Auschwitz

REES-L

livre auschwitz
EDITEUR : LGF
DATE DE PARUTION : 03/09/08
LES NOTES :

à partir de
8,10 €

SYNOPSIS :

Le 27 janvier 1945, l'armée rouge pénètre dans le camp de concentration d'auschwitz et libère les survivants. Le monde découvre un système d'une barbarie inouïe, jamais vue dans l'histoire de l'humanité : La « solution finale », les chambres à gaz et les fours crématoires. S'appuyant sur les meilleures sources historiques et sur une centaine d'entretiens inédits avec d'anciens bourreaux comme avec des rescapés, laurence
rees nous permet de comprendre de l'intérieur le fonctionnement de cette machine à tuer. La force et l'originalité de cette enquête unique sont de montrer comment les décisions qui ont abouti à la construction des camps ont mûri des années durant. et l'on découvre, incrédule, qu'aujourd'hui encore nombre d'anciens nazis justifient leurs crimes par cette phrase simple et atroce : « je pensais que c'était une bonne chose. »
1 personne en parle

Jusqu’à la lecture de ce livre, lorsque je pensais en camps de concentration, je pensais uniquement à des chiffres, à ce nombre hallucinant et inimaginable de victimes des camps de concentration (plus de 3.000.000 de morts). Car l’horreur de l’événement pousse les historiens bien souvent à nous donner des chiffres, pour nous montrer l’ampleur de la folie humaine, mais malheureusement, ces chiffres tellement immenses, nous font oublier que ces numéros étaient des êtres humains, des personnes comme vous et moi, qui ont fait l’erreur de naître au mauvais moment au mauvaise endroit, mort pour leur origine, leurs mœurs ou bien encore leurs idées.Mais Laurence Rees, nous fait découvrir des êtres humains, qui avaient une vie avant, qui ont eu une pendant et quelques uns d’entre eux une vie après. Qu’ils eussent été d’un côté ou de l’autre autre des barbelés.On découvre des gens, hommes, femmes et enfants qui ont lutté pour vivre, dans un monde que j’ai encore du mal à imaginer fait de terreurs et de morts.Il s’agit de témoignages de victimes mais aussi de bourreaux. Qui tous reconnaissent que la mort était omniprésente du matin au soir.Laurence Rees, nous parle aussi de la collaboration des pays européens dans la déportation et la mort de millions de personnes.Mais l’horreur pour les survivants ne s’arrête pas, à la libération des camps elle continue avec les soldats de l’armée rouge, qui violaient les femmes qui venaient juste de retrouver leur liberté. Staline déclara qu’il n’y avait pas de prisonniers de guerre russes, mais que des traîtres à la patrie, à peine sorti des camps, ils se retrouvèrent dans les goulags.Malgré n’avoir jamais était très fan de telles lectures, préférant lire un roman, plus facile à oublier, sans risque d’en sortir affecter, j’ai beaucoup aimé ce livre qui nous parle d’êtres humains avec leurs personnalité.Je crois sincèrement, que la société répète de manière cyclique les mêmes erreurs. C’est pour cela que je crois qu’il ne faut pas oublier ce qui s’est passé là-bas. Le plus dramatique dans cette histoire est de ce rendre compte que cette barbarie à été orchestré non pas par une horde de sauvages, mais des individus éduqués (j’entends par la avec une éducation scolaire, voir même universitaire) , membres d’une société moderne, civilisée. Et malgré cela, ils ont été capables de créer une industrie de la destruction humaine implacable. En lisant les remerciements, j’ai découvert que ce livre faisait suite à un documentaire réalisé par Laurence Rees, que je me suis empressé d’acheter pour pouvoir le regarder. Il est très proche du livre, même dans la structure. Je vous invite donc soit de lire le livre ou bien de regarder le documentaire. http://bouquinovore.blogspot.fr/

Bouquinovore
23/07/13
 

Format

  • Hauteur : 17.80 cm
  • Largeur : 11.00 cm
  • Poids : 0.25 kg
  • Langage original : ANGLAIS