Carnage et culture

HANSON, VICTOR-DAVIS

livre carnage et culture
EDITEUR : FLAMMARION
DATE DE PARUTION : 29/08/10
LES NOTES :

à partir de
12,20 €

SYNOPSIS :

La supériorité militaire de l'Occident, depuis l'Antiquité, semble reposer sur une conception particulière de la guerre et de la mort. Car l'issue d'une guerre ne dépend pas toujours du nombre de combattants, de la connaissance du terrain, ni même de la stratégie des chefs. A l'analyse tactique ou géopolitique, Hanson oppose une théorie quelque peu iconoclaste : la victoire, sur le champ de bataille, tient à la cristallisation de valeurs économiques, politiques et culturelles. Ce sont l'individualisme, la démocratie et le rationalisme qui firent plier, en maints endroits, les armées ennemies. Ce fut aussi l'Occident qui accoucha
des conceptions les plus radicales de la guerre : la guerre "juste" ou la guerre d'anéantissement, par exemple. A travers le récit de neuf batailles décisives (Salamine, 480 av J.-C ; Gaugamèles, 331 av. J.-C ; Cannes, 216 av. J -C ; Poitiers, 732 ; Tenochtitlan, 1520-1521 ; Lépante, 1 571 ; Rorke's Drift, 1 879 ; Midway, 1 942 et Têt, 1 968), Hanson explore les multiples facettes d'une suprématie guerrière inégalée. Profondément polémique, cette histoire de la " supériorité " occidentale permet de lire en filigrane son envers le plus sombre : le cannibalisme politique et religieux des Européens au fil des siècles.
1 personne en parle

Il fallait oser, en 2001, sortir un ouvrage mettant en avant les faits saillants de ce qui semblait à l'auteur caractériser l'art de la guerre des Occidentaux.Cet ouvrage sortit aux États-Unis en 2001 puis dans sa traduction française en 2002. Entretemps, les États-Unis avaient connu le 9-11 et la guerre made in USA avait bouté les talibans hors d'Afghanistan. J'avais lu, en 2002, avec grand intérêt cet ouvrage. Flammarion a décidé, en 2010, de proposer de nouveau ce texte aux lecteurs français dans un format de poche. Huit ans après, j'ai pris la décision de le relire et de le commenter.Qui est Victor Davis Hanson ? Il s'agit d'un historien américain spécialiste de l'antiquité grecque dont j'avais déjà pu apprécié le talent dans deux ouvrages importants:- Le modèle occidental de la guerre: la bataille d'infanterie dans la Grèce classique publié aux Éditions Les Belles Lettres en 1990 puis ré-édité chez Tallandier en 2007- La guerre du Péloponnèse chez Flammarion en 2008, ré-édité dans la collection "Champs Histoire", toujours chez Flammarion en 2010.Ces deux ouvrages ont rapidement pris une place de choix dans ma bibliothèque à la fois par l'érudition de l'auteur et par ses thèses clairement novatrices quoi que souvent risquées. Hanson secoue les neurones et c'est clair que ça ne plait pas toujours. Si on ajoute à ses approches novatrices, une bibliographie toujours clairement commentée et critique, Hanson constitue, avec Basil Liddell Hart et John Keegan, le troisième auteur anglo-saxon qui m'a le plus marqué dans ma passion de l'Histoire.Avec Carnage et culture, Hanson nous emmène à travers l'histoire de la guerre de l'Antiquité à nos jours avec un objet central qui est d'expliquer en quoi les Occidentaux ont inventé une manière de faire la guerre terriblement efficace qui l'emporte sur toutes les autres approches. Pour Hanson, la cohésion de l'infanterie lourde et la recherche de la bataille décisive constituent les socles à partir desquels va se construire l'art occidental de la guerre. Hanson va prendre huit batailles de l'histoire de l'Occident pour étayer son argumentation qui vise à démontrer que les facteurs de supériorité des Occidentaux par rapport aux autres civilisations sont: la liberté politique, le capitalisme, l'individualisme, l'esprit critique, le rationalisme et le débat ouvert.Ce qui m'impressionne le plus chez Hanson c'est clairement sa puissance d'évocation. Sa restitution de ces combats, à travers les siècles, est hallucinante, bien dans la veine d'un "Anatomie de la Bataille" de John Keegan. L'exposé de la thèse d'Hanson sur la supériorité occidentale est par contre plus brouillon et parfois répétitif comme s'il avait assemblé des articles pour en faire un ouvrage. Malgré tout, ce texte fourmille de points de départ de recherche bien intéressants pour valider ou invalider sa thèse. Un historien talentueux comme John Lynn s'y est attelé dans son "De la guerre: une histoire du combat des origines à nos jours". Stéphane Audouin-Rouzeau s'y est essayé avec moins de bonheur dans son "Combattre".Pour ma part, j'ai encore une fois lu ce texte avec passion et je vous le recommande.Certains vous déconseilleront cette lecture arguant qu'Hanson est un néo-conservateur américain. Et alors ? Il fait partie, pour moi, de ceux capables de me faire voir l'Histoire sous d'autres angles et ça, ça fait toujours du bien ! Pour me retrouver sur mon blog: http://www.bir-hacheim.com

birhacheim
05/10/10
 

Format

  • Hauteur : 17.80 cm
  • Largeur : 10.80 cm
  • Poids : 0.41 kg
  • Langage original : ANGLAIS

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition