Au bout de la nuit

GERRITSEN, TESS

livre au bout de la nuit
EDITEUR : PRESSES DE LA CITE
DATE DE PARUTION : 20/05/09
LES NOTES :

à partir de
21,00 €

SYNOPSIS :

Alors que la légiste Maura Isles termine sa journée de travail à la morgue, le cadavre d'une noyée ouvre les yeux. Transférée d'Urgence à l'hôpital, la ressuscitée n'a pas fini de faire parler d'elle à peine sortie du coma, elle prend en otages plusieurs personnes présentes sur les lieux, dont l'inspecteur Jane Rizzoli, sur le point d'accoucher. La forcenée prétend vouloir révéler un scandale impliquant certains des membres les plus éminents du gouvernement.
Qui. est donc cette mystérieuse jeune femme à l'accent slave ? Et pourquoi le ministère de la Défense tient-il tant à donner l'assaut, au mépris total de la survie des otages ? Autant de questions auxquelles devront répondre Maura et Gabriel, le mari de Jane, afin d'éviter le pire. Dans ce nouveau thriller glaçant servi par une intrigue magistralement orchestrée, Tess Gerritsen parvient une fois de plus à tenir son lecteur en haleine jusqu'à la dernière page.
3 personnes en parlent

Une nouvelle fois , ça commence sur les chapeaux de roues ! C'est l'histoire d'un macchabée ( John Doe , nom generalement usité lorsque l'on ne peut mettre un nom sur un corps ) qui n'en a que l'air et qui , au reveil , se dit : tiens , la journée va etre longue...Et si je prenais quelques personnes en otage histoire de m'occuper un petit peu ...Otages parmi lesquels figure Rizzoli , presente dans cet hopital car commençant a perdre les eaux suite a un proces mouvementé ! Le livre nous offre deux parties bien distinctes , la prise d'otages et son denouement au cours de laquelle l'auteur met l'accent sur la psychologie des personnages ; les affres de l'inspecteur otage ainsi que de son mari , Gabriel , suivant tout ça de l'exterieur , les motivations des preneurs d'otages , leur cheminement..Puis vient l'enquete proprement dite , menée comme de bien entendu par la tenace Rizzoli , et s'orientant vers l'exploitation sexuelle des filles de l'est et cela , touchant les plus hauts niveaux de responsabilité du pays d'ou la delicatesse des investigations...Un bon polar , bien rythmé , qui met l'accent sur un sujet plus que jamais d'actualité !Un livre a decouvrir au bout de la nuit...blanche...

TurnThePage
13/11/13
 

J'ai donc commencé ce polar hier, dans le train, avec la furieuse impression de n'avoir pas lu de polar depuis des années (si ce n'est des siècles !). J'ai accroché de suite sur une intrigue assez "classique" (le trafic d'êtres humains) certes mais diaboliquement prenante, sur un méchant fond de la théorie gouvernementale du complot. Bref, une enquête parfois tirée par les cheveux.... Mais du très très bon Tess Gerritsen, dont je ne loupe aucun des bouquins. Prochaine lecture, j'hésite (si j'avais un peu moins de livre à lire, aussi....). Mais ce sera un polar. Je suis en manque !

LAPESTE
12/04/12
 

Personne n’est au dessus des lois ….Et pourtant, parfois les grands de ce monde sont protégés, manipulent l’information, les médias, les personnes …. et lorsqu’une voix, petite, si petite s’élève, il est plus simple de la faire taire …. Pour éviter des remous qui entraineraient d’autres recherches, d’autres problèmes dont on n’a pas forcément envie d’entendre parler ….Vous connaissez ces trois singes qui se bouchent les yeux, les oreilles, le museau ?Et bien dans ce roman, Jane, membre de la police, a choisi :de regarder l’horreur, l’indicible, d’écouter les voix qui n’ont plus le droit à la parole parce qu’elles ne sont plus de ce monde mais aussi celle, encore vivante, qui murmure et appelle à l’aide, de parler pour dénoncer ce qu’elle pense avoir découvert ….Tout cela au risque de sa vie, au risque d’être considérée comme une folle qui croit un individu à qui elle fait confiance (pourquoi d’ailleurs ?), au risque de déranger, de compromettre ceux qui pensent être à l’abri ….Son chemin sera long, difficile, semé d’embuches … Elle est en congé maternité, elle vit ce bouleversement qui fait d’une femme, une mère. Ce chambardement dans le corps et l’esprit qui change les priorités, qui donne la force de se battre pour la chair de sa chair, qui met mal à l’aise de temps en temps, tant elle voudrait se consacrer à son travail, ne pas se contenter de rester là à attendre le moment où elle reprendra le « collier »….« Tu as une mission importante, maintenant. Tu dois rester à la maison, produire du lait et laisser ton cerveau se ratatiner…. » Je suis flic, moi, et j’ai besoin de retourner au turbin ! Ça me manque !Jane est attachante car très humaine, elle est tiraillée entre son enfant (son talon d’Achille, sa faiblesse mais aussi sa force …. On le sait, un enfant vous donne des ailes, vous pousse à lutter pour le voir grandir, vous raccroche à la vie …. Un enfant c’est votre vie ….) et son désir profond, puissant de participer à l’enquête, de comprendre les événements, de savoir la vérité ….Vérité qui va mettre mal à l’aise le lecteur, tant elle est bien retranscrite, vérité pas très loin de la réalité qu’on nous cache, qu’on devine (et à ce moment là, ne faisons-nous pas quelquefois comme les trois singes ?), vérité révoltante … Vérité à combattre, dénoncer ….Les autres personnages sont bien intégrés dans le déroulement.Gabriel, le mari de Jane, qui dépend du FBI, et pour qui, être père est aussi une nouveauté. Il voudrait être en mesure de protéger sa femme et son enfant en permanence et s’aperçoit que ce n’est pas possible ….Maura, le médecin légiste, est un peu en retrait dans cette intrigue mais c’est elle qui va lancer « l’histoire » puisqu’un de ses « cadavres » est finalement vivant … drôle de découverte dans la housse mortuaire …. Brrrr ….Les journalistes sont peut-être un peu caricaturés par leur recherche du sensationnel, mais si on creuse un peu, on n’est pas loin de ce qui se passe de temps à autre, (assez souvent ?) dans le monde des médias.Vous l’aurez compris, ce roman est « prenant », on se lance dans la lecture et les pages ne vont pas assez vite tant on veut savoir ce qu’il en est réellement.L’écriture est percutante, rythmée par des dialogues bien vivants, vraisemblables, apportant les réflexions des uns et des autres sur «l’état des lieux ». Les personnages sont crédibles, leur personnalité développée juste ce qu’il faut pour qu’on les « sente » sans que ce soit trop lourd à lire. Les scènes sont très visuelles (on pourrait adapter en film sans problème) et pourtant, on n’a pas l’impression de lire des descriptions à rallonges. Tess Gerritsen sait donc remarquablement ajuster son vocabulaire, son « phrasé » (bravo aussi au traducteur) pour que le lecteur ne s’ennuie pas une seconde !

Cassiopea
09/11/11
 

Format

  • Hauteur : 22.60 cm
  • Largeur : 14.20 cm
  • Poids : 0.48 kg

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition