Brown's requiem

ELLROY, JAMES

livre brown's requiem
EDITEUR : RANDOM HOUSE UK
DATE DE PARUTION : 02/06/98
LES NOTES :

Livre en VO
à partir de
13,60 €

SYNOPSIS :

Los Angeles - Fritz Brown, ex-alcoholic private eye with a stained past, makes do with car repossessions and classical music. Then he is offered a case by Freddy 'Fat Dog' Baker, an eccentric golf caddy whose sister has made off with a much older man. This is the beginning of the nightmare:
the underworld of golf caddies arson and incest played against the backdrop of an LA surreal by night and bad by day; of long hidden secrets that will drive Brown back to the bottle and to the gun: all conspire to make this one of the most hypnotic crime novels ever written.
3 personnes en parlent

Fritz Brown est un ancien "flic merdique, la honte du service" qui s'est reconverti dans la récupération de voitures impayées. A côté de cette activité, gentiment lucrative, il s'offre pour des raisons fiscales une façade de détective privé. Cette astuce comptable va l'entraîner dans une enquête de trois cent cinquante pages serrées, (où toutefois l'action incessante s'épuise parfois dans une longue poursuite) quand un caddy dingo l'engage pour surveiller sa jolie sœur qui vit en compagnie d'un homme qui pourrait être son père.Malgré un récit de construction chronologique, Ellroy excelle dans la mise en place d'une narration aussi déstructurée et hallucinée que les errances mentales et affectives de son héros, ce qui égare autant que subjugue le lecteur qui ne sait plu que croire et comment assembler les pièces du puzzle et qui est tenu de bout en bout par l'intrigue !Et si "Brown's requiem" est le premier roman de James Ellroy, on y lit déjà ses obsessions : référence à l'affaire du Dahlia noir ; un personnage principal ambivalent, à la fois dur et fragile, désespérément en quête d'amour, de morale et de rédemption ; des excès de violence ; et, en filigrane, la détestation de l'Amérique : « Les devantures de cette avenue noyée de smog mettent en scène les exemples de tous les projets, tous les rêves, tous les attrape-nigauds que l'esprit américain fatigué peut concevoir. C'est au-delà du tragique, au-delà du vulgaire, au-delà de la parodie. C'est l'innocence suprême », rumine Fritz Brown en parcourant le Ventura Boulevard de Los Angeles.Ellroy a donc écrit son premier roman selon une trinité du polar classique mais efficace : sexe, argent et violence.

Kara
23/02/09
 

Premier roman de James Ellroy, Brown’s requiem est un policier qui brouille les pistes. La personnalité de Fritz Brown est en elle-même assez atypique. Ancien flic viré pour cause d’incapacité, reconverti dans une activité dont il est peu fier, il se trouve confronté à une affaire qui le dépasse. Une seule activité semble avoir une valeur à ses yeux : la musique classique, en particulier les compositeurs allemands du XIXeme Siècle (Beethoven, Brahms, Bruckner,…). Car quand il s’essaye aux romantiques ou aux impressionnistes, il n’est pas convaincu par leur art. L’autre élément qui prend une importance capitale dans le roman est Jane Baker. Jeune femme paumée, qui vit avec Kupferman, beaucoup plus âgé qu’elle, elle a à ses yeux l’avantage d’apprécier la musique, et de pouvoir s’exercer sur un violoncelle Stradivarius. Tout au long de l’enquête, Brown pense à Jane, qu’il espère retrouver une fois toutes les péripéties terminées.Roman assez déroutant également par l’intrigue policière qu’il développe. Le pourquoi de l’embauche de Brown par Gras Dogue est très flou, et le lecteur sent vite que si Gras Dogue, personnage huileux, crasseux et peu sympathique, a fait appel au détective, c’est pour une raison non avouée. De là, Brown va mener son enquête, de Los Angeles à Tijuana, de Palm Springs à San Francisco, où il devra affronter sa propre violence, et découvrir petit à petit toutes les ficelles des magouilles dont Gras Dogue est partie prenante.Le roman est un peu lent à se mettre en place. Le mystère est intéressant, mais trop de mystère tue le mystère. En ne sachant ce que Brown cherche, le lecteur se perd un peu. Puis, au fil des pages, les morceaux du puzzle s’assemblent pour former un tout qui devient beaucoup plus intéressant dans les 150 dernières pages (sur 350 pages). Roman policier intéressant, qui n’est pas exempt de quelques faibl esses (notamment un usage répété de certaines figures de style), mais qui pose le personnage de Brown, qui fait penser au Marlowe de Chandler (en particulier celui incarné par Elliot Gould dans le film de Robert Altman, Le Privé), mais un plus trash (alcoolique et drogué par moments). Un bilan globalement positif, en définitive, qui plonge le lecteur dans les bas-fonds californiens.

Yohan59
26/10/12
 

Ce livre fait partie des polars "noirs" tels que j'en lis peu. C'était donc l'occasion de découvrir cet univers ainsi que l'écriture particulière de James Ellroy.Et mon sentiment est mitigé.L'intrigue est intéressante, se développant et se complexifiant au fur et à mesure de la lecture. Le héros, détective privé de bas étage, est un ancien flic alcoolique, plein de vieux démons.L'atmosphère est très sombre, très lourde, emplie de personnages glauques. La vision de l'Amérique est celle des bas-fonds, de la violence.J'avoue que j'ai été peu sensible au style et que la lenteur de l'intrigue m'a semblé pesante.Une découverte mais cela ne me poussera pas à poursuivre l'aventure avec d'autres livres d'Ellroy.

Argantel
15/12/09
 

Format

  • Hauteur : 19.90 cm
  • Largeur : 12.90 cm
  • Poids : 0.30 kg

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition