Autant en emporte le vent t1

MITCHELL, MARGARET

livre autant en emporte le vent t1
EDITEUR : GALLIMARD
DATE DE PARUTION : 17/03/76
LES NOTES :

à partir de
8,80 €
nos libraires ont adoré autant en emporte le vent t1

SYNOPSIS :

Le roman et le film les plus populaires de tous les temps. Plus de dix millions d'exemplaires vendus dans le monde. Traduit dans 18 langues. Autant en emporte le vent est une fresque historique, jamais surpassée, sur la
société des États sudistes et les tragédies de la guerre de Sécession. C'est aussi un roman d'amour dont les héros, Scarlett O'Hara et Rhett Butler, sont entrés à jamais dans la galerie des amants légendaires.
Roman sentimental américain sous couvert de guerre de Sécession. Un grand classique !

Scarlett O'Hara a 16 ans. Elle vit à Tara, une plantation de coton que son père, irlandais immigré, a gagnée aux cartes avant d'épouser Hélène Robillard, une jeune fille issue d'une excellente famille du Sud.
Scarlett est une jeune fille insouciante, pleine de vie, une coquette un peu égoïste qui ne pense qu'à ses toilettes somptueuses, aux bals, à charmer des ses grands yeux verts tous les beaux partis de la région. Mais son coeur ne bat que pour Ashley Wilkes, son voisin.
Son univers s'écroule lorsque Ashley la rejette pour épouser sa cousine, Mélanie Hamilton. De plus la guerre éclate entre le nord et le sud. C'est la guerre de Sécession. Mais alors elle rencontre le très controversé Rhett Butler, un charmeur ténébreux et cynique à la réputation malmenée...

Dans ce roman, Margaret Mitchell décrit la fin d'un monde, la chute du Sud des Etats-Unis et des valeurs chères aux Sudistes. Elle montre à travers ses personnages comment les riches exploitants furent vaincus sous fond d'histoire sentimentale.
Un roman riche empli de passion et de fougue.

Ce livre fut adapté au cinéma en 1939 par Victor Fleming, avec dans les rôles principaux : Clark Gable, Vivien Leigh, Leslie Howard et Olivia de Havilland.
Le film gagna un franc succès auprès du public, reçut 13 nominations aux oscars et remporta 8 prix : oscar du meilleur réalisateur, du meilleur scénario adapté, de la meilleure actrice (pour Vivien Leigh), du meilleur second rôle féminin (premier oscar décerné à une actrice de couleur), de la meilleure photographie, du meilleur montage et de la meilleure direction artistique.

Plus récemment (2003), le livre fut monté en comédie musicale par Gérard Presgurvic avec une chorégraphie de Kamel Ouali.

audrey (lille)
Roman sentimental américain sous couvert de guerre de Sécession. Un grand classique !

Scarlett O'Hara a 16 ans. Elle vit à Tara, une plantation de coton que son père, irlandais immigré, a gagnée aux cartes avant d'épouser Hélène Robillard, une jeune fille issue d'une excellente famille du Sud.
Scarlett est une jeune fille insouciante, pleine de vie, une coquette un peu égoïste qui ne pense qu'à ses toilettes somptueuses, aux bals, à charmer des ses grands yeux verts tous les beaux partis de la région. Mais son coeur ne bat que pour Ashley Wilkes, son voisin.
Son univers s'écroule lorsque Ashley la rejette pour épouser sa cousine, Mélanie Hamilton. De plus la guerre éclate entre le nord et le sud. C'est la guerre de Sécession. Mais alors elle rencontre le très controversé Rhett Butler, un charmeur ténébreux et cynique à la réputation malmenée...

Dans ce roman, Margaret Mitchell décrit la fin d'un monde, la chute du Sud des Etats-Unis et des valeurs chères aux Sudistes. Elle montre à travers ses personnages comment les riches exploitants furent vaincus sous fond d'histoire sentimentale.
Un roman riche empli de passion et de fougue.

Ce livre fut adapté au cinéma en 1939 par Victor Fleming, avec dans les rôles principaux : Clark Gable, Vivien Leigh, Leslie Howard et Olivia de Havilland.
Le film gagna un franc succès auprès du public, reçut 13 nominations aux oscars et remporta 8 prix : oscar du meilleur réalisateur, du meilleur scénario adapté, de la meilleure actrice (pour Vivien Leigh), du meilleur second rôle féminin (premier oscar décerné à une actrice de couleur), de la meilleure photographie, du meilleur montage et de la meilleure direction artistique.

Plus récemment (2003), le livre fut monté en comédie musicale par Gérard Presgurvic avec une chorégraphie de Kamel Ouali.
Audrey ,
Librairie
(Lille)
8 personnes en parlent

Une merveille!!!!!L'amour!!!!Mais vous connaissez tous cette histoire, nous restons tous un peu fleur bleue, tout y est pour rendre ce livre un best seller Nena

nena1
01/02/15
 

Ce roman qui me paraissait être un énorme pavé a en fait enchanté mes soirées. Une grande et belle histoire d'amour pleine de rebondissements, avec des personnages complexes qui ne sont ni totalement bons ni totalement méchants et qui laissent donc énormément de place au suspens. A lire avant de regarder le film si possible pour en profiter encore plus.

madamedoc149
03/10/13
 

Alors là, pour une surprise, c'est une drôlement bonne surprise !! Je suis totalement sous le charme de ce premier volet d'Autant en Emporte le Vent, Margaret Mitchell a totalement réussit à m'emmener avec elle dans le passé, vers la guerre de Sécession dans les Etats Sudistes. Je me suis pas mal identifiée à Scarlett au fil des pages : c'est une peste finie avec ses amies, une séductrice hors paire et elle fait des caprices pour un rien. (Non que je pense être comme elle, mais je me retrouve totalement dans sa contestation de la guerre et de son envie de liberté) Elle a des idées très arrêtées sur le monde qui l'entoure, est égoïste et fait tout pour arriver à sa fin. Les autres personnages sont également très marqué. Ils ne sont pas des stéréotypes, mais à l'image des humains qui nous entourent, ils est difficile de les identifier à quelqu'un que l'on connaitrait dans la vraie vie tellement l'histoire parait réelle ainsi que ses protagonistes. L'écriture de l'auteur est vraiment très prenante, très simple : il n'y a pas de difficulté de vocabulaire, ce livre peut être lu pour n'importe qui. Elle nous décrit parfaitement le monde qui entoure Scarlett au point ou nous vivons nous aussi complètement cette histoire avec elle.Grâce à ce livre, je me suis initiée à la guerre de Sécession que je ne connaissais pas du tout et je dois avouer qu'il a titiller ma curiosité : je pense que je vais me renseigner sur le sujet !Cette guerre fait une parfaite toile de fond pour les histoires d'amour de Scarlett et des autres jeunes filles qui l'entoure. C'est ce qui rend ce livre beaucoup plus sérieux qu'il aurait pu paraitre au premier abord : elle nous permet également un grande part de suspense et quelques petites frayeurs... Ce serait dommage de ne pas découvrir les aventures de Scarlett O'Hara !

MademoiselleLuna
26/10/11
 

Nous sommes en Géorgie, dans le sud des États-Unis peu avant la guerre de Sécession et c’est dans un roman-fleuve que débute une étrange saga. Étrange dans le sens où ce n’est pas une histoire de lutte ou de combat armé qui sont relatés ici. On apprendra d’ailleurs que Scarlett, le personnage emblématique qui donne vie à toute cette fiction, est complètement indifférente à ce qui se passe au front.C’est donc principalement l’histoire d’un parcours de femme que l’on peut qualifier de hors du commun qui prend toute sa lumière ici. Cette femme c’est donc Scarlett, personne obstinément indépendante et volontaire. D’entrée nous savons avoir affaire à une femme de poigne qui n’a qu’une envie : se faire aimer. Craignant samère, elle fait tout pour paraître une femme de la bonne société, pleine de bonnes manières. Mais elle semble avoir hérité de nombreux traits de son père, homme irlandais assez rustre et bourru. Scarlett est une femme qui n’a confiance en personne si ce n’est en elle-même, elle rêve de liberté, de s’émanciper de ses attributions d’épouse (alors que l’époque veut qu’il faille être meilleure compagne et meilleure mère plutôt que tout autre rôle).Scarlett est en ce sens un être à part : elle vit pour elle égoïstement et pour le plaisir de se savoir objet de convoitise et d’admiration. Ses deux sœurs Suellen et Carreen, bien que plus jeunes semblent avoir davantage de raison et d’adaptabilité aux bonnes mœurs. Elles cherchent à prendre mari et à fonder une maison. Pour Scarlett la priorité est de se réaliser professionnellement, notamment en gagnant son propre argent. Mais l’histoire prend naissance avant la guerre, alors que les jeunes gens du comté enchaînent les pique-niques et autres réjouissances mondaines. Mais c’est véritablement la terrible guerre qui brise l’insouciance du petit cercle amical pour qui le destin aurait été d’évoluer entre loisirs et responsabilités familières. Les hommes partent et s’engagent tandis que les femmes restent à l’arrière pour s’occuper des maisons, des plantations, des esclaves…Dans ce portrait d’une Amérique tourmentée avec des conflits qui agitent nord et sud on prend partie pour lespauvres propriétaires terriens, dépossédés de leurs terres et de leurs biens. C’est la force de caractère de Scarlett, toujours debout malgré les épreuves, ne craignant ni Yankees ni rumeurs, qui nous la fait prendre en affection. Quels que soient tous les reproches que nous pourrions adresser à Scarlett, son pouvoir d’exécution est notable car unique chez une femme de son rang. Notre héroïne est néanmoins cupide, vénale et entêtée… il n’en reste pas moins que c’est elle qui mène le roman, elle qui déploie force et témérité pour protéger la terre de ses pères, Tara dont les fondations menacent d’être mis à sac.Aurais-je oublié de vous parler de Rhett Butler ? Car lorsqu’on évoque Scarlett, le nom de Rhett n’est jamais loin. Homme à l’arrogance accoutumée dans le voisinage, pris en grippe par ses camarades qui le jugent lâche (il sera l’un des derniers à s’engager), Rhett est avant tout un personnage constant et passionné. Devant la froideur et le mépris de Scarlett, nous nous félicitons de trouver un Rhett cinglant et grossier, n’épargnant aucune épreuve à notre malheureuse héroïne. Je persiste à croire que notre homme est un être loyal, celui sur qui l’on pourrait uniquement dire que les apparences s’avèrent trompeuses.Que le couple ami et fardeau (Ashley et Melanie) parait insipide face à deux grands caractères, deux forcesde la nature ! Le contraste m’a paru d’autant plus saisissant qu’Ashley et Melanie, constamment sous la protection de Scarlett, cultivent un air ahuri et une sorte de découragement face au destin qui nous les rend agaçants et pleins de mollesse. On en vient à préférer la rudesse du couple phare à l'aspect gentiment guimauve de ce couple lisse et sans histoire.__Pfiou, ça fait un beau morceau pour parler de ce livre qui me collait à la peau depuis près d’un mois sans queje puisse m’en débarrasser par les mots. Car lorsqu’on achève la saga on est juste éreinté, las comme si nous venions nous aussi de vivre une période de turpitude historique et/ou sentimentale. La porte de sortie, la délivrance pour moi ça a été de laisser ce livre arriver à maturation dans mon esprit, de le digérer. Je pense que j’aurais été moins indulgente envers Scarlett si j’avais tenté de juger son parcours avant aujourd’hui.Bien plus que le contexte historique qui m’a garanti de grandes scènes que je me figurais à merveille : l’émergence du racisme, les luttes de pouvoir… j’ai apprécié d’assister à ce spectacle d’un conflit loin du front mais si près des cœurs. En prenant cette illustration de cas isolé et voué à première vue à l'échec, on est pris à partie, encore plus surpris de constater les répercussions de la guerre, encore mieux sensibilisé aux ravages de la bêtise humaine.Qu’il a été bon de voir Scarlett trouver mille et un subterfuges pour protéger les héritages de sa famille.Voilà un personnage de femme forte qui m’a inspiré car on sent qu’un seul être a eu une prise sur de nombreux destins. Même si elle ne se conforme pas aux règles, même si elle prend plaisir à provoquer ses détracteurs, Scarlett a tellement de cordes à son arc qu'elle ne peut être que pardonnée pour toute son audace et sa fraicheur.Un livre que je lâche comme une bouée à la mer, un livre à laisser flotter en surface, voilà ce qu’est ce roman-fleuve : un déferlement d’émotions, une succession d’éléments perturbateurs et un dénouement à couper le souffle (qui je le comprends a fait couler beaucoup d'encre). Que celui-ci qui ose à présent me dire qu’il ne lira pas ce « roman pour bonnes femmes » se lève et témoigne ! "Aux âme bien nées la valeur n'attend pas le nombre des années" (Rabelais)

Melopee
04/06/11
 

Ahhhhhhh, ce livre est à faire pleurer ! Mais pourquoi est-elle si aveugle ? Scarlett est insupportable mais adorable, elle est odieuse mais on la detesterait différente. Après tout, la sainte, c'est Mélanie. Et cette société si convenue, ses noirs si dévoués... heureusement qu'il y a Scarlett pour épicer le tout ! Et puis, Rhett... mauvais garçon mais si parfait. Je suis pour la création d'un fan club !

Praline
01/06/11
 

Je suis une fan du film ce qui m'a donné envie de lire le roman. Et je n'ai pas été déçue du tout. Certains voit Scarlett O'Hara comme une chipie, moi je trouve juste qu'elle a du caractère et qu'elle ne recule devant rien pour mener la vie qu'elle souhaite à une époque où on demande juste aux femmes de sourire, de se taire et de supporter des corsets en tout genre. Bref un grand OUI à Scarlett héroïne féministe et fantastique !

Asiled
25/10/10
 

Je viens de lire le commentaire d'Argantel et je dois bien dire que je ne suis pas du tout d'accord.J'adore ce chef d'oeuvre de la littérature que j'ai dévoré pour la première fois à l'âge de 12 ans.Magnifique roman avec ses personnages haut en couleur sur trame de guerre de sécession.Je suis très fan de Scarlett O'Hara qui est une héroine très complexe et sublime.Je l'ajoute dans les livres que je vais relire prochainement.

Ninie
21/12/09
 

Au printemps, je suis tombée sur Scarlett d’Alexandra Ripley. Et j’avoue que je me suis laissée embarquer dans cette histoire facile, n’ayant plus grand-chose à voir avec l’original mais se lisant avec plaisir.L’ayant finie, je me suis dit qu’il fallait absolument que je comble une grosse lacune : je n’avais jamais lu Autant en emporte le vent, je l’avais juste vu plusieurs fois. Aussitôt dit, aussitôt fait, me voilà pourvu de mon pavé, prête à me laisser emporter !Et là, grosse déception : je me rends compte dès la page 50 que Scarlett me tape sur les nerfs ! Vous allez me dire que c’est normal, que c’est une chipie, …et que, petit à petit, l’apprentissage de la vie va la rendre différente.Mais le problème est là : j’ai eu beau avancer dans l’histoire, je ne ressens absolument rien pour cette demoiselle si ce n’est de l’agacement. J’en suis parvenue à un point où la coupe est pleine : j’ai juste envie de lui mettre une claque (c’est grave docteur ?) !Donc, je m’en vais laisser ce roman qui n’est clairement pas fait pour moi, non pas à cause de l’écriture qui se lit très bien, ni à cause de l’histoire (que j’aime beaucoup – je regarde régulièrement le film dès qu’il passe à la télé) mais bien à cause du personnage principal qui m’exaspère au plus haut point.Devoir abandonner Rhett me brise le cœur mais je ne supporterai pas une seconde de plus cette pimbêche de Scarlett … voilà qui est dit !

Argantel
17/12/09
 

Format

  • Hauteur : 18.00 cm
  • Largeur : 10.70 cm
  • Poids : 0.25 kg

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition