Chaque femme est un roman

JARDIN, ALEXANDRE

livre chaque femme est un roman
EDITEUR : GRASSET ET FASQUELLE
DATE DE PARUTION : 02/04/08
LES NOTES :

à partir de
20,20 €

SYNOPSIS :

Avec ce livre, Alexandre Jardin clôt provisoirement sa « trilogie » familiale. Le Zubial disait sa dette à l'endroit de son père ; Le roman des Jardin remerciait sa famille ; et ce nouvel ouvrage rend grâce aux femmes qui ont fait son éducation, au premier rang desquelles figure, bien sûr, sa mère. Mais Alexandre Jardin éprouve de la gratitude à l'endroit de la plupart des femmes qui ont croisé son chemin - et qui ne sont pas toutes, loin de là, de souche « jardinienne ». Ainsi, ce roman raconte, par brefs chapitres, ce qu'il a appris, sur le chemin de sa vie, auprès de telle ou telle. Sa galerie va de sa mère, donc - grande prêtresse de fantaisie - jusqu'aux amoureuses de passages, de son épouse « Liberté » jusqu'à Françoise Verny,
d'un professeur de mathématiques à une auto-stoppeuse, d'une mythomane à une aventurière... De fait, ces histoires, chacune liée à un épisode précis, se répondent, se mêlent, se recoupent de telle sorte que nous nous retrouvons à l'intérieur d'un roman d'apprentissage où le héros déguste ses leçons de plaisir, de courage, de lucidité, de rouerie, de bonheur. C'est toute la vision d'un monde « jardinisé » qui est passée en revue : prenez vos désirs pour des réalités, mettez toujours une forte dose de liberté dans cette réalité, et écoutez attentivement ce que les femmes ont à vous apprendre. Alexandre Jardin s'épanouit joyeusement à l'intérieur de ce programme fou-fou-fou. Et, plus grave, il est très convaincant.
2 personnes en parlent

On devine une enfance douloureuse dominée par une mère imprévisible et curieusement étouffante malgré ses absences, une mère qui ne lui a donné aucun repère autre que celui de toujours chercher "à sortir du carré" et vivre dans le provisoire, une mère tragédienne dans l'âme qui vit dans la démesure. Alexandre Jardin n'aura alors de cesse de chercher chez les femmes celles qui, à l'instar de sa mère, arriveront à bouleverser quelque chose en lui, dans sa perception qu'il a de la vie et de lui-même. Son ouvrage se compose donc de portraits de femmes attachantes, étranges ou irréelles, parfois drôles ou émouvantes, qu'il a croisées ou longuement côtoyées, des femmes qui ne sont peut-être pas telles qu'il les a perçues, tant il ne sait où se trouve la réalité : "dans le corps observé ou dans l'oeil qui regarde ?" Faussement désorganisé, le roman, à la fois joyeux et grave, toujours léger, se lit en souriant et donne parfois envie de réinventer sa vie...

fashiongeronimo
12/08/12
 

Parfois, il me semble que les femmes sont des tremplins vers le fabuleux. Écrivaines pour la plupart non pratiquantes, elles produisent de la prose intérieure destinée à tromper leurs déceptions et à soigner leurs rêves. Changent-elles de métier, d’amant ou d’opinion ? C’est d’abord une césure, un rebond de style, un chapitre qui se tourne. Adressent-elles une oeillade à un passant ? C’est un best-seller qui débute. Depuis mon plus jeune âge, je sais que chaque femme est un roman. Voici en quelque sorte mes études littéraires, blondes et brunes.C’est rare quand vraiment, même en me forçant, je ne parviens pas à lire un livre. J’ai essayé. J’ai tenu quelques pages. Mais me voilà incroyablement déçue : Alexandre Jardin ne parle pas des femmes mais de lui et de son relationnel aux femmes. Et cela en devient très très vite lassant. Je devrais faire comme lui et brûler ce livre qui ne vieillira jamais dans ma bibliothèque. Sans hésitation aucune.

LAPESTE
09/10/11
 

Format

  • Hauteur : 20.50 cm
  • Largeur : 13.00 cm
  • Poids : 0.27 kg