Cinquante Nuances De Grey

JAMES, E.L.

livre cinquante nuances de grey
EDITEUR : LATTES
DATE DE PARUTION : 17/10/12
LES NOTES : Laissez une critique sur ce livre
à partir de
7,99 €
EXISTE EN
Ebook

SYNOPSIS :

Romantique, libérateur et totalement addictif, ce roman vous obsédera, vous possédera et vous marquera à jamais. Lorsqu'Anastasia Steele, étudiante en littérature, interviewe le richissime jeune chef d'entreprise Christian Grey, elle le trouve très séduisant mais profondément intimidant. Convaincue que leur rencontre a été désastreuse, elle tente de l'oublier - jusqu'à ce qu'il débarque dans le magasin où elle travaille et l'invite à un rendez-vous

en tête-à-tête. Naïve et innocente, Ana ne se reconnait pas dans son désir pour cet homme. Quand il la prévient de garder ses distances, cela ne fait que raviver son trouble. Mais Grey est tourmenté par des démons intérieurs, et consumé par le besoin de tout contrôler. Lorsqu'ils entament une liaison passionnée, Ana découvre ses propres désirs, ainsi que les secrets obscurs que Grey tient à dissimuler aux regards indiscrets.

40 personnes en parlent
J'ai beaucoup aimé ! C'était ma première lecture érotique, comme pour beaucoup je pense, et je n'ai vraiment pas été déçue. Par contre, j'ai eu plus de difficultés avec le deuxième tome... A suivre avec le n°3 !
Delphine Mlle
Juste une lecture comme j'aime pleine d'intrigue dont on ne sait pas décoller un oeil avant la fin et on est avide de savoir la suite
JULIE Mlle
je ne regrette pas la lecture des 3 tomes .. premiere lecture erotique et pas decue .un peu fleur bleue mais c etait l effet recherchè.
glad
Très bon livre.
Chloé M
livre très prenant par ces intrigues. pour ma part j'ai eu du mal en m'en décoller je l'ai lu en 4 soirées. un plaisir j'attends de recevoir le deuxième tome.
nanou
Je n'ai pas encore finit de lire ce premier opus, mais l'intrigue pour l'instant m'accroche...
Justi Mlle
si vous aimez le style "harlequin" un peu plus hot allez-y achetez ce livre sinon passez votre chemin ce livre n'a qu'une prétention : il se lit très facilement et l'on passe quand même un bon moment sinon ce n'est que de la pure fiction
mélody
Livre envoutant il est vrai, mais dégradant pour l'être humain. A déconseiller ayant un minimum de dignité.
CHIMAIRA

Christian Grey est trop beau, trop riche, trop sexy. Il sait piloter un hélicoptère et joue du piano divinement bien. Mais le pauvre chou est très tourmenté. Ben oui, il a eu une enfance difficile et est prisonnier de son lourd passé. Mais ce qui est bien dans cette histoire, c’est que ça le rend encore plus sexy. Je vous ai dit qu’il était troooooooop beau ? Le seul tout petit, petit, petit problème, c’est qu’il est accro aux pratiques SM. Mais comme il est troooooop beau, c’est pas bien grave !Anastasia Steele est gentille, bête naïve, maladroite, vierge. Elle se croit moche mais en réalité elle est super belle quoi. Ah oui, selon moi elle est aussi un peu cinglée et limite schizophrène. Elle a quand même deux entités différentes à l’intérieur d’elle-même qui dansent le meringue ou la samba et à qui elle parle sans se poser la moindre question sur sa santé mentale. Mais j’y reviendrai. Pour le reste, bon ben le beau prince et la jeune pucelle vont se rencontrer, s’exciter et avoir beaucoup d’orgasmes…Mon avis« Oh mon Dieu », « Je m’empourpre », « Oh merde », « ** bébé », autant de délicieuses expressions qui caractérisent le merveilleux style de ce chef d’œuvre. On ne présente plus Cinquante nuances de Grey, ce roman qui a tant fait parler de lui aux Etats-Unis, émoustillant la pudeur américaine et dopant ainsi les ventes de sex toys et de lingerie coquine. En France dès sa sortie, il s’est vendu à des milliers d’exemplaires.Curieuse comme tout, j’ai… pénétré l’univers de Christian Grey. Je n’aurai peut-être pas dû. C’est pas que j’ai eu mal aux fesses comme Anastasia, mais plutôt aux yeux…Dès les premières pages, on identifie les références à Twilight (E.L. James écrivait à la base une fanfiction de la saga de Stephenie Meyer). Anastasia est aussi maladroite que Bella et s’affale de tout son long chaque fois qu’elle met un pied devant l’autre. Ce qui, au final, semble bien plaire à Monsieur Cinquante Nuances. Ben oui, une fille qui se met à quatre pattes devant lui comme ça dès leur première rencontre et sans le lui avoir ordonné… Trop grrrr ! Quel chanceux ce Christian, il semble avoir trouvé en Anastasia la Soumise parfaite.Parlons-en justement de cette mademoiselle Steele. Cette jeune étudiante de 21 ans en lettres est vierge de tout : elle n’a jamais bu, n’a jamais embrassé un garçon, n’a pas d’ordinateur, et n’a jamais vu le loup. Et vlan, faut qu’elle tombe sur un maniaque accro au bondage, ce qui ne la gêne pas plus que ça. Ah si finalement elle est contre. Oh et puis flute, elle est d’accord. Oui mais si ça fait mal ? Oui mais si ça fait aussi du bien ? Et puis il est troooop beau quand même. Ca doit être chouette de lui faire plaisir… Oui mais s’il me fait mal ? Heureusement qu’elle peut compter sur sa déesse intérieure pour l’aider à prendre ses décisions. Sa déesse intérieure ? C’est la partie d’elle-même qui a le feu aux fesses. C’est aussi une excellente danseuse. Samba ou meringue, la chaudasse maîtrise tout tant qu’il est question de sexe hardcore. « Bondage ! Ma déesse intérieure saute sur place comme une gamine qui attend sa glace. » « Ma déesse intérieure se lance dans une samba triomphale en ondulant les hanches. » Mais comme Anastasia a quand même du mal à décider si oui ou non elle est pour la fessée cochonne, elle écoute aussi son inconscient. Lui en revanche, il n’est pas très rigolo et plutôt rabat-joie. Et c’est qu’en plus il est vulgaire. Mais c’est pas joli-joli, Monsieur, de traiter sa « maîtresse » de . Mais bon, on peut pas lui en vouloir d’avoir l’esprit étriqué. Lui c’est l’adepte du sexe vanille. Peut-être que tous les cadeaux de Christian vont aider Anastasia à se décider. Oh non, elle ne peut pas les accepter. Oh et puis si elle les prenait quand même ? Non, ça ne se fait pas… Allez si, elle les garde. Des bouquins à 14 000 dollars, un Mac Book Pro, un Blackberry et une Audi, pauvre petite chose perdue. Ah oui parce que dans ce roman, on ne tape pas à l’ordinateur, on tape sur un Mac Book Pro, on n’a pas un téléphone portable, on a un Blackberry. Faut bien vivre avec son temps ma bonne dame. Et Christian Grey dans tout ça ? C’est le bellâtre parfait. Toutes les femmes sont folles de lui. Rappelez-vous, il est trooop beau – beau comment exactement, ça c’est la surprise du chef – et trooop riche. On ne peut qu’envier Anastasia, non ? Sincèrement il est pour moi le stéréotype du quéqué des années 80. Qu’il ait un beau petit catogan ne m’étonnerait même pas… Je l’imagine sans mal doubler un vieux boulard allemand avec ces insupportables « Oh bébé » « bébé » « Jouis pour moi bébé ». Tu parles d’un sex-appeal. Mais bon, Christian est aussi un noble citoyen plein de bonnes intentions. C’est vrai quoi, il est contre la faim dans le monde. C’est ti pas touchant ça. Faut dire que la bouffe, Christian, ça le travaille. « J’aimerais te prendre ici et maintenant, mais il faut que tu manges. » Je n’ai pas compté le nombre de fois où il ordonne à Anastasia de manger, mais ça doit revenir quasiment à chacune de leur conversation. Ah ben oui, parce que Christian aime Dominer. Il ordonne autant à Anastasia de le sucer, de jouir que de manger ou de dormir. De faire caca ? Peut-être dans le tome 2… Quant aux scènes de fesses, oh mon Dieu je m’empourpre… de honte. Premièrement, on nous fait lire un contrat sexuel long comme le bras et ennuyeux au possible qui liste les différentes opportunités qui s’offrent à Anastasia pour finalement n’avoir que quelques fessées et de la pénétration sauvage. Moi je dis qu’il y a tromperie sur la marchandise. Mais c’est certain, j’ai quand même mouillé la culotte… J’en ai en effet presque pissé de rire. Les scènes de fesses se ressemblent toutes. C’est toujours le même schéma. Vous allez me dire qu’il n’y a pas non plus 36 solutions. Certes, mais le champ lexical du sexe offre tout de même un certain nombre de petits mots tout à fait sympathiques. Si si, écoutez Pierre Perret… Mais là, c’est toujours pareil : Anastasia se mord la lèvre du coup Christian a une grosse érection (« Non, tout ça ! Comment ? ») alors il la pilonne et elle éclate en mille morceaux autour de lui (vous non plus vous ne visionnez pas très bien la scène ?) et après un « ** bébé » il s’affale sur elle de tout son long. Bon c’est vrai, il y a parfois des petites variantes : Anastasia peut « lécher sa sucette préférée, celle au parfum Christian Grey », Christian peut l’attacher fermement et Anastasia de se dire qu’il a forcément été scout dans sa jeunesse, il peut bien sûr lui donner la fessée si elle n’a pas été sage, ou, chanceuse comme tout, elle peut s’accrocher car « on y va bébé, un p’tit coup en vitesse ». Au final, ces scènes n’ont pour moi absolument rien d’excitant. Anastasia ne décrit rien de ce qu’elle ressent. En même temps elle subit et jouit sur demande, alors ça n’aide pas. http://blablayablog.wordpress.com/

BlablaYa
07/11/12
 

Je mets une note de 1/5 mais ça pourrait aussi bien être zéro...!Par curiosité, j'ai donc lu ce nouveau phénomène littéraire et OH MON DIEU, quelle méga bouse...Je ne m'étendrai pas plus, la critique de Blablaya décrit parfaitement l'ampleur de la nullité de ce livre! Aurélie

relie
14/11/12
 

Le premier tome d'une trilogie tout juste bonne à mettre au rebut! J'ai voulu me faire par moi-même une idée de ce best seller outre-atlantique, qui était encensé dans la presse mais descendu en flèche sur la blogosphère. Bien mal m'en a pris! Il existe des livres qu'on s'empresse d'oublier, dès la dernière page refermée. 50 nuances de Grey en fait partie. Ce premier opus n'est constitué que de répétitions, d'hésitations , de la part d'une héroïne qui oscille sans cesse entre son amour pour Christian Grey, multimillionnaire adepte de la domination, et sa terreur de devenir la soumise de celui-ci. Le tout ponctué de scènes de sexe à répétition qui lui ont valu le titre de "Mummy Porn", mais restant finalement toujours très correctes... Rien de bien innovant donc, mais sutout d'un ennui profond !

emilieclaudon
05/01/13
 

Attention! Chronique avec des gros mots et du sexe à l'intérieur...à réserver à un public averti!C'est donc l'histoire romantico-érotique entre une vierge naïve et un m'as-tu-vu sado-masochiste. Elle, c'est Anastasia Steele, une étudiante en lettres désargentée, admiratrice de Jane Austen, Thomas Hardy et des soeurs Brontë. Curieusement, sa grande connaissance des auteurs classiques n'a aucune incidence sur son vocabulaire, à moins que "Waouw" et "**** de bordel de merde" ne soient des termes datant de l'époque victorienne...A part cela, Anastasia rougit pour un oui ou un non, est belle à tomber par terre mais se trouve moche (alors que tous les mâles qui l'approchent sont fous d'elle) et n'a jamais connu l'amour. Elle est donc toute chamboulée le jour où elle rencontre l'énigmatique et richissime Christian Grey puisqu'il éveille en elle à la fois des sentiments amoureux et une puissante envie de se déniaiser dans son lit. Pourtant, sa conscience lui conseille de se méfier et de rester sage. Mais de son côté, sa déesse intérieure(!), qui entre parenthèses est une sacrée chaudasse, la pousse à céder à toutes ses envies. Cruel dilemme!Lui, c'est donc Christian Grey, un homme d'affaires riche comme Crésus et beau comme un Apollon. C'est impossible? Vous voulez des preuves? Et bien, pour la richesse, il est à la tête d'une multinationale, possède et pilote son propre hélicoptère, collectionne les voitures de luxe, vit dans un somptueux appartement, etc. Pour la beauté, il a un profil parfait, de magnifiques cheveux cuivrés, des mains de pianiste, des yeux gris, ardoise, orage, brume, au choix, sa voix a le velouté du chocolat noir et tous les pantalons, du jeans au survêtement en passant par le costume Armani, lui tombe délicieusement sur les hanches.Pour un tel homme, chaque femme sur la planète verrait sa déesse intérieure faire des cabrioles en tenue d'Eve! Oui mais voilà, la perfection n'existe pas et le beau Christian cache un terrible secret : le sexe ne l'intéresse que dans le cadre d'une relation SM. Christian aime ligoter, attacher, fouetter, cravacher, fesser, ... Bref, Christian aime dominer et cela ne s'arrête pas au sexe! Sa soumise doit signer un contrat où elle accepte d'obéir à ses règles dans des domaines aussi variés que l'alimentation, la mode, le sport, etc. Il n'y peut rien, il est comme ça, c'est à cause d'une enfance difficile mais chut! c'est un secret...A ce stade-là, on voit bien que c'est un peu compliqué pour la jeune Anastasia. Sa déesse intérieure n'est en rien refroidie par les termes du contrat mais sa conscience rechigne à accepter ces goûts sexuels pour le moins audacieux. S'ensuit une valse hésitation longue comme une marche dans le désert : "Je ne veux pas avoir mal mais je l'aime déjà je ne veux pas le perdre si je dis oui pourrais-je encore me regarder dans une glace mais si je dis non je le perds mais si je dis oui je vais souffrir mais si je dis non je vais souffrir aussi mais je veux plus que du sexe". AU SECOURS! TAIS-TOI ANASTASIA! Et continue en silence! Parce qu'elle a beau se questionner sans relâche, remettre toujours à plus tard la signature de ce fameux contrat, il n'empêche qu'en attendant, elle a déjà eu droit à tout, du sexe dans toutes les pièces de la maison, une fessée dans les règles de l'art et un passage dans la "salle de jeux" de Monsieur SM! Alors à quoi bon tergiverser? Signe et éclate-toi! Parce que bon, outre toutes les qualités mentionnées plus haut, Christian Grey est un Dieu au lit! Certes, il ne fait pas l'amour, il baise mais il baise bien, beaucoup, longtemps, aidé en cela par un membre aux proportions avantageuses, à la fois doux et dur, et des érections prodigieuses. Quand j'aurai ajouté qu'il consacre une partie de sa colossale fortune à lutter contre la faim dans le monde, chaque femme un tant soi peu philanthrope voudra le rejoindre dans son building de Seattle quitte à faire la route sur les genoux comme un pèlerin particulièrement dévot de Compostelle, non? Trop tard! Anastasia Steele est sur le coup et tout leur entourage s'accorde pour dire qu'il est fou d'elle, d'ailleurs il la trouve belle, surprenante, exceptionnelle et se dit même prêt à certaines concessions pour la garder...Une jeune héroïne un peu naïve mais volontaire et un homme qui a tout pour lui mais cache de profondes blessures réunis pour une histoire passionnée et difficile où se mêlent sexe torride et sentiments à fleur de peau, voilà les ingrédients du best-seller planétaire qui a fait frémir les ménagères de moins de 50 ans dans tous les pays. Et pourtant, c'est mal écrit... On ne compte plus les répétitions, les scènes grotesques, le ridicule de certaines répliques. Oui mais voilà, c'est aussi terriblement et inexplicablement addictif! Ne vous fiez pas au ton légèrement ironique de mon commentaire, je m'y suis laissée prendre moi aussi et ce n'est pas la tarte au citron oubliée et carbonisée dans mon four qui vous dira le contraire! Du coup, ma conscience vous dira de fuir cette lecture ridicule et pas digne d'une lectrice qui se respecte mais ma déesse intérieure toute émoustillée vous encourage à vous faire votre propre opinion.

sandrine57
01/01/13
 

J ai acheté le livre car j en ai beaucoup entendu parlė autour de moi, mais j ai été déçue par ce premier tome très "cru". Les propos sont toutefois allégés par la mointe d humour du personnage d anastasia steele avec conscience qui la rapelle a l ordre. Difficile a la fin du premier volet de la trilogie de comprendre où veut nous emmener l'auteur car tout ne tourne qu'autour des deux personnages, c'est parfois lassant et trop répétitif. En particulier les termes employés qui reviennent à l'infini...

CarpeDiem1981
28/09/14
 

Oui. Oui. OUI JE SAIS ! J’avais juré ! J’avais assuré que jamais je ne lirai ce livre. Mais je ne voulais pas mourir idiote, que voulez-vous !J’ai donc pris mon courage à deux mains et je me suis procuré ce livre que j’ai ensuite lu, plutôt rapidement. Et je l’avoue, j’ai bien aimé.Mettons les choses au point : Cinquante Nuances de Grey est mauvais. Mal écrit, cliché, avec des scènes de sexe pas folichonnes et répétitives qui m’ont laissée complètement indifférente. L’héroïne est une tête à claque qui passe plus de 600 pages à changer d’avis comme de chemises (non mais vraiment !) sans savoir ce qu’elle veut. Plate, pénible, on reconnait la Bella de Twilight dont elle est inspirée à la base. J’ai néanmoins aimé son expression : "merde alors !", assez drôle.Difficile à croire, mais il y a tout de même des bons points à ce premier tome (qui l’eût cru !).Parlons tout d’abord du point le plus important : Christian. On ne se le cache pas, ce beau gosse, riche, puissant, autoritaire, c’est tout ce que l’on aime. Pas difficile donc de l’apprécier. Son côté farouche, son passé mystérieux et ses expressions décortiquées par Ana, oui, on craque facilement.De tous les personnages, c’est lui le plus intéressant, le plus fouillé. Ana me tape sur les nerfs, Kate est une blonde pénible que j’enverrais bien balader, tout comme, en fait, le reste du cast.Ceci dit, Christian n’est pas le seul point qui m’a fait apprécier ce titre. La relation entre les deux personnages principaux, bien que l’un des deux soit une cruche, m’a vraiment fait passer un bon moment. Au delà des scènes de cul sans intérêt, c’est finalement cette histoire d’amour qui vaut le coup d’oeil.Elle n’a rien d’originale, certes, mais reste plaisante à suivre. Car, finalement, c’est peut-être bien ça, le secret du succès de Cinquante nuances de Grey : faire passer un bon moment sans prise de tête et reposer le cerveau. http://miawka.wordpress.com

Miawka
19/03/14
 

L’histoire est classique. Anastasia Steele, jeune étudiante, rencontre Christian Grey lors d’une interview. Riche, beau et mystérieux, elle est tout de suite attirée par lui qui veut la faire sienne sans que l’on ne comprenne vraiment pourquoi. Pourtant, Ana va vite se rendre compte que cet homme, si séduisant soit-il, cache bien des secrets et traîne derrière un lui un passé douloureux qu’il n’est pas prêt à dévoiler et qui pourrait mettre en péril leur relation. Mais quand l’amour s’en mêle, comment résister à son appel ?Dire que cette lecture m’a laissé de marbre et indifférente serait le plus gros mensonge de l’univers entier. Alors oui, je l’avoue, cette lecture m’a donné chaud quand j’étais dehors et qu’il faisait froid ! Et avouons-le, si vous lisez ce livre et que vous l’appréciez, vous comprendrez ce que je veux dire. Entre pornographie et érotisme, la limite est parfois mince.Ma plus grande crainte en achetant ce livre était de lire quelque chose qui tourne à la pornographie, à l’avilissement et compagnie. Et pourtant, j’ai été agréablement surprise. Ce n’est pas un roman pornographique donc s’il vous plait, pour ceux qui ne connaissent pas la différence entre érotisme et pornographie, ouvrez un dictionnaire. PAR PITIÉ. Ici, il est question de sensualité, d’amour, d’une sexualité alternative au sexe-vanille aussi mais pourtant ce n’est pas choquant. Du moins, je n’ai pas trouvé que ça l’était…Et vraiment, je ne comprends pas les avis qui pullulent sur internet à cause de ça. E.L. James nous propose ici un roman érotique qui permet de voir d’une autre façon la pratique SM. Et qu’est-ce qu’il y a de choquant là-dedans ? Vraiment, je ne comprends pas… C’est pratiqué entre deux adultes consentants qui connaissent les limites de l’autre et respecte les règles. Je ne vois pas où est le problème. Et je trouve même ça bien que ce sujet soit abordé dans un roman. Parce qu’au moins, Cinquante Nuances de Grey se démarque un minimum de tous les autres romans du genre que l’on trouve et qui tombe très vite dans la vulgarité. Des personnages torturés et complexes. Mais venons-en à mon autre interrogation : pourquoi tout le monde dit-il d’Ana qu’elle est naïve ? Oui ça aussi ça me dépasse. Ana est simplement une jeune femme torturée par un premier amour et des premières relations sexuelles toutes nouvelles pour elle. Elle entre dans un univers qu’elle connait mal et en tombant amoureuse de Christian Grey, elle espère juste arriver à le faire changer, à le faire s’ouvrir à elle, à ce qu’il lui parle. Qui, dans son couple, n’a jamais souhaité cela ? Étant moi-même en couple, je peux dire que je n’ai pas trouvé Ana naïve mais simplement amoureuse, touchante et innocente. Et on peut dire qu’elle est l’exact opposé de Christian Grey qui lui est un personnage froid, dur et distant qui cache, tant bien que mal, un passé qui semble douloureux. Pourtant, plus les pages se tournent, plus l’on se rend compte que c’est un personnage avec une grande sensibilité et beaucoup d’incompréhension. Il essaiera de changer tout en apprenant à aimer de peur de perdre Ana. C’est également un personnage très travaillé qui possède son propre caractère ; un caractère qu’aucun autre personnage ne possède. Tout en étant à l’opposé d’Ana, il est attiré par elle comme un aimant, comme si la vie avait décidé de lui donner une chance de changer pour devenir un autre. Une histoire complexe mêlant amour, désespoir, jalousie et douleur. Si au départ, l’histoire part sur quelque chose de purement sexuel, l’intrigue évolue entraînant les personnages dans une histoire passionnée mais destructrice. D’un côté, il y a le côté dominant de Grey, son besoin de faire mal et de l’autre, il y a l’innocence d’Ana qui n’arrive pas à être soumise et qui ne comprend pas le caractère de Christian tout en cherchant à le changer pour qu’il s’ouvre à elle. Pourtant, alors que c’est une histoire de sexe, les deux protagonistes sont jaloux que d’autres puissent être importants pour eux. Ils veulent être l’un à l’autre et à personne d’autre. Et la jalousie ne peut exister que dans l’amour ou dans la convoitise. Étant ensemble, ils se possèdent et leur jalousie ne peut venir de la convoitise donc elle vient forcément de l’amour. Mais cet amour les fera souffrir plus qu’ils ne le pensent parce qu’un amour passionné finit toujours, inlassablement mal. Une relation amoureuse malheureusement trop placé au second plan. Tout est dans l’intitulé. Voilà ce que j’ai regretté dans ce roman : que l’auteur ne mette pas plus en avant leur relation. Même si Christian a peur de se dévoiler et reste très fermé face à Ana, le fait que cette relation soit placée de cette manière nous donne parfois l’impression qu’il se sert d’elle alors même qu’il semble l’aimer. Au contraire, Ana étale ses sentiments, n’hésite pas à l’interroger. Elle se questionne, cherche à le connaître mieux et en désire « plus » qu’un simple amant. Et malheureusement, cet étalage constitue les seules informations que nous donne l’auteur sur cette relation particulière. Rien de plus ne nous est dévoilé et les personnages restent très mystérieux. En conclusion, une lecture très sympathique qui m’a changé de mon registre habituel de lecture. Bien évidemment, ce n’est pas un roman à mettre entre toutes les mains et si vous avez des problèmes avec le fait de parler librement de sexualité, passez votre chemin. Malgré ce bon moment, ce roman ne sera pas un coup de cœur puisqu’après avoir lu Dévoile-Moi de Sylvia Day, l’intrigue amoureuse de Cinquante Nuances de Grey m’a semblé fade et beaucoup trop placé au second plan. Mais je lirais tout de même avec grand plaisir la suite pour voir ce qu’il va découler de ce premier tome.

Blondillon
02/03/14
 

Je l'avais toujours dit : jamais je n'achèterais Fifty Shades, jamais. Mais j'ai des amis géniaux. Une amie géniale qui m'offre cinquante nuances de Grey pour mon anniversaire. Et à qui j'ai promis de lire ce bouquin jusqu'au bout, d'en faire une critique, malgré son style, malgré que l'on sache toute les deux que ce livre est vraiment nul. Alors pour rendre ça un peu plus intéressant, j'ai dis que je mettrais un post-it dans le livre à chaque fois que Ana rougissait, qu'elle se mordait la lèvre, qu'elle trouvait Christian beau (et un autre ami génial m'a gentiment offert des post-it, parce qu'avant la fin de ma lecture, je me suis retrouvée à court de tellement ça revient toutes les 2 phrases. To-pho à voir en fin d'article). Je vous préviens, je ne vais pas me retenir de spoiler l'histoire ni même la fin, parce qu'entre nous ça vaut pas deux sesterces et soit vous l'avez déjà lu, soit vous tenez une distance respectable entre ce bouquin et vous. Et pour le coup, je vous comprends. Tout d'abord, reprenons le résumé, et tournons-le comment il aurait du être écrit : Anastasia Steele, étudiante en littérature qui ne connaît que Tess d'Urberville, a accepté la proposition de son amie et coloc' Kate, étudiante elle aussi mais également journaliste pour le journal de leur fac, de prendre sa place pour interviewer Christian Grey, un jeune et richissime PDG d'une grande société spécialisée dans on-ne-sais-quoi de Seattle. Dès le premier regard, elle est à la fois séduite (il lui en faut peu...) et intimidée. Convaincue que leur rencontre a été désastreuse, elle ne tente pas de l'oublier et pense à lui très régulièrement, jusqu'à ce qu'il débarque dans le magasin où elle travaille à mi-temps et qu'elle lui propose pour Kate, une séance photo pour illustrer leur article (il n'y a pas de photos de lui sur google ? L'histoire nous apprends que si, au moins 500 pages plus loin. Mais ne cherchez pas de logique). Ana est follement attirée par cet homme. Lorsqu'ils entament une liaison basée uniquement sur le sexe, elle découvre son pouvoir érotique, mais aussi la part obscure qu'il ne tient absolument pas à dissimuler parcequ'il finit par tout lui raconter, ou alors le lecteur, qui est loin d'être idiot, devine très facilement de quoi il en retourne... Pas du tout romantique, ni libératrice, ni addictive, la trilogie Fifty Shades, dont Cinquante nuances de Grey est le premier volume, ne vous obsédera pas (à moins d'être frustrée sexuellement depuis des années), ne vous possédera pas et vous marquera à jamais par sa nullité excessive. Rendons à César, ce qui est à César. Commençons par le fait que ceci est une fanfics de Twilight, et qu'en dehors de la maladresse excessive de Bella et Ana, il n'y a absolument rien en rapport entre ces deux bouquins. Pas de créatures surnaturelles, pas de triangle amoureux, pas d'ennemis mortels, rien. En plus, comme toute bonne fanfiction publiée sur internet, l'histoire a du être publiée chapitres par chapitres à intervalles plus ou moins réguliers et donc pour tenir le lecteur et lui donner envie de revenir, il faut qu'il se passe tout le temps quelque chose, si bien qu'on se demande quand-est-ce que nos protagonistes se posent pour se reposer, réfléchir, vivre quoi. Bref, en 3 jours Ana tombe amoureuse et accepte un contrat sado-maso avec un parfait inconnu en qui elle a totalement confiance. Ouais ouais. Ana, 21 ans, est particulièrement cruche et se trouve banale, tout le monde est beau autour d'elle, sauf elle. Vive la confiance en soit. Elle a à peine rencontré Christian qu'elle est déjà amoureuse, rêve de lui, pense à lui tout le temps et rapporte tout à Mr.Grey. Oh mon Dieu je fais ça ! Et Mr. Grey lui il aurais dit/fait ça et gnagnagna. A peine rencontrés qu'on à l'impression qu'ils sont déjà en couple, vous voyez le genre ? Mais bon, Ana a une conscience ! Et une Déesse intérieure ! Sa conscience est la seule à être dotée de bon sens dans tout ce bordel, en dehors de Christian qui a des petits moments de lucidité. Quand à sa Déesse intérieur... Oh my God. Préparez-vous psychologiquement. Elle a une Déesse intérieur qui se moque d'elle, est aussi cruche qu'elle et qui « danse comme une folle en jupe hawaïenne rouge rien qu'à l'idée de lui appartenir ». Sa Déesse intervient très régulièrement et dans sa tête Ana imagine qu'elle est soit dans une chambre, soit dans un stade, se tape la discute avec, ect. Mon chéri-presque-parfait, schizophrène de son état tient à rajouter que même lui, il ne se tape pas des délires aussi profonds. C'est pour dire. Mais comment a-t-elle fait pour tomber amoureuse, me direz-vous ? Et bien j'ai eu du mal à saisir. Elle déteste le comportement de Christian, le trouve arrogant, maniaque du contrôle... Mais il est beau. Et c'est le seul argument qu'elle avancera dans ce premier tome pour se justifier : il est beau. Donc, Ana est superficielle, belle image pour les jeunes demoiselles qui ont lu ce livre. Tu as rencontré un jeune homme, mais c'est pas ce qui te convient ? Est-il beau ? Oui ? Alors FONCE MA BELLE RATE PAS TA CHANCE IL EST BEAAAAAU. Christian est beau. Seule info sur lui. Non je rigole, il à 27 ans et est le PDG d'une grande société dans je-ne-sais-quoi et a un énorme problème avec la nourriture, parce qu'il a connu la faim étant jeune et donc ne supporte pas le gâchis ni même que Ana saute un repas de temps en temps. C'est un véritable maniaque du contrôle, quand la situation lui échappe, vaut mieux pas se trouver dans les parages. Il est riche et aime le montrer en offrant des cadeaux hors de prix à Ana. Quand celle-ci lui demande pourquoi il lui offre des cadeaux aussi chers (Blackberry, MacBook Pro, Audi, ect...), il lui répond toujours que c'est parce qu'il en a les moyens. D'ailleurs Ana refusera tous ses cadeaux, pour au final les accepter. En gros, à chaque fois c'est comme ça : « -Oh, un cadeau de Christian ! Mais ça a du lui coûté cher ! Je ne peux pas accepter ! -Mais ça me fait plaisir, accepte ce cadeau et tais-toi, je suis riche et j'ai plein de sous à dépenser, donc tu acceptes et tu te tais s'il te plaît, et vient on va baiser. (parce que Christian le dit lui-même, il ne fait pas l'amour, il baise. Romantisme, hein).-Ok j'accepte :coeurcoeurlove: » Passons au contrat SM qu'il veut lui faire signer et au sexe. Je vous prévient, c'est lol. Le contrat est barbant à lire, style contrat d'ouverture de compte bancaire. Le contrat nous promet de belles choses si ce n'est Ana, qui négocie le tout pour presque rien avoir de tout ce qu'il lui propose, en remettant en cause qu'elle serait soumise, alors que c'est la base même du contrat et qu'elle a quand même accepté, sinon il ne lui aurait pas filé. J'ai tiqué sur certains point du contrat comme le fait qu'il lui offre un coach sportif, des séances en institut de beauté et des vêtements, alors que c'est lui le dominant. Il suffit de chercher des vrais contrats SM sur google pour comprendre que celui de l'auteur ne tient pas la route, et que c'est plutôt à Miss soumise-mais-pas-trop de lui offrir des cadeaux de ce style. Je tient à le préciser maintenant, il y a les auteurs qui font des recherches pour paraître plus convaincant, et il y a E.L. James. Les limites à ne pas franchir données par Christian sont pour la plupart légitimes, comme aucun actes impliquant des enfants et des animaux, mais l'autre moitié est un peu monnaie courante dans le milieu SM (je vous renvois à votre recherche google), comme la suffocation et laisser des marques permanentes. Bref, pour moi ça ne tient pas la route. Ana et le sexe, c'est illogique en toute part. D'ailleurs, la première chose qui l'excite dans l'histoire, c'est quand elle utilise la brosse à dent de Grey avant de partir le matin, elle a l'impression d'être une mauvaise fille. Si ça c'est excitant, je ne veux pas voir la suite. Ana comprend que son amant aime la douleur, et nous sort cette petite phrase toute mignonne que je vais démonter juste après : « Il aime faire mal aux femmes, cette idée me consterne ». Se renseigner avant d'écrire un bouquin tu dois. Pendant un rapport sexuel, notre cerveau relâche une substance appelée l'endorphine, merveilleuse substance qui transforme l'information « douleur » en plaisir. En bref, ce qu'il lui promet ne lui fera absolument pas mal, au contraire. Mais bon, passons. Enfin non, ne passons pas. Je pensais que les scènes de sexe relèverais le niveau, et j'en attendais beaucoup de la « chambre rouge de la douleur » (que l'on appellera la Red room of Pain, parce que ça fait 125416 fois plus classe qu'en français). A l'intérieur de cette pièce on y trouve l'attirail parfait de l'apprenti SM : croix de St André (que l'auteure appellera « La croix en forme de X » parce que « se renseigner avant d'écrire tu dois »), multiples fouets, cravaches, martinets, grand lit, menottes, mousqueton et corde pour le bondage, divers autres objets BREF on s'attend à du lourd, du très très lourd. Et au final Christian ne se servira que des menottes, un bandeau pour les yeux, le lit, une cravache et un martinet. C'est SM pour vous ? Pas pour moi. Je ne suis pas convaincue du tout. Ana à la merveilleuse chance de se taper des orgasmes multiples, mais entre ce qui se passe réellement dans notre corps à ce moment là et dans celui de notre « héroïne », il se passe des tas de choses différentes. Revenons sur une chose que toutes les femmes connaissent : L'orgasme multiple est une chose rare et qui arrive qu'à la moitié des femmes. Pour que ça arrive, après le tout premier orgasme, il faut que le partenaire continue de s'occuper de nous pour que le tout s'enchaîne. Dans ce cas-là, les orgasmes ne sont que des échos du premier, une copie si vous préférez. Plus il y en a, moins ils sont intenses, et ils mettent trois fois plus de temps à arriver. L'autre moyen d'en avoir plusieurs, c'est d'attendre 20 à 30 minutes après le premier, le temps que le corps récupère pour pouvoir remettre le couvert. Mais chez Ana, ça ne se passe pas comme ça. Ses orgasmes sont de plus en plus intenses et surtout, il se passe toujours minimum 5 min avant que Christian recommence à s'occuper d'elle, et ils viennent super rapidement. Je ne le dirais jamais assez, mais ON SE RENSEIGNE AVANT D’ÉCRIRE SURTOUT SI ON EST UNE FEMME. Bordel. Moment cruchitude pour Ana, quand Christian lui demande si elle veut bien coucher avec, elle dit oui.Donc il l'emmène dans sa chambre et lui demande si elle veut qu'il baisse les stores.Elle lui demande pourquoi, parce que à la base, Grey refuse que quelqu'un dorme dans son lit. Mr.Beau lui dit: qui vous parle de dormir?ET LÀ Ana réalise seulement qu'elle va y passer.Il lui demande, l'emmène dans la chambre, lui demande si elle prend la pilule et sort une boîte de préservatif, commence à se déshabiller et elle réagit seulement 63782291010 ans après qu'elle va coucher avec. :applaudie à défaut de se frapper la tête contre le mur : Quand à la fin, c'est le summum du débile. Tout se passe pour le mieux entre Ana et Christian, mais elle demande qu'il la frappe plus fort que d'habitude dans la Red room of Pain pour voir ce que ça fait quand il se lâche. Grey s’exécute, lui donne 6 coups de ceinture tout en sachant qu'elle a les moyens de tout arrêter grâce à des mots d'alerte. Elle ne l'arrête pas, se barre en courant et le largue parce que « oh mon dieu, il aime faire du mal » . MAIS BORDEL ANA C'EST QU'A LA FIN QUE TU RÉAGIS ? Le mec, quand même, commençait à tomber amoureux et commençait aussi à revoir l'éventualité de rentre le contrat caduc et elle gâche tout. La fin est une énorme déception et ne donne absolument pas envie de lire la suite, mais j'aurais quand même les autres bouquins pour mes prochains anniversaires. Le livre est affreusement mal écrit et question fluidité, on repassera. Fautes d'orthographes majeures et de syntaxe seront au rendez-vous. Des fanfics, j'en ai lu pas mal pendant un temps et j'en ai lu des plus belles, des mieux écrites et surtout où les auteurs en herbe se renseignait avant d'écrire une ligne. Les scènes de sexe sont tout aussi mal écrites, et l'auteur ne s’embarrasse pas de synonymes pour décrire l'acte en lui-même (comme dans le reste du livre...), si bien que par moment j'ai l'impression d'avoir déjà lu un passage. Les descriptions de lieu sont hyper longues, genre, comme ça : « Nous habitons dans un lotissement près du campus de la Washington State University à Vancouver, petite ville reliée part un pont à Portland, dans l'état de l'Oregon » C'est comme si je décrivais où j'habite comme ça : « J'habite dans un immeuble d'un quartier bien connu à Caen pour son Stade Malherbe qui se trouve à 50mètres de chez moi, immeuble qui se trouve également à 50mètres d'une des prisons de cette grande ville se trouvant dans la région de la basse-normandie, en France, pays membre de l'union européenne. » Bref, on s'en tape, quoi. Et j'en parlais au début, mes post-its. Avant de lire Fifty Shades, j'ai lu pas mal d'avis sur le bouquin, dont certains m'ont faite éclatée de rire et je pensais qu'ils exagéraient quand ils disaient que Ana rougissait tout le temps, se mordait la lèvre tout le temps où qu'elle disait que Christian est beau. Bah en faite non, je vous laisse voir par vous même : (voir la photo sur mon blog)

bountyfrei
23/02/14
 

Je n'ai pas du tout aimé ce livre et du coup je comprends encore moins tout le tapage qu'on en a fait ! Les personnages sont creux et agaçants (comment peut-ont craquer pour Christian ?!), l'intrigue plate et l'écriture lamentable. Quant aux scènes érotiques, soit elles étaient inintéressantes, soit écœurantes. JACOBINETTE

Jacobinette
10/01/14
 

C'est la première fois que je lis un livre de ce genre. Je ne savais pas du tout à quoi m'attendre si ce n'est que j'avais juste peur que ce ne soit que sexe, sexe et encore sexe. Finalement cette lecture est une bonne surprise ! Je suis contente de ne pas avoir suivi les avis négatifs et de m'être fait ma propre opinion. J'ai tout de même eu l'impression que je ne le finirais jamais car le début est assez long jusqu'à ce qu'on entre dans le vif du sujet et même par la suite, j'ai eu du mal mais cela était dû à mon rythme qui a été ralenti. Il m'arrivait d'avoir beaucoup de mal à arrêter ma lecture car l'histoire est vraiment très prenante et ce n'est pas parce que je dis ça que je suis forcément quelqu'un de très intéressé par le sexe. Ce n'est pas parce que j'ai aimé un livre du genre érotique que je n'ai que ce sujet à la bouche. Beaucoup de gens s'offusquent pour ce genre de chose mais on a tous nos goûts. Pour en revenir à ma critique, j'avoue avoir été tout de même surprise par la description précise des actes, les termes me semblaient assez crus mais je m'y suis rapidement habituée et j'ai trouvé que c'était un bon point car l'auteur n'a pas peur de dire les choses comme elles sont. On ne peut pas nier le fait que ce livre appartienne bien au genre érotique.Cependant, comme je l'ai sous entendu plus haut, ce livre n'est pas centré que sur le sexe, il y a également une intrigue en parallèle. Ce n'est pas la plus originale mais elle est intéressante et j'ai hâte d'en savoir plus sur le mystère qui entoure le personnage de Christian Grey. Christian Grey... contrairement à certaines, je n'ai pas vraiment craqué sur ce protagoniste. Je l'apprécie mais il n'a pas fait chavirer mon cœur (ou en tout cas, pas encore). C'est cette idée de dominant qui m'a dérangée, il prenait son rôle trop à cœur et j'avais envie de le baffer à plusieurs reprises. Concernant Anastasia, j'ai éprouvé beaucoup d'admiration envers elle. Je ne saurais vraiment comment l'expliquer. Néanmoins, sa déesse intérieure et sa conscience m'ont vraiment énervée. Je crois que c'était la chose la plus stupide du roman. Bien sûr, ce n'est qu'un détail par rapport au reste mais c'était tout de même agaçant. Mon personnage préféré, bien que trop absent à mon goût, est Taylor. C'est un personnage quasi muet mais je l'ai adoré et j'espère qu'il sera beaucoup plus présent dans les autres tomes.Deux autres détails m'ont également déplu. Tout d'abord, le style d'écriture – à moins que ce ne soit la traduction. Je pensais que les gens exagéraient mais à plusieurs reprises j'ai fait les gros yeux : des phrases trop simples, enfantines ou des subordonnés placées au mauvais endroit. C'était assez désagréable. Le deuxième point qui m'a dérangée ce sont les similitudes par rapport à Twilight. Oui je sais, c'est une parodie de la saga de Stephenie Meyer mais c'était très troublant de voir des éléments qui font en quelques sortes partie de l'univers de Bella et d'Edward. Du coup, j'appréhende un peu la suite car je ne crois pas que j'apprécierais si E. L. James respectait les gros éléments des derniers tomes de la saga de Meyer.Cela ne change pas pour autant le fait que j'ai adoré ce livre et que j'ai hâte de pouvoir lire la suite, surtout avec une fin pareille, qui m'a presque arraché des larmes (presque !).Pour ceux qui ne l'ont pas encore lu, tentez le coup. Soit vous aimerez, soit vous n'aimerez pas mais il faut toujours se faire son propre avis. Ce n'est pas parce que la majorité n'a pas aimé, que les avis sont vraiment mitigés, que vous n'allez pas aimer. Lorsqu'on aime lire, il faut savoir prendre des risques, non ?

Meel
14/10/13
 

Je n'ai pas du tout apprécié ce livre, je l'ai trouvé incorrect vis-à-vis des femmes. Un livre où celle-ci est considéré comme un objet, je n'ai pas trouvé l'agréable sensation qu'on éprouvés beaucoup de femmes, et je reste déçue. Certes, Christian est attirant..... mais il n'y a rien de sensationnelle à considérer la femme comme un animal.... http://lylalibocou.blogspot.com/

lyla59
23/09/13
 

Halala Cinquante nuances de Grey, le livre dont tout le monde parle, le best-seller mondial du moment. Un livre qui en a fait chavirer plus d'une et qui est qualifié d'une très belle romance additive ♥ ... Est ce que ce livre est une blague? Avant de commencer à parler de cette œuvre de toute beauté, j'aimerais pousser une gueulante. Est ce que vous trouvez la médiatisation de ce livre normale? En sommes nous vraiment arrivés à une société qui incite les gens à plonger leur nez dans un mauvais bouquin érotique? Au point de l'exposer dans chaque magasin, sur toutes les devantures, y concerner carrément un espace... ? C'est comme si à la FNAC par exemple, un film pornographique était sur chaque étalage avec : " REGARDEZ LE! " Alors oui, certains me diront " Mais la couverture n'est pas suggestive è_é " ... Le problème est aussi dans ce point là... Le résumé aussi n'est pas suggestif. N'importe qui, et j'insiste bien sur cela, pourrait fourrer son nez dans ce truc là. Je n'ai AUCUNE envie que des gosses de 14 ans ouvrent ce livre qui semble être une jolie romance pour se retrouver avec une femme se faire soumettre aussi horriblement. Je ne souhaite à personne de penser que le sexe c'est CA. Alors oui, vous allez aussi me dire " Mais les films porno que les enfants finissent par voir! " J'en ai strictement rien à battre. Il ne faut pas en rajouter pour autant et surtout pas comme ça! Le problème est de mon point de vue TRES grave. On en vient à un stade complètement ahurrisant. Certaines m'ont dit " Pas la peine de dramatiser ". Et bien je pense que sincèrement, il faut, et que c'est carrément honteux. Le problème n'est pas dans le fait que ce livre est sortit. La pornographie est bien là et chacun fait ce qu'il veut. Le problème est la médiatisation malsaine du livre et l'enjouement qu'il procure. Je vous annonce que ce qui ont aimés ce livre devrait s'arrêter là. Car, je n'ai trouvé aucun point positif à ce livre et je vais passer le reste de ma chronique à le casser. Que contient donc ce livre? Une jolie romance? Des personnages attachants? Une écriture joliement menée? La blague. La chose la plus frappante en ouvrant ce livre, c'est le style de l'auteur. Une horreur. Des répétition en voulez vous en voilà! Des métaphores juste... Pitoyables et très peu recherchées tel que : "Ma conscience, encore une fois, ressemble au Cri d'Edvard Munch" " Comme si j'étais Icare volant trop près du soleil " Cette dernière est d'ailleurs partout dans le roman... Et d'autres que j'ai un peu la flemme de reporter. Alors en plus qu'elles soient vraiment bancales, l'auteur à un sérieux manque d'imagination car elle utilise toujours les mêmes! L'écriture est simpliste, à la portée de tout le monde. Je crois que demain je vais me mettre à écrire un roman "érotique" moi aussi ;) Franchement... Et dire qu'il y a de merveilleux auteurs passés à la trappe ou que d'autre galère à ce faire éditer et que CA,ça marche OO Et puis... Mon dieu que c'est vulgaire! Entre les " bordel de merde" " **" et " merde " on a de quoi faire une apogée de l'obscène! J'ai compté, il y a dans le roman 168x le mot merde. Soit 1 fois toutes les 3 pages. De la littérature ça? Haha. Et encore, j'ai pas compté les :') Passons maintenant à l'intrigue. Alors donc, une jeune femme, Anastasia, rencontre le magnifique, sexy, sublimisime, richissime et érotique ( hihi. ) Christian Grey. J'ai lu beaucoup de choses qualifiant Christan d'homme parfait. Sérieusement? SERIEUSEMENT? Les seules choses qui vous intéressent chez un homme c'est CAAAAA ?! Et... Vous en faites quoi qu'il ait des délires aussi... BIZARRE :') Ca constitue l'homme parfait? Parce que, en plus d'avoir tout ça, MONSIEUR est sadomasochiste et initie la jeune Anastasia. Et puis... Tout le long du bouquin on a le droit à des éloges incessantes d'Ana. C'est bon, on a comprit. Christian est Erotique, sexy, beau comme un dieu blablablabla. Alors là, fff je sais même pas quoi vous dire. C'est pitoyable, hallucinant, choquant. Je suis pas du genre petite nature mais ce livre m'a choquée. Ce n'est que cul, à chaque 2 pages. Du cul bien cru, et faut arrêter, ce livre n'a rien d'érotique. C'est de la pure pornographie. Un livre seulement écrit pour y intégrer des scènes de cul à mon goût. C'est même pas du sexe, même pas du sexe par amour pour moi. Parce que, ce qui attire premièrement Ana - et presque pendant les 3/4 du roman - c'est le physique de dieu de Christian... L'amour ne repose pas sur ce facteur à mon goût. Super valeur qu'apporte ce livre (y) Non, pour moi il n'a rien d'une romance. Par contre, il marcherait vachement bien en scénario de film pornographique (y) La fille toute soumise, cruche et l'homme mystérieux, dominant. Que demande le peuple? Scénar de film porno je vous dis. J'ai aussi souvent vu qu'il était additif... Vraiment? Je me suis ennuyée, effroyablement. J'ai rythmé ma lecture de soupir. Les scène "chaudes" sont entrecoupées de la vie complètement plate, banale, ennuyeuse d'Ana... Scène chaudes encore plus mornes, plates, nulles Ana, Ana , Ana... que dire d'elle? Je n'ai jamais vu de personnage aussi cliché et barbant à ce point... C'est une fille sans cervelle je crois, complètement schizophrène. Oui oui, schizo. Elle partage son esprit avec sa conscience qui la traite de ** ( Enfin quelqu'un de censé que diable! ) et sa déesse intérieure ( Wtf me direz vous? ) qui danse la samba quand Mr Grey approche trop son kiki de sa foufounette. Ou qu'il touche son bras? Très étrange oui... Sa déesse intérieure fait aussi des bras d'honneur ou danse en jupe Hawainne... Oui, elle aime danser. Christian hum... Stéréotype d'une fausse image de l'homme parfait. L'image populaire, l'image qui fait que les filles sont toutes choses. J'ai rien à dire dessus. Un tordu, avec un passé trop énigmatique de la mort qui tue. Non non, j'ai rien à dire tellement ça m'a gavé. Sinon ce livre récele un tas de scènes mais complètements ridicules! Alors d'abord, il y a Ana qui manque de se faire écraser par un vélo et OOOOH CHRISTIAN ! Il l'a sauve de justesse : O Quel héros. Oui oui, vous avez bien lu. Un méchant vélo maléfique tout plein. Traumatisme qu'elle a du avoir pauvre jeune vierge. Ensuite, il y a ça... Qui me laisse encore énoooormément perplexe : De retour dans la salle de bains, je trouve le sèche-cheveux dans un tiroir. Après avoir improvisé un brushing avec mes doigts, je lorgne la brosse à dents de Christian. Ce serait comme si je l'avais dans la bouche. Hum... En jetant un coup d'oeil coupable par-dessus mon épaule, je passe le doigt sur les poils. Ils sont humides. Il l'a utilisée. Je m'en empare, mets du dentifrice dessus et me brosse les dents à toute vitesse. J'ai l'impression d'être une vilaine petite fille. Ça m'excite. Alors là je me suis vraiment demandée si ce livre n'était pas une grosse blague. Y'a du niveau hein! Y'a ça aussi : Eh merde ! Il m'attrape le pied gauche et le porte à sa bouche. Tout en observant la moindre de mes réactions, il embrasse tendrement chaque orteil, puis en mord doucement le bout. Quand il atteint le dernier, il le mord plus fort et je me convulsé en poussant un petit cri. Il fait glisser sa langue le long de la cambrure de mon pied - je ne peux plus le regarder, c'est trop érotique. ( Oui oui, tout est " trop érotique" dans ce roman. Qui pendant l'acte pense ça franchement? --' J'ai d'ailleurs trouvé les pensées d'Ana très irréalistes pendant leurs moments intimes! ) Ca: Il sourit et prend une olive qu'il glisse dans sa bouche ; mes yeux s'attardent sur cette bouche qui a été sur mon corps... toutes les parties de mon corps. Je rougis. ( Je crois que la couleur de peau naturelle d'Ana est le rouge. )Par exemple. Alors, désolée, je me suis égarée. Donc l'intrigue, en plus précis, Anastasia est donc très attirée par ce jeune homme qui lui avoue qui est adepte de BDSM. Il finit par lui donner un contrat... Un contrat qu'elle doit signer pour qu'elle devienne son esclave sexuelle. Ou esclave tout court hein! Un gars que je connais à peine me donne ça, je me casse hein. J'appelle la police, je change de pays! Anastasia ne cesse de le qualifier de maniaque du controle - Chiant hein? - et d'harceleur... Je pense que ça veut tout dire. Et également sur le personnage d'Ana complètement fracassée de la tête. Mais, ce qui me sidère vraiment dans ce roman, c'est son succès... Pourquoi? Je comprend pas, plus. Je n'ai pas l'impression d'avoir lu la même chose que toutes ces filles. Je ne sais pas... Il aurait été un livre discret dans un rayon érotique je comprendrais que certaines s'y tournent, si c'est ce qu'elles recherchent blabla. Mais là? Best seller merde! BEST SELLER!!!! Je n'ai très sincèrement jamais lu autant de connerie, de niaiserie, de sexe et de bêtise. Passez votre chemin, il ne vaut même pas un regard. J'ai sûrement oublié la plupart des choses que je voulais dire. Non je n'exagère pas. J'ai aussi souvent vu, comme quoi, " facile à lire " " fluide " " style simple et abordable " ... Je ne considère pas la littérature comme tel. Je ne considère pas que n'importe qui peut se faire publier, surtout quand c'est ce niveau d'écriture. Aimeriez vous aller au cinéma pour voir un film fait par des amateurs, avec un téléphone portable et une intrigue complètement banale? Je suis amoureuse de la littérature, et je trouve que ce livre n'y rend vraiment pas hommage. Et puis, personne ne remarque que le Christian tant adoré est cliché au plus au point? Des personnages énigmatiques, avec de lourds secrets, tortueux, tordus et j'en passe, il y en a des centaines. J'ai l'impression que les lecteurs découvrent ce genre de protagoniste! Par contre, j'ai beaucoup ris! En effet, je n'ai pas cessé de rire tout le long du bouquin tellement ça frôlait le ridicule. Ana se laisse faire, sans broncher face à des choses que j'ai trouvé quelques fois assez rude. Ce livre est bizarre, les pratiques qu'il décrit aussi. Surtout bizarre qu'autant de gens aime. Bref, j'ai detesté. Mon blog: http://Ly-lit.blogspot.fr

Lycandra
08/06/13
 

Ca y est, j’ai lu ce livre qui fait tant parler de lui. Et pourtant, je n’en vois pas la raison. C’est pas mal, mais il y a des défauts tout de même. Une chose qui me rassure, c’est qu’on ne sent pas tant que ça le côté fanfiction de Twilight, chose dont j'avais un peu peur. Ouff.Bon, commençons par les personnages. Ana est clairement nunuche, voire très bête, et cet aspect de sa personnalité est tour à tour hilarant et très agaçant. Il en est de même de ses nombreuses répétitions, notamment concernant Grey, répétitions qui montrent un sacré manque de vocabulaire de sa part. Egalement, j’ai trouvé que sa vulgarité n’était pas à sa place. Elle est censée être une jeune fille innocente, naïve, mais son vocabulaire n’est pas vraiment en accord avec ça je trouve. Concernant Grey maintenant. Il a clairement un double visage. Un moment il est doux, et l’instant d’après il est autoritaire. Cela étant, j’ai trouvé ce personnage un peu mieux fait que celui d’Ana. Christian Grey est plus complexe, plus sombre. Son côté dominateur est toutefois pas assez prononcé je trouve, alors que c’est ce à quoi on s’attend quand on achète le livre.Au niveau de l’histoire… et bien, il n’y en a pas vraiment. Nous sommes face à une romance sommes toute classique (même si certains éléments viennent changer cet aspect classique), et au final, il ne se passe pas des masses de choses, mis à part les discussions entre les personnages et les scènes hot. Toutefois, même s’il ne se passe quasiment rien, j’ai tout de même pris plaisir à lire cette histoire, ce qui est une bonne chose.Une chose qui m’a déçue, c’est que l’on parle de ce roman comme un roman érotique, traitant de BDSM… et bien, je n’ai pas trouvé que c’était tant que ça le cas. Si ma mémoire est bonne, il n’y a que trois ou quatre scènes qui le sont, sur 551 pages. Bon d’accord, le roman ne pouvait pas n’être que ce genre de scènes, mais tout de même… On a beaucoup de blabla sans réel intérêt, et ce que le lecteur attendait (parce qu’avouons-le, c’est pour les scènes hot que les gens achète le roman, pas pour les discussions) est peu présent.Abordons maintenant le style de l’auteur. En fait, c’est ça le point le plus catastrophique concernant ce roman. Bien qu’il faille quand même nuancer les choses (ce n’est pas tout blanc ni tout noir), certaines phrases sont mal écrites, limites atroces, mais ce n’est pas le cas pour tout le roman, heureusement. J’ai déploré le cruel manque de descriptions à tous les niveaux, autant pour le physique des personnages que pour les sensations, ou les lieux. Il faut avouer que « beau comme un dieu » n’est pas une description digne de ce nom, et qu’à cause de ça on ne peut pas savoir à quoi ressemble vraiment Grey. Bon en même temps, ça nous permet de nous l’imaginer à notre façon, mais je trouve qu’un roman se doit d’avoir des descriptions correctes.Ensuite, la déesse intérieure qui fait sans arrêt son apparition, je ne dirais qu’une chose : c’est quoi cette invention saugrenue ? Que les personnages aient une conscience qui leur parle de temps à autre, ça va, mais une conscience ET une déesse intérieure ? Il faut m’expliquer là ^^. Le contrat est quant à lui un peu long à lire, et tout n’est pas franchement utile. Je pense que certaines clauses auraient pu être résumées. Par contre, j’ai bien aimé les échanges de mails, qui sont parfois vraiment drôles. En plus, les personnages semblent parler plus franchement par mail.Et pour terminer, la fin du roman. Wahou, mais c’est quoi cette fin ?! Alors que le roman commence à avoir un vrai intérêt, on est coupé dans notre lecture. Il va falloir attendre la suite, chose que je vais faire, parce que malgré plusieurs défauts, j’ai bien envie de savoir ce qu’il va advenir des personnages.

Emyline
14/05/13
 

Depuis sa sortie, j'ai lu plusieurs avis de blogueuses et écouté plusieurs émissions de radios qui évoquaient le premier opus de cette trilogie un peu spéciale et dont les ventes cartonnent. Doutant fort, d'après les différents avis, que cette histoire puisse me plaire mais curieuse toutefois de me faire ma propre opinion, je n'ai pas hésité quand Stéphie a organisé un concours permettant de gagner un exemplaire du livre. Et comme j'ai eu de la chance, j'ai reçu "Cinquante nuances de Grey" à maison... L'histoire peut se résumer ainsi : une jeune fille vierge, un peu cruche, tombe amoureuse du beau et riche Christian Grey, qui a tout pour plaire, en apparence (jusqu'ici, c'est du harlequin). La jeune Anastasia tombe follement amoureuse mais ne tarde pas à comprendre qu'il a des pratiques sexuelles "particulières". Pour ne pas renoncer à son beau Christian, elle accepte de se soumettre à ses exigences. Monsieur Grey est un excellent amant et la jeune fille est très réceptive. Mais les exigences vont crescendo... La première difficulté pour moi a été de m'identifier à cette jeune demoiselle qui a l'âge d'être ma fille (j'ose espérer que les miennes ne sont pas si naïves - j'en suis même certaine). Deuxième difficulté, je n'ai pas aimé Christian Grey. Ce jeune homme de 27 ans, suffisant et autoritaire n'a aucun humour pour compenser ses vilains défauts (je ne ne parle pas ici de ses tendances sado-maso mais de son sale caractère). Pour ce qui est des relations "dominant-soumise" décrites ici, il faut préciser qu'elles dépassent largement le cadre du jeu sexuel. Christian veut tout contrôler chez Anastasia y compris sa nourriture, son sommeil, ses fréquentations.... A 22 ans, on peut tomber dans le piège, à mon âge, on part en courant ! Heureusement pour elle, Anastasia tire les enseignements de ses premières expériences "cuisantes" (mais qui l'ont troublée, elle ne s'en cache pas) et prend un peu de recul. Tout en continuant à aimer follement Christian Grey, elle prend conscience qu'elle a affaire à un malade qui, tout en l'aimant certainement, l'utilise comme "médicament" pour extérioriser sa violence. Elle tente de lui tenir tête (ce qui ne déplaît pas au monsieur) et surtout tente de comprendre pourquoi il n'accepte aucune tendresse de sa part (oh, ça, il n'aime pas). A ce stade de la lecture, je suis rassurée pour Anastasia. Ouf, elle a cessé de subir ! Je me rends compte que je n'ai pas encore parlé de l'écriture et pourtant c'est LE gros point noir du livre. Le vocabulaire utilisé pour évoquer les ébats amoureux est plat et sans saveur, souvent grotesque. Anastasia (brillante étudiante en lettres), s'exprime comme un charretier, ponctuant bon nombre de ses phrases de "****" ou "bordel de merde", ce qui n'est pas cohérent avec l'image de la jeune fille prude et bien élevée qu'on nous a présenté. Les passages croustillants (il y en a tout de même quelques uns ) sont plus ou moins gâchés par l'écriture et le choix du vocabulaire. J'en ai parfois pouffé de rire (ruinant la tension érotique recherchée par l'auteur). Des extraits : ici (c'est parlant). Je ne suis pas une spécialiste de la littérature érotique, je n'en lis quasiment jamais, mais j'imagine qu'il y a mieux dans le genre, plus suggestif et mieux écrit. J'ai entendu dire que ce livre était parfois classé, en librairie, dans le rayon ados. Au secours ! Cette histoire n'est absolument pas destinée à un public d'adolescents, même si aucune scène SM n'est insoutenable (il y en a d'ailleurs très peu). On est loin de la réalité des premières expériences amoureuses ! Lirai-je la suite ? Je ne pense pas. L'idéal serait que je trouve un bon résumé qui me permette de suivre l'évolution des personnages, sans me farcir les 1000 pages qui s'annoncent. Je n'en reviens pas de la longueur de ce billet (moi qui aime faire court). Pas de doute, la principale caractéristique de ce roman est de faire couler de l'encre ! [http://http://sylire.over-blog.com

sylire
13/05/13
 

C'est juste... pas possible ! C'est une insulte aux arbres qui ont été abattus pour imprimer cet écrit digne d'un CM2. C'est plus mal écrit que twilight (je ne pensais pas cela possible !)Pathétique, on est encore en-dessous de la vérité. Cette fille est une gourde de première qui bien qu'habitant aux USA avec des parents habitant à plusieurs heures de vols de sa fac n'a pourtant jamais entendu la check list du personnel de bord d'un avion de ligne. Une invraisemblance par page garantie. Ce qui est décrit en 541 pages tiendrait en 50, en se perdant dans les détails. Ses questionnements au sujet du bellâtre sont d'une redondance pénible alors que le plus crétin des lecteurs a cerné le personnage au bout de la dixième page le concernant.C'est affligeant.Et le premier mec qui m'appelle "bébé" je lui arrache les baloches avec une fourchette à escargot ! A

Ptipimous
29/03/13

Anastasia Rose Steele est étudiante en littérature. Quand sa colocataire et amie Kate est prise d’une forte grippe, elle doit la remplacer. En effet, Kate devait interviewer Christian Grey, un riche homme d’affaires, dont Anastasia ne connaît rien sinon le nom. La rencontre entre la jeune femme, naïve et maladroite, avec l’homme d’affaires secret et déstabilisant va mener à l’installation d’une relation amoureuse entre ces deux êtres tellement différents. Ana, amoureuse pour la première fois de sa vie, ne se doute pas encore que Mister Grey a des préférences sexuelles qui la dépassent…Après avoir lu et entendu tant de critiques sur ce livre, qui a manifestement suscité des avis tranchés, il fallait absolument que je m’en fasse une idée par moi-même ! Au début, je dois avouer que j’ai trouvé l’héroïne très (trop) nunuche, avec en prime des maladresses à répétition qui m’ont très vite lassée. Les tournures de phrases employées sont recyclées, débordent de déjà-vus et de banalités. Mrs James a eu du mal à se renouveler dans les formules, employant à tout bout de champ des expressions faciles, placardées, type j’ai senti une décharge d’électricité traverser mes doigts… On a fait beaucoup de cas des pratiques sexuelles préférées de Mr Grey, c’est-à-dire son penchant pour les relations Dominant / Soumise. [A noter que dans le roman, on a le droit en long, en large et en travers au fameux contrat qu’il signe avec ses soumises. J’ai trouvé ce contrat très répétitif lui aussi et n’apportant pas de supplément.] Certes il y a quelques scènes masochistes, mais ce n’est pas non plus ce qui prend l’ascendant sur le roman. J’en viens donc à ce qui m’a plu : le mystère fait autour de Christian Grey, sur son enfance. Je voulais vraiment savoir ce qui l’a poussé à être celui qu’il est, ce qu’il a bien pu vivre dans son passé, comment il en est venu à fréquenter une amie de ses parents qui l’a initié aux pratiques masochistes. A la fin de ce premier tome, on a quelques réponses, mais pas l’essentiel. C’est un livre qui se lit tout seul, malgré ses 550 pages. Alors bien sûr, ce n’est pas extraordinairement écrit, mais il faut rappeler tout de même qu’il s’agissait d’une fan-fiction de Twilight à la base, qui n’était en aucun cas destinée à être publiée ! Ce premier tome est très divertissant et après tout, n’est-ce pas ce qu’on peut réclamer à ses lectures de temps à autre ?

Bibeli
28/02/13
 

Un roman qui fait couler beaucoup d’encre…Intriguant, parfois dérangeant mais avant tout une passionnante histoire d’amour ! Anastasia Steele est une jolie jeune femme qui s’ignore…Vingt-deux ans et aucune relation sérieuse, elle part interviewer un homme d’affaires, Christian Grey, pour rendre service à une amie. Christian Grey est un jeune homme séduisant et Ana tombe sous le charme…Après un jeu de chat et de la souris, Ana et Christian succombent à leur attirance mutuelle mais Christian avoue à Ana que ses penchants sexuels sont hors norme…Curieuse et intriguée à la fois, Ana va plonger dans le monde assez sombre de Christian par amour…Mais pourra-t-elle tout endurer ? Ayant lu beaucoup d’avis sur ce roman, j’étais très curieuse de la découvrir pour me faire ma propre opinion ! Et bien ce premier opus de ce qui sera une trilogie a vraiment été une agréable découverte ! Bien entendu le thème central est l’histoire d’amour entre les deux héros mais ce qui fait son originalité et sans aucun doute sa force, c’est la façon dont Christian envisage l’amour qu’il peut donner à sa compagne. Ne voulant pas révéler trop de choses sur les surprises de ce roman, Christian est un adepte des pratiques dominant-soumise, et je dois avouer que le contrat qu’il veut faire signer à Ana m’a fait beaucoup rire ! Mais derrière cette façon un peu brutale de montrer son affection se cache des évènements marquants de son passé et c’est là qu’Ana va essayer de tirer « vers la lumière » celui qu’elle aime. Lui ayant révélé quelques bribes de son enfance et de son adolescence, Ana pense qu’elle peut ramener Christian à des pratiques plus saines mais lorsque l’on est habitué à une manière qui vous plaît depuis longtemps, difficile d’en changer… Et là est le petit plus assez captivant car l’un doit céder et apparemment ce sera plus long et plus complexe que prévu… Bref, un roman original par son scénario un peu osé, il faut bien l’avouer, mais qui n’est que secondaire dans l’intrigue pour moi…Il reste une passion intense qu’éprouve un homme et une femme qui n’ont pas la même façon de le montrer et surtout des caractères assez différents…. Le final est comme une cassure et l’auteure a su donner envie de continuer à lire la suite de cette aventure ! Rendez-vous en Janvier 2013 pour le tome 2 ! 551 pages / 17€

madoka
08/02/13
 

Je n'étais pas particulièrement intéressée à la base mais vu tout le battage autour de ce livre je me suis laissée tenter. Ce qui m'a d'abord marquée le plus c'est les similitudes avec la saga Fascination de Stephenie Meyer. C'est très guimauve (ce n'est pas péjoratif dans ma bouche, la guimauve c'est bien sympa de temps en temps) mais ajoutez ce qu'il a manqué à Twilight (entre autres) : du sessque ! Ben oui, là est tout le sel de Fifty Shades, des scènes sexy plutôt bien amenées. Pour l'écriture, c'est sûr que l'auteure n'est pas à son top, beaucoup, beaucoup trop de répétitions! C'est vraiment agaçant par moment mais si on se laisse balloter, ce roman se lit bien et je me suis surprise à vouloir lire la suite. Bé vi parce qu'il y a quand même une histoire, ce n'est pas qu'une succession de scènes érotiques ! Oui, l'histoire n'est pas d'une originalité folle (d'où la comparaison à la saga de Stephenie Meyer), m'enfin c'est bien divertissant et parfois, c'est tout ce qu'on demande à un livre... Je rangerais cette série dans la chick-lit sexy ou l'Arlequin chic !

EmilieH
31/01/13
 

Alors, par où commencer ? J'ai décidé de lire ce bouquin un peu par hasard, car en fait, tout le monde en parlait et cela a fini par m'intriguer.J'avais peu d'attentes, compte tenu des nombreuses critiques négatives. J'étais plutôt curieuse. Je viens de terminer ce premier tome, et je trouve les commentaires négatifs un peu sévères. Oui, ce livre est bourré de répétitions, d'imperfections, de petites choses agaçantes (les oh la vache à tout bout de champ par exemple). Oui ce n'est pas de la grande littérature. Oui, le personnage de Grey est complètement tordu. Oui Anastasia semble passer très rapidement de l'inexpérience totale du sexe à d’invraisemblables orgasmes en rafale.Pourtant, je me suis bien marrée en lisant ce roman. Oui, je l'ai trouvé divertissant. Évidemment, tout cela est bien loin de notre réalité, et mes fantasmes ne sont pas forcément ceux-là mais j'ai tout lu en deux soirs, et ça m'a permis de passer un bon moment. J'ai d'ailleurs trouvé la 2e moitié plus intéressante. On verra ce que donne le 2e tome, que je n'ai pas encore eu entre les mains.Il ne s'agit pas du livre de l'année, mais ce livre aura au moins le mérite d'être lu par un grand nombre de personnes. Il est pris d'assaut dans toutes les bibliothèques de Paris. Coup médiatique ou pas, il a trouvé son lectorat. sgwel

sgwel
27/01/13
 

Je n'étais pas spécialement emballée par cette lecture, mais ma belle-sœur me l'a prêté et Sookies m'a proposée une LC, alors j'ai décidé de tenter le coup. Je n'en ressors pas plus emballée qu'avant, mais pas déçue non plus.Cinquante nuances de Grey est tout simplement un roman d'amour et de passion. On en retrouve tous les codes habituels de la romance, de la jeune vierge innocente au beau ténébreux au passé douloureux, avec en prime le multimillionnaire qui couvre l'héroïne de cadeaux. Le cliché même du Harlequin. D'ailleurs, les scènes de sexe n'en sont pas très éloignées non plus. On est loin d'un roman érotique. Certains romans de bit-lit vont bien plus loin. Quant aux pratiques de Christian, elles n'apparaissent qu'au bout de 300 pages et encore de manière sporadique. Il passe son temps à insister auprès d'Ana, soit disant parce qu'il ne peut envisager le sexe autrement, sauf qu'il lui fait l'amour normalement les 3/4 du bouquin.Pour ce qui est d'Ana, que ceux qui ont détesté Bella Swan passe leur chemin. Ce n'est qu'une copie aussi maladroite et pleurnicheuse qui passe 500 pages à se demander ce que l'homme parfait (à ses yeux) peut bien lui trouver.C'est sans doute ce qui m'a le plus agacée dans ma lecture.Rien de transcendant au final, en tout cas rien qui ne vaille le battage médiatique dont ce livre a bénéficié.Une belle histoire d'amour, un bon moment de lecture, mais rien d'innovant. Point.

Aidoku
24/01/13
 

Que dire de 50 nuances de Grey à part qu'il est très inégal. En effet, c'est ce que l'on appelle un "page-turner" car l'histoire de Ana et Christian Grey est prenante : la curiosité de savoir si Ana va plaquer son amour sadique prend le dessus et le lecteur tourne les pages sans s'en apercevoir... Cependant, on peut regretter l'écriture de ce roman. Plusieurs fois, j'ai levé les yeux au ciel comme sait si bien le faire l'héroïne de E.L. James!!!! Des répétitions à foison m'ont donné envie d'acheter un dictionnaire des synonymes à l'auteure.... De plus, pourquoi avoir choisi un personnage principal (Ana) aussi "cruche". Ses seules réflexions tout au long du roman sont "je l'aime mais je ne veux pas qu'il me fasse ça...oh et puis si, en fin de compte...quoique non....". J'avais juste eu envie de lui crier : "tu te décides, oui ou non!!!" Le seul personnage intéressant est Christian qui me paraît plus complexe... Même si le surnom qu'il donne à Ana me paraît d'un désuet surtout dans sa façon de le dire. Ce "bébé" m'a fait penser à Dirty dancing! Passons aux scénes de sexe qui sont très nombreuses.... Eh bien, elles sont très banales (ce n'est pas si sado-maso!) et peu réalistes : beaucoup trop d'orgasmes pour elle (mesdames, nous pouvons être jalouses ou sinon, nous sommes très difficiles!!!) et lui toujours au garde à vous (mais il ne se repose jamais!!!).Donc cette lecture est mitigée mais étant (très/trop) curieuse, j'ai commencé à lire 50 nuances plus sombres...

AlteaAitana
22/01/13
 

Phénomène international dont on nous parle un peu partout, la saga Fifty Shades Of Grey me tentai énormément malgré les avis plutôt variés; soit on aime soit on n’aime pas. J’avais envie de découvrir la littérature érotique en commençant par ce roman en ayant tout de même l’appréhension que ce ne soit qu’un bloc de scènes sexuelles sans histoire ni fil conducteur. La couverture est plutôt belle et possède un certain charme mystérieux qui donne envie d’ouvrir ce livre. La quatrième de couverture quand à elle laisse présager des personnages hauts en couleurs et une histoire hors des sentiers battus c’est pourquoi, j’ai voulu me faire mon propre avis.Nous faisons donc la connaissance de Anastasia Steele, jeune étudiante sur le point d’être diplômée. En colocation avec sa meilleure amie Katherine, elle va devoir remplacer celle-ci tombé malade pour interviewer le très riche PDG Christian Grey. De nature maladroite et très peu sûre d’elle, la beauté glaciale de Grey va l’attirer irrésistiblement. Ce dernier est tout autant attiré par Anastasia et fera tout pour la revoir et obtenir ce qu’il désire: la faire devenir soumise et être son dominant. Grâce à lui elle va découvrir sa sexualité et de nouveaux horizons dans bien des domaines. Entre jeux de séduction et domination, ces deux là sont aussi différent que le feu et la glace mais à eux deux ils forment un couple absolument explosif.Ana est une jeune femme forte et prête à tout pour les personnes qu’elle aime. Sa candeur et sa naïveté m’a parfois beaucoup fait rire et d’autre fois, m’ont attendrie. Incapable de se taire et de se laisser marcher sur les pieds, elle possède un certains sens de la répartie qui m’a beaucoup plu et une façon de correspondre par mail qui est des plus passionnante! Christian quand à lui, joue dans une toute autre catégorie. Aussi beau qu’un dieu grec, riche et très sûre de lui, il adore tout contrôler et ne supporte pas qu’on ne lui obéisse pas. Sous ses airs de glace et d’acier, c’est en fait un homme qui peut être très doux et romantique mais qui garde enfoui au fond de lui les secrets d’un passé douloureux. Je suis tombé sous son charme moi aussi et j’avoue qu’il m’intrigue énormément! Les autres personnages tels que Katherine ou encore le frère de Christian m’ont beaucoup plu également puisqu’ils apportait leur petite touche à l’histoire mais je suis bien obliger de dire que seul m’importait ce qui se passerait entre Christian et Anastasia.Vous expliquer tout ce que j’ai ressentie durant ma lecture va être très compliqué pour moi vu le nombre de sentiments qu’il a fait naître alors je m’excuse par avance si mes propos sont quelques peu décousus. Le style d’écriture est vraiment très fluide et addictif, les pages défilent à une vitesse folle et il m’a été impossible de ne pas me plonger dans ma lecture quand je devais travailler. Le langage est, à mon sens, plutôt courant comme celui que nous utilisons au quotidien avec il est vrai quelques jurons par ci par là mais rien de bien choquant. L’histoire est vraiment très intéressante et les personnages, attachants, séduisants et charmeurs à souhait. Les scènes de sexe sont loin d’être aussi choquante que certains le prétende et j’ai beaucoup aimé la découverte de la Chambre Rouge. Ce qui m’a dérangé mais qui, en même temps, fait partie du personnage de Christian Grey, c’est cette histoire de contrat de confidentialité et ensuite le contrat entre soumise et dominant. C’est peut être mon côté féministe qui parle mais le Grey, javais bien envie de le gifler à ce moment là… Ce qui m’a le plus séduite, c’est l’évolution des personnages, de la relation entre Ana et Grey et leur échanges de mails! L’histoire entre ces deux tourtereaux est bien sûr pleine de tension sexuelle mais aussi de romantisme, d’humour et d’amour. Je pense qu’il est important de souligner qu’il y a effectivement toute une romance et pas seulement du sexe. Je dois dire aussi que la déesse intérieure d’Ana et sa conscience m’ont beaucoup fait rire et qu’à présent, ma déesse intérieure danse la samba elle aussi!! E.L. James a réussi à me faire frémir, vibrer, rire et m’émouvoir, tout cela sans que je m’y attende. Rien n’est prévisible dans cette lecture et encore moins le dénouement. Parlons-en de cette fin!! Absolument horrible et surtout, surtout, elle m’a fait pousser un NON retentissant parce que je ne voulais pas que ce soit fini. Je n’ai qu’une hâte; lire la suite!!Pour conclure, c’est une romance érotique avec une belle histoire, loin d’être choquante bien au contraire. J’ai été séduite et touchée par le célèbre, séduisant et richissime Christian Grey et par son histoire ainsi que par sa relation avec Anastasia Steele! Je vous le recommande vivement et je ne tarderais pas à lire le second tome parce que j’ai vraiment adoré!

EloDesigns
13/01/13
 

Très doux... Surtout après avoir lu Pauline Réage et Vanessa Duries...Petit moment amusant et facile à lire mais sans grande profondeur.J'hésite à prendre la trilogie complète... ...

liveline
13/01/13
 

Ana doit remplacer sa collocataire Kate pour interviewer l'homme d'entreprise richissime Christian Grey. Ana se sent tout de suite attiré vers lui même s'il parait étrange et mystérieux. Il semble être de même pour Christian Grey car ce dernier va lui proposer un drôle de contrat : qu'elle devienne sa soumise. Ana est encore vierge et cette proposition la chamboule beaucoup. Va t-elle accepter ou renoncer ? Voici enfin la chronique du livre classé dans le genre "Mummy porn" à savoir le "maman porno" ! Que dire ? Tout d'abord ce livre est assez addictif et je pense que cela est dû au personnage de Grey. Celui ci est mystérieux, dangereux, étrange ... mais particulièrement charmant. Petit à petit on découvre des facettes de lui qu'il refusait de montrer au début de l'histoire. C'est grâce à lui que j'ai envie de donner une chance au tome 2...Parlons ensuite du personnage d'Ana. Elle peut facilement énerver et horripiler le lecteur. Qu'est ce qu'elle est nunuche ! C'est, je pense son personnage qui a donné beaucoup d'aspect négatif à ce livre. Elle est peu crédible et on a juste envie de la secouer un bon coup (sans mauvais jeu de mot ^^)Le lecteur est plongé dans ses réflexions qui n'en finissent plus ce qui provoque pas mal de répétitions, ce qui a de quoi parfois agacé ! Malgré tout, ces répétitions font un peu partie du jeu du chat et de la souris entre Ana et Grey, enfin je me l'explique comme cela !Côté sexe, le lecteur en attend beaucoup vu les échos qu'on en a eu venant des USA ! Et bien je dois dire que cela reste assez soft ! On découvre quelques scènes érotiques mais cela reste assez correct... même si je ne donnerais pas ce livre à des pré-ados ou des ados qui découvrent ce côté là, parce qu'il ne faut pas se voiler la face, ce livre n'est pas forcément idéal pour se faire une idée de la question ^^ Le style d'écriture a été énormément contesté. Je dois dire qu'il ne faut pas s'attendre à de la grande littérature mais je suis sûre que ce livre "détente" saura trouver son lectorat ! Pour ma part, je remercie ma copine Clémentine qui m'a gentillement offert le livre ! J'avoue que je suis tentée de lire la suite pour découvrir un peu plus le personnage de Grey.

lizou59
22/12/12
 

Si, comme moi, ça vous agace de devoir fermer le livre pour vous acquitter de vos tâches ménagères j'ai la solution ! Oui oui, j'ai trouvé une chose magique : les Audiolib (ou autrement dit, les livres audios).Sincèrement, c'est vraiment très agréable de pouvoir "lire" pendant qu'on cuisine ou qu'on fait le méange. Déjà ça rend la chose beaucoup moins em***dante et puis ça permet de continuer à suivre l'histoire :)La voix de l'actrice choisie pour lire cette histoire est parfaite pour ce livre et est, de manière générale très agréable à l'écoute. Le choix de cette voie est judicieux car elle rend l'écoute tout ce qu'il y a d'agréable.Anna est quand même assez niaise. Lorsqu'elle parle de "sa conscience" cela m'a agacé mais alors quand elle cite "sa déese intérieure" ... Arrggg j'ai juste eu envie de l'étrangler. Malgré cela, j'ai assez apprécié le personnage d'Anna et partagé son histoire avec Grey. Souvent j'ai compatis avec sa douleur, sa peur, ses joie.Bien évidemment, j'ai préféré Grey. Aaaaah Grey ... Je l'ai un peu imaginé comme Damon de Vampire Dairies :$J'ai vriament beaucoup aimé son côté, sombre et calculateur mais qui cache un lourd secret et un coeur énorme. http://leslecturesdalisonk.blogspot.fr/

alison29
18/12/12
 

En commençant ce roman, je m'attendais à un roman sulfureux en me basant sur les critiques de la presse ou des médias. Que dire sinon que le passage de la vierge inexpérimentée à la maîtresse aguerrie est un peu rapide. Bien sûr, il y a des passages osés, mais quand on lit que ce qui attire le plus Grey est quand Anastasia se mord la lèvre.... et qu'elle, le trouve sexy chaque fois qu'elle le voit, surtout répété plusieurs fois de suite.... hum, on a compris. Et puis l'histoire du contrat prend un peu trop de place dans l' histoire. Vais-je lire le second tome à sa sortie ? Qui sait ?

JE CONSEILLE A TOUTES LES PERSONNES QUI N'ONT PAS LU LE LIVRE DE NE PAS LIRE MA CHRONIQUE CAR IL Y A DES RISQUES DE SPOILER !!!50 nuances de Grey fait énormément parler de lui sur la blogosphère. Ce premier tome d'une trilogie érotique est définit comme addictif (cf la quatrième de couverture et les dires des blogueurs),Ne connaissant pas ce nouveau genre qui commence à faire fureur, j'ai voulu me faire mon propre avis et j'ai choisi 50 nuances de Grey. Je ne suis pas spécialement pour ce genre de lecture, mais je ne voulais pas mourir idiote et je me suis lancée.Au premier abord, j'ai adoré. En effet, dès les premières pages, j'ai été prise dans l'histoire, j'ai été emporté et cela m'a beaucoup plu. On rencontre, dans ce roman, deux personnages qui vont se rencontrer et vivre une histoire d'amour un peu spéciale. Au début, on ne sait rien sur cette forme d'histoire très spéciale et cela nous donne vraiment envie d'en savoir plus. Sauf que j'ai appris la chose, j'ai été extrêmement déçue.En effet, Christian apparaît comme un homme mûr très gentil et autoritaire. Quant à Anastasia, c'est une jeune fille inexpérimentée et complètement naïve. Forcément, lorsque deux personnalités telles que les leurs se rencontrent, ça fait des histoires.Je ne critiques pas ou ne juges pas les pratiques sexuelles du couple. Ce que je souhaite faire comprendre dans ma chronique c'est que je n'ai absolument pas apprécié les comportements des deux personnages. Anastasia est encore vierge au moment où elle rencontre Christian et je ne doute pas que son attirance pour lui peut lui faire tourner la tête, cependant, je ne comprends pas comment elle peut accepter certains des gestes de son bien-aimé.En effet, tout le long du roman, Christian nous montre une facette de lui que je n'ai pas du tout apprécié. Il offre à sa conquête des gadgets soit disant pour son bien être alors qu'on se rend très vite compte que c'est uniquement pour pouvoir la surveiller. Il la tient en laisse (moralement et physiquement) tout au long du livre et je n'ai pas supporter cela. Il manipule Ana et elle se laisse faire comme une idiote.De plus, il a été dit maintes fois que ce livre était destiné aux femmes d'âge mûr, or je ne suis pas certaine qu'une femme de 40 ans puisse s'identifier à une jeune fille vierge de 22 ans.Le point positif dans ce roman est qu'il se lit très vite. C'est tout de même un joli petit pavé de 550 pages mais elles défilent toutes seules, et c'est plutôt agréable. D'ailleurs heureusement que ça passe vite sinon, ce serait un vrai supplice de lire ce livre.Malgré cela, je pense lire la suite car j'ai quelques idées quant à ce que ce couple va devenir malgré une fin à laquelle je ne m'attendais absolument pas et j'aimerai vraiment avoir le fin mot de l'histoire donc je lirai les prochains tomes. Instant-litteraire

Instantlitteraire
30/11/12
 

Ceci est une fiction !! Par conséquent toute ressemblance avec des personnes ayant réellement existé serait purement fortuite… et à vrai dire le risque n’est pas très élevé!Vous en connaissez vous des hommes (ou même un seul… ) divinement beau, et affreusement riche, et pourtant jeune, et doué pour la musique, et sachant piloter un hélicoptère, et voulant éradiquer la faim dans le monde, et qui penche la tête toutes les deux secondes sans pour autant avoir un abonnement chez l’ostéopathe? Et là encore je n’ai pas parlé de son addiction au pratiques BDSM… Et une jeune femme vierge, et mal dans sa peau, et maladroite, et n’ayant pas les moyens de s’offrir un ordinateur portable, et vivant avec sa sublime/intelligente/décomplexée meilleure amie dans le magnifique « petit appartement » des parents de cette dernière, et qui se mordille la lèvre toutes les 2 secondes mais qui n’a jamais besoin d’un baume à lèvre pour réparer le carnage ? Et là encore je ne t’ai pas dit que cette chanceuse aura un orgasme dès la première fois…Donc oui, ce roman est une fiction… pour le côté réaliste et vraisemblable il faudra repasser ! Mais est-ce vraiment cela qu'on demande à un roman ??? Pas pour ma part… et dans ce cas je n’attendais absolument rien de ce roman, si ce n’est un moment de divertissement.C’est sans doute pour ça que je n’ai pas été déçue, car du divertissement c’est bien la seule chose qu'il m’ait apporté ! Oui, la qualité de l’écriture (ou en tout cas celle de la traduction car j’ai lu la version française) est loin d’être au rendez-vous, certes j’aurai bien mis une fessée à ce cher Christian à chaque fois qu'il avait le malheur de pencher la tête ou de dire « bébé »… Et pourtant je l’avoue, passés les premiers chapitres un peu trop mièvres à mon goût, j’ai dévoré ce livre !!!!Sans doute mon côté midinette… Mon conseil : si les histoires cucul la praline ce n’est pas votre truc, et si vous rechercher une lecture enrichissante, passez votre chemin !!! En revanche si comme moi vous n’attendez rien de plus qu'une lecture sans prétention et distrayante vous pouvez faire comme Anastasia : tenter l’expérience !

Lousticke
22/11/12
 

J'ai donc commencé ma lecture dimanche dernier. Je n'ai pas accroché de suite, un peu trop mièvre à mon goût (non et puis bon, le mythe de monsieur Grey aux yeux gris beau comme un Dieu grec, c'est éculé....) (je HAIS le style Harlequin). J'ai repris ma lecture mardi soir, dans le train, me lamentant de ne pas lire de scène avec du cul, de la baise et du sado-maso (c'est un peu la finalité affichée de ce bouquin, quand même) jusqu'à ce que Christian déflore cette chère Anastasia (oui la petite était vierge jusqu'à sa rencontre avec le Mal (Mâle) et ne possédait ni ordinateur ni téléphone portable) (non mais quelle horreur, vivre sans ordinateur ni téléphone....) (bref). Là, dans le train, je me suis (un peu) enflammée. Il faisait chaud, soudain. Excepté le fait que vraiment, je ne supporte pas quand Christian appelle sa dulcinée "Bébé", j'ai dévoré ce bouquin, mièvre, sucré, moelleux, avec des petites fessées par-ci et par-là clap-clap-clap et.... Et je suis HORRIBLEMENT frustrée de la fin, je vais avoir du mal à patienter pour savoir la suite (mais pourquoi oui POURQUOI Christian ne supporte-t'il aucun contact sur son torse bordelllll ???). Bref, je n'ai pas honte de l'écrire : j'ai adoré cette lecture, la plus basique expression de mon petit côté cucul-la-pralinette, sûrement. Christian c'est quand tu veux, même pas peur.

LAPESTE
18/11/12
 

Ma mère s’est achetée ce livre pour voir de quoi il retournait vu le tapage médiatique fait autour de celui-ci. Comme je m’en doutais elle a détesté mais vu ses lectures habituelles c’est normal. Du coup, j’en ai profité pour le lire également.Je n’ai pas tellement aimé ma lecture.J’ai eu beaucoup de mal avec le style que je trouve limite exécrable, je ne sais pas si c’est l’auteur ou bien si c’est dû à la traduction mais franchement ce n’est pas ça du tout.Je n’ai pas non plus apprécié à une certaine vulgarité présente dans le récit. Je trouve cette vulgarité vraiment inutile. Quelques dialogues et échanges de mail sont pas trop mal et m’ont fait esquisser un sourire mais sans plus.L’histoire est assez classique (homme beau comme un dieu et milliardaire, vierge inexpérimentée, …) mais je ne le reproche pas, la plupart des livres surtout en romance sont comme ça.Les personnages sont assez stéréotypés. Christian m’a franchement énervé à être toujours en colère, changeant d’humeur dans la seconde, être si mystérieux.Ana est assez nunuche mais ça m’a moins dérangé que l’attitude de Christian. Par contre, elle répète sans arrêt qu’il est beau et qu’il sent le gel douche. J’avoue qu’au bout d’un moment c’est saoulant.Je me suis posée la question de pourquoi ce titre, soit disant qu’il a 50 nuances, je n’ai pas trouvé ça intéressant et je me demande toujours le pourquoi du 50.Je ne sais pas si je lirais la suite. Peut-être en ebook pour ne pas mettre 17 € dans une histoire qui ne m’intéresse pas plus que ça.

lilou1339
10/11/12
 

Je l'ai reçu dans ma boite aux lettres, le jour de sa sortie nationale chez nous. Je l'ai commencé le soir même avec une curiosité piquée au vif et aucune idée préconçue car je n'avais lu qu'un ou deux articles sur le livre afin de rester la plus neutre possible et aussi pour ne pas me gâcher le plaisir de la découverte. L'auteur se serait inspirée de la trame de la saga "Twilight" au départ pour écrire son récit qui était à l'origine une fanfiction ?! Possible, on y retrouve des ingrédients un peu mièvres, mais qui fonctionnent. Bref comme pour "Twilight", on se laisse prendre au jeu même si on sait que c'est un peu surfait, voir même légèrement ridicule d'être aussi crédule. Mais peu importe, cela se lit très facilement, cela détend, on rit même et on tourne les pages sans même s'en rendre compte. Anastasia est une jeune fille qui est maladroite au possible. Toutes les gaffes, elle va les faire et sur ce plan, elle me rappelle ma fille aînée (heureusement bien trop jeune pour être la véritable héroïne de cette intrigue). J'avoue avoir pas mal rigolé toute seule dans mon lit devant cette catastrophe ambulante. Cependant, elle n'est pas aussi stupide que ce à quoi je m'attendais vu les quelques lignes que j'avais lu dans un article sur le livre. Au contraire, je la trouve intéressante et comme Grey, je suis plus attirée par elle que sa meilleure amie (Kate), archétype de l'américaine, aisée, belle et presque parfaite sur le plan intellectuel. Anastasia n'est pas non plus si prude que je ne l'aurai cru. Elle franchit les barrières assez facilement, bref, elle l'a dans la peau ce Christian, elle l'aime, lui fait confiance jusqu'à un certain point. Elle découvre tout avec lui (sur le plan sexuel) et en quelques jours, il est certain que sa vie bien rangée bascule.Grey, Christian de son prénom, est un personnage que j'aurai bien remit à sa place si je l'avais croisé. Il est trop parfait et presque heureusement qu'il a ses déviances sinon j'aurai cru que j'avais en face de moi Ken (le petit ami de Barbie) !!!! Mais sa véritable personnalité est plus complexe qu'il n'y parait. Avec lui, c'est le chaud et le froid sans arrêt. Finalement, je ne sais pas ce que j'aurai fait à la place d'Anastasia, mais il est troublant. Il n'est pas aussi extrême non plus qu'on a bien voulu nous le faire croire dans la presse (pour ce que j'en avais lu). Il est instable certes, mais pour le reste… Je m'attendais à une intrigue peu ficelée et au final, même si c'est cousu de fil blanc, l'auteur prend le temps quand même de mettre en place un cheminement qui se tient presque. Je dis presque parce qu'évidement on sait que l'on est dans de la fiction. La vie réelle, c'est comment dire… Plus cruelle et moins glamour à moins d'être… Iréelle ! Mais cela fait du bien aussi d'oublier tous ses soucis du quotidien pour suivre les péripéties de ces personnages trop stéréotypés.Choquée ? Je ne l'ai pas été et j'avoue qu'en matière sexe, il faut se lever de bonne heure pour y parvenir. De plus, je trouve que ce n'est pas aussi SM que cela. L'auteur nous offrirai même plutôt une découverte sot de cette manière de vivre sa sexualité.Crier au scandale ? Certainement pas pour si peu. Lire un texte explicite en la matière n'a rien de dégradant. D'ailleurs, même les mamans ont une sexualité et donc des fantasmes en tête. La nature est ainsi faite et si cette lecture peut enrichir notre libido, où est le mal ? On parle beaucoup dans ce livre d'attirance, d'électricité entre les personnages, d'une alchimie qui s'opère et pour être franche dans la vraie vie, c'est aussi comme cela que cela fonctionne. Quand un couple marche sur le plan sexuel, c'est aussi et surtout parce que l'attirance est mutuelle, qu'il y a un je ne sais quoi difficilement explicable par A+ B = C, mais qui marche. C'est l'instinct, c'est notre part animal quoiqu'on en pense. Je trouve donc que l'approche de E. L. James se tient parfaitement.Et pour en revenir au style d'écriture, certes, on peut en convenir, ce n'est pas digne de l'Académie française, mais j'ai lu bien pire aussi. C'est un roman que l'on lit pour se faire plaisir, pas pour se creuser les méninges. Une lecture détente qui vaut largement un programme plus que médiocre à la télévision sauf que là on est un peu plus actif d'un point de vue cérébral à mon sens. Les scènes de sexe sont bien décrites. Pas trop de détails, juste ce qu'il faut pour que l'imagination fonctionne à plein régime, bref, une écriture bien dosée. On peut lire en quatrième de couverture que ce livre est romantique, libérateur et totalement additif. Pour une fois, je suis assez d'accord car je n'ai pas lâché mon bouquin. Je me suis évadée du monde réel et de ses soucis. C'est aussi cela que je demande à la littérature quelque qu'elle soit. Le succès aidant, des clones ne vont pas tarder à apparaitre, mais auront-ils la même saveur ? Sauront-ils se démarquer ? Pour le moment, je vais m'en tenir à "l'original" histoire d'aller jusqu'au bout de la saga car oui, pour savoir, il faut aller jusqu'au troisième tome. Pffffffiout, de quoi se réchauffer un peu en ces mois qui promettent d'être frisquets…. http://espace-temps-libre.blogspot.com/

emeralda
22/10/12
 

J'ai adoré, je viens de finir de le lire mais il est, pas de mot. J'ai été pris dans ce livre, tellement émouvant, on en ressort changer. Vraiment j'ai aimé

Allex
07/11/12
 
  • Auteur : JAMES, E.L.
  • Éditeur : LATTES
  • Distributeur : HACHETTE
  • ISBN : 9782709642521
  • Date de parution : 17/10/12
  • Nombre de pages : 580

Format

  • Hauteur : 20.50 cm
  • Largeur : 13.00 cm
  • Poids : 0.53 kg
  • Langage original : ANGLAIS
  • Traducteur : DENYSE BEAULIEU

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition