Artemis fowl

COLFER, EOIN

EDITEUR : GALLIMARD-JEUNESSE
DATE DE PARUTION : 13/09/01
LES NOTES :

à partir de
8,49 €
EXISTE EN
Ebook

SYNOPSIS :

Artemis Fowl est un génie de douze ans. Il vit en Irlande et n'a qu'un objectif en tête : restaurer la fortune de sa famille. Il appartient à une dynastie de voleurs célèbres. Le père d'Artemis est porté disparu et sa mère, folle de chagrin, a perdu la tête. Aidé par son fidèle serviteur Butler, un colosse, Artemis
projette de voler l'or des fées. Celles-ci se sont réfugiées sous terre depuis des centaines d'années et ne font que de rares incursions à l'air libre, équipées comme des cosmonautes. Artemis, aidé par son intelligence hors du commun et sa technologie sophistiquée, sera-t-il plus fort que le Peuple des fées ?
5 personnes en parlent

wow Une histoire palpitante et pleine d'énergie. Je vous conseille de les lire tous (au moins jusqu'au 2) car l'ambiance est époustouflante !!!

beraud@archimed.fr
29/11/15
 

Relecture – Je ne saurai plus dire quand j’ai découvert la première fois cette série. Toutefois, je ne suis jamais allée plus loin que le troisième tome. J’ai lu et relu Artemis Fowl un certain nombre de fois et, malgré le fait que j’ai grandi, mon opinion sur ce livre n’a jamais vraiment changé. Une de mes bonnes résolutions pour la nouvelle année est de finir cette série. Un univers – Cette série, pour moi, c’est surtout son univers. Eoin Colfer arrive à décrire un monde complet, avec ses propres coutumes, lois, police, … en seulement quelques pages et en évitant de noyer son lecteur dans de longues descriptions. Les différentes informations sont disséminées ci et là. Elles nous sont données quand nous avons besoin pour comprendre les événements. Ce que j’apprécie également, c’est le fait que l’auteur mélange les anciennes légendes (l’Irlande comme terre de naissances des fées, elfes, lutins et autres, les pouvoirs magiques, …) mais aussi des éléments plus récents. En effet, il dote les fées d’une technologie proche de celle des humains dans une certaine mesure (ils ont des ailes qui fonctionnent avec un moteur à essence, des moyens de locomotion assez cocasses, …). Il donne aussi à son livre une certaine originalité qui m’a vraiment plu. Cette singularité, pour ma part, est constituée par le fait qu’Eoin Colfer confronte notre monde avec celui des fées. Des personnages hauts en couleur – Cette série ne serait rien sans son personnage central au fort caractère, Artemis Fowl. Ce détestable petit garçon de douze ans à l’intelligence très développée fait également tout le charme de ce roman. Il a toujours un coup d’avance et son comportement me ravit à chaque fois. Je me demande toujours quel autre coup tordu il va inventer. Personnellement, je l’adore. Il a également une part de faiblesse en lui qui est appréciable et qui permet de l’humaniser. Le farfadet Holly est également un des personnages phare de la série. En effet, c’est la première à avoir eu un contact avec Artémis Fowl. J’aime sa façon de se comporter comme si tout dépendait d’elle. C’est une des seules femmes de sa section donc elle doit faire ses preuves. Elle forme un sacré duo non seulement avec le jeune humain mais également avec son chef. Elle est vraiment attachante. La dynamique des personnages est vraiment intéressante. Ils ont tous un caractère bien à eux et nous pouvons dire qu’ils sont hauts en couleur. Je les adore tous et je ne saurai choisir quel est mon préféré. Les répliques sont souvent cocasses et drôles. Conclusion de cette première mission – J’ai beau avoir relu cette histoire au moins cinq fois, je ne m’en lasse jamais. Certes, je connais chaque rebondissement, chaque révélation mais le plaisir est toujours le même. Je découvre et redécouvre chaque détail avec délectation. J’ai hâte de me plonger dans le deuxième tome, Mission polaire, pour retrouver cet univers mais également tous les personnages.

Avalon
21/01/12
 

Je n'ai pas vraiment accroché à l'histoire, car tout ce passe trop vite, ce qui se comprends aisément : dans ce premier tome Eoin Colfer doit mettre en place tout son monde et peu de page... Mais bien qu'Artemis Fowl soit un livre très condensé, il reste très agréable à lire.C'est vraiment un livre jeunesse comme on aimerait en lire plus ! Les personnages ne sont pas crédibles du tout mais ils ont la particularité de nous faire rêver, et ça, ça reste quand même le plus important en littérature ! Si on ne peut pas rêver, ça sert à quoi ? Hein ?Mais bon, un gamin de 12 ans comme Artemis, avec le QI de Kyle XY, ça, ça ne doit vraiment exister que dans les films. Surtout avec autant de maturité ! Et puis, pour faire le mal... Mais bon, il reste agréable, gentil, touchant : on ne peut s'empêcher de l'apprécier, et tant mieux ! Peut-être qu'un jour il va finir par bien tourner (mais c'est vrai que ça serait moins drôle !).J'aime beaucoup la présence des créatures surnaturelles du livre. Même si je suis un peu déçue par la vision du troll dans ce livre : pour moi, tout les trolls ressemblent à ceux d'Harry Potter et celui-ci est assez différent... Mais bon, tant pis ! En soit, le coup, du monde caché dans notre monde à nous est peu original : on nous à déjà fait le coup dans La quête d'Ewilan, Harry Potter, Peggy Sue... Tout dans ce livre est basé sur l'histoire d'Artemis - ce anti-héros, et c'est ça qui lui donne cette saveur particulière !Il serait réellement dommage de ne pas lire les aventures de ce touchant délinquant juvénile !

MademoiselleLuna
26/10/11
 

Artemis Fowl est le nom d’un héros dont j’ai beaucoup entendu parler jusque là et qui m’intriguait. Lorsque j’ai trouvé ce premier tome pour une poignée d’euros, je n’ai même pas pris connaissance du résumé (erreur !), me fiant aux bons échos de la blogosphère littéraire. Même si je savais qu’il s’agissait d’un ouvrage pour la jeunesse, je ne me suis pas méfiée plus que ça, habituée aux jeunes héros.Malheureusement pour moi, la sauce n’a pas (du tout) pris et je ne lirai définitivement pas la suite. Dorénavant, au lieu de foncer tête baissée lorsque je trouverai un ouvrage d’occasion qui semble avoir du succès, je vérifierai au moins le résumé et je feuillèterai un peu !Agé de 12 ans, Artemis est un génie. Un père absent, une mère qui semble mentalement dérangée, le garçon profite de la situation pour faire l’école buissonnière et s’adonner au « crime ». Accompagné de son fidèle garde du corps - et unique ami - Butler, il met au point un plan infaillible pour voler la fortune des fées, créatures légendaires qu’il sait exister.Malheureusement pour lui, il kidnappe Holly, une membre tenace des FARfadets (Forces Armées de Régulation du Peuple des fées) qui n’est pas du tout décidée à lui faciliter la tache…Une aventure liée au monde des fées qui se passe principalement en Irlande, autant dire que cette histoire avait de bons arguments pour me plaire… Et, si ma note (dans Bibliomania ou sur d’autres sites du genre) n‘est pas si mauvaise (6/10), c’est entièrement grâce à cet univers mis en place par Eoin Colfer.En effet, l’auteur développe une « mythologie » féérique intéressante où les nains creusent des tunnels en mangeant la terre et où des équipes complètes de fées sont chargées de réparer et effacer la mémoire des humains qui pourraient avoir eu vent de l’existence de leur monde. J’ai aimé le fait que dans cette saga, Eoin Colfer lie le monde des fées à une technologie de pointe, supérieure à celles des humains. Dans le folklore habituel (ou du moins dans ce que j’ai l’habitude de lire), les fées sont proches de la nature et à rapprocher d’un univers assez « médiéval » et donc plus ou moins « reculé » en terme de technologie. C’est intéressant de découvrir une autre approche, toute aussi pertinente que celle à laquelle je suis habituée. Même si les deux mondes (humain et féérique) se croisent dans ce premier tome, la majeure partie de l’intrigue se déroule à la surface (les créatures féériques vivent sous terre pour préserver leur existence) en quelques jours seulement (à notre époque). J’aurais aimé visiter un peu plus le « sous-sol » ; peut-être qu’il est plus développé dans les tomes suivants, mais je n’aurai pas l’occasion de le découvrir.Un contexte plutôt sympathique, n’est-ce pas ? Oui, sauf qu’il n’abrite pas une intrigue et des personnages qui m’ont séduite.Pour commencer, je n’ai pas accroché à l’histoire en elle-même. Cette idée de kidnapping pour récupérer de l’or féérique ne m’a intéressée à aucun moment. Et, même si les actions s’enchaînent plutôt bien, avec un rythme soutenu, je me suis ennuyée et j’ai eu du mal à arriver au bout, n’ayant jamais envie de poursuivre la lecture.Mais, le pire de tout et ce qui a sans doute rendu ma lecture aussi ardue, ce sont les personnages ; à commencer par le jeune héros. Dire que je n’ai pas aimé Artemis est un doux euphémisme. Une tête à claques que j’ai détestée dès sa première apparition ! Dommage, le prénom en hommage à ma déesse préférée n’aura pas suffit à me rendre ce gamin sympathique. Habituellement, les personnages cyniques et d’apparence froide et cruelle, me parlent, mais là non, le courant n’est définitivement pas passé. De plus, je veux bien qu’Artemis soit un génie, mais tout QI élevé qu’il ait, je ne pense pas qu’un gamin de 12 ans ait le dixième de son comportement ; invraisemblable ! Les autres personnages ne m’ont pas davantage convaincue. Que ce soient les fées ou l’entourage du héros, je n’ai eu aucune sympathie pour aucun d’entre eux et je me fichais éperdument de ce qui pouvait leur arriver.Peut-être aurais-je davantage apprécié cette découverte si je l’avais faite dix ans plus tôt ? Sincèrement, j’en doute. Je peux rapprocher ce livre de la saga de C.S. Lewis - Le Monde de Narnia - à laquelle j’ai fait les mêmes reproches : un univers intéressant mais des personnages détestables et des aventures ennuyeuses à souhait. Lorsque je lis, je veux vibrer. Rire, pleurer ou même être énervée… je veux ressentir quelque chose. Avec Artemis, ça a été comme avec Narnia : l’indifférence. Je n’avais qu’une envie, arriver au bout !Cela dit, rendons à César ce qui appartient à César, la plume (du moins la traduction française) est fluide… et heureusement pour moi ! Les plus jeunes peuvent donc se lancer dans cette lecture sans craindre la difficulté. J’ai également noté qu’Eoin Colfer avait tenté quelques touches d’humour qui sont pratiquement toutes tombées à plat chez moi, mais je ne doute pas qu’elles fassent mouche chez d’autres…Cette saga remporte un franc succès chez la plupart de ses lecteurs, alors ne vous fiez pas entièrement à mon avis de (vieille) grincheuse ! Pour ma part, et comme je le disais plus haut, Artemis et moi, ça s’arrête là.

DameMeli
23/07/11
 

Des fées modernes, des monstres et un adolescent Un premier tome génial de l'auteur Eoin Colfer. Histoire pleine d'intrigues, de fanstastique. Le lecteur rentre tout de suite dans le roman et ne peut plus s'en détacher. A lire absolument !

Format

  • Hauteur : 21.40 cm
  • Largeur : 14.00 cm
  • Poids : 0.46 kg

Dans la même catégorie