Chouette une ride !

AGNES ABECASSIS

EDITEUR : CALMANN-LEVY
DATE DE PARUTION : 04/02/09
LES NOTES :

à partir de
6,99 €
EXISTE EN
Ebook

SYNOPSIS :

Vous ne mentirez plus jamais sur votre âge !! Anoushka est une jeune auteure de thrillers. Enfin, « jeune », c'est ce qu'elle croyait, avant qu'une succession de micro évènements humiliants se produisent dans sa vie, lui faisant brutalement prendre conscience qu'elle a déjà trente-six ans. C'est à dire techniquement, presque quarante. Donc bientôt cinquante. Elle mène, par ailleurs, une vie totalement ordinaire, entre son métier aux aspects solitaires, ses tâches ménagères barbantes, ses deux filles qui grandissent, son (second) mari toujours ronchon, et sa chienne,

une adorable petite boule de poils incontinente. Engluée dans son quotidien, Anoushka étouffe et réalise combien le temps passe vite. Ses années d'insouciance sont déjà si loin. Alors, lorsque sa cousine se marie à l'autre bout du pays, c'est avec sa meilleure amie célibataire qu'elle file célébrer l'événement. Au programme, régression totale : fringues d'ados, propos indignes d'une mère de famille, et surtout envie de respirer un peu. Mais ce mariage va lui réserver bien des surprises. Elle voulait vivre de nouvelles aventures ? Elle va en avoir.

10 personnes en parlent

Un très bon moment de détente une fois de plus. Agnès abecassis arrive à faire rire son lecteur en donnant à des situations de tous les jours des instants comiques. un excellent moment de lecture

Virg054
14/10/15
 

Un vrai roman de filles!! de l'humour de l'amour des gaffes, une héroïne attachante... Les bons ingrédients avec une plume reconnaissable celle d'une auteur que j'aime beaucoup

Frog62
01/10/15
 

Anoushka est une auteur talentueuse de thriller, alors entre les salons, les fans et la vie de tout les jours, ce n'est pas forcément la vie en rose. Qui avait dit que travail à la maison était égale à tranquillité ? L'auteur nous entraîne dans la folle vie d'Anoushka et c'est tout simplement hilarant, j'ai (seulement) 22 ans, mais sur beaucoup de chose, j'avais le même point de vue qu'elle. On ne peut s'empêcher de rire face aux comparaisons et aux expressions de cette chouette nana. J'ai lu ce livre vraiment très vite, et je ne suis pas déçu ! J'ai lu plusieurs avis négatif sur ce livre, et même si je comprends la raison de leur déception, pour moi ça n'a pas du tout était le cas. Lorsque j'ai sortis ce livre dans de ma PAL j'espérais une lecture légère, amusante, et pas prise de tête, et c'est exactement ce que j'ai eu. Certes à un moment l'auteur se fait de la pub, mais moi ça ne m'a pas choqué plus que ça. Cependant, j'ai eu l'occasion de lire quelques trucs qui m'ont bien fait rire, par exemple quand certaines personnes disent que la façon dont réagis l'héroïne ne correspond pas à une femme d'une quarantaine d'année car déjà elle a trente-six ans (donc pas quarante) et de plus, pourquoi une femme de cette âge ne pourrais pas voir une mentalité de jeune ? Sérieusement, je connais des femmes qui sont exactement comme ça et qui ont largement plus de quarante ans. Bref, une lecture très agréable, bourré d'humour et qui nous fait réaliser qu'au final qu'importe notre âge ce n'est vraiment pas ça le plus important. "Nous vivons dans le monde que nous créons"

biijou21
22/01/15
 

C'est simple, c'est drôle, c'est nous!Agnès Abécassis a le chic pour écrire ce que nous vivons, les tribulations de nos esprits.Du réveil matin à la séance de massage, je me suis crue au boulot à midi avec les copines!!!Je me suis vraiment délectée de la première partie.Après le mariage, je me suis un peu ennuyée. C'est trop lourd et moins quotidien...Il en reste tout de même un bon moment de détente...un peu de légèreté ne fait pas de mal!

simae
03/05/13
 

J'ai adoré ! Ce livre se lit très vite et je me suis surprise à avoir un léger sourire ou a pouffer de rire en lisant certains passages. Agnès abécassis a une plume assez déjantée qui m'a fait passé un bon moment. J'ai envie de découvrir ses autres romans et aussi ses BD ! feechoco

emi25
30/03/13
 

Lorsque je commence ce genre de livre, ce que je veux c'est rire et ne pas me prendre la tête! Avec cette lecture, c'est exactement ce qu'il s'est passé. Je me suis amusée, j'ai trouvé certains passages très drôles. L'histoire n'est pas réellement profonde, mais pour une fois, cela ne m'a pas trop gêné, je sais de toute manière que cette lecture ne restera pas dans bien longtemps dans ma mémoire.

seriephile
27/01/13
 

Pour vous lecteurs innocents, je repousse toujours plus loin les limites de mes lectures. Je me mets en danger, je lis de tout, du grand classique au plus futile… Enfin presque! Des petits amoureux transis perchés au fin fond du chapitre 2 à la recette de cuisine située page 323, en passant par les divagations de quelques écrivains délurés épluchés ici ou là, tous complètement agités du bocal mais salués cependant par quelques lecteurs et lectrices, eux aussi complètement délurés pour le plaisir d’une soirée, d’une rencontre, d’un coup de gueule ou d’un fou rire collectif. Tant d’écrivains, tant d’imagination… Il faut bien que je trouve un prétexte pour toucher à tout ! Ou alors il faut capituler et assumer mon statut de liseuse mordue que je suis de la chick-lit. La chick-lit, vous connaissez, cette petite sœur de la littérature sentimentale où les intrigues se déroulent souvent dans des milieux idylliques tels que connaissent les princesses en quête de leur prince charmant, cette littérature féminine où il est toujours bon de constater que, malgré la richesse et la beauté, les problèmes de cœur sont toujours les gagnants de l’histoire. Littérature de femmes pour les femmes…Rappelons-nous que les premiers salons au XVIème siècle en France étaient tenus par des femmes ! L’Académie française n’admit les femmes qu’à partir de 1980 avec Marguerite Yourcenar ? Qu’à cela ne tienne ! Aujourd’hui, nous avons notre revanche avec ce nouveau genre qui se veut très proche de la réalité.Piochant dans la vie quotidienne, les auteurs de chick-lit trouvent à foison sujet d’inspiration. Et les sujets fusent ! Il existe tant d’écrivains, il y a aujourd’hui tant d’imagination distillée ici ou là qu’il me faut un prétexte pour tout lire, un prétexte et plusieurs vies cela va de soi. La vie de tous les jours inspire les auteurs et ceux-ci nous la renvoient en miroir. Au final, on en sait plus où donner de la tête.Par exemple, il n’y a pas si longtemps je me promenais gentiment dans la rue et je me suis retrouvée affublée du terme « madame » par un énergumène sans nom. Je me suis dit : « il est aveugle celui-là ». J’ai continué ma route comme si de rien n’était et je suis passée à autre chose. Quelques jours plus tard, une boulangère me répond : « Je vous en prie, Madame ». Là, j’ai commencé à paniquer. Je me suis regardée dans le reflet d’une vitre. Je n’ai rien vu. Je suis rentrée chez moi. Je me suis auscultée sous toutes les coutures. Rien de rien. Et puis là, dans une librairie on ne peut plus quelconque, j’ai été attirée par un petit livre à la couverture bleue titré « Chouette j’ai une ride ». Là, je me suis dit : « Non ! Pas possible ! Vite qu’on me réanime ». Et je suis rentrée chez moi le livre sous la main… Je vous le dis tout net moi : y’a des signes qui ne trompent pas!Résumé de la quatrième de couverture :Jusqu’à présent, ma vie « tait hyper plan-plan. Genre marmots, boulot, dodo, sauf que pour moi, le boulot ça se passe à la maison, scotchée à un clavier d’ordinateur. Ben oui, mon job, c’est écrivain (célèbre). Mais dernièrement, tout a basculé : un beau gosse dans la rue m’a appelée « madame », il m’a fallu une traduction simultanée pour comprendre ce que me disait une ado ; une vendeuse mielleuse m’a suggéré une crème anti-âge ; j’ai surpris des copines en train de trafiquer leur date de naissance. Et là, d’un coup, j’ai réalisé que j’avais déjà trente-six ans. C’est-à-dire techniquement, presque quarante. Donc bientôt cinquante. A votre avis, je fais quoi ? Je déprime ou je positive ?Mon avis :Il s’agit du tout premier livre d’Agnès Abécassis que je lis. Il faut dire que je n’osais pas quitter son homonyme, pourtant si différente qu’est Eliette Abécassis, découverte avec Mère et fille, un roman pour lequel j’ai complètement fondu et qui a fini dans les bras de ma belle sœur. Ah, le pouvoir du nom !Dès les premières pages, je me suis retrouvée chez une copine qui me raconte ses histoires. Même si la trame de l’histoire n’est pas originale, comportant comme pour la plupart des histoires à l’eau de rose une femme qui raconte ses histoires de boulot, d’hommes censés ressemblés aux princes charmants, de copines, d’enfants et de mariage, ce n’est pas le plus intéressant ici. J’ai de suite été sonnée par cette histoire plein d’humour, un ton employé digne de sketchs déjantés. Des fois on se dit : « attends, elle a écrit quoi là ». On revient en arrière, peu sûr de soi et on relit bien les mêmes mots décalés. On rit. On s’amuse. On frétille.- Ouais j’ai une ride moi et alors !, qu’on a envie de crier sur tous les toits nous aussi, avant de rajouter, comme Jeanne Calment qu’elle cite : « je n’ai qu’une seule ride et je suis assise dessus ». Un roman fait de phrases simples et typiques pour la plupart du langage oral, mais cela va très bien avec l’histoire très légère. Je suis donc ravie de ce petit divertissement que le coup de pouce du destin qui m’a refilé. Seulement voilà, la lecture n’est pas finie ! Le personnage principal a une vie assez banale et cela se sent tant le style est ennuyeux à la fin. Je lisais, je lisais et j'ai baillé tant l'histoire a commencé à me lasser. J'étais dans la seconde moitié du roman, lorsque l'héroïne se rend au mariage de sa cousine accompagnée de sa meilleure amie, célibataire. Et là, les évènements les plus rocambolesques arrivent, sans parler des traits d'humour qui me semblent parfois tirés par les cheveux. Je décroche, je baille. mais qu'est-ce que fait là l'auteur? Se perd-elle comme ses personnages dans la forêt qu'ils empruntent après le mariage? on peut se poser la question. Il est certainement censé y avoir du suspense concernant le bel homme que lequel a flashé l'amie de notre héroïne mais je ne le perçois pas, ni lui, ni l'humour du début. Au ton léger se substituent par-ci, par-là des tirades vulgaires. On poursuit la lecture et l'auteur profite en outre de se faire de la publicité lorsque l'héroine appelle Agnès Abecassis elle-même. Je trouve ça malvenu. Je ne vois pas l'intérêt. Enfin, sans prévenir, vers la toute fin du livre, Abécassis se remet à nous parler du vieillissement. C'est vrai! le livre parle de rides au fait, se dit-on en se tapant le front. ce qu'on est bête! Par je ne sais quelle magie littéraire, on avait complètement oublié le sujet du livre. En effet, à force de nous parler de choses tellement différentes et complètement loufoques on en vient sérieusement à se demander le bien-fondé du titre de l'ouvrage. Parallèlement, Abécassis termine son roman par quelques vérités toutes faites sur la question de l'âge qui, à mon sens, n'apportent rien. Est-ce pour remplir les pages blanches? Je suis donc déçue en concluant que ce livre est somme toute assez superficiel et ainsi renouer avec la plupart des critiques concernant les romans à l'eau de rose car je dois avouer qu'il existe de très bons romans dans cette catégorie, loin d'être superficiels.

Soune
12/11/12
 

Et bien ce fût pour moi un livre qui se lit relativement vite et que je vais certainement oublier vite ! C'était le premier livre que je lisais d'Agnès Abécassis.On découvre la vie d'Anoushka Davidson (auteure de thriller populaire), sa famille, ses copines... et sa petite vie plan-plan ! Elle nous raconte que ses filles sont tout pour elle, et qu'elle conjugue sa vie d'auteure avec celle de femme, de mère et d'amie !! pas simple ! Ce roman n'a rien d'innovant dans le registre de la chick lit, et n'égale pas les romans de Sophie Kinsella (aaahh les auteures anglosaxones... ).Bref, un bon moment malgré tout mais pas de coup de coeur pour ce livre !

Bookinwoman
18/07/12
 

J'ai emmené ce livre en vacances en me disant que j'allais bien rigoler en lisant ça sur la plage et finalement j'ai été déçue. J'ai souri par moment, mais ça n'a pas été plus loin. Beaucoup de clichets et de passages tirés par les cheveux, je n'ai pas accroché.

fdm77
14/06/12
 

Ne vous attendez pas à une recette miracle, sauf celle de se dire que le rire est la meilleure arme pour sauver toute situation critique ! Les frasques d'Anouchka, jeune femme moderne, bavarde, pleine d'énergie, sont racontées avec beaucoup d'humour et d'insouciance. Comme elle, on se pose les mêmes questions sur le temps qui passe, sur le quotidien qui vous englue dans sa routine, sur les enfants qui grandissent et deviennent des ados indécodables, sur la légèreté de paraître, sur le constat flippant, un matin, de se réveiller avec cette ride aux yeux, et de vouloir vous reprendre en main, vous offrir une escapade pour chasser la morosité qui vous gagne ! La solution offerte : se dire qu'il n'existe pas d'âge meilleur qu'un autre, que chaque décennie comprend son lot de bonnes et mauvaises choses, le principal serait juste de vivre l'instant présent et d'apprécier son âge comme une cadeau du ciel ! (Promis, demain je m'y mets !) Blague à part, j'ai trouvé ce roman distrayant, même si l'héroïne est parfois saoulante, avec des situations qui traînent un tantinet en longueur, mais cela n'a nullement gâché mon plaisir. J'ai ri, n'est-ce pas le principal ?

Clarabel
05/05/09
 

Format

  • Hauteur : 21.50 cm
  • Largeur : 14.00 cm
  • Poids : 0.31 kg