Chronique d'une mort annoncee

GARCIA MARQUEZ, GABRIEL

livre chronique d'une mort annoncee
EDITEUR : LGF
DATE DE PARUTION : 12/11/87
LES NOTES :

STOCK : En stock, livré sous 5 à 7 jours - Quantité limitée
à partir de
5,10 €

SYNOPSIS :

Gabriel García Márquez Chronique d'une mort annoncée Les frères Vicario ont annoncé leur intention meurtrière à tous ceux qu'ils ont rencontrés, la rumeur alertant finalement le village entier, à l'exception de Santiago Nasar. Et pourtant, à l'aube, ce matin-lâ, Santiago Nasar sera poi-gnardé devant sa porte. Pourquoi le crime n'a-t-il pu être évité ? Les uns n'ont rien fait, croyant à une simple fanfaronnade d'ivrognes ; d'autres ont tenté d'agir, mais un enchevêtrement complexe de contretemps et d'imprévus
- souvent joyeusement burlesques -, et aussi l'ingénuité ou la rancoeur et les sentiments contradictoires d'une population vivant en vase clos dans son isolement tropical, ont permis et même facilité la volonté aveugle du destin. Chronique d'une mort annoncée est un roman hallucinant où l'humour et l'imagination du grand écrivain colombien, prix Nobel de littérature, se débrident plus que jamais pour créer une nouvelle et géniale fiction sur les thèmes éternels de l'honneur et de la fatalité.
3 personnes en parlent

Les frères Vicario ont annoncé à tous ceux qu’ils ont rencontrés leur intention de tuer Santiago Nasar, accusé d’avoir déshonoré leur sœur. Le village entier est alerté, à l’exception du seul intéressé. Ainsi ce matin-là, à l’aube, Santiago Nasar est poignardé devant sa porte…Vingt-sept ans après les faits, le narrateur (et ami de Santiago Nasar) recueille les témoignages, reconstitue les circonstances du meurtre, et cherche à comprendre pourquoi ce crime, annoncé, n’a pu être évité. Pourquoi personne n’a rien fait pour empêcher l’assassinat ? Des servantes familiales au responsable de la sécurité du village, en passant par le curé, ou les bouchers des abattoirs, on avait, semble-t-il, ses raisons : Les uns n’ont rien fait, croyant à une simple fanfaronnade d’ivrognes ; d’autres ont tenté d’agir, mais un enchevêtrement complexe de contretemps et d’imprévus les a empêchés ; enfin, la rancœur de certains a même facilité la volonté du destin…Ce roman, qui pourrait paraître simple relation d’un fait divers surréaliste, repose sur la mécanique de la tragédie grecque. Le récit est implacable : l’inexorabilité d’un destin aussi impitoyable que capricieux accable dès les premières pages le jeune homme marqué par le sort, promis à la mort. Dès lors l’histoire se déroule sous la forme d’une spirale infernale qui précipite la victime vers sa fin, connue de tous, qu’il soit acteur ou lecteur, et pourtant totalement inéluctable. Héros tragique et bouc-émissaire à la fois, Santiago Nasar n’est ni réellement bon, ni réellement mauvais, ni, surtout, réellement coupable. Dans ce roman, la culpabilité, si elle est bien le fait des deux frères Vicario, est aussi collective : les villageois (le chœur antique) chuchote l’imminence, chacun apportant sa contribution, souvent sans le vouloir, à l’enchaînement des événements menant au drame… La passivité de la raison, la force de la coutume et la pression sociale l’emportent : le crime d’honneur est collectif.

Kara
03/12/15
 

Chronique d'une mort annoncée est un livre lourd du poids de la tradition face à la légereté de la vie.J'ai aimé l'écriture turbulente de Gabriel Garcia Marquez même si elle m'a présenté des difficultés pour ce qui est de retenir tous les noms propres.J'ai hâte de me mettre à la lecture du prix nobel "Cent ans de solitude" !

Chronique d'une mort annoncée est un roman hallucinant où l'humour et l'imagination du grand écrivain colombien, prix Nobel de littérature, se débrident plus que jamais pour créer une nouvelle et géniale fiction sur les thèmes éternels de l'honneur et de la fatalité. Captivant ! Caroline

Titelinou
10/02/13
 

Format

  • Hauteur : 17.80 cm
  • Largeur : 11.00 cm
  • Poids : 0.12 kg

Dans la même catégorie