livre cercle
EDITEUR : GALLIMARD
DATE DE PARUTION : 26/02/09
LES NOTES :

à partir de
8,70 €

SYNOPSIS :

""C'est maintenant qu'il faut reprendre vie." Aussitôt, il y a eu une série d'étincelles autour de ma tête, puis la phrase s'est enroulée autour de mes épaules en y traçant des lignes rouges, orange, jaunes ; elle a cheminé le long de mon bras, lentement, jusqu'à ma main qui s'est gorgée d'un sang bleu-noir. C'est ainsi que ce livre a commencé à s'écrire. Un calme étrange fleurissait dans ma tête. Laisse faire, me disais-je, surtout laisse faire : un passage va s'ouvrir,
et ce passage, tu l'appelleras Cercle. " Un homme décide, un matin, de ne plus aller à son travail. Il se met à errer dans Paris. Son odyssée le conduit en Europe de l'Est, passant par Berlin, Varsovie et Prague. Cette expérience de liberté lui donne accès à un étrange phénomène dans lequel se concentrent le secret de la jouissance et la destruction qui régit le monde. Porté par la dimension poétique du réel, il découvre ce qu'il nomme l'existence absolue.
2 personnes en parlent

Drôle de périple pour un train manqué délibérément. C'est insolite, mouvementé (et c'est peu de le dire), parfois épuisant, quelquefois très cru. Pendant que Jean Deichel se repait de sa liberté, Haenel jongle avec notre intellect, nous bombarde d'images, de phrases (très importantes les phrases, d'ailleurs il lui arrive de les perdre, non enfin c'est Deichel qui les perd... Peu importe). Si Cercle 2 m'est presque tombé des mains, je me suis bien raccrochée à Cercle 3. Un livre tourbillon souriant. gracedubois

gracedubois
21/08/14
 

“C’est maintenant qu’il faut reprendre vie”. Dès le premier paragraphe, grâce à cette phrase, ce livre nous attrape. En lisant ce livre dans le métro ou dans le RER, regardant le regard perdu de certaines personnes je me suis dit moi aussi qu’il fallait peut-être reprendre vie. A défaut de faire le grand saut, j’ai lu avec beaucoup de plaisir ce roman.J’ai cependant un avis assez partagé sur ce livre. Il est découpé en trois parties (d’abord la partie à Paris, puis ensuite à l’étranger). Si j’ai beaucoup aimé la première, je me suis un peu ennuyé sur les deux suivantes. La partie parisienne est très plaisante quand on vit dans la capitale : on y reconnaît et on y découvre des lieux. Entre les jardins parisiens, les rues typiques ou la librairie Shakespeare & Co, Yannick Haenel nous prouve que Paris n’est pas seulement une ville surpeuplée ou le travail étouffe tout. Il y a aussi de charmants endroits qui permettent de faire de charmantes rencontres. Mais dans les parties suivantes, j’ai trouvé que le livre tournait un peu en rond, se répétait et que rien de bien nouveau s’y passait, si ce n’est le décor qui change.J’ai déploré aussi dans ce livre un langage parfois un peu cru dans certains passages, qui contraste vraiment avec l’univers très poétique du livre. Pourquoi être vulgaire quand rien ne le justifie ?Enfin, j’ai lu sur Internet que certains reprochaient les citations trop nombreuses. C’est au contraire quelque chose qui m’a plu, étant toujours à la recherche de bons mots de la langue française.Un bilan donc mitigé sur ce livre, qui aura été agréable à lire mais qui ne me laissera pas un souvenir impérissable !Un résumé ainsi qu'un extrait de ce livre sont disponibles sur mon site.

Artsouilleurs
25/08/09
 
  • Auteur : HAENEL, YANNICK
  • Collection : FOLIO
  • Éditeur : GALLIMARD
  • ISBN : 9782070366354
  • Date de parution : 26/02/09
  • Nombre de pages : 547
  • Rayons : Poésie

Format

  • Hauteur : 17.80 cm
  • Largeur : 10.80 cm
  • Poids : 0.27 kg

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition

Dans la même catégorie