Coffret asimov fondation 2009 5v

ASIMOV, ISAAC

livre coffret asimov fondation 2009 5v
EDITEUR : GALLIMARD
DATE DE PARUTION : 26/03/09
LES NOTES : Laissez une critique sur ce livre
à partir de
39,90 €

SYNOPSIS :

En ce début de treizième millénaire, l'Empire n'a jamais été aussi puissant, aussi étendu à travers toute la galaxie. C'est dans sa capitale, Trantor, que l'éminent savant Hari Seldon invente la psychohistoire, une science nouvelle permettant de prédire l'avenir. Grâce à elle, Seldon prévoit l'effondrement de l'Empire d'ici
cinq siècles, suivi d'une ère de ténèbres de trente mille ans. Réduire cette période à mille ans est peut-être possible, à condition de mener à terme son projet : la Fondation, chargée de rassembler toutes les connaissances humaines. Une entreprise visionnaire qui rencontre de nombreux et puissants détracteurs...
3 personnes en parlent
J'ai vraiment bcp aimé cette série. Il y a des retournement de situation inattendue, et vu la qualité de la conclusion, ça vaut le cout de lire les 5 tomes. On retrouve le coté philosophique d'Assimov.
VALERIE Mlle

Une référence en matière de science fiction : Isaac asimov est un auteur qui a consacré pas mal de temps sur l'écriture de nouvelles sur les robots (voir ses cycles sur les robots) mais également sur le futur de l'humanité lorsque les voyages hyperspatiaux sont possibles.Avec le cycle de la fondation, Isaac Asimov nous racontent de très belles histoires sur l'empire galactique, sa chute et la recherche de sa renaissance.Dans les 2 premiers livres du cycle fondation (Prélude à fondation et L'aube de la fondation) qui ont été rédigés en dernier, Isaac Asimov nous racontre la vie de Hary Seldon (son héros mathématicien) du moment où celui-ci tient une conférence mathématique pour présenter la "psychohistoire" (entendez par là, le moyen de mettre en équations l'humanité afin de prédire l'avenir) et de tout les soucis qui en découlent (ennemis qui veulent s'emparer des recherches sur la psychohistoire à des fins personnelles). Ces aventures de Seldon sont rédigées sous forme de nouvelles : chaque chapitre correspondant à un instant de sa vie (la fuite pour échapper à l'empereur dans le premier livre, l'établissement dans l'université de Streeling et la recherche sur la psychohistoire dans le second livre). Ce ne sont pas mes 2 livres préférés de la saga, mais ils apportent une description assez précise de l'empire galactique avant l'histoire principale des fondations. Les histoires sont assez intéressante, on se prend d’amitié pour Hary Seldon et sa petite famille et on a hâte de découvrir la vie de se héros peu ordinaire qui use de ses muscles mais également de sa cervelle pour échapper à des situations délicates.Les 3ème, 4ème et 5ème livres (Fondation, Fondation et empire et Seconde fondation) sont les livres de référence : ils constituent la trilogie d'origine d'Isaac Asimov pour son cycle de fondation. Il s'agit d'un ensemble de nouvelles pour le 3ème et 4ème livre qui racontent des histoires faisant intervenir différent protagonistes à différent âges de la première fondation avec des histoires qui sont rédigées à peu près de la même façon : on pose le décor et les personnages, on décrit une crise qui se prépare, on résout la crise par un retournement de situation plus ou moins inattendu. Les histoires se focalisent sur la première fondation : fondation fondée sur la planète la plus éloignée de l'univers afin que les scientifiques puissent travailler tranquillement sur l'élaboration d'une encyclopédie regroupant toutes les connaissances de l'humanité. Bien entendu, ce n'est pas le but ultime de cette fondation ce que vous découvrirez au fil des pages. Loin d'être inintéressants, ces 2 livres se lisent très facilement et les rebondissements sont parfois surprenants. Le 5ème livre est mon préféré du cycle. On y voit apparaître l'ennemi le plus coriace et le plus inattendu du cycle : le "mulet" : un mutan doué de pouvoir psychique suffisant pour conquérir la quasi totalité de l'univers mais qui n'a qu'une seule obsession à la fin de son ascension : retrouver la seconde fondation, la fondation constituée non pas de scientifiques mais de phychologues qui sont à même de contrer le mulet. Ce roman n'est plus un enchaînement de nouvelles indépendantes. Isaac Asimov s’attardent sur les personnages et creusent un peu plus leur personnalité. L'histoire est passionnante avec une fin à rebondissement comme aime les faire l'auteur.Le 6ème et 7ème livres (Fondation foudroyée et Terre et fondation) ont été rédigées quelques temps après les 3ème, 4ème et 5ème livres. Le 6ème livre est très intéressant : il décrit la seconde fondation et raconte l'histoire d'un fondateur de la seconde fondation qui cherche à démontrer qu'une crise est en cours pendant qu'un fondateur de la première fondation lui tente de démontrer que la seconde fondation existe toujours et met en péril la première fondation. Histoire assez compliquée et passionnante. Tout ceci se termine sur un monde un peu spécial ou au final le héros de l'histoire doit faire un choix : première fondation, deuxième fondation ou bien... un troisième choix. Ce 6ème livre se lit là encore très bien et on le dévore tant l'histoire ménage le suspens jusqu'au bout.Le 7ème livre quand à lui reprends le héros du 6ème livre qui tente de comprendre le choix qu'il a fait à la fin du 6ème livre ce qui va le mener de planète en planète pour trouver la planète d'origine de l'humanité : la Terre ce qui va lui faire découvrir qu'il a existé 2 sortes d'humanité. Récit intéressant mais un peu longuet par moment. La fin par contre est assez inattendu (un peu comme nous l'a habitué l'auteur avec ces livres de fondation).J'avais lu dans mon enfance les livre 3 et 4, qui m'avaient vraiment marqués. J'ai lu récemment tout les livres de fondation dans l'ordre chronologique d'écriture (et non de narration), donc : livre 3, 4, 5, 6, 7 puis 1 et 2. Et je conseille de les lire dans cet ordre là car sinon on peut deviner la fin du livre 7 avec ce qui est raconté dans le tome 1 et 2, et puis quel plaisir d'avoir enfin des détails sur la vie d'Hary Seldon une fois qu'on a lu les tomes 3, 4 et 5 !

DarKSidious
20/02/14
 

Par la Galaxie !" - Attaquez maintenant ou jamais, fit Barr en haussant les épaules, avec un seul vaisseau ou avec toute la force de l'Empire. Par les armes ou par le blocus économique. En déclarant la guerre loyalement ou en tendant une embuscade. Faites ce que bon vous semblera dans le plein exercice de votre libre arbitre. Vous perdrez quand même.- A cause d'Hari Seldon ? A cause de la volonté d'un mort ?- A cause des mathématiques du comportement humain, qu'on ne peut ni arrêter, ni dévier, ni retarder." Le cycle de Fondation, d'Isaac Asimov, est un classique de la Science-Fiction (prix Hugo de la meilleure série de SF de tous les temps). Ecrit en 1951,52 & 53 je l'ai lu dans l'édition Folo SF (coffret 5 volumes) traduit de l'américain par Pierre Billon, traduction complétée et harmonisée par Philippe Gindre (2011) pour les 3 premiers tomes.Les deux premiers tomes (Fondation / Fondation et Empire) installent l'action (par une suite de nouvelles) : nous vivons à l'ére galactique (donc des planètes différentes, tout ça) un psychohistorien, Hari Seldon, prévoit grâce à sa science la chute de l'Empire (qui est à vrai dire en cours) et estime à trente mille ans le délai nécessaire au rétablissement d'un Empire serein; il créé alors deux Fondations, dont le travail au cours des ans devrait réduire ce délai à un millier d'années. Mais la psychohistoire ne tient pas compte de l'individualité...Pendant quelques huit cent pages, on assiste donc à l'établissement de la première Fondation, celle des physiciens purs (et de leurs dérivés, les Marchands notamment), à travers trois cent ans, de prises de pouvoir diverses en crises plus sérieuses, toutes "prédites" par Hari Seldon (et si ça se lit bien, c'est souvent ennuyeux, tant on passe allègrement d'une époque à une autre, sans s'arrêter vraiment sur aucun personnage). Intervient alors un élément non pris en compte dans les calculs : un mutant, "le Mulet", qui possède de grandes capacités psychiques (et un physique déficient. J'ai d'ailleurs aimé l'idée que pour lui aussi, c'est l'élément individuel qui pêche : il laisse ses sentiments trop interférer). Dans le troisième tome, Seconde Fondation, on s'intéresse à la seconde Fondation, celle des psychologues :"Nous avons affaire ici à des psychologues. Mais pas uniquement à des psychologues, à vrai dire. Disons plutôt à des physiciens qui se seraient, par la suite, délibérement spécialisés en psychologie. Autrement dit, des hommes ayant une conception fondamentale de la philosophie scientifique entièrement différente de toutes celles que nous connaissons. La psychologie, telle que peuvent la concevoir des savants nourris depuis toujours d'axiomes déduits des méthodes d'observation propres à la physique, ne possède que de très lointains rapports avec la psychologie académique, telle qu'on la pratique d'ordinaire."Ce tome est bien plus passionnant. Suivre les différentes supposition des uns et des autres sur qui est manipulé et comment, quatre cent ans après la chute de l'Empire (soit une génération pleine après le Mulet) (et sur le même plan temporel pendant quatre cent pages), est un plaisir qui fait beaucoup de bien après les deux premiers tomes bien différents, même si la patine reste plutôt archaïque, avec une certaine lourdeur dans les dialogues et les rebondissements.Et puis déboule le tome 4, Fondation foudroyée, écrit en 1982, et traduit par Jean Bonnefoy. On ne parle plus de psychologues, mais de mentalistes, et on est 500 ans après l'établissement du plan Seldon (ou les débuts de la Fédération, comme ils disent), on part à la recherche des "anti-mulet" et de la planète des origines. La traduction est, à mon sens, plus fluide (même si pas plus riche en vocabulaire), et on constate le côté visionnaire d'Asimov jusque dans les plus petits détails :"Pour vous, tout baigne dans l'huile, non ?- L'huile rance, je veux bien, rétorqua Trevize. Eh bien Professeur, êtes-vous prêt ?- Avec ceci ce sera tout, dit Pelorat en brandissant une sorte de gaufre de vingt centimètres de côté, encartée dans un étui de plastique argenté. Trevize se rendit compte soudain que Pelorat n'avait pas lâché l'objet depuis qu'ils étaient partis de chez lui, le faisant passer d'une main à l'autre, sans jamais le poser, même lorsqu'ils s'étaient arrêtés pour un casse-croûte sur le pouce.- Qu'est-ce que c'est, Professeur ?- Ma bibliothèque ! Classée par matière et par source, le tout inclus dans une seule malheureuse plaque ! Si cet astronef est une merveille, alors qu'est-ce que vous dites de ça ? Une bibliothèque entière ! Tout ce que j'ai pu rassembler ! Fantastique ! Fantastique !- Eh bien, effectivement, tout baigne dans l'huile."(Qu'Asimov ait été visionnaire, c'est une lapalissade, à bien des niveaux, tout autant que didactique, d'ailleurs, la façon dont Arcady "découvre" que la Galaxie est ronde, par exemple...)Le tome 5, Terre et Fondation (écrit en 1986 et toujours traduit par Jean Bonnefoy) démarre aussitôt après la fin du tome 4. Trevize y avait pris une décision remettant en cause l'Avenir, et éprouve le besoin de vérifier son choix, de s'assurer ne pas s'être trompé (et je ne peux prononcer un certain nom, sous peine de devoir tendre les deux bras en croisant index et majeurs, pour conjurer) (mais on se promène beaucoup et très loin, dans ce tome) (et notre ami l'explorateur se voit très facilement proposer la botte par la première venue, sur deux planètes visitées. Loin de moi l'envie de tenir quelque propos féministe que ce soit, mais Asimov ne me semble pas très moderne dans sa conception du truc non plus) (ni dans son traitement, oh la la). Le tout traîne en longueur, avec toujours des dialogues empesés et des euphémismes par foison, le tout saupoudré de force écologie, philosophie et sciences diverses.En revanche j'ai adoré l'épilogue, qui est une démonstration parfaite du cheminement d'une reflexion, il nous manquait juste un tout petit élément...J'ai lu ces quelques 2500 pages le long d'une semaine très ensoleillée, et ça participe au bon souvenir que j'en garderai. La profonde satisfaction de m'étendre au soleil et de m'évader immédiatement dans un futur galactique, de découvrir un cycle considéré comme le socle de la SF moderne, de m'y installer confortablement et d'y progresser, à mon rythme. Pour autant ce n'est pas un coup de coeur et j'ai même été profondément dérangée par Gaïa et les discours de Joie; m'identifiant plutôt alors à Trevize j'ai ressenti une envie farouche de protéger l'individualité et la liberté en découlant, même au prix de l'imperfection humaine. Bien sûr cela ne concerne que les mille dernières pages (en gros) mais c'est là seulement qu'on s'attarde enfin sur une époque et des personnages, et surtout qu'on prend de la distance, une hauteur de vue pour considérer l'ensemble de ce qui s'est passé, et le futur possible. Il n'en reste pas moins que tout fait impression, que les cinq tomes forment un ensemble cohérent, prenant, qui donnent envie de poursuivre (mon préféré : le tome 3) et qui marquent durablement l'esprit du lecteur. L'essence même d'un cycle, nonobstant les points moins entraînants (ça a vraiment vieilli, tout de même). Sylvie Sagnes

SagnesSy
13/09/12
 

Format

  • Hauteur : 18.00 cm
  • Largeur : 11.50 cm
  • Poids : 1.44 kg

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition