Armadale

COLLINS, WILKIE

livre armadale
EDITEUR : ADULT PBS
DATE DE PARUTION : 29/03/07
LES NOTES :

Livre en VO
à partir de
11,78 €

SYNOPSIS :

Selon Borges et Henry James, sur ce point d'accord, s'il fallait se résoudre à ne lire qu'un seul livre de Collins - ce qui est en soi une contrainte insupportable - il faudrait que ce soit Armadale : car ces 800 pages foisonnantes embrassent à peu près tous les registres où se complaît d'ordinaire l'écrivain, humour bien noir compris. Un livre dont l'unique but, prévenons tout de suite l'innocent lecteur, est d'égarer celui qui aura eu l'imprudence de l'ouvrir. Résumons : Tous deux s'appellent Allan Armadale : l'un est tout ce que l'autre n'est pas ; l'un sait, surtout, ce que l'autre ne sait pas - et l'un des deux, semble-t-il, est de trop sur cette terre. A partir du thème éternel de la rivalité entre Caïn et Abel (amour et haine confondus), Wilkie Collins brode une intrigue au fil de laquelle le lecteur est
convié à toutes les conjectures, c'est-à-dire à tous les égarements : 800 pages de déambulation à l'intérieur d'un labyrinthe où les personnages et le destin rivalisent d'imagination - et de perversité -, 800 pages de machinations, de complots et de mensonges, au terme desquelles, délicieusement mis à mal, nous espérons malgré tout découvrir ce qu'il est convenu d'appeler la vérité. Conclusion de Henry James : « Il introduit dans l'espace romanesque le plus mystérieux des mystères : celui qui se cache derrière nos portes. » Passage en collection « Libretto » d'Armadale, selon Borges le plus grand roman de Wilkie Collins (l'inventeur du thriller). 800 pages de frissons et d'égarements garantis. Selon Michel Le Bris, préfacier enthousiaste de l'ouvrage : « L'indécence au service du suspense ».
1 personne en parle

Pour les inconditionnels de l'oeuvre de Wilkie Collins, Armadale apparaît comme son chef d'oeuvre. Et effectivement c'est l'un de ses romans les plus aboutis et les plus troubles, dans lequel se mélange surnaturel et intentions malsaines autour de personnages très manichéens. Le récit est marqué par cette nette division : les bons et les méchants, les fragiles et les forts, les faibles et les puissants. Le portrait « psychologique » de chaque personnage est fortement appuyé laissant le lecteur se faire une seule et unique impression qui ne change jamais et est toujours validée au cours de l'histoire. Le lecteur suit la véritable transformation (voire même l'éducation) du jeune héros Allan Armadale, faisant de l'histoire un presque roman d'apprentissage où la place de l'amitié est forte ainsi que celle des secrets de famille et autres malédictions générationnelles. On demeure séduit par les procédés de narration inimitables de l'auteur et je reprendrais la phrase d'Henry James admirant le travail de Collins : « Il introduit dans l'espace romanesque le plus mystérieux des mystères : celui qui se cache derrière nos portes ». Citation qui résume parfaitement les aspects sombres de l'âme humaine que Collins met en scène dans chacun de ses romans et que Michel Le Bris qualifie lui « d'indécence au service du suspense ».

SophieC
15/09/10
 

Format

  • Hauteur : 19.80 cm
  • Largeur : 12.90 cm
  • Poids : 0.51 kg