EDITEUR : STOCK
DATE DE PARUTION : 24/05/06
LES NOTES :

à partir de
8,99 €
EXISTE EN
Ebook

SYNOPSIS :

« Avant. Pourquoi les gens qui sont ici ne se voient-ils pas ? Ils semblent distinguer le jour de la nuit uniquement grâce au bruit du métro de la station la plus proche. Mais proche de quoi ? Tous s'épuisent à creuser une galerie. Sont-ils seulement dans la bonne direction ? Ils n'essaient pas de se toucher. Ils ne parlent pas au gardien, ils en ont bien trop peur. Ils ne sont même plus sûrs du temps qui passe. Et pourtant, ils tiennent absolument à fêter l'anniversaire d'Olivier. Sont-ils encore capables d'éprouver du chagrin, des sentiments ? Ils ne sont pas si différents de nous. Certains sont nés au début du siècle, d'autres après la guerre, Olivier a onze ans. Des couples se font et se défont. Mais pourquoi se réjouissent-ils dès que l'on enterre quelqu'un ? Que leur est-il arrivé ? » Vassilis Alexakis « L'enfer d'Alexakis est pavé de souvenirs bien vivants, d'historiettes, de vignettes ou d'anecdotes souvent drôles et tellement justes qu'elles parviennent à distraire l'auteur de ce qui le mine et le travaille, l'agonie de sa mère à l'hôpital et sa mort. Avant, c'est du temps où nous étions
en vie, mais au présent de l'écrivain, c'est maintenant, avant que sa mère ne meure. D'où ces jeux des voisins de l'auteur qui se demandent sans arrêt où ils en sont. Sont-ils morts ? Ils n'aiment pas le mot oedécédéoe. Mais enfin ils conviennent qu'après ce qui leur est arrivé, etc. Le narrateur, quand il oublie sa mère, revient toujours à son dada, l'écriture. Il a des idées de romans fabuleuses, qui font rire, comme cette incroyable partie de cartes dans le noir, sans cartes (une réussiteoe, reposant uniquement sur la mémoire), qui est une de ces mille idées formidables dont Alexakis a les poches pleines ainsi que la blague à tabac, de ces petites fusées qu'il ne tire pas complètement parce que ce n'est pas le moment, le chagrin qui vient est trop grand. Il pense à sa propre disparition : oeCela me vexe que personne ici n'ait lu un de mes livres. Cela ne m'étonne pas, j'avais très peu de lecteurs. Quelle serait l'audience de ce manuscrit, si, par miracle, il sortait d'ici oeoe Une bonne audience, sûrement, on le verra bientôt. On le verra tous après, comme tout un chacun. » Michel Braudeau
2 personnes en parlent

Nous sommes dans un dédale de galeries sous un cimetière parisien; un groupe de personnes creuse patiemment millimètre par millimètre dans le noir le plus total sans forces mais avec un réel espoir en direction d’un vague bruit de métro, pour certains depuis un siècle. Car ils sont morts. Leur nombre est fluctuant, entre ceux qui abandonnent et ceux qui arrivent, donnant des nouvelles de la vie qui a continué, dehors. Le narrateur, Blaise, écrivain, écrit en aveugle leur histoire et toutes ces mille et une choses d’Avant. Et c’est aussi prenant que sujet à interrogation, car que sont-ils ? Morts, on le sait, mais pourtant, ils se sont réveillés. Ils se parlent, ils échangent des souvenirs et des comportements qui ne sont pas qu’imagination. Ils ont une claire idée des jours qui passent, mais comment est-ce possible ? Qu’est ce lieu, quel sens a-t-il ? Où cette histoire va-t-elle ? Impossible de renoncer une fois commencé. On oscille entre chercher la métaphore (mais de quoi, exactement ?) et se laisser complètement emporter par l’histoire en se perdant avec délice dans les choses pratiques (ramper, ne pas manger ni boire, mais pourtant dormir ?). Ce roman possède une grâce éthérée et ne cesse avec succès d’imprimer nombre d’images dans le cerveau impressionnable de son lecteur. Miam. Sylvie Sagnes

SagnesSy
28/04/13
 

Livre étrange, intéressant, mais les nombreux personnages pas assez décrits, compliquent la compréhension. On reste quand même sur sa faim ! J'aurais aimé des personnages plus fouillés et reconnaissables. Patrice de Nice

Patnow
27/05/12
 

Format

  • Hauteur : 21.50 cm
  • Largeur : 13.50 cm
  • Poids : 0.30 kg

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition