Autobiographie d'une courgette

PARIS, GILLES

EDITEUR : J'AI LU
DATE DE PARUTION : 11/03/03
LES NOTES :

STOCK : En stock, livré sous 5 à 7 jours
à partir de
5,80 €
EXISTE EN
Ebook

SYNOPSIS :

"Elle ressemble à une poupée de chiffon toute molle et ses yeux sont grands ouverts. Je pense aux films policiers où des tas de femmes se font tuer et après elles ressemblent à des tas de chiffons toutes molles et je me dis "c'est ça, j'ai tué maman."" Ainsi commence l'aventure d'Icare, alias Courgette, un petit garçon de neuf ans qui tue accidentellement sa mère alcoolique
d'un coup de revolver. Paradoxalement, la vie s'ouvre à lui après cette tragédie, et peut-être même un peu grâce à elle. Placé dans un foyer, il pose avec une naïveté touchante son regard d'enfant sur un monde qu'il découvre et qui ne l'effraie pas. De forts liens d'amitié se créent entre lui et ses camarades. Et puis surtout, il tombe amoureux de Camille...
6 personnes en parlent

Avis :Le réel point fort de ce roman est la plume de l’auteur, à aucun moment de notre lecture on ne ressent sa présence d’adulte derrière le style ni même dans le déroulement de l’histoire. C’est aussi ce principe d’écriture enfantine qui a freiné mon avancée dans ce livre. Ce n’est pas habituel comme narration et j’ai eu un peu de difficulté à avoir de longs moments en compagnie de ce livre. Il faut dire que les fautes grammaticales nous sautent aux yeux, et ce fut, au début, complexe de ne pas grincer des dents en les découvrant.La description de certains détails faite par Icare dit Courgette nous fait sourire. En effet en tant que grandes personnes nous ne prêtons plus attention à ces petites choses alors qu’un enfant ne peut s’empêcher de les remarquer et de le souligner. La nostalgie de cette période de notre vie refait surface avec tous ces tics de paroles tel que l’utilisation abusive de la conjonction de coordination "et" lorsqu’il conte un événement.Il est de plus tellement naïf et innocent que chaque expression figée de la vie courante lui est inconnue, du coup il cherche à les expliquer et les comprendre, cela amène des réflexions fort rigolotes.Les enfants sont tous attachants à leur manière avec leur passé difficile et leurs personnalités bien distinctes.L’histoire est très jolie, de beaux instants de partages entre amis qui s’ouvrent à la vie. Les adultes,quant à eux, ont tout autant leur place dans ce récit, ils sont, pour la plupart emplis de bonté et de bonnes intentions mais il ne faut pas se leurrer, les méchants monsieurs et les sorcières ont aussi leur part du gâteau.C’est une perle au contenu choupinou tout plein, et touchant, et puis aussi mignon, et aux constatations faites tellement vraies.

bookworm02
22/08/13
 

Le livre de Gilles Paris précédemment édité chez Plon est revu et corrigé pour la collection Étonnantiss!mes chez Flammarion. Cette collection s'adresse à des adolescents et présente des livres très différents écrits par Octave Mirbeau, Émile Zola, Michel Quint ou Gilles Paris, ... (leur site ici). Petit prix (4.90€), préface présentant l'oeuvre dans son époque, dans la société, parlant de ses spécificités, ici, par exemple de l'écriture de l'auteur qui fait parler un enfant, ou encore des foyers pour enfants, postface avec quizz et jeux pour savoir si le livre a été bien compris (j'ai été très tenté, mais je me suis retenu, laissant ses amusements aux jeunes de la maison. Pff, c'est dur d'être adulte !) et entretien avec l'auteur, et des notes bas de pages en cours de lecture pour expliquer des notions, des mots difficiles.Belle idée donc pour un livre, qui lorsque je l'ai lu m'avait paru sympa et plaisant (voir mon billet de l'époque, très court, je débutais dans le blog). Après une relecture très rapide et une replongée dans le monde de Courgette, je m'aperçois qu'il me reste beaucoup de cette histoire en mémoire. Si vous avez aimé le dernier roman de Gilles Paris, Au pays des kangourous, vous aimerez aussi celle-ci. Différente bien sûr, mais avec des points communs : narrateurs-enfants qui se confrontent au monde des adultes, trop tôt, écriture simple et agréable et mine de rien, des sujets aussi douloureux que l'abandon, la mort, l'amour, l'amitié abordés. Pas de réponses universelles, mais en existe-t-il ? Mais des questionnements qui eux le sont sans doute, universels !Je ne saurai trop vous conseiller également la lecture de la postface dans laquelle G. Paris explique son travail d'avant écriture, ses visites dans les foyers, dans une école. Il dit par exemple : "Le foyer n'était pas leur maison, les éducateurs n'étaient pas leurs parents. J'ai aussi compris que ces enfants n'étaient pas différents des autres. Qu'il rêvaient de se fondre dans la masse. Leurs jeux, leurs pensées étaient ceux de tous les enfants." (p.278) Alors là, je dis bravo Gilles. Je suis assistant familial et donc mon travail consiste à m'occuper des enfants que j'accueille chez moi (pour ceux qui ne connaissent pas, nous sommes famille d'accueil) ; je vois donc les enfants évoluer au fur et à mesure de leur placement à la maison. Ma plus grande joie est de les voir accueillis là où nous allons comme les autres. Se fondre dans la masse est l'exacte expression qui convient (petite précision, la masse, ce n'est pas moi, je suis un garçon élégant). C'est le plus grand bien qu'on puisse leur faire. Comme d'ailleurs à toute personne quelle que soit sa spécificité ou sa différence. Tolérance et accueil. Un roman qui me parle donc directement et que je conseille à tous pour passer un bon moment, intelligemment. Yv

Lyvres
16/04/13
 

Le titre est pour le moins original et on pourrait peut-être s'attendre à un livre humoristique. Cependant, ce livre est très sérieux. En lisant le résumé, on apprend qu'Icare (surnommé Courgette) est un enfant de neuf ans qui tue accidentellement sa mère. Il se retrouvera rapidement dans un foyer nommé « Les Fontaines ». Il sera bien accueilli par les « zéducs » comme il les appelle mais aussi par les autres enfants de son âge. Petit à petit, j'ai découvert chaque enfant, sa personnalité, la raison de son placement,...Le récit est à la première personne du singulier. Il s'agit de Courgette qui narre ses aventures à travers ses yeux d'enfant défavorisé. Il est très naïf et pas très bon à l'école. Ce n'est pas négatif car cela crée des situations très drôles. Ses répliques font sourire et rendent ce petit garçon attachant. Les autres enfants ont tous des particularités, entre Simon qui sait tout sur tout le monde, Jujube toujours en train de manger, les frères Chafouin et leurs combats de mots compliqués,... On ne s'ennuie pas !Le style peut déplaire au premier abord bien que ça ne soit pas mon cas. Comme je l'explique, Courgette n'est pas très bon à l'école et il s'exprime comme il parle, « le cadeau à Béatrice » ou un manque de négations « j'arrive pas » par exemple. J'ai apprécié cela car on s'imagine mieux les situations à travers ses yeux d'enfant. Le récit paraît d'autant plus réaliste, comme si le garçon nous parlait.L'émotion est au rendez-vous, on passe du rire aux larmes et il n'y a pas de temps mort. Même si le décès de sa mère a changé le destin de misère de notre héros, rien n'est tout beau ni tout rose. On aborde des sujets difficiles comme l'alcool, la drogue, la prostitution ou encore la violence, pour n'en citer que quelques uns. Il est très intéressant de voir des thèmes aussi sérieux abordés par des enfants de même pas dix ans. La bonne humeur de Courgette qui voit les choses en couleurs et avec tant de candeur m'a fait chaud au cœur. Je ne pense pas qu'on puisse rester insensible à ce très beau récit. J'ai eu beaucoup de mal à quitter tous ces enfants (et ces quelques adultes aussi). Je recommande chaudement ce livre, il est assez court mais on en ressort ému et différent.

Tchoups
11/09/12
 

Pas du tout une histoire de légume ! Un petit roman très touchant, qui se lit d’une traite ou presque, raconté avec des mots d’enfants. On pense au « Petit Nicolas » de Sempé. Dans l’orphelinat, il y a la directrice, les « zéducateurs », l’instit’, les copains, les filles… « LA » fille, Camille… Seuls les parents manquent au tableau, ici, même si on en parle, et c’est bien tout le fonds de l’histoire. Mais c’est tellement plein d’amour et de tendresse là-dedans, qu’on s’y verrait presque, aux Fontaines…

J'ai adoré relire ce livre. Parce que c'est un livre tendre, plein d'amour, de douceur et d'innocence. Et aussi à la fois un livre très dur qui n'ont rien fait mais que la vie à puni.On lis ce livre sous le point de vue de Courgette (de son vrai nom Icare), qui a voulu tuer le ciel avec ses nuages qui pissent du malheur, et qui par inadvertance à tuer sa mère. Il se retrouve dans une espèce de maison pour les gens comme lui dont les parents sont pas forcément là, ou qu'ils sont morts, la maison des Fontaines.Et, alors qu'il était habitué à ne voir que sa mère et ses raclées du siècle, il découvre l'amitié, l'amour, et la famille.L'amitié, avec Simon qui m'a plu pour son sale caractère, Ahmed, le pleurnichard qui m'a laissé aussi fade que Jujube qui était un vrai hypocondriaque, et les autres comme Béatrice, Alice, Boris et Antoine. Il y a peu d'enfants qui m'aient réellement plu, à part Simon, Boris, Antoine mais bon. C'est pas un défaut du livre, c'est juste une question de goût.L'amour, avec Camille, qui est un de mes personnages préférés, parce que comment elle est décrite par Courgette, c'est trop beau, et que leur relation est tout simplement adorable. C'est vraiment doux leur amour, et aussi enfantin, et puis, j'avais envie de les prendre tous les deux dans mes bras en raison du fait que la tata de Camille est une sale sorcière méchante avec sa nièce.Et puis la famille, avec les "zéducateurs" qui ne sont pas forcément toujours gentils - normal, ils doivent bien éduquer correctement -, mais qui sont juste super bien, et qui savent s'occuper des enfants comme il se doit. Et puis aussi avec Raymond le gendarme qui est vraiment sympa avec Courgette et Camille.J'ai vraiment trouvé ce livre juste trop beau. Aussi par son écriture, et sa manière d'écrire la vérité sur la vie qui est dure, mais avec poésie, lyrisme et métaphore. Le début est beau. Les derniers mots sont beau. Toute l'écriture est jolie dans ce livre.C'est vraiment léger, et à la fois ca fait un peu mal parce qu'il n'y a pas que du bonheur dans ce livre. Mais, beaucoup de passages m'ont fait rire et sourire, et j'ai vraiment adoré le lire.Vraiment, j'ai passé un excellent moment de lecture.

yuukichanbaka
03/07/12
 

Ce livre est un bijou ! J'ai ri, j'ai pleuré ... et j'ai adoré ! Voilà un concentré de tendresse, d'émotion, d'amitié !Le sujet (des enfants placés en maison d'accueil) n'est pas très engageant au premier abord mais l'auteur a réussi à éviter le pathos et nous fait ressentir un monde enfantin plein de couleurs, de rires et de pleurs, un monde émouvant, qui nous réconcilie avec l’espèce humaine.Le petit Courgette est magnifique de naïveté et de sincérité et son optimisme lui permet d’affronter la vie courageusement et positivement. Tous les personnages principaux sont tendres, chaleureux ; ce qui les rassemble, c’est leur humanité.Difficile de parler de ce livre car plus que le sujet, ce sont les échanges entre les protagonistes qui sont intéressants et leur vision du monde et de ce qui leur arrive.Un rayon de soleil qui est venu éclairer mes heures de transport en commun :-)

Argantel
16/12/09
 

Format

  • Hauteur : 17.80 cm
  • Largeur : 11.00 cm
  • Poids : 0.14 kg