Berlin 36

NAJJAR, ALEXANDRE

EDITEUR : PLON
DATE DE PARUTION : 08/10/09
LES NOTES :

à partir de
4,99 €
EXISTE EN
Ebook

SYNOPSIS :

Ce roman est celui d'un événement : les jeux Olympiques de Berlin, organisés par le Ille Reich en 1936. Autour de cette manifestation gravite une foule de personnages : le Führer, bien déterminé à leurrer le monde en montrant un masque pacifique de l'Allemagne ; Jesse Owens, l'athlète noir qui défiera les Nazis et leurs théories racistes en remportant quatre médailles d'or ; les ministres Goebbels et Gering, qui déploient mille stratagèmes pour instrumentaliser les jeux ; le baron Pierre de Coubertin, icône déchue qui se fourvoie en soutenant les organisateurs ; Leni Riefenstahl, l'égérie du Reich, cinéaste exigeante
et capricieuse chargée de fixer sur pellicule la spectaculaire mise en scène de l'événement ; Oskar Widmer, un pianiste de jazz qui, tant bien que mal, résiste à la déferlante nazie ; Pierre Gemayel, un jeune Libanais de passage, qui découvre avec étonnement l'envers du décor ; enfin Claire hagarde, une courageuse journaliste française qui, en décrivant les jeux, va rencontrer l'amour... Dans un roman foisonnant, Alexandre Najjar met habilement en scène ces personnages, réels pour la plupart, fictifs pour quelques-uns, afin de nous raconter, comme une valse à trois temps, les jeux Olympiques de Berlin.
2 personnes en parlent

L’idée de départ est intéressante : raconter des biographies au travers d’un élément fédérateur, en l’occurrence les jeux olympiques de Berlin de 1936. Mais l’auteur, à force de vouloir trop faire de micro biographie finit par rendre l’histoire plutôt insipide. Certes, c’est bien écrit, le style est fluide, les personnages principaux que sont Jesse Owens et Leni Riefenstahl sont suffisamment charismatiques et connu pour captiver l’attention, mais au lieu de se concentrer sur ses deux personnages et sur les jeux olympiques, Alexandre Najjar vient y greffer d’autres personnages fictifs voire réel, comme Pierre Gemayel (le père de Bachir et Amine, tous les deux président du Liban) entre autre.De plus l’auteur adapte les faits historiques à sa convenance, se souciant assez peu du déroulement chronologique, les dialogues entre les personnages sont écrit en connaissance des faits ce qui influe sur leur contenu, alors qu’ils sont censés ignorer ces faits.J’aurai aimé que le livre accorde plus d’importance à ces jeux de 1936, à ces victoires symboliques qui ont fait entrer à tout jamais Jesse Owens dans la légende. Hélas, les jeux ne couvrent qu’un tiers à peine du livre, et les exploits d’Owens une dizaine de pages, presque autant que les relations amoureuses de Goebbels.Je ne saurais donc vous recommander ce livre qui m’a profondément déçu.

Pasdel
13/05/13
 

Un livre que j'ai trouvé un peu laborieux et long. toutefois intéressant et qui montre bien l'ambiance des jeux olympiques de Berlin en 1936. Le ressenti de différents personnages : sportifs, journalistes, musiciens, cinéastes. L'omniprésence d'Hitler, Goering et Goebbels plane. On perçoit très bien les difficultés rencontrées par les journalistes étrangers. On note aussi un véritable effort d'impartialité dans cet ouvrage qui souligne le courage de certains allemands qu'il s'agisse du sportif Luz Long ou du musicien Oskar. Impartialité aussi lorsqu'il s'agit de dénoncer le racisme anti - juif des allemands sans oublier de dénoncer le racisme anti - noir des américains, Ces derniers n'hésitent pas à utiliser les noirs pour gagner les jeux mais les oublient aussitôt rentrés au pays et prennent soin de les cantonner à leur condition de "nègre" ou de bête de foire. Jess Owen en fait les frais. G.A

Riel
23/02/12
 

Format

  • Hauteur : 22.60 cm
  • Largeur : 14.20 cm
  • Poids : 0.38 kg

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition