Birdman

HAYDER, MO

EDITEUR : POCKET
DATE DE PARUTION : 04/10/01
LES NOTES :

à partir de
7,80 €
EXISTE EN
Ebook

SYNOPSIS :

Dans un terrain vague de la banlieue de Londres, une pelleteuse met au jour cinq cadavres de femmes atrocement mutilées. Un seul lien unit tous ces corps tailladés puis recousus : un oiseau vivant est enfermé à l'intérieur de chaque cage thoracique. C'est avec ces meurtres en série que l'inspecteur Jack Caffery inaugure son nouveau poste au Service régional des enquêtes sensibles. Et cette affaire tombe au plus mauvais
moment pour lui. Entre l'hostilité de certains de ses collègues, sa vie conjugale étouffante et la tension grandissante entre lui et son voisin, qu'il soupçonne d'être responsable de la disparition de son propre frère, Caffery est mis à rude épreuve. Mais l'enquête dont il est chargé est de celles qui font oublier tout le reste. D'ailleurs, il le sait d'expérience : le cauchemar ne fait que commencer.
9 personnes en parlent

Birdman, c'est le type qui découpe le thorax des femmes pour y mettre un oiseau vivant.. la pauvre bête meurt, inexorablement, privée d'oxygène, mais non point de nourriture.. puisqu'elle a un peu de chair à se mettre sous la dent, enfin, sous le bec.. et puis elle agonise, pauvre petite bestiole privée de toute affection, elle agonise dans ce qu'elle croit être un nid, dans la nuit.. bien au chaud, trop d'ailleurs.. Oui, pour qui ne supporte pas de voir de pauvres petits oiseaux innocents mourir de la sorte, ne lisez pas ce roman..Enfin, il n'y a pas non plus de quoi appeler la SPA , on n'assiste pas à une torture de ces minuscules êtres vivants, non, vous vous doutez bien qu'il ne s'agit là que d'un symbole. Mais je comprends votre inquiétude ; ces derniers temps on a beaucoup parlé de la grippe aviaire. Ne vous en faites pas, même si ces oiseaux étaient contaminés, ils n'ont pu transmettre la maladie qu'à celui qui les a incarcérés.Et l'auteur a réussi à bâtir une histoire autour du symbole que représente ce petit oiseau, ce petit être innocent.. le tueur, le découpeur, est surnommé Birdman, à ne pas confondre avec Birdy, l'homme qui se prenait pour un oiseau.. Non non, notre criminel est bel et bien un homme, un être humain, enfin, humain.. un reste d'humanité, un déchet, un rebut, même si d'apparence il est quelqu'un de bien placé. Sa mère ne devait pas faire le tri sélectif, ou alors le mauvais..Il y a aussi de l'art dans ce livre, de la peinture, sur tableau, sur visage. Il y a bien sûr de l'anatomie, l'étude des larves de mouches, un peu de cuisine, mais pas trop.. Trafic de drogues, douces et dures, mais surtout dures.. Et des histoires de voisinage..Et plus on avance dans le récit, plus il fait sombre, froid.. on se perd dans la noirceur de l'âme humaine, on s'égare dans les détours, on erre entre désarroi et perversité.. C'est horrible, c'est atroce, ces mutilations, ça ne peut pas être humain.. mais alors, ça serait quoi?Le lecteur entrevoit les causes de déshumanisation possibles, sans trop vouloir y croire, s'en trop s'en approcher. Et si jamais on connaissait quelqu'un comme ça, si on passait devant sans le savoir.. Fermez bien vos fenêtres, il vous guette peut-être... évitez la routine, les journées réglées comme du papier à musique, il note vos moindres faits et gestes..Enfin, ceci dit.. c'est vous qui voyez.. de toute façon c'est bien connu, ce genre d'histoire, "ça n'arrive qu'aux autres"...

absolu
09/03/09
 

L'inspecteur Jack Caffery doit enquêter sur la découverte, dans la banlieue de Londres, de cinq cadavres de femmes mutilés.Le meurtrier est rapidement surnommé "Birdman" après la découvert d'un oiseau vivant enfermé à l'intérieur de chaque cage thoracique.Un polar efficace qui met en scène une fois de plus un policier écorché, à la vie maritale en fin de parcours et hanté par la disparition de nombreuses années plus tôt de son frère.Mo Hayder parvient à tenir le lecteur et sait mener avec talent plusieurs intrigues de front. Certes, rien ici de bien original mais procure un moment de lecture "agréable" (si votre coeur est bien accroché). Maltese

Maltese
19/02/09
 

A quelques pas du Dôme du Millénaire, dans un terrain vague de la banlieue de Londres, une pelleteuse met à jour un horrible charnier. Cinq corps de jeunes femmes affreusement mutilées sont retrouvés. L’inspecteur Jack Caffery, fraîchement nommé au poste du Service régional des affaires sensibles, est chargé du dossier. L’hypothèse d’un dangereux tueur en série ne met pas longtemps à naître dans son esprit. Toutes les victimes ont été tailladées puis recousues avec un oiseau enfermé vivant dans leur cage thoracique. Toutes aussi se droguaient, n’avaient plus d’attaches familiales et fréquentaient le même bar.Alors que Caffery dirige ses soupçons vers les membres de l’hôpital le plus proche en raison des sutures réalisées sur les corps, un de ses collègues, complètement raciste, est persuadé que c’est un jeune black – dealer et taxi pour les filles du bar – qui a fait le coup. Notre jeune inspecteur a bien du mal à imposer son autorité et l’enquête piétine. Dans le même temps, il doit faire face à des difficultés personnelles : il ne supporte plus celle qui partage sa vie mais ne sait comment le lui avouer. En outre, la promiscuité avec son voisin le rend malade. Il est en effet persuadé que ce dernier a assassiné son frère lorsqu’ils étaient enfants et cherche le moindre indice qui pourrait le prouver…J’ai mis un peu de temps à rentrer dans ce roman. Sans doute en raison du nombre important de personnages et de la multiplication des intrigues mêlée à une narration décousue. Mais une fois le premier tiers passé, je me suis vraiment prise à cette lecture haletante. Mo Hayder a l’art de mettre en scène des univers cauchemardesques et de renouveler le suspens jusqu’aux toutes dernières pages (cf : Skin). J’ai apprécié le fait que l’auteur présente une équipe de flics humaine, avec ses failles, ses tensions et ses échecs. Pas de super-inspecteur ici qui comprend tout en examinant le cheveu d’une victime. Au contraire, le lecteur est souvent en avance sur les enquêteurs grâce au jeu de la narration (celle-là même qui me déplaisait au départ ! ). Cela ajoute à l’intérêt et au suspens je trouve puisque j’en arrivais à m’énerver des bourdes commises, sachant très bien qu’il y aurait des victimes supplémentaires ! Alors que je rechignais à la lecture les cent premières pages, je ne pouvais plus m’arrêter de lire ensuite ! J’ai donc bien fait de persévérer. http://leslecturesdenaurile.wordpress.com

Naurile
13/12/14
 

J’aime quand un thriller débute avec un cadavre. Nous n’avons pas le temps de comprendre qu’on est déjà dans le vif du sujet. Et là, clairement, on a du lourd d’entrée de jeu. De plus, on découvre rapidement la signification du titre, ce qui est ici un atout tout en étant un élément dérangeant. On sent que l’on va avoir affaire à un bon psychopathe haut sur l’échelle de la folie.Nous sommes en compagnie d’un inspecteur dont la vie personnelle est en berne, ce qui le met d’humeur sombre. C’est donc un personnage typique du genre qui a une relation de couple décadente avec une femme qui semble d’office maligne, dans le sens péjoratif du terme. S’ajoute à cela son passé qui contient un drame terrible, lequel le hante et se rappelle sans cesse à lui de façon cruelle.Le tueur a des passages qui lui sont dédiés où l’on est plongé dans les prémices de sa démence jusqu’à son grand final. C’est un réel plus pour moi.Son mode opératoire allie plusieurs aspects gores et ignobles. Petites natures, passez donc votre chemin, cette lecture associe des actes horribles et incompréhensibles pour nous qui sommes sains d’esprit.J’ai beaucoup aimé l’utilisation des indices, c’est technique et approfondi. Grâce à cela on est totalement immergé dans le milieu policier avec brio.J’ai eu quelques soucis, que je ne sais expliquer, pour rentrer vraiment dans ma lecture, le dernier tiers du livre est d’ailleurs le meilleur pour moi. Il combine mon investissement total dans cette histoire, un rebondissement de dingue et un rythme qui devient haletant au fil des pagesVous voulez du dérangeant et du glauque, c’est ici que cela se passe, sinon oubliez définitivement ce titre.

bookworm02
17/04/14
 

Banlieue londonienne, cinq cadavres de femmes sont retrouvés, enterrés dans un terrain vague, tous terriblement mutilés. La police craint alors d'avoir à faire à un tueur en série particulièrement actif et pervers : "un maniaque sexuel de la pire espèce". L'inspecteur Jack Caffery, englué dans ses propres problèmes est chargé de l'enquête.Ce roman policier commence comme n'importe quel autre déjà lu. Les cadavres, un tueur en série retors et un flic autant embêté par cette enquête que par sa vie qui ne prend pas la direction qu'il pourrait rêver. Et puis, soudainement, tout dérape, et là, on passe à un thriller efficace, glauque, aux descriptions assez détaillées pour qu'elles ne tombent pas sous tous les yeux. La première partie, loin d'être désagréable laisse donc place à une seconde partie sombre, haletante, rouge sang. On suit l'enquête de Jack Caffery avec beaucoup d'intérêt, d'angoisse et d'impatience d'en connaître le dénouement. En même temps, je me suis pris à espérer pour lui un arrangement radical de sa vie.La seconde aventure de Jack vient de paraître : Rituel ; je l'ai empruntée à la bibliothèque, et devinez quoi ? Je m'en vais de ce pas la commencer. A bientôt donc pour des nouvelles de Jack. Yv

Lyvres
25/03/14
 

L'histoire commence par la découverte de corps de femmes tuées dans des conditions glauques avec certaines similitudes troublantes. Cela implique de suite la piste d'un serial killer nommé "Birdman". Pourquoi Birdman ? Parce qu'on y retrouve un oiseau enfermé dans la cage thoracique de ces victimes... Pourquoi ?C'est le premier thriller de Mo Hayder. On y trouve tous les éléments d'un bon thriller (suspense jusqu'à la fin, description glauque, tueur en série, scénario pouvant être une histoire vraie). J'ai bien apprécié ce thriller et cela m'encourage à lire les suivants.Conseil : si vous n'aimez le glauque, passez votre chemin ...

rpfab
23/06/13
 

Ce livre est excellent. L'enquête est dirigée par deux personnes différentes. L'un se sert des apparences et l'autre Jack Caffery en l'occurence recherche vraiment sans bâcler son travail. Ce qui est surprenant c'est aussi le meurtrier qui met cet oiseau dans le corps des mortes (en fait pas tout à fait mortes) et qui aime avoir des relations après la mort. Mais quelquefois la vérité est encore plus compliqué que cela ? Suspense tout le temps...

cloclo85
10/03/13
 

Avec ce premier volet des enquêtes de l'inspecteur jack Caffery, Mo Hayder plante le décor et les personnages dont elles se servira pour encore plusieurs autres livres. Pour l'inspecteur Caffery c'est une période assez compliquée et l'enquête sur laquelle il travaille s'entremêle à sa propre vie. Mo Hayder n'hésite d'ailleurs pas à faire des pauses dans son récit pour pouvoir éclaircir certains points. Tout cela n'enlève en rien à l'horreur de l'histoire. On a du mal à croire que c'est un homme qui est capable de faire de telles choses...Un très bon thriller, mais cela va sans dire, il ne faut pas avoir le cœur fragile.

seriephile
25/10/11
 

Captivant, l'intrigue est bien ficelé mené sur un rythme accrocheur, on retrouve dans ce livre la plus part des ingrédients qui font de bon polar. J'ai apprécié la fine analyse psychologique des personnages, le questionnement sur l'influence qu'a pu avoir leur enfance sur leur destin présent. Malgré tous, il me reste une impression mitigé, dérangé par le manque d'équilibre dans le suspens. Il me semble qu'elle le ravive sans cesse par une accumulation de détail morbide et une fascination pour la cruauté, c'est un procédé simple mais qui devient vite relativement lassant. Captivant, ... mais Dérangeant.

Lacazavent
13/10/11
 

Format

  • Hauteur : 17.70 cm
  • Largeur : 10.90 cm
  • Poids : 0.22 kg
  • Langage original : ANGLAIS