Charlie n'est pas rentree

FRENCH, NICCI

EDITEUR : FLEUVE NOIR
DATE DE PARUTION : 21/02/08
LES NOTES :

à partir de
8,99 €
EXISTE EN
Ebook

SYNOPSIS :

Charlie devrait déjà être rentrée. Elle avait promis d'être là de bonne heure. Parce que c'est le jour du grand départ en vacances qu'elle et toute sa famille attendent depuis longtemps. Mais voilà, il est 11 heures, et Charlie n'est pas là. Pourtant, la camarade de lycée chez qui elle a passé la nuit prétend qu'elle est partie très tôt et, sur une petite île comme celle de Sandling Island, les trajets sont généralement rapides. L'heure file. Nina est de
plus en plus inquiète pour sa fille. Et elle est bien la seule. Car personne ne prend cette disparition au sérieux et personne ne la croit quand elle dit qu'il est arrivé quelque chose. Et elle le sait, elle le sent, Charlie est en danger. Isolée sur cette île anglaise battue par les vents, Nina vit le pire des cauchemars, celui que toutes les mères redoutent. Très vite elle comprend que son instinct maternel est son seul allié si elle veut sauver son enfant.
5 personnes en parlent

A quelques heures de son départ pour des vacances en Floride avec le nouvel homme de sa vie, Nina, en plein préparatifs de dernière minute, s'inquiète de l'absence de sa fille Charlie qui a passé la nuit chez une amie. L'adolescente n'a pas encore préparé ses bagages, le temps presse, et Nina s'inquiète. Mais très vite, l'inquiétude va se transformer en angoisse quand Nina réalise que Charlie s'est tout simplement évaporée dans la nature. Commence alors une course contre la montre pour cette mère terrorisée mais bien décidée à retrouver sa fille avant qu'il ne soit trop tard.On ressent une foule de sentiments à la lecture de ce livre. De l'angoisse d'abord. L'empathie est évidente pour une mère dont l'enfant à disparu. Les auteurs ont bien réussi à décrire la montée en tension, l'exaspération qui devient inquiétude pour finir en une peur viscérale quand il faut bien se résoudre à admettre que son enfant est en danger.Et puis, il y a aussi une vive hostilité autour de Nina. Celle de la nature d'abord sur cette île battue par les vents et les pluies, et aussi celle des habitants. Les voisins sont au mieux désinvoltes, au pire belliqueux envers cette femme qu'ils connaissent depuis peu de temps. Et les policiers ne sont pas très prompts à mener l'enquête sur ce qui pour eux n'est qu'une simple fugue.Nina décide donc de se battre seule contre tous et de tout mettre en oeuvre pour trouver Charlie. Tout au long de cette journée infernale, elle va découvrir que sa fille gardait certains secrets et ne lui confiait plus tous ces petits tracas comme au temps de l'enfance. Nina cherche, fouille, interroge, soupçonne avec frénésie et détermination.Ce thriller est écrit sans chapitre, d'une traite et c'est aussi ainsi qu'on le lit. Une lecture rapide, palpitante et angoissante.

un flyer
20/03/12

Dans quelques heures, Nina et ses enfants doivent prendre l’avion pour la Floride et passer d’agréables vacances. Mais avant d’y être, il faut boucler les bagages et Nina ne cesse de courir depuis le matin en essayant de ne rien oublier. Mais comme si cela ne suffisait pas, il y a évidemment des tas d’autres tracas qui s’ajoutent au stress ambiant : une voiture qui tombe en panne, un anniversaire surprise, un ex-époux en colère… et Charlie qui n’est pas encore rentrée ! Très vite, Nina s’inquiète, même si son entourage la rassure « Tu sais comment sont les adolescents, elle va arriver juste à temps pour partir, ne t’inquiète pas… ». Mais Nina n’y croit pas, elle est persuadée qu’il est arrivé un malheur à sa fille. Va alors commencer une course contre la montre pour tenter de la retrouver, mais les difficultés ne font que commencer…Charlie n’est pas rentrée relate le cauchemar que tout parent redoute le plus : la disparition d’un enfant. Mais là où le lecteur aurait dû se sentir impliqué dans l’histoire, incapable de la lâcher, il se retrouve embourbé dans une accumulation de détails souvent inutiles. De plus, le style ne permet pas de s’identifier à cette mère en détresse ni de ressentir de la compassion. J’attendais de cette histoire qu’elle me fasse partager les émotions des personnages mais elle n’a fait que m’exaspérer. Paola

Carnetdelecture
27/01/12
 

Dès les premières lignes, je me suis sentie happée dans cette histoire, j’ai ressenti la détresse de cette mère qui découvre que sa fille ne rentre pas comme elle le devrait…Son personnage est très attachant, dans le sens où tout au long du roman, on vit au même rythme qu’elle… on ne peut s’empêcher de se poser mille et une questions, comme cette mère, de partager son angoisse, …Le style dans lequel le livre est écrit est propice à servir les besoins de l’histoire… des phrases simples, mais qui laissent transparaître une palette d’émotions allant de la souffrance à la colère, en passant par l’incompréhension et le doute…Le début met bien en place le décor: on découvre l’île, ses différents habitants, leurs habitudes, un peu de leur passé… tout ce qu’il faut pour pouvoir apprécier à sa juste valeur le reste du roman.Les personnages sont tous intéressants à leur manière, ils ont chacun leur « charme », ces caractéristiques qui font qu’on s’interroge sur eux et qu’on a envie d’en savoir plus…On est poussé à faire des suppositions sur le dénouement de l’histoire tout au long du livre, mais pourtant la chute de l’histoire, je ne l’ai pas vue venir… Hylyirio

hylyirio
14/10/11
 

Un respectable professeur d'université cinquantenaire ne parvient plus à satisfaire sa femme plus jeune, à l'appétit sexuel féroce et insatiable, si ce n'est avec l'aide de la stimulation de la jalousie. Il se sert donc de l'attraction que sont épouse exerce sur un jeune homme pour aiguilloner le désir de sa belle et le sien. Les imaginer ensemble lui rend sa puissance sexuelle, mieux que tous les traitements et, grâce à ce stratagème, la vie nocture du couple connaît une période faste.Chacun des deux époux tient un journal, dont il pense que l'autre le lit en cachette, et qui est donc écrit en tenant compte de ce lecteur secret... La pudeur et une sorte de fierté les empêche de discuter directement avec l'autre, mais par l'entremise de ces cahiers intimes, tout est dit, sans rien avouer... Làs ! c'est sans compter les conséquences néfastes de ces folles nuits sur leur santé à tous deux... Se laisseront-ils submerger par leur plaisir ? Ecriture fine, et texte délicieusement érotique, tout en restant dans la pudeur et la retenue japonaise (l'hypocrisie ?). J'ai beaucoup aimé ce petit livre qui se lit très rapidement, et beaucoup ri de cette triste aventure. Liliba

liliba
23/12/09

Un couple tente de ranimer la flamme en excitant et stimulant le jeu délicat de la jalousie. Mariés depuis plus de vingt ans, Ikuko et son époux sont tombés dans une routine, surtout que l'homme (d'une cinquantaine d'années) découvre que tout effort l'affaiblit et l'épuise considérablement. Or, la femme a des besoins insatiables, des envies jamais assouvies. Suite à une première ivresse, Ikuko perd connaissance et s'endort dans son bain ! Le mari, aidé par Kimura (préalablement prévu pour devenir le gendre idéal de leur fille, Toshiko) va vite nourrir une sensation d'exaltation en exploitant cette présence attirante. D'ailleurs, ça marche : sa femme et lui tombent en symbiose sexuelle, un stade jamais atteint depuis leur nuit de noces ! Cela peut paraître malsain et "cochon", pourtant le contenu est bien loin d'être aussi déluré ! D'abord, ce roman a été publié en 1956 et, rien que par son sujet, faisait un grand bond en avant dans le domaine érotique. Puis, l'auteur est japonais, avec toute l'implication classique et de réserve qu'on attribue à cette culture. Enfin, alors que les romans contemporains n'hésitent pas à appeler un chat "un chat", chez Tanizaki on parle de "la chose" sans jamais la nommer ! Je dois d'ailleurs avouer avoir ressenti quelque étonnement à cette narration, me demandant s'il s'agissait bien de la même "chose" à laquelle je pensais. Sans paraître pour une idiote, c'est simplement que le style, de toute beauté, est très pudique, même si son propos, paradoxalement, déballe, dévoile, "ose" ! J'ai donc beaucoup aimé - il s'agit d'une histoire de séduction éternelle, avec l'utilisation d'outils peu orthodoxes, loin de toute moralité, et qui flirte avec le péril de la "limite". L'homme et la femme écrivent tout deux des journaux, qu'ils se cachent l'un à l'autre, tout en voulant que ce soit lu ! Ambivalent jusqu'au bout, donc. Junichiro Tanizaki a pour cela une technique toute fascinante ! Tout n'est que subtilité, on parle d'ailleurs de Tanizaki comme l'écrivain de "l'empire des sens" ! Les frontières sont infimes entre la volupté, le plaisir, la jouissance et la souffrance. Adepte du mentir-vrai romanesque, Tanizaki est l'écrivain à la fois classique et excentrique, sage et subversif, exerçant sur le lecteur un irrésistible attrait. Je n'ai qu'un mot à ajouter : lisez-le !

Clarabel
23/02/09

Format

  • Hauteur : 22.60 cm
  • Largeur : 14.20 cm
  • Poids : 0.36 kg
  • Langage original : ANGLAIS

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition