Bye bye blondie

DESPENTES, VIRGINIE

EDITEUR : GRASSET ET FASQUELLE
DATE DE PARUTION : 18/08/04
LES NOTES :

à partir de
12,99 €
EXISTE EN
Ebook

SYNOPSIS :

Gloria est convaincue qu'à chaque fois qu'elle s'approche trop près du bord, elle saura faire pirouette arrière. Seulement, plus le temps passe, plus elle devient championne dans l'art de souffrir... Il pleut sur Nancy, sa ville natale, et Gloria, à trente-cinq ans passés, est de nouveau SDF, avec pour unique point d'échouage Le Royal, " son " bar, le seul endroit où elle puisse librement traîner sa déprime et sa hargne, trouver chez qui squatter, et boire sans limite de crédit. Mais ce soir-lâ, c'est un passé bien plus douloureux qu'elle revit en direct, malgré elle : dans la rue, elle croise Eric Muir, désormais parisien et présentateur star du petit écran. Eric, sans qui elle aurait sans doute brutalement sombré, vingt ans plus tôt, quand, adolescente difficile, elle a été internée en hôpital psychatrique pour un temps indéterminé, par des parents dépassés, persuadés de
faire son bien. Eric, son premier amour, fils d'une famille de la grande bourgeoisie de Nancy, avec qui elle a vécu son aventure punk. Eric aujourd'hui confortablement installé dans sa voiture avec chauffeur, et qu'elle voudrait sinon feindre d'ignorer, du moins englober dans sa haine du monde et d'elle-même ; mais lui ne l'entend pas ainsi. Avec une dureté de ton qu'on lui a connu à ses débuts, mais aussi une tendresse certaine pour ses personnages, Virginie Despentes fait le récit d'une adolescence dramatique, marquée au fer rouge par l'incompréhension et la bêtise de parents incapables d'amour véritable, brisée par la violence et la toute-puissance des institutions. Bye bye Blondie est également le portrait rageur d'une femme conditionnée par le manque et l'abandon, et qui ne sait plus vivre que dans la destruction aveugle de tout ce qui pourrait mettre un terme à ses souffrances.
7 personnes en parlent

J’ai lu beaucoup plus de critiques négatives que d’enthousiastes au sujet de Virginie Despentes, et pour avoir suivi un « Plus près des artistes » qui lui était consacré sur France 4, elle ne m’attirait que très moyennement. C’est pourquoi j’ai été presque abasourdie par la façon dont elle m’a embarquée dans Bye bye Blondie. Moi qui ne suis pas caractérielle, ni capricieuse, qui ne suis jamais passée par l’étape punk ou hôpital psychiatrique, qui ne connais ni ne fréquente le milieu stars télé ou ciné, qui ne bois pas ni ne me drogue, ni ne traîne à la rue, et qui essaye de ne pas parler ou écrire comme un charretier (ouah finalement je fais quasiment dame patronnesse, non ?), bref moi qui suis on ne peut plus éloignée de l’univers de ce roman, j’ai été touchée comme rarement. Oui, j’ai adhéré à l’histoire de Stéphanie-Gloria, j’ai ressenti sa colère, sa hargne, son incompréhension des bouffées de rage pure qui la prennent comme on prend sa douche, son mépris d’elle-même, ses tentatives, et son amour pour Eric. J’ai refermé le roman étonnée en plus de cette fin ouverte et apaisante, reconnaissante d’avoir vibré malgré mes a priori tellement stupides. Mademoiselle Despentes ne m’est pas tellement plus sympathique, à vrai dire, mais je suis convaincue par sa plume, et sacrément, même. Sylvie Sagnes

SagnesSy
07/09/12
 

Adolescente rebelle et surtout complètement paumée, Gloria est internée en hôpital psychiatrique après une violente incartade avec son père. Dans ce lieu hors du temps et du monde, presque dépourvu d'humanité, elle va faire la rencontre de sa vie. Celle d'Eric, jeune fils de bonne famille, aussi perturbé qu'elle. Bientôt, la punkette brut de décoffrage et le gentleman bourgeois deviennent, contre toute attente, inséparables. Quelques mois après leur sortie de l'HP, ils fuguent tous les deux pour vivre leur amour librement, de squats en squats, clochardisant, hors de tout préjugés sociaux. Mais voilà, la réalité les rattrape bientôt et la vie les sépare. Jusqu'à ce que leurs chemins se croisent vingt ans plus tard. Eric est devenu un présentateur télé célèbre tandis que Gloria, RMiste,végète et vient de se faire larguer une fois de plus, se retrouvant donc à la rue, une fois de plus...Pas aisé de pénétrer dans l'écriture plus qu'agressive de Despentes qui semble vouloir faire fuir le lecteur. Pourtant, si l'on s'accroche, on est vite happé par ce style hargneux, sauvage, par cette écriture nerveuse et crue qui reflète magnifiquement le caractère de l'héroïne, personnage déchiré, aussi détestable qu'attachant. Gloria en veut à ses parents, à la société, aux bourgeois, au monde entier mais s'en veut à elle-même avant tout et ne parvient pas à sortir de sa spirale infernale d'autodestruction. La rencontre avec son amour de jeunesse, avec celui qu'elle a tant aimé mais qui l'a tant fait souffrir pourrait peut-être l'aider à trouver la voie de l'apaisement. Pourtant, ce bonheur retrouvé va se révéler de plus en plus précaire tant la jeune femme ne se sent pas à sa place dans un monde d'apparences où l'on ne peut se montrer sous son véritable jour. Eric sera-t-il assez fort pour contenir ses angoisses et l'empêcher de se jeter dans le gouffre tête la première ?J'ai vraiment aimé ce roman d'amour et de quête personnelle, sorte de Roméo et Juliette grunge; Je vous livre ici deux extraits pour vous donner une idée du style et surtout envie de découvrir la fin ou le commencement de cette histoire de coeur, bien éloignée des contes de fée. http://leslecturesdenaurile.wordpress.com

Naurile
10/11/14
 

Gloria, la trentaine, rmiste, est sujette à des accès de colère lors desquels elle est capable du pire. Suite à une nouvelle crise avec Lucas, elle le quitte, elle sait qu'il sera inutile d'implorer son pardon. Errant dans les rues, les cafés, elle retrouve Eric, devenu présentateur vedette d'un jeu télévisé. C'est l'occasion pour elle de se projeter vingt années en arrière, lorsqu'elle avait quinze ans. Ses parents, débordés par ses excès, l'avaient fait interner en hôpital psychiatrique. C'est là qu'elle a rencontré Eric, ils se sont aimés de manière fusionnelle...Voici un roman captivant, sensible et parfois éprouvant, puisqu'on y visite la contestation adolescente, le milieu psychiatrique froid et déshumanisant, ainsi que l'univers punk des années 80, avec son lot d'alcool, de drogue, de violence, de haine de soi et des autres. Une telle expression de rébellion juvénile m'aurait sûrement défoulée par procuration à l'adolescence. Désormais mère, je suis plutôt effrayée par la liberté laissée si jeune à Gloria et sa façon d'en user... La suite est tout aussi bouleversante puisqu'il y est question des graves troubles du comportement de Gloria qui affectent profondément ses relations aux autres... J'ai savouré l'écriture à la fois familière, percutante et élégante de Virginie Despentes dans cette histoire d'amour douloureuse entre deux écorchés. Canel

Canel
19/01/14
 

Virginie Despentes a une jolie plume, mais la littérature punk, ce n’est vraiment pas mon truc. Tout me semblait un peu artificiel, peu crédible, voire lassant. Les parents sont trop cons, les psys des nazis, et les héros moches, mais beaux parce que destroy. Pas du tout ma coke.Pour ceux qui pensent qu'être révolté est une posture.

Halzer
21/09/13
 

Le sujet central du roman n'est pas particulièrement original en soi puisqu'il s'agit d'une histoire d'amour. Celle-ci est cependant racontée d'une manière intéressante, avec une analyse approfondie des personnages (en particulier celui de Gloria, alias Blondie) et de leurs rapports. Virginie Despentes fait vraiment bien ressentir la colère quasi-permanente de cette femme, ainsi que les difficultés adolescentes. le style du roman est agréable, et les mots bien choisis, souvent percutants. Une seule petite réserve, mais elle découle probablement de toutes ces qualités : l'ambiance et donc la lecture deviennent un peu pesantes, même si le livre est court. En résumé, je conseille ce roman mais il convient de l'aborder à un moment "favorable", les troubles de Gloria étant dérangeants.Je ne suis pas certain de vouloir lire rapidement d'autres ouvrages de cette auteur, craignant que tous se ressemblent. Apikrus

Apikrus
04/06/13
 

En bref, un gros coup de cœur pour cette romance hors du commun et loin d'être niaise. V. Despentes nous fait vivre toute la violence et la tristesse d'une histoire d'amour entre deux personnages différents mais faits pour être ensemble...

RizDeuxZzZ
25/03/13
 

Gloria est à Nancy, elle se retrouve sans endroit où aller suite à une énième violente dispute avec son ami Lucas. Sur la route, elle croise par hasard Éric, son premier amour, qui est devenu animateur d'un jeu télévisé. La suite du livre nous fait découvrir le passé de Gloria : sa rencontre avec Éric en HP, leurs délires, la séparation avant de revenir sur le présent : que reste-t-il de leur amour ?C'est un livre se lit assez facilement mais qui ne m'a pas transcendée,. Je n'ai pas réussi à être accrochée par l'histoire que je trouve finalement assez banale. Le style d'écriture est particulier : fluide mais brutal, agressif ce qui m'a, au final, plutôt refroidie. Je n'ai pas été émue par ce livre, mais plutôt déçue.A noter que le film est sorti au cinéma le 21 mars 2012. Eulimène, Salon des Lettreshttp://salondeslettres.blogspot.fr

Eulimene
19/09/12
 

Format

  • Hauteur : 20.50 cm
  • Largeur : 13.00 cm
  • Poids : 0.33 kg

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition