Christine

KING, STEPHEN

EDITEUR : LGF
DATE DE PARUTION : 13/06/01
LES NOTES :

à partir de
7,49 €
EXISTE EN
Ebook

SYNOPSIS :

Stephen King Christine Christine est belle, racée, séduisante. Elle aime les sensations fortes, les virées nocturnes et le rock n'roll des années héroïques. Depuis qu'elle connaît Arnie, elle est amoureuse. Signe particulier : Christine est une Plymouth « Fury », sortie
en 1958 des ateliers automobiles de Detroit. Une seule rivale en travers de sa route : Leigh, la petite amie d'Arnie. Ce roman légendaire de Stephen King, rythmé par la musique de Chuck Berry et de Janis Joplin, a déjà pris place parmi les classiques de l'épouvante.
8 personnes en parlent

Arnie Cunningham tombe amoureux de Christine dès qu'il la voit. Cette Plymouth Fury 1958, il va la réparer et la rendre à son état presque neuf. Mais il ne se rend pas tout de suite compte qu'il tient entre les mains un véritable monstre mécanique qui n'hésitera pas à tuer et fera preuve de jalousie notamment envers Leigh, la petite amie d'Arnie.Un roman de teenagers, qui sent bon l'Amérique du rock'n'roll, des vieilles voitures mythiques, des drive-in...Un vrai plaisir de lecture dans lequel Stephen King arrive à faire de cette diabolique voiture un personnage à part entière et une créature effrayante, qui va permettre à Arnie de s'affirmer, de ne plus être un souffre-douleur, mais tout en prenant petit à petit possession du jeune garçon.John Carpenter en a tiré un film sous le même titre en 1983 (très distrayant même si ce n'est pas son chef-d'oeuvre). Maltese

Maltese
20/02/09
 

Ce livre est terrifiant. Malgré le fait que les éléments du livres sont inexistant dans la vie réelle, on est sous tension, on veut connaître la suite et aller jusqu'au bout... J'adore !

filou93
25/04/12
 

Je l'ai terminé hier soir... Je n'ai pas pu aller me coucher tant que je ne l'avais pas terminé ! Le seul autre livre de cet auteur que j'ai lu étant Cujo, je ne savais pas du tout à quoi m'attendre. Et c'est une bonne surprise que j'ai eu. J'aime beaucoup l'écriture de Stephen King, sa façon de présenter les évènements, d'installer une certaine tension chez le lecteur. J'ai beaucoup aimé ce livre, et je compte bien lire d'autres romans de l'auteur ! Charlie18

un flyer
29/03/12

Hristine est ma première lecture dans le cadre du Challenge Stephen King 2011, livre qui couvrira la catégorie décennie 80’s. King revisite ici un classique : la maison hantée.Je dois reconnaître que j’avais la hantise de relire ce livre, peur que ce ne soit plus comme à ma première lecture, force est de constater que ce livre n’à rien perdu de sa « magie envoutante ».Dés le début, l’ambiance est lourde et malsaine, on sent dès le départ que quelque chose cloche avec cette fameuse Christine.Tout au long du livre nous voyons le changement de caractère d’Arnie, ce jeune adolescent qui au début nous fait pitié et qui petit à petit devient détestable, la relation avec ses parents se dégrade à un tel point qu’ils ne le reconnaissent plus. Ce n’est d’ailleurs pas leur fils, sa relation avec son meilleur ami Dennis et sa petite amie aussi… (Enfin s’il y a encore des personnes qui n’on pas lu ce livre je vais éviter de trop le spoiler ).

Bouquinovore
19/06/11
 

Arnie, 17 ans, tombe amoureux et change du tout au tout. D’habitude obéissant, iI n’écoute plus personne, ni son ami, ni ses parents qui essayent de le raisonner. Il veut Christine, et personne ne pourra l’empêcher. Christine, une voiture : une Plymouth Fury de 1958. Une fois qu’il en est l’heureux propriétaire, il en est obsédé : il passe ses journées à la retaper et délaisse tout le monde autour de lui.Que dire de l’écriture de Stephen King… il a cette capacité à m’embarquer dans son histoire dès les premières pages. Le début du roman est on ne peut plus normal, mais on sent que quelque chose de bizarre se prépare. Un personnage qui change de personnalité, qui n’agit plus à son habitude… tout se met doucement en place, et on sait que ce sera pour le pire.Une fois les choses sérieuses commencées, j’ai franchement eu du mal à reposer le roman. Tout s’enchaîne sans que ça ne pèse sur la lecture, et je brûlais de savoir ce qui allait se passer ensuite.L’évolution d’Arnie est assez rapide mais très bien amenée, et il en va de même avec Christine, qu’on peut évidemment considérer comme un personnage. Les deux évoluent ensemble sans que ce soit de la même façon, mais ils sont liés.Je n’ai jamais trop fait attention à ce détail dans les autres romans de Stephen King, mais dans « Christine », les femmes sont vraiment très présentes et importantes dans l’histoire, notamment la mère d’Arnie, qui au début contrôle tout chez elle, que ce soit son mari ou son fils. Au fur et à mesure que Christine prend plus de place dans la vie d’Arnie, sa mère perdra de son influence et de confiance en soi. Elle deviendra plus fragile psychologiquement. J’ai trouvé cette construction du personnage très bien travaillée.Une petite partie du roman tourne autour de l’intimidation qu’Arnie subit au lycée au début, surtout à cause de son physique. J’ai beaucoup aimé le développement de ce côté de l’histoire : Arnie est au début une victime, puis au fur et à mesure que Christine s’incruste dans sa vie et qu’il perd le contrôle, il prend confiance en lui face aux autres.J’ai également fait un rapprochement avec la question de la « conscience des objets »… on dit toujours qu’un vieil objet a sa propre histoire, son passé, voire même qu’ils ont une mémoire.Dès les premières lignes, on sent quelque chose de louche avec cette voiture. Dès qu’Arnie la voit, il en est obsédé et n’est plus lui-même, comme si la voiture le contrôlait. La façon dont son ami, le narrateur au début du roman, décrit Christine nous donne presque l’impression qu’elle est vivante et douée de volonté. Et connaissant Stephen King, ça ne va pas être rose.La façon dont Christine contrôle Arnie est de plus en plus effrayante au fil de l’histoire, et l’horreur s’insinue petit à petit.En conclusion, encore une fois, un très bon livre de Stephen King, mais qui ne restera pas dans mes préférés.Il est, comme d’habitude chez le Grand Maître de l’horreur, très bien raconté, et les moments concernant Christine sont très bien décrits (j’en ai même fait un rêve une nuit), mais je m’attendais à une petite explication à la fin, un peu comme Simetierre ou La Part des Ténèbres, où on n’est pas laissés sans réponse.Les dernières phrases sont fidèles au style de King, où il laisse planer le doute sur la suite des événements, et c’est au lecteur d’imaginer.

Nathouelecture
20/10/15
 

Christine est belle, racée, séduisante. Elle aime les sensations fortes, les virées nocturnes et le rock'n'roll des années héroïques.Depuis qu'elle connaît Arnie, elle est amoureuse. Signe particulier : christine est une plymouth "Fury" sortie en 1958 des ateliers automobiles de Detroit.Une seule rivale en travers de sa route : Leigh, la petite amie d'Arnie...Ce roman légendaire de Stephen KING rythmé par la musique de Chuck BERRY et de Janis Joplin a pris place parmi les classique de l'épouvante. Pit

un flyer
12/08/14

Troisième Stephen King et encore une fois un avis en demi-teinte...Le narrateur Dennis est le seul personnage qui m'est apparu intéressant.La voiture qui assassine les gens, je ne sais pas, cela ne sonne pas crédible alors que la Coccinelle si. Oui c'est étrange mais Christine fait vraiment des choses incroyables et techniquement impossibles, cela va trop loin pour me convaincre.Le fait qu'elle transforme son propriétaire Arnie en quelqu'un d'autre était une excellente idée, il passe du jeune homme victimisé au look geek à un mec qui a de la classe et qui vire complétement cinglé aussi. La relation homme voiture est très poussée mais pas dénuée d'intérêt.Les bases sont très bien posées, je dirai même un peu trop, cela devient longuet, le premier meurtre n'arrive qu'à plus d'un tiers du livre...Le passé de Christine est angoissant, j'ai aimé ces moments où l'on en apprend plus sur elle, mais les comportements que lui fait avoir l'auteur sont abracadabrants.Le dénouement est risible de par l'outil utilisé (ceux qui l'ont lu me comprendront) mais n'a rien d'extraordinaire.Une fin ouverte qui colle parfaitement à l'auteur.L'histoire est plate, sans grandes surprises à mon goût.Je pense être passée à côté de quelque chose en lisant ce livre...

bookworm02
04/01/13
 

Je ne tiens pas Stephen King en haute estime. Le thème des Rats de biblionet portant sur les romans adaptés au cinéma, je me suis dit que ça pouvait être une occasion pour essayer de me rabibocher avec lui. Je dois reconnaitre que j'ai vu le film avant d'avoir lu le livre. L'histoire est assez longue à se mettre en route. Dennis est le principal narrateur mais je trouve qu'un tel point de vue ne permet pas de vraiment voir l'évolution d'Arnie dans sa relation avec Christine. De plus il m'est apparu que Christine n'est pas la seule chose malfaisante dans ce roman, Le Bay, bien que décédé, est toujours présent et semble utiliser Arnie pour pouvoir vivre à travers lui. Alors on a plus  à faire avec un duo de  malfaisants qu'à une voiture tueuse.En plus ça ne fait même pas peur ni ne crée une quelconque angoisse. Donc pour moi Stephen King n'est qu'un "auteur" à la chaîne. A la rigueur je peux lui concéder que ses romans peuvent servir de bonnes bases pour des films.

Chiwi
26/12/12
 

Format

  • Hauteur : 17.80 cm
  • Largeur : 11.00 cm
  • Poids : 0.22 kg
  • Langage original : ANGLAIS (ETATS-UNIS)
  • Traducteur : MARIE MILPOIS

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition