Cent ans de solitude

GARCIA MARQUEZ, GABRIEL

livre cent ans de solitude
EDITEUR : POINTS
DATE DE PARUTION : 21/02/95
LES NOTES :

à partir de
8,20 €

SYNOPSIS :

Une épopée vaste et multiple, un mythe haut en couleur plein de rêve et de réel. Histoire à la fois minutieuse et délirante d'une dynastie: la fondation, par l'ancêtre, d'un village sud-américain isolé du reste du monde; les grandes heures marquées par la magie et l'alchimie; la décadence; le déluge et la mort des animaux. Ce roman proliférant,
merveilleux et doré comme une enluminure, est à sa façon un Quichotte sud-américain: même sens de la parodie, même rage d'écrire, même fête cyclique des soleils et des mots. Cent Ans de solitude compte parmi les chefs d'oeuvre de la littérature mondiale du XXe siècle. L'auteur a obtenu le prix Nobel de littérature en 1982.
5 personnes en parlent

Destin, famille, violence... La richesse et la puissance d’imagination de ce roman écrit en 1967 font de ce chef-d’œuvre latino-américain le phare de cette littérature de sagas familiales foisonnantes, dont un livre récent, Le cœur cousu de Carole Martinez se fait l’écho aujourd’hui. On y trouve les mêmes ingrédients de composition : les péripéties et évolutions d’une famille au destin particulier, l’imbrication de l’histoire familiale dans une histoire sociale et politique plus large, la présence attachante de personnages aux caractères forts et destins violents… L’écriture elle-même, mélodieuse et rythmée, toute en chatoyances, porte avec brio la combinaison d’un univers poétique, d’éléments merveilleux, de magie parfois, de mystères et de l’abrupte réalité de notre condition humaine. Cent ans de solitude et Le cœur cousu se répondent à travers le temps et les continents dans une langue étonnante qui les rend inoubliables

Un roman plein de couleurs, de rêves…Une dynastie qui débute avec la fondation d’un village Sud- Américain loin de la société, la lutte d’une famille pour conjurer les maléfices, de la magie, de l’aventure…Des personnages hauts en couleur, une pure merveille. Nena

nena1
18/02/12
 

Si vous n'avez pas lu ce livre, sachez que je vous envie ! Oui, je vous envie, car vous avez devant vous un potentiel de plusieurs heures de bonheur absolu à vivre en sa compagnie."Cent ans de solitude" est un OVNI ! Un livre unique, majeur. L'histoire délirante de Macondo, village perdu dans la jungle sud-américaine, et de ses habitants - non moins déjantés - sur plusieurs générations.Vous ne me croirez peut-être pas si je vous dis qu'il se passe quelque chose à CHAQUE page ? Et bien vous auriez tort... C'est un récit délirant, absolument passionnant, teinté de passion, de poésie et de surnaturel. Une mine de personnages pas piqués des hannetons, des rebondissements à n'en plus finir, une imagination qui laisse pantois.Un conseil : faites-vous un arbre généalogique au fil des pages... on vous aura prévenu ! ;-)

cbarbaz
16/07/10
 

Conseillé par mon meilleur ami hispanophile qui a dévoré l'oeuvre de Garcia Marquez en version originale, je me suis donc lancé (en français) dans Cent ans de solitude, un de ses romans les plus emblématiques. Ma première impression : c'est très long, mais ça passe sans problème. Le caractère répétitif jusqu'à la malédiction de l'Histoire constitue le thème de cette oeuvre rédigée avec brio. Le rythme est soutenu et on ne s'ennuie jamais malgré le caractère faussement anodin des péripéties. Etant donné que de nombreux personnages ont le même prénom, on pourrait croire que le lecteur se perd rapidement dans les méandres de l'imagination débordante de l'auteur, mais en réalité cette recrudescence d'Aureliano et de José Arcadio ne gêne pas tant que ça, car chacun est affublé d'un surnom qui le rend unique (Aureliano le Second, Aureliano le Triste, etc.). Au niveau de l'intrigue, je dois avouer que parfois je ne me rappelais pas de tous les événements passés, mais en tout cas la chute est parfaitement maîtrisée et on referme le roman avec stupeur. Un vrai chef-d'oeuvre, son Garcia Marquez a mérité son Nobel de littérature !

Shirayukihime
28/12/13
 

Le premier souvenir de cette lecture est tout d'abord celui d'une œuvre complexe. Au niveau temporel, tout d'abord, puisque l'intrigue prend place sur plus de cent ans. On suit en effet la famille Buendia, exilée, qui fonde la ville de Macondo puis qui y vit, de façon ininterrompue, pendant plus d'un siècle. Cette vie villageoise est au cœur du récit, avec la présence des membres de la famille Buendia. Outre les fondateurs, c'est leur descendance sur plusieurs générations qui est centre de l'action. L'ouvrage est complexe également car il mêle constamment réalisme et phénomènes magiques. Cent ans de solitude est d'ailleurs souvent considéré comme le chef-d’œuvre de ce courant, appelé réalisme magique, et qu'on peut retrouver chez Isabel Allende, par touche chez Luis Sepulveda ou pour les auteurs français, chez Carole Martinez. Si l'ouvrage est certainement important dans l'histoire littéraire car il a permis la reconnaissance internationale de ce courant, je dois bien avouer que ce mélange ne m'a pas toujours convaincu. Les habitants de Macondo sont en effet stupéfaits par la découverte de la glace, du cinéma ou du train mais n'éprouvent aucune surprise lorsque les personnages lévitent et disparaissent subitement du village.Sur l'ensemble des histoires relatées dans l'ouvrage, une seule m'a vraiment captivée. Il s'agit de celle d'Aureliano, qui après avoir appris en solitaire l’orfèvrerie, se lance dans la guerre civile contre le camp conservateur qui détient tous les pouvoirs. Je dois malheureusement avouer que je suis passé un peu à côté de ce grand classique. En fait, j'ai éprouvé à plusieurs reprises de l'ennui, ennui qui s'est accentué à la fin de l'ouvrage, que j'ai vraiment eu du mal à terminer. Bien entendu, cela n'enlève rien à la valeur du texte ni à son importance. Mais d'un point de vue très subjectif (ce qui est le but d'un lieu tel que celui-ci), ce livre me marquera moins que le très beau roman d'Isabel Allende, La maison aux esprits. Mais peut-être que mon goût pour les textes politiques et sociaux explique en partie cette réticence de ma part, car l'importance laissée aux mythes et à la magie est ici très prégnante.

Yohan59
23/10/13
 

Format

  • Hauteur : 17.80 cm
  • Largeur : 10.80 cm
  • Poids : 0.25 kg
  • Langage original : ESPAGNOL (COLOMBIE)
  • Traducteur : CARMEN DURAND