au cours d’une partie de canotage, qu’Alice vit le jour : ses jeunes auditrices étant captivées par cette histoire, Dodgson dut la développer tout au long de la journée – et lorsqu’il ramena les sœurs Liddell chez elles, Alice le pria vivement de coucher son histoire sur le papier, chose qu’il ne faisait pas d’habitude. Mais cette fois-ci, il le fit ; pour la plus grande joie des millions de lecteurs qu’il devait avoir par la suite. Dans Alice, non seulement Carroll réinvente le conte de fées traditionnel mais de plus il met en scène le langage, en utilisant les jeux de mots, les néologismes et le fameux nonsense (les dialogues absurdes), notion qu’il rendra populaire à travers ce roman. Il y pose aussi le problème de l’identité et de l’affirmation de soi : dans le Pays des Merveilles, Alice, qui ne cesse de grandir et de rapetisser, finit par ne plus très bien savoir qui elle est ; dans le Pays du Miroir, elle va jusqu’à oublier son propre nom en traversant un bois dans lequel rien ne porte de nom. On peut donc voir Alice comme le voyage initiatique d’une fillette à la recherche de sa véritable identité. Au final, Alice parvient à affirmer sa supériorité sur la Reine de Cœur dans le premier récit ; et à devenir l’égale des Reines Rouge et Blanche dans le second. Alice est une œuvre unique en son genre, qui n’a connu ni précurseur ni successeur. C’est surtout un véritable chef-d’œuvre, qu'il faut avoir lu au moins une fois dans sa vie !

ElizabethBennet
02/04/10

Alice psychédélique L’irrévérence illustrative des années 70 s’empare du texte et de l’héroïne de Carroll et l’emporte dans un tourbillon de couleurs gourmandes. Exubérance, psychédélisme et références surréalistes sont au rendez-vous. A en perdre la tête !

Format

  • Hauteur : 17.80 cm
  • Largeur : 11.00 cm
  • Poids : 0.17 kg

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition