Clochemerle

CHEVALLIER-G

livre clochemerle
EDITEUR : LGF
DATE DE PARUTION : 24/09/74
LES NOTES : Laissez une critique sur ce livre
à partir de
6,30 €

SYNOPSIS :

 Gabriel Chevallier Clochemerle Tout a commencé quand Barthélemy Piéchut, maire de Clochemerle-en-Beaujolais, dévoila à Ernest Tafardel, l'instituteur, son projet : « - Je veux faire construire un urinoir, Tafardel. - Un urinoir ? s'écria l'instituteur, tout saisi, tant la chose aussitôt lui parut d'importance. Le maire se méprit sur le sens de l'exclamation : - Enfin, dit-il, une pissotière ! » Cette vespasienne, destinée, bien plus peut-être, à confondre
Mme la baronne Alphonsine de Courtebiche, le curé Ponosse, le notaire Girodot et les suppôts de la réaction, qu'à procurer un grand soulagement à la gent virile de Clochemerle, sera édifiée tout près de l'église où Justine Putet, aride demoiselle, exerce une surveillance étroite. Dès sa publication en 1934, Clochemerle, chronique rabelaisienne, a connu un énorme succès qui ne s'est jamais démenti. C'est maintenant un classique de la littérature comique.
1 personne en parle

Tous les écrivains n’enrichissent pas la langue française d’une expression. Don Juan, Don Quichotte, Roméo,…et puis Clochemerle.Clochemerle, c’est l’histoire du titre d’un livre qui devient une expression. Ce projet d’urinoir, de pissotière, de vespasienne sorti de l’imagination d’un maire en mal de réalisation républicaine, égalitaire et hygiénique échoue à promouvoir un bien trival pisse not war.Au contraire d’expressions dont on ne sait plus exactement de quel livre elles proviennent, celle-ci offre le confort de comporter en elle-même sa source littéraire. Tout est dans tout et Clochermerle dans Clochemerle.Pour faire vivre un village, l’abondance de personnages s’impose. L'abus de Beaujolais transforme un village français en roman russe. L’intrigue est riche. Indubitablement, dans les pages de ce livre, il y a de quoi rire : portraits, situations, dialogues. C’est bien croqué et bien écrit (Chevallier a dû lire ses classiques). Chaque camp en prend pour son grade : qu’il soit politique, clérical ou noble, sans oublier ce cornichon prétentieux d'instit. Ça dégrade cul sec.Le romancier a su donner chair et os (enfin, surtout chair) à des personnages qui forment un village. Ce village est peuplé de types, d’archétypes, de sales types.Ce sont de drôles de types qui vivent de la plume de Chevallier. De ce village, toute les villes en parlent dans une quarantaine de pays.Une histoire qui illustre à merveille les querelles de clochers et qui s’illustre à merveille de dessins de Dubout ou de Siné. On voit bien ce que ce dernier a pu apprécier de cette polissonerie anticléricale (en revanche, il n’y a pas de chat).Après 1934, date de publication du roman de Gabriel Chevallier, les querelles de village ne changent donc pas. Ce qui change, c’est leur désignation. On remplace 'picrocholine' par 'clochemerlesque'.C’est l’égalité des chances du dictionnaire : Gabriel Chevallier l’emporte sur François Rabelais.L’expression va ensuite débouler dans les journaux. Pas une histoire de village qui ne fasse penser à Clochemerle. La PQR clochemerlise.Les écrivains n’osent pas rêver d’enrichir la langue française d’une expression. Et pourtant, Chevallier fit un appel du pied.Dans le roman, le pharmacien Poilphard séquestre la pieuse Clémentine Chavaigne au moyen d’un puissant soporiphique afin de pouvoir éprouver une émotion érotique et morbide. Lorsque la jeune femme est libérée, sans le souvenir de rien, elle est l’objet des moqueries de sa plus farouche ennemie."- Tout le monde sait bien, pauvre fille, que vous vous êtes fait poilpharder. !'Se faire poilpharder' a passé dans le vocabulaire de Clochemerle"Se faire poilpharder n’est pas passé dans notre dictionnaire, Clochemerle, si.

EPISTOLERO1
19/02/15

Format

  • Hauteur : 17.80 cm
  • Largeur : 11.00 cm
  • Poids : 0.18 kg

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition