American psycho

ELLIS, BRET EASTON

livre american psycho
EDITEUR : ROBERT LAFFONT
DATE DE PARUTION : 02/03/00
LES NOTES :

à partir de
22,50 €

SYNOPSIS :

Patrick Bateman is twenty-six and works on Wall Street; he is handsome, sophisticated, charming and intelligent. He is also a psychopath. Taking us to a head-on
collision with America's greatest dream - and its worst nightmare - this work is a black comedy about a world we all recognize but do not wish to confront.
2 personnes en parlent

Rêve américain... Lors de sa publication en 1991, American psycho a fait scandale en raison de son immoralisme et, plus particulièrement, de ses scènes et descriptions minutieuses de violence, de tortures et de sexes. Il faut prévenir tout de suite : certaines séquences seront, pour beaucoup, insoutenables.L’intérêt du livre est cependant ailleurs, ces descriptions ne devant pas être isolées de l’ensemble de sa construction. Car il faut attendre presque 100 pages pour découvrir que Patrick Bateman, golden boy de 27 ans, riche, beau et séduisant, est un psychopathe tel que la société capitaliste américaine est capable d’en engendrer. Tout réside dans ce rythme d’ennui répétitif et lancinant, qui scande l’œuvre, et où l’énumération des produits de consommations, des produits de beauté, des vêtements sont une autre forme de torture : celle du néant de l’existence. Bateman est le symbole de la vanité de toute société qui a perdu ses valeurs et qui, livrant ses individus à eux-mêmes, créent des monstres. Au degré près, nous avons tous quelque chose en commun avec Bateman ; nous sommes tous des résurgences de cette société… Voilà donc, peut-être, le véritable psychopathe de ce livre, celui qui est vraiment obscène et insupportable : ce capitalisme débridé, et la société de consommation qu’il génère, qui détruit tout sens et toute liberté en l’homme, obligé de vivre sans repères et sans rêves dans ce monde informe modelé à son image…

beraud@archimed.fr
29/11/15
 

Rêve américain... Lors de sa publication en 1991, American psycho a fait scandale en raison de son immoralisme et, plus particulièrement, de ses scènes et descriptions minutieuses de violence, de tortures et de sexes. Il faut prévenir tout de suite : certaines séquences seront, pour beaucoup, insoutenables.L’intérêt du livre est cependant ailleurs, ces descriptions ne devant pas être isolées de l’ensemble de sa construction. Car il faut attendre presque 100 pages pour découvrir que Patrick Bateman, golden boy de 27 ans, riche, beau et séduisant, est un psychopathe tel que la société capitaliste américaine est capable d’en engendrer. Tout réside dans ce rythme d’ennui répétitif et lancinant, qui scande l’œuvre, et où l’énumération des produits de consommations, des produits de beauté, des vêtements sont une autre forme de torture : celle du néant de l’existence. Bateman est le symbole de la vanité de toute société qui a perdu ses valeurs et qui, livrant ses individus à eux-mêmes, créent des monstres. Au degré près, nous avons tous quelque chose en commun avec Bateman ; nous sommes tous des résurgences de cette société… Voilà donc, peut-être, le véritable psychopathe de ce livre, celui qui est vraiment obscène et insupportable : ce capitalisme débridé, et la société de consommation qu’il génère, qui détruit tout sens et toute liberté en l’homme, obligé de vivre sans repères et sans rêves dans ce monde informe modelé à son image…

Format

  • Hauteur : 24.00 cm
  • Largeur : 15.30 cm
  • Poids : 0.56 kg
  • Langage original : ANGLAIS