Black bazar

MABANCKOU, ALAIN

EDITEUR : SEUIL
DATE DE PARUTION : 22/01/09
LES NOTES :

à partir de
7,49 €
EXISTE EN
Ebook

SYNOPSIS :

Originaire du Congo, résidant à Paris depuis une quinzaine d'années, amoureux des cols italiens à trois boutons et des chaussures Weston, le narrateur est une sorte de dandy africain qui voit son existence basculer du jour au lendemain lorsque sa compagne le quitte pour suivre un compatriote qui joue du tam-tam dans un groupe qui n'est pas connu en France, « y compris à Monaco et en Corse ». Il partage désormais
son temps entre sa machine à écrire et le jip's, un bar du 1er arrondissement fréquenté par la plupart de ses amis, personnages truculents aux noms inoubliables. Tous pensent qu'il s'est mis à l'écriture pour noyer son chagrin et exprimer sa colère. En réalité, c'est le journal d'un homme révolté qu'il entreprend d'écrire, croquant avec sarcasme et cocasserie la folie du monde qui l'entoure.
6 personnes en parlent

Drôle et intelligent Le dernier roman d’Alain Mabanckou raconte l’histoire d’undandy africain parisien que ses amis surnomment «Fessologue» tant ce dernier est «hypnotisé» par le derrière des femmes qu’il appelle d’ailleurs des «faces B». Le ton est donné : Black bazar est un livre drôle et intelligent aussi ! «Fessologue», que sa femme et son enfant viennent de quitter pour aller vivre avec un sombre joueur de tam-tam, ballade sa tristesse à Paris et déverse sa rage et sa rancœur sur la machine à écrire qu’il vient d’acquérir sur les conseils de son ami haïtien, le réel écrivain Louis-Philippe Dalembert. Le roman est aussi un roman sur l’amitié, sur le racisme ordinaire, sur l’amour de la littérature… Il constitue aussi une exploration intéressante de la communauté noire de France. Mabanckou analyse d’ailleurs sans complaisance les ressorts qui engendrent la désunification des Noirs vivant en France.

Le narrateur est un "dandy africain [...] qui découvre sa vocation d'écrivain au détour d'un chagrin d'amour". Il vit en France depuis une quizaine d'années et décrit son entourage : amis, voisins, et gens de la nuit afro-parisienne.Je ne suis ni Africain, ni Parisien, mais j'ai bien aimé ce roman de Alain Mabanckou. J'ai trouvé le même plaisir que j'avais éprouvé à lire les Mémoires de porc-épic du même auteur. De la verve, de la truculence, pour reprendre les mots de la quatrième de couverture. Des personnages pittoresques et hauts en couleur -sans mauvais jeu de mots.Une écriture "comme on parle" favorisée également par un procédé habilement utilisé : l'auteur émaille son texte de diverses références à Aimé Césaire, bien sûr, à Georges Brassens ou encore à Guillaume Apollinaire (et son poème Sous le pont Mirabeau), en les intégrant directement à son propos : "[les Chinois et les Pakistanais] sont des braves types à qui on colle injustement la mauvaise réputation qu'ils se démènent ou qu'ils restent cois alors qu'ils ne font du mal à personne." Tous les poncifs sur les immigrés africains sont abordés, triturés, torturés. On se demande parfois si A. Mabanckou n'en rajoute pas un peu dans la banalité, mais ce n'est pas mauvais de se faire bousculer un peu par quelqu'un qui sait de quoi il parle lorsqu'il parle de négritude et qui sait ce que c'est qu'être Noir au quotidien, dans un pays de Blancs, même si ses propos n'ont rien de révolutionnaire. On les a déjà entendus, ou lus, mais probablement reflètent-ils la réalité des Noirs vivant en Europe ?Et puis, pour l'avoir vu à la télévision, je trouve Alain Mabanckou très intéressant, assez proche de l'image que je me fais de son héros. Yv

Lyvres
25/03/14
 

Un drôle et grand roman de l'émancipation intellectuelle et psychologique.Publié en 2009, le septième roman d'Alain Mabanckou poursuivait à la fois son exploration déterminée du cadre mythique de la Françafrique contemporaine, et son inscription parmi les plus beaux romans jamais écrits sur la tentative de définir une vie, une identité, une trajectoire propre au milieu des clichés, tous plus menaçants les uns que les autres...Dans un autre registre, bien entendu, que celui magnifiquement choisi par le Philippe Annocque de "LIquide", le narrateur de "Black Bazar", jeune Congolais et élégant sapeur, surnommé "Fessologue" par ses amis, vivant à Paris de petits boulots, que sa compagne vient de quitter pour le maudit pseudo-cousin L'Hybride, en emmenant leur fille, se cherche, entouré de connaissances, d'amis, de personnages et d'ennemis qui sont comme autant de totems ou d'emblèmes utilisant chacun leur lot de recommandations de bon sens faussement nourri de l'histoire et de recommandations étroitement encadrées des clichés évidents et des pièges plus subtils de l'africanité pour lui interdire, de fait, d'exister en tant qu'individu plutôt que comme icône. Les amis du Jip's, son bar favori, Willy le barman, Roger le Franco-Ivoirien, Paul du grand Congo et les autres, l'épuisant voisin Mr Hippocrate, Antillais négrophobe et pro-colonialiste, l'épicier arabe d'en face, et même le vrai ami, l'écrivain haïtien Louis-Philippe, sont les filets mentaux dont il s'agira, in fine, de se dégager pour vivre.Somptueusement gouailleur, utilisant une langue riche et savoureuse où chaque phrase se tord habilement dans l'emploi d'expressions toutes faites détournées, issues d'impressionnantes collections de titres, de vers, d'extraits d'écrivains, d'Apollinaire à Kourouma, en passant par toutes les nuances d'un formidable cours de langue franco-africaine poétique, au milieu duquel trônerait... Brassens, "Black Bazar", qui peut de ce fait quelque peu dérouter, est un drôle et grand roman de l'émancipation intellectuelle et psychologique.

Charybde2
23/09/13
 

Si vous souhaiter vous détendre avec un livre drôle, vivant, dépaysant et riche en personnages burlesques, alors jetez-vous sur Black Bazar. Mabanckou, conteur de talent, donne la parole à « Fessologue », un africain, installé à Paris depuis 15 ans, habitué du « Jap's » et membre de la « SAPE ». Le narrateur vient de se faire quitter par sa femme pour un joueur de tam-tam, et il tente de surmonter sa rancœur en écrivant un livre. Son récit nous entraine dans son petit monde. Anecdotes, souvenirs et brèves de comptoirs, sont autant de prétextes à mettre en scène une galerie de personnages hauts en couleurs, drôles et parfois pathétiques...... Stéphanie Plaisir de Lire

Le narrateur est un africain surnommé "le fessologue" car il est spécialiste dans la lecture des fesses féminines ("la face B") et de ce qu'elles expriment concernant la personnalité de la femme. Pilier de bar, roi de la sape, il est à la fois drôle quand il "croque" on entourage et émouvant quand il nous parle de Couleur d'Origine, la mère de sa fille. Ce roman est en fait une succession de moments burlesque et satirique sur la vie des africains en France et c'est exactement le type de roman fait pour être lu. La galerie de personnages est irrésistible: de l'Antillais qui ne voit pas qu'il est noir au philosophe "arabe du coin", on s'y attache très vite. Paul Borne est un excellent interprète même si au début, je me suis étonnée que ce roman ne soit pas lu par un homme d'origine africaine. Dans l'entretien qu'il donne à la fin, Alain Mabanckou l'explique par le fait que c'est lui-même qui a suggéré le nom de Paul Borne aux éditions du Seuil car il l'avait entendu lire son texte. Et finalement, il a eu une excellente idée.

cocalight
07/06/11
 

Bazar en plein ParisDernier roman d’Alain Mabanckou, Black Bazar n’est pas resté longtemps sans écho : salué par la critique, apprécié des lecteurs, il semble que son titre soit arrivé à l’oreille de nombreux autres lecteurs. Un titre dont on se souvient et qui, assurément, attire. Black Bazar : black, la traduction mais aussi l’euphémisme (terme moins péjoratif) de noir (mais pourquoi un euphémisme alors qu’Alain Mabanckou se soucie tellement peu du politiquement correct dans son récit ? sûrement une première tentative d’humour, de jeu de mot, de clin d’œil au lecteur averti) ; bazar, désordre, maison close ou marché d’étoffes ou de lambeaux. On pense d’abord au désordre, même si les autres aspects sont aussi à prendre en compte…

constance93
22/04/11
 

Format

  • Hauteur : 20.50 cm
  • Largeur : 14.00 cm
  • Poids : 0.31 kg

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition