Bilan provisoire

PUTMAN, CYRILLE

EDITEUR : CALMANN-LEVY
DATE DE PARUTION : 03/01/07
LES NOTES :

à partir de
6,99 €
EXISTE EN
Ebook

SYNOPSIS :

Pavlov grandit dans le spectre de la catastrophe de Tchernobyl où son père a péri. Anastasia, sa mère, élève ses trois enfants avec une exceptionnelle bravoure. L'un devient joueur de poker, le second, bon à rien, rêve de conduire des tracteurs. Le dernier, Pavlov, révèle un troublant talent artistique. Il rencontre Irina. leur amour transforme le jeune prodige en star mondiale de la photographie : Londres, New York, Paris ; partout on s'arrache ses oeuvres. Argent, limousines, hôtels de luxe, rencontres insolites, c'est l'itinéraire d'une étoile dans la société étrange des marchands d'art.
Mais la chance tourne : les proches disparaissent et, par un inexplicable retournement de situation, la cote de l'artiste s'effondre. Ses visions chaotiques le reprennent. La chute s'arrêtera-t-elle ? L'amour de sa femme Irina et de sa mère Anastasia le sauvera-t-il du désastre ? Bilan provisoire réunit à nouveau toutes les qualités qui ont fait le succès du premier roman de Cyrille Putman, Premières pressions à froid : un humour décapant, une sensibilité et une gouaille sans égales, l'observation de son univers familial et professionnel, au service de personnages farfelus et brillants.
1 personne en parle

Pavlov Postovoï vivait tranquillement son petit train-train de chouchou à Sperigie. Des trois fils, il était le seul dont il n’était pas exclu qu’on puisse «tirer quelque chose». Le 26 Avril 1986, tout bascule : Vitalyï, le père, était pompier à la centrale de Tchernobyl. Exit Vitalyï. Anastasia, la mère, embarque son petit monde à Moscou. Le temps suit son cours, rythmé par l’épée de Damoclès des effets radioactifs, plus ou moins longs à se déclarer. Pavlov n’en poursuit pas moins son parcours, jusqu’à devenir une star mondiale de la photographie. Tout va vite, ça marche très fort, mais Pavlov passe par de terribles crises de doutes. Et la vie n’est jamais ni juste, ni tendre… Cyrille Putman connaît sur le bout des doigts les arcanes du monde artistique. Par sa plume, on s’initie à cet univers aux dents longues, les galeries, la réputation, la côte irraisonnée, le statut de célébrité, la versatilité des engouements, la descente aux enfers, et tous les codes de l’intelligentsia et autres pantins qui gravitent autour de l’odeur du succès. Il n’en oublie pas pour autant de nous éclairer – un peu rapidement - sur l’Art lui-même. Mais son passage dans la publicité lui a laissé aussi un sens certain de la formule. Ses phrases sont courtes, son rythme haché et trépidant. Les clichés n’ont pas le droit de cité et on note souvent au passage l’inventivité de ses expressions ; mais on n’a pas le temps de s’y attarder, l’intrigue s’est imposée, et on vit scotché aux évènements qui s’enchaînent, dès les premières lignes, sur les chapeaux de roue. C’est un roman assez exigeant, dans le sens où il ne nous propose pas de pause ; il n’y a jamais de bon endroit pour s’arrêter, on voudrait pouvoir le lire d’une traite, mais on a besoin dans le même temps de respirer entre les pages, d’assimiler ce foisonnement. On a l’impression que l’auteur quadrille à partir de son axe à lui, absolument tout ce qui apparaît dans son champ de vision mental, en rafale, grand angle. Et ça donne un univers tout à fait personnel, plutôt tourmenté, auquel j’ai pleinement adhéré. Sylvie Sagnes

SagnesSy
07/09/12
 

Format

  • Hauteur : 20.00 cm
  • Largeur : 14.00 cm
  • Poids : 0.36 kg

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition