Armadale

COLLINS, WILKIE

livre armadale
EDITEUR : ADULT PBS
DATE DE PARUTION : 29/03/07
LES NOTES :

Livre en VO
à partir de
12,17 €

SYNOPSIS :

Selon Borges et Henry James, sur ce point d'accord, s'il fallait se résoudre à ne lire qu'un seul livre de Collins - ce qui est en soi une contrainte insupportable - il faudrait que ce soit Armadale : car ces 800 pages foisonnantes embrassent à peu près tous les registres où se complaît d'ordinaire l'écrivain, humour bien noir compris. Un livre dont l'unique but, prévenons tout de suite l'innocent lecteur, est d'égarer celui qui aura eu l'imprudence de l'ouvrir. Résumons : Tous deux s'appellent Allan Armadale : l'un est tout ce que l'autre n'est pas ; l'un sait, surtout, ce que l'autre ne sait pas - et l'un des deux, semble-t-il, est de trop sur cette terre. A partir du thème éternel de la rivalité entre Caïn et Abel (amour et haine confondus), Wilkie Collins brode une intrigue au fil de laquelle le lecteur est
convié à toutes les conjectures, c'est-à-dire à tous les égarements : 800 pages de déambulation à l'intérieur d'un labyrinthe où les personnages et le destin rivalisent d'imagination - et de perversité -, 800 pages de machinations, de complots et de mensonges, au terme desquelles, délicieusement mis à mal, nous espérons malgré tout découvrir ce qu'il est convenu d'appeler la vérité. Conclusion de Henry James : « Il introduit dans l'espace romanesque le plus mystérieux des mystères : celui qui se cache derrière nos portes. » Passage en collection « Libretto » d'Armadale, selon Borges le plus grand roman de Wilkie Collins (l'inventeur du thriller). 800 pages de frissons et d'égarements garantis. Selon Michel Le Bris, préfacier enthousiaste de l'ouvrage : « L'indécence au service du suspense ».
2 personnes en parlent

Pour les inconditionnels de l'oeuvre de Wilkie Collins, Armadale apparaît comme son chef d'oeuvre. Et effectivement c'est l'un de ses romans les plus aboutis et les plus troubles, dans lequel se mélange surnaturel et intentions malsaines autour de personnages très manichéens. Le récit est marqué par cette nette division : les bons et les méchants, les fragiles et les forts, les faibles et les puissants. Le portrait « psychologique » de chaque personnage est fortement appuyé laissant le lecteur se faire une seule et unique impression qui ne change jamais et est toujours validée au cours de l'histoire. Le lecteur suit la véritable transformation (voire même l'éducation) du jeune héros Allan Armadale, faisant de l'histoire un presque roman d'apprentissage où la place de l'amitié est forte ainsi que celle des secrets de famille et autres malédictions générationnelles. On demeure séduit par les procédés de narration inimitables de l'auteur et je reprendrais la phrase d'Henry James admirant le travail de Collins : « Il introduit dans l'espace romanesque le plus mystérieux des mystères : celui qui se cache derrière nos portes ». Citation qui résume parfaitement les aspects sombres de l'âme humaine que Collins met en scène dans chacun de ses romans et que Michel Le Bris qualifie lui « d'indécence au service du suspense ».

SophieC
15/09/10
 

Les mots me manquent, les bras m’en tombent. L’un dans l’autre ce billet promet de ne pas briller par son contenu, mais que faire, que dire après un tel monument qui m’a procuré une extase sans nom ? Wilkie Collins nous balance un bon gros pavé bourré de personnages magnifiques et hauts en couleurs, des intrigues tortueuses, des rebondissements, des secrets inavouables, des âmes tourmentées, une société victorienne avec ses défauts mais avec cette ambiance qui me ravit.Le meilleur de maître Wilkie est développé à son maximum dans Armadale.Un antagonisme prédestiné, une dualité troublante dans laquelle l’innocence et l’ignorance de l’un contrebalance la connaissance et la paranoïa de l’autre.Les deux Armadale forme un duo improbable, deux personnalités que tout sépare, riches et complexes. On pourrait parler des heures de ce roman sublime, malheureusement le temps me manque et à moins de faire une dissertation de 3612 pages qui de toute façons ne suffirait pas à faire le tour de la question, la chose me parait vaine. Notons cependant un personnage que j’ai adoré (parmi d’autres !), une méchante vilaine pas sympa du tout mais finalement très attachante, spécimen anachronique de femme fatale.Pour finir et avant de m’enfoncer d’avantage, voici un extrait qui suffira à illustrer l’humour et la finesse de Wilkie : « Quand vous dites non à une femme, monsieur, dites-le toujours en un seul mot. Si vous lui donnez des raisons, elle croit invariablement que vous voulez lui dire oui. »

un flyer
06/03/10

Format

  • Hauteur : 19.80 cm
  • Largeur : 12.90 cm
  • Poids : 0.51 kg

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition