Bons baisers de new york

SPIEGELMAN, ART

livre bons baisers de new york
EDITEUR : FLAMMARION
DATE DE PARUTION : 04/11/03
LES NOTES :

à partir de
30,50 €

SYNOPSIS :

"Art Spiegelman est une quadruple menace, unique en son genre : c'est un artiste qui dessine et peint, un caméléon qui peut parodier et embellir tous les styles picturaux, un écrivain qui s'exprime avec des phrases vivantes et acérées, et un provocateur qui a un don pour l'humour le plus sauvage et le plus ravageur. Mêlez tous ces talents, mettez-les au service d'une profonde conscience politique, et vous aurez un homme capable de marquer fortement le monde. C'est précisément ce que, pendant dix ans, Art Spiegelman a fait au New Yorker." Art Spiegelman est un des auteurs cultes de la BD underground qui ont redonné vie à la BD américaine dans les années 60 et 70. Dans les années 80, il a cofondé Raw, magazine de BD d'avant-garde de renommée mondiale avec sa femme Françoise Mouly. Il est l'auteur de Maus : un survivant raconte (Flammarion, 1987), best-seller mondial traduit dans plus de vingt
langues et distingué par de nombreux prix parmi lesquels un Prix Pulitzer special décerné en 1992. Pendant dix ans l'illustrateur le plus célèbre de l'underground américain a collaboré au magazine le plus respecté de l'intelligentsia new-yorkaise. Dans Bons baisers de New York, Art Spiegelman raconte les années qui ont fait de lui l'illustrateur le plus controversé du New Yorker en 78 ans d'existence. Des émeutes raciales de Brooklyn à l'élection de George Bush en passant par l'affaire Monica Lewinsky ou les attentats du World Trade Center, cet ouvrage nous plonge dans la vie sociale, culturelle et politique américaine vue à travers les débats qui ont agité la rédaction du prestigieux magazine. C'est aussi pour Spiegelman l'occasion de revenir sur sa carrière, de parler de ses multiples influences et de rendre hommage à ses maîtres dans une série de planches inédites en France.
2 personnes en parlent

Je ne sais pas par où commencer tellement j'aurai de choses à dire sur ce livre. Tout d abord ce n'est pas une bande dessinée mais une biographie, un livre d'art écrit par l'auteur de : Maus, Art Spiegelmann. Je profite cependant du, mercredi c'est bande dessinée chez Mango, car je pense qu'il peut intéresser les amoureux du neuvième art ...Ce livre retrace la participation d'Art Spiegelman au magasine, le New Yorker, qui fait parti intégrante du paysage médiatique américain. Effectivement, après nous avoir montré ses talents d'illustrateurs et d'écrivain, nous le découvrons sous de nouvelles facettes.L'artiste provocateur :Lorsqu'Art Spiegelmann dessine sa première couverture pour le magasine, le 15 février 1993, autant dire pour la Saint Valentin, cela déclenche un véritable coup de tonnerre. Il faut savoir qu'à l'époque les quartiers déshérités de Brooklin, peuplés d'Afro-Américains et de juifs orthodoxes, étaient au bord de la guerre raciale. Un enfant noir avait été renversé par un juif et s'en était suivi des représailles et une véritable crise. Mais voilà que Spiegelmann intervient et dessine un homme juif embrassant une femme noire. Il leur envoie un message sous forme pictural simple et fort : "Nous devons nous aimer les uns les autres ou mourir". Cela déclencha une levée de boucliers, des centaines de personnes menacèrent de se désabonner du magasines et Spiegelmann du écourter ses vacances pour venir s'en expliquer. Le magasine, un peu insipide, venait de prendre une nouvelle tournure en collaborant avec Spiegelmann qui n'aura de cesse de produire des oeuvres qui sont très critiques envers la société et l'actualité mais qui recèlent une puissance émotionnelle prodigieuse.L'artiste inquiet et écorché :On découvre l'homme inquiet qui se cache derrière l'artiste. Celui qui ne supporte pas l'injustice et la stupidité humaine mais refuse la fatalité et réagit par le dessin. Celui qui ne comprend pas que parfois on ne prenne pas de risque ne serait ce qu'en publiant ses dessins dans lesquels il a mis tant de lui. Il nous fait ressentir ses blessures lorsqu'il se met à dessiner par dépit des bonhommes de neiges "parce que c'est facile" mais surtout parce qu'on l'empêche de s'exprimer.La puissance de ses oeuvres :Aucune des oeuvres qui apparaît dans ce livre ne m'a laissé indifférente mais j'avoue que celle qu'il a faite au lendemain du 11 septembre m'a laissé sans voix. Il est vrai qu'il l'a vécu. Sa fille était scolarisée au pied des tours. Certains de ses camarades avaient des parents qui y travaillaient. Ils ont vu les corps tombés par les fenêtres. Art Spiegelmann se trouvait dans les rues pas très loin avec sa femme et il est allé la chercher ne la trouvant pas de suite au milieu des élèves épouvantés. Il n'a pas eu le temps de s'appesantir sur le traumatisme (celui-ci le submergerait après) car dans l'immédiat le magasine va très vite lui demander une couverture pour ce qui est un des plus grand évènement que vivra l'Amérique. Il passera des heures à son bureau avant que sa femme ne l'aide à accoucher d'une de ses illustrations les plus puissantes...C'est une énorme claque que je me suis prise à la lecture de ce livre bouleversant !! Cristie

cristie
21/04/13
 

Ce livre indéfinissable raconte les dix années (1993-2002) au cours desquelles Art Spiegelman travailla pour le New Yorker. Pour donner une idée du ton, voilà comment est présenté le livre : « Couvertures et Dessins Pour le Magazine Américain Le Plus Distingué par le Plus Dérangeant des Artistes Américains ». Le récit de Spiegelman est préfacé par Paul Auster. Ce texte de présentation s’intitule "L’art de l’inquiétude", faisant référence à ce qui caractérise Spiegelman, artiste engagé qui refuse de se voiler la face, tandis que le célèbre magazine a pour ligne éditoriale d’éloigner les soucis de ses lecteurs : « le monde peut bien s’écrouler, notre raffinement nous met à l’abri de ce qui dérange » pourrait résumer la philosophie du journal. On se doute, dès lors, que la collaboration entre un artiste underground et un magazine prônant la sophistication s’annonce houleuse. Nombre de couvertures proposées par Spiegelman seront refusées, d’autres vaudront au magazine de recevoir des monceaux de courriers criant au scandale, de perdre des abonnés, d’essuyer des injures, de déclencher une manifestation, etc.Le récit de Spiegelman est passionnant. Il retrace notamment la chronologie de ses années de travail pour le New Yorker, tout en commentant les couvertures qu’il a créés pour le magazine, qu’elles aient été acceptées, refusées, voire remaniées afin d’éviter un n-ième scandale. Il explique sa façon de travailler, nous présente sa philosophie et la manière dont son travail arrivait (ou pas) à s’articuler avec l’esprit du New Yorker.Au-delà de cette plongée dans le magazine culte de la vie new-yorkaise, ce livre est réjouissant pour les yeux avec toutes les couvertures présentées et les travaux préparatoires, sans compter les crises de nerfs et la frustration de Spiegelman quand une de ses couvertures était une nouvelle fois refusée ; dans ce cas, rien de tel que de proposer un bonhomme de neige la fois suivante.Cette galerie de couvertures montre tout le talent de Spiegelman pour transmettre un message à travers un dessin et ses tentatives d’adapter sa créativité à l’esprit politiquement correct du magazine. La couverture du livre reprend la première illustration de Spiegelman pour le New Yorker. Elle souleva un tollé alors que l’auteur souhaitait rappeler, à l’occasion de la Saint-Valentin, que le plus important était que les différentes communautés de Brooklyn vivent en bonne intelligence au lieu d’alimenter les rancœurs, suite à un incident ayant opposé des Juifs à des Noirs. Evidemment, Spiegelman savait que son dessin était dérangeant mais, ce qui fait la force de cet homme, c’est la fermeté de ses convictions, sa conscience politique et son profond humanisme. La couverture qu’il dessina suite aux attentats du 11 septembre 2001 est tout simplement mythique.C'est un livre drôle, intelligent et instructif qui, tout en partant d’une culture new yorkaise, traite également des questions sociétales et politiques qui se sont posées durant ces dix années-là et de leur façon d’en rendre compte.

mycupoftea
04/09/12
 

Format

  • Hauteur : 26.50 cm
  • Largeur : 19.70 cm
  • Poids : 0.47 kg

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition