Anthologie de l'epigramme : de l'antiquite a la renaissance

COLLECTIF GALLIMARD

livre anthologie de l'epigramme : de l'antiquite a la renaissance
EDITEUR : GALLIMARD
DATE DE PARUTION : 12/07/07
LES NOTES : Donnez votre avis
à partir de
10,90 €

SYNOPSIS :

La littérature grecque commence avec l'Iliade et finit avec l'Anthologie, autrement dit l'Anthologie grecque, cette prodigieuse collection d'épigrammres écrites entre le VIe siècle avant notre ère et le VIe après, soit (on l'oublie trop souvent) la plus ancienne des anthologies, et le prototype de toutes celles qui allaient suivre. Prélever seulement la fleur de cette collection, dont la publication au seuil de l'époque moderne a été un éblouissement, offre déjà matière à un livre extrêmement séduisant et divers, puisque dès l'époque alexandrine, l'épigramme en vient à désigner tout poème court - amoureux, narratif, descriptif, moral, comique - pourvu qu'il soit doté d'un corps élégant et d'une âme pleine de subtilité. On sait cependant qu'en passant de la Grèce à Rome, l'épigramme reçoit de Catulle
l'ébranlement de la violence et de Martial une mutation décisive, élargie et tout ensemble rétrécie au domaine de la satire et surtout s'armant de la pointe en un nouvel « arte de torear ». Dès lors la piqûre est avec la brièveté le trait distinctif du genre. Ce qui ne le réduit pas à la cruauté, puisque les poètes de la Renaissance et de l'âge baroque, armés de la pointe latine, repartent à la conquête de la variété originelle. Et le symbole de l'épigramme devient, selon Giambattista Marino, non pas tant la guêpe que l'abeille, « au corset étroit, habile à planter son dard et à extraire, de la piqûre, le miel ». Voici donc deux millénaires d'épigrammes, de Simonide à John Owen : un parcours fulgurant et tonique, pour la première fois donné en version originale et en traduction française.
0 personne en parle

Format

  • Hauteur : 17.80 cm
  • Largeur : 10.80 cm
  • Poids : 0.32 kg