Baigneuse nue sur un rocher

JOB, ARMEL

EDITEUR : ROBERT LAFFONT
DATE DE PARUTION : 01/02/01
LES NOTES : Laissez une critique sur ce livre
à partir de
6,99 €
EXISTE EN
Ebook

SYNOPSIS :

Rocafrème est un village de l'Ardenne liégeoise semblable aux autres : un curé, un charcutier, des artisans, etc. Mais il abrite aussi un artiste peintre, José Cohen, venu s'y réfugier sous l'Occupation. Et une très jolie personne, la fille du charcutier. Le peintre a décidé la belle Thérèse à poser nue au bord de la rivière. Le tableau, confié à un marchand de Liège, devait demeurer ignoré des villageois. Mais un jour d'octobre 1957, le journal local, «La Gazette de l'Ourthe», publie un article sur cette «Baigneuse nue», photo à l'appui. Le
village s'enflamme. Et José Cohen est retrouvé mort.Cette affaire plonge ses racines dans un passé trouble qui éclate soudain au grand jour. Pendant la Résistance, les personnages du roman ont tous été impliqués dans de sérieux conflits? La Baigneuse n'est pas la seule à se dénuder dans cette histoire. Il y a aussi les coeurs des hommes et des femmes du village.Écrivain singulier, Armel Job construit ici une intrigue subtile, au suspense tout britannique. On y retrouve tout l'humour et le langage coloré de son premier roman, «La Femme manquée».
1 personne en parle

" Rocafrène, 1957. Un village semblable aux autres : un curé, un charcutier, des artisans. Mais il abrite aussi un artiste peintre, José Cohen, venu s'y réfugier sous l'Occupation. Et une très jolie personne : Thérèse, la fille du charcutier. Le peintre a convaincu la belle Thérèse de poser nue au bord de la rivière. Le tableau est demeuré secret jusqu'à ce qu'un article du journal local en dévoile l'existence. Le village s'enflamme. José Cohen est retrouvé mort. Les activités troubles de chacun des protagonistes durant la guerre se révèlent insidieusement."Cette quatrième de couverture raconte tout l'histoire et, heureusement, ne raconte rien. Dans ce roman, qui n'est ni un roman policier malgré le huis-clos ni un roman noir par le contexte ni un roman de terroir par l'environnement mais se lit bien comme tels, la mort de ce peintre-résistant n'intervient que tardivement, les derniers chapitres. Le récit s'attache à ses personnages, à ce village, au bord de la Velaine. Dévoilant à chaque chapitre leurs histoires, il découvre leurs personnalités. Ils se démasquent, sont démasqués, presque au premier sens du terme. Et ce roman nous parle de la vie, de ses troubles et du désir. De l'absence. En camaïeu de gris. La métaphore à filer est bien celle de l'eau. Pour le style également, à la fois fluide, fin et vif, sans monotonie, au plus près de ces hommes et de ces femmes, n'en négligeant aucun. C'est un tableau en mouvement, un paysage humain sur les rives de la Velaine aux traits de plume savoureux, évocateurs, avec quelques touches d'humour, des phrasés régionaux et des éclats de lumière sur les femmes et la féminité. Un réel talent du portrait.De secrets de famille en secrets de village, de l'Histoire à l'histoire, ce roman ne s'attarde pas sur les descriptions. C'est une histoire de l'intérieur, des intérieurs, de l'intime. Sans fioriture les personnages prennent corps. Chacun à leur façon, sans caricature, ils sont touchants. Armel Job prouve sur ces pages une véritable maîtrise narrative, alternant les points de vue sans perdre son lecteur, sans appuyer sur des effets de suspense. Simplement, peu à peu, nous nous installons dans ce village, nous en rencontrons les habitants. Lectrice, je me suis attachée aux pas, aux réflexions, aux émotions, de l'abbé Duchevet, à ses pensées si lucidement humaines sur la religion et les hommes, sur lui-même. Armel Job rend son lecteur complice de ses personnages. Il est conteur, sans le moindre doute.

Marilire
11/04/15

Format

  • Hauteur : 21.40 cm
  • Largeur : 13.50 cm
  • Poids : 0.36 kg

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition