Blacksad t.2 ; arctic-nation

DIAZ CANALES, JUAN ; GUARNIDO, JUANJO

livre blacksad t.2 ; arctic-nation
EDITEUR : DARGAUD
DATE DE PARUTION : 22/03/03
LES NOTES :

à partir de
9,99 €
EXISTE EN
Ebook

SYNOPSIS :

Oldsmill, le maître de la ville, est un tigre blanc. Karup, le chef de la police, un ours blanc. Huk, l'âme damnée de Karup, un renard blanc. Avec les autres animaux à pelage immaculé, ils forment la société WASP (W pour White, AS pour Anglo-Saxon, P pour Protestant). Tous les autres habitants, de la pie noire au renard brun-roux en passant par le chat tacheté et la biche châtain, ne sont que racaille. Et si la police n'est pas capable de maintenir l'ordre des blancs, les gros bras d'Arctic-Nation, le parti raciste, cagoulés et vêtus de robes blanches, s'en chargent sans états d'âme. Ils ont les cordes et les croix enflammées qu'il faut. Dans cette ambiance pas câline, câline, Blacksad, le chat détective privé, enquête sur la disparition d'une enfant de couleur. La mère de Kyle, Dinah, travaillait comme femme de ménage chez le même Karup et, selon quelques bonnes âmes, serait au mieux avec le fils Oldsmill. Un vrai noeud de vipères dans lequel
Blacksad plonge les pattes et joue au justicier prompt à griffer si nécessaire. Son seul appui, le reporter d'un magazine à scandale Weekly. Un fouille-merde qui sera utile à John. Vaut mieux. Coups bas et coups tordus vont pleuvoir comme à Gravelotte. Après Quelque part entre les ombres, son coup d'essai et de maître, le dessinateur Guarnido va encore plus loin dans le réalisme animalier. Les gueules, les pelages, les ramages de ses personnages leur donnent une réalité extraordinaire, et c'est à tomber par terre, toujours humaine. Lorsqu'ils sortent leurs crocs ou leurs griffes, ses fauves relèguent les coups de gueule d'un James Cagney au rang de caprices de garçonnet. Le plus doux des chatons est un fauve en devenir. Alors, Blacksad en colère ! Le scénario de Canales est envoûtant comme un roman de Dashiell Hammett, glauque comme un Raymond Chandler, gouailleur comme un Chester Himes. Arctic-Nation est un vrai roman noir. Très, très noir.
8 personnes en parlent

J’avais rendez-vous avec Blacksad aujourd’hui, dans un pays au sud du Québec et dans un quartier livré à une guerre des gangs impitoyable, un gang de blancs, de « purs » à l’emprise implacable et un gang de noirs, des gros durs qui tentent de protéger les faibles contre les méthodes fascistes des blancs. Un quartier qui ressemble comme deux gouttes d’eau à un Bronx rongé de l’intérieur par ces fléaux que sont le chômage, l’exclusion, la haine et le racisme. Le métro, « The line », qu’on ne fait qu’évoquer sans jamais le voir, gronde pourtant à l’unisson de la détresse de certains habitants.Les habitants, les gangs… des animaux aux mimiques et aux sentiments terriblement humains, et un héros drôlement attachant que ce Blacksad… Des scènes à la ois très réalistes et poétiques, grâce à la magie de la neige (pas innocent du tout, ce choix de saison), des contrastes de couleurs, de la richesse des détails. Quel artiste, Juanjo Guarnido ! Et quelle richesse dans la construction du scénario de Juan Diaz Canales, dans les références à l’Histoire (le nazisme, le Ku-Klux-Klan pour ne citer que les plus célèbres).Le rendez-vous fut noir, très noir, violent, mais digne des plus grands auteurs et acteurs du genre ! Et puis… je ne suis en rien responsable, mais Blacksad est reparti beaucoup plus souriant que la dernière fois à la fin du premier tome. Et ça m’a réjouie ! Anne

Anne7500
20/03/15
 

Une jeune noire est portée disparue. Qu'à cela ne tienne, Blacksad devrait vous torcher le dossier en deux coups de griffes bien sentis.Une nouvelle affaire aux allures de crime raciste et pour cause, les Arctic-Nation - aucun lien de parenté avec les Arctic Monkeys - sévissent méchamment dans le coin. Version animalière du KKK, ils exècrent tout ce qu'ils ne sont pas. le noir principalement, l'intelligence accessoirement.C'est bon, c'est beau, c'est Blacksad !Un scénario aux petits oignons, un encrage toujours aussi soigné et un coup de crayon hyper réaliste font de ce nouvel opus un incontournable. Cherchez pas l'itinéraire bis, y en a pas.Le p'tit plus, l'apparition d'un nouveau personnage appelé à devenir récurrent, Weekly. Lui, il ferait plutôt dans le CCC. Couard, collant et curieux ( ceci dit, pour un journaleux...). L'archétype même du chieur qui très rapidement se révèle indispensable à votre équilibre.Arctic-Nation, nouvelle petite perle des duettistes Canales - Guarnido.Perso, je suis plus que partant pour le collier !

TurnThePage
16/03/15
 

Blacksad est un chat dans un univers d'animaux. Détective privé, il enquête, dans le premier tome, sur la mort d'une ex-petite amie, dans le second, sur la disparition d'une petite fille et dans le troisième sur le passé d'un vieil ami.Je n'ai pour le moment, lu que trois tomes, mais je sais qu'il en existe un très récent quatrième. Le dessin est magnifique : la personnalisation des animaux, qui gardent cependant leurs instincts est une réussite. Dans le premier tome, les personnages s'installent et dans le second tome, on sent qu'ils ont bien pris leur place. Dans celui-ci, intitulé Arctic-Nation, Blacksad est confronté au racisme, à la haine et au Ku Klux Klan. Le scénario est classique et efficace. Dans le troisième tome, un peu moins bon, le maccartysme est le contexte auquel les auteurs ont mélangé la bombe atomique et les relents de la seconde guerre mondiale.Les albums se déroulent dans les Etats-Unis des années 50/60, dans cette atmosphère à la fois légère pour ceux qui réussissent et tendue pour les laissés pour compte (les noirs notamment, dans le tome deux !). Et finalement, tendue pour tous, parce que malgré leur argent, leur renommée et leur réussite, beaucoup de personnalités ont été inquiétées par la chasse au communisme (tome trois). Une série et un personnage-chat vraiment originaux. Yv

Lyvres
24/03/14
 

Alors que le premier tome de Blacksad ne se focalisait que sur une affaire mouillant les hautes sphères, critiquant la partialité dont peuvent faire preuve les juges face à des magnats, ce deuxième volume met en scène une Amérique intoxiquée par la gangrène du racisme, où animaux au pelage blanc (les Arctiques) entendent bien effacer de la surface de la terre ceux au pelage sombre, considéré comme impur. La métaphore de la ségrégation est évidente et excellemment interprétée. Le détective Blacksad est entre deux eaux, avec son pelage noir et son museau blanc. Comme dans le premier volume, cette bande-dessinée mêle un graphisme sublime à un scénario sombre et magistral qui nous happe jusqu'à la dernière page avec ses péripéties et ses retournements de situation. Je trouve ce volume encore meilleur que le premier. A lire et à relire.

Shirayukihime
12/10/13
 

Blacksad est une série qui se compose pour le moment de trois albums qui peuvent se lire indépendamment.Les intrigues se déroulent dans une Amérique des années 50. Les auteurs font évoluer des animaux en guise de personnages… détail important que l’on oublie rapidement, tant les ressemblances avec la race humaine y sont troublantes.Dans ce monde, un chat noir, vêtu d’un imper un peu pouilleux, bosse pour son compte. Le détective privé mène l’enquête clope au bec.Chaque album aborde un thème et dispose d’une ambiance graphique qui lui est propre. Ils trouvent en effet leurs références dans des événements historiques et médiatiques réels :- Chômage et corruption pour le premier tome…- Racisme, ségrégation imposée par les « Artics » (proches cousins du KKK) et enjeux politiques pour le second tome…- Maccarthysme et nucléaire dans le troisième tome.Le choix de traiter des thèmes forts et chargés d’histoire dans un monde animalier permet au lecteur de ne pas être pris à parti.L'article complet en suivant ce lien : kbd

kbdTeam
29/09/13

J'avais beaucoup aimé le premier tome de Blacksad lorsque je l'avais découvert l'année dernière : le fait que les personnages soient des animaux m'avait beaucoup inquiété (je déteste les animaux --') mais finalement j'avais beaucoup aimé ces physiques qui donnaient une saveur encore plus particulière à l'ambiance de cette BD par comme les autres.Je dois dire que je ressors tout aussi ravie de la lecture du second tome :) J'ai beaucoup apprécié retrouvé cette ambiance si sombre. D'autant plus que l'intrigue de ce tome m'a plus plu que celle du premier : je l'ai vraiment trouvé plus complète et complexe. D'un autre côté, le sujet des affrontements raciaux m'a toujours énormément touchée, mais le fait de le voir transposé à une petite ville anglo-saxone change : c'était bien la première fois que je voyais ça dans une bande-dessinée. Pour une fois que ça ne se passe pas aux Etats-Unis ! De la même façon, j'ai beaucoup aimé retrouvé Blacksad : ce chat à vraiment un sale caractère (d'un autre côté, c'est un truc de chat, non ?). Même si il n'est pas franchement sympathique, j'apprécie de plus en plus sa compagnie et son indépendance.D'autant plus que sa rencontre avec Weekly m'a beaucoup amusé : on ne pouvait pas trouver plus différents que ces deux-là, mais au final leur duo marche bien. J'espère bien revoir Wleekly dans les tomes suivants ! Pour conclure je dirais que les dessins m'ont tout autant plus que dans le premier tome. Je suis loin d'être une pro' des BD et des dessins, mais je reste vraiment admirative du travail du dessinateur. Les personnages ont énormément de caractère dans leur physique et il reproduit à merveille les mouvements, sans compter que les couleurs choisies, un peu ternes, sont en parfaitement adéquation avec l'ambiance de l'histoire.Bref, si vous voulez lire un polar différent, Blacksad est fait pour vous !

MademoiselleLuna
23/11/12
 

Ce deuxième volet des aventures de Blacksad (à noter que les tomes sont indépendants les uns des autres), s’articule autour du racisme. Le sujet est intéressant mais il est traité de façon trop superficielle à mon sens. L’essentiel est dit ou presque mais il manque un peu de profondeur. Peut-être ce regard est-il celui d’une lectrice de romans, où les développements sont plus fouillés. Encore une fois, ce n’est pas tant l’intrigue qui m’a accrochée mais l’univers très personnel, les personnages typiques, les thèmes engagés, l’anthropomorphisme tellement remarquable, l’ambiance, la vitalité du graphisme. C’est vraiment une très belle BD, qui plus est porteuse de messages.

mycupoftea
13/09/12

Dans cet opus, les auteur se sont plus à imaginer une société qui opposent les animaux blancs et les autres, dans un délire néo-nazi très bien rendu, avec un scénario classique mais bien construit qui réserve rebondissements et surprises. Blacksad, notre héros à 2 couleurs enquête dans le glauque du racisme qui s'inspire des Etats-Unis du sud et du KKK, et s'adjoint un jeune reporter fouineur bien campé. Toujours des dessins magnifiques. laurence

laurence
04/04/11
 

Format

  • Hauteur : 32.00 cm
  • Largeur : 24.10 cm
  • Poids : 0.57 kg

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition