Bonjour monsieur courbet

FERRINI, JEAN-PIERRE

livre bonjour monsieur courbet
EDITEUR : GALLIMARD
DATE DE PARUTION : 27/09/07
LES NOTES :

STOCK : Sur commande, livré sous 10 jours ouvrés
à partir de
17,15 €

SYNOPSIS :

« Quand je regarde Un enterrement à Ornans, je ne vois pas ce tableau seulement comme un visiteur peut le regarder au musée d'Orsay, je le regarde aussi depuis la Roche d'Haute-Pierre, comme depuis les coulisses de cette scène ordinaire (un enterrement) que Courbet éleva au rang de peinture d'histoire. Je reconnais presque quelques-uns des acteurs, le sacristain qui porte la croix, une des vieilles avec son bonnet blanc ; ma grand-mère avec son profil sévère pose aussi parmi le groupe de femmes. Si le regard plonge depuis le sommet de la Roche d'Haute-Pierre au fond
des gorges de Nouailles où la Loue prend sa source, il plonge encore au fond du trou, de la fosse autour de laquelle, au centre d'Un enterrement, chacun s'approche inexorablement en portant ou simulant le deuil, distrait par une pensée ou par un des deux enfants de choeur. L'un semble attirer les regards parce qu'il a commis une maladresse. L'autre, c'est lui plutôt qui retient mon attention, regarde ailleurs. C'est l'Enfant, le récitant à l'avant-scène qui rêve toute la Comédie que nous jouons, cette procession, de la naissance à la mort. » Jean-Pierre Ferrini.
1 personne en parle

J'ai trouvé l'idée de cet ouvrage plutôt intéressante : l'auteur est originaire de Franche-Comté comme Courbet. Il connaît donc très bien les lieux peints par Courbet, en particulier les différentes sources qui traversent ce coin du Jura. La Source de la Loue, peinte plusieurs fois par Courbet, n'a donc aucun secret pour lui. L'auteur se met donc en scène dans ce livre, et raconte quels sont les liens qui le lient à Courbet. Outre cette même provenance géographique, Jean-Pierre Ferrini n'hésite pas à expliquer en quoi la peinture de Courbet lui parle, ce qui apporte un éclairage supplémentaire par rapport à une biographie classique. Il expose aussi de manière très intéressante comment la vie personnelle de Courbet a eu une influence sur sa peinture : son amitié avec Proudhon, sa relative solitude dans le milieu de la peinture de la deuxième partie du XIXeme. La partie la plus troublante de la vie de Courbet, qui est l'objet du roman de Dupeyron, est également évoquée : sa participation à la Commune, et la responsabilité qui lui a été mise sur le dos de la destruction de la colonne Vendôme. On voit clairement dans cet ouvrage comment cet épisode a eu un impact funeste sur la vie du peintre.Bien sûr, il est préférable de connaître un minimum ou d'avoir en tête les oeuvres essentielles de la peinture de Courbet pour apprécier ce texte. L'auteur y fait référence aux sources, aux deux toiles citées plus haut, mais aussi Au retour de la foire des paysans de Flagey, à ses différents autoportraits, notamment celui de la prison de Sainte-Pélagie, ses peintures de chasse ou de truite. Ce livre m'a permis de continuer à appréhender l'oeuvre de Courbet.

Yohan59
29/10/12
 

Format

  • Hauteur : 20.50 cm
  • Largeur : 11.80 cm
  • Poids : 0.20 kg