Comment je suis devenu stupide

PAGE, MARTIN

EDITEUR : J'AI LU
DATE DE PARUTION : 12/09/02
LES NOTES : Laissez une critique sur ce livre
à partir de
4,50 €
EXISTE EN
Ebook

SYNOPSIS :

" - tu veux dire, prononça lentement ganja en mâchant des graines médicinales, tu veux dire que tu as été stupide d'essayer d'être si intelligent, que c'était à côté de la plaque, et que devenir un peu stupide, c'est ça qui serait intelligent... " antoine a beau être diplômé d'araméen, de biologie et de cinéma, il n'en est pas plus heureux. et, selon lui, ce sont précisément son intelligence et sa lucidité qui lui gâchent l'existence.
aussi décide-t-il d'arrêter de penser. il envisage d'abord de devenir alcoolique, mais, dès le premier verre, il sombre dans un coma éthylique. il s'intéresse ensuite au suicide, mais la mort ne l'attire décidément pas. Reste l'acte ultime : la crétinisation. loin de tout moralisme, avec humour et détachement, martin page pointe les contradictions contre lesquelles nous nous battons tous, pour peu que nous tentions de réfléchir.
9 personnes en parlent
Voilà qui aère le cerveau, surtout quand il souffre d'overdoses diverses : s'essayer à "devenir stupide" par personne interposée, par auteur interposé, c'est quasi thérapeutique. A essayer avant de mourir idiot.
nicole Mme

Pour Antoine, l'intelligence ne fait pas le bonheur, c'est le moins qu'on puisse dire... Lorsque, conformément à ses souhaits, il est enfin devenu heureux/stupide, "Antoine n'était plus singulier, il se reconnaissait dans les autres comme dans des miroirs vivants ; ce qui lui épargnait bien des efforts." (p.82)... Les fast-food, la TV, les salles de sport, les grosses voitures, les vêtements de marque... bref toutes nos "faiblesses" d'occidentaux privilégiés, nos signes de beaufitude et/ou d'aisance matérielle en prennent pour leur grade. Mais l'anti-conformisme n'est pas épargné non plus !Ce court roman est amusant, quelques passages sont mignons, un bon moment de lecture malgré une fin qui m'a laissée dubitative... Canel

Canel
31/01/16
 

Antoine est ce qu'on qualifie d'intelligent. Il est lucide, diplômé d'araméen, de biologie et de cinéma. Il a 25 ans. Et aujourd'hui il décide de devenir stupide. Pas entièrement. Juste assez pour ne plus réfléchir constamment. Pour pouvoir enfin profiter des bonheurs simples. Marcher sous la pluie sans se dire que cette même pluie provoque des inondations ailleurs. Apprécier la douce chaleur du soleil sur sa peau sans penser qu'en Afrique il provoque sécheresse et famine...Connaître enfin le bonheur de l'ignorance."Il n'avait que trop souvent constaté que l'intelligence est le mot qui désigne des sottises bien construites et joliment prononcées, qu'elle est si dévoyée que l'on a souvent plus avantage à être bête qu'intellectuel assermenté. L'intelligence rend malheureux, solitaire, pauvre, quand le déguisement de l'intelligence offre une immortalité de papier journal et l'administration de ceux qui croient en ce qu'ils lisent."Ce petit livre prometteur de 125 pages, montre les paradoxes de notre société sur un ton léger et détaché, avec de l'humour. Il y a une vraie critique sociale cachée derrière cette apparente légèreté.L'écriture à la 3ème personne permet au lecteur d'avoir un recul suffisant pour apprécier la reflexion "philosophique" que propose l'auteur tout en réfléchissant à son propre comportement.Les aventures d'Antoine sont un fil conducteur en fond. Elles sont racontées sans trop de détails servant à lier le développement de différentes "pensées et univers sociaux". C'est bien construit et cohérent. Tout ce tient.Le texte est bien écrit. Il se lit tout seul. On retrouve le style de l'auteur tout en étant dufférent."Deux infirmiers munis d'un brancard surgirent dans le bar et emportèrent Antoine en plein coma éthyliique. Sur le comptoir, son verre de bière était encore à moitié plein."Pour ma part, je me suis bien rentrée dans l'histoire au début, puis je me suis ennuyée. C'est dommage car l'idée est interessante, la façon de la traité est bien et les "méthodes" pour devenir stupide sont inattendues. Ce mélange m'intriguait suffisamment pour que j'ai envie de connaître la suite et en même temps j'avais envie d'arrêter ma lecture. Oui mais non. Drôle de sensation. L'autre élément qui pose problème est la fin. Tout le long on se laisse porter sans trop savoir où cela va mener. Et d'un coup, en 15 pages, bim bam boum, on nous a une fin. Cela donne l'impression que l'auteur lui même ne savait pas comment la finir. Que le plus important est les raisonnements évoqués tout au long de la lecture et non la fin.Ce livre correspondra parfaitement aux personnes aimant les descriptions, les réflexions et l'absence d'action.Pour toutes ces raisons, ce livre obtient la note de 1*/5* "Peu importe l'auteur pourvu qu'on me raconte une histoire"Mon blog : http://langue-deliee.blogspot.fr

languedeliee
16/09/15
 

On m'a offert ce livre, que je n'aurai sans doute pas acheté Ce qui aurait été une grosse erreur.c'est un petit livre qui se fini vite!! le sujet est original et bien exploité, avec des touches d'humour.c'est une lecture agréable, une vrai surprise. Pierre

pierre62114
27/10/14
 

Antoine pense être le seul à aller mal. son mal être lui fait oublier de voir autour de lui. Il croise un certain nombre de personnes, qui forment une galerie de portrait assez savoureux, qui vont plus ou moins mal et qui s'en accommode plus ou moins. En fait chacun est dans sa souffrance et ne voit pas l'autre.J'ai bien aimé le ton employé. Il a beau chercher à se crétiniser son naturel revient au galop... Heureusement aidé par de vrai amis sincères et dévoués ! j'ai aimé la dernière scène. http://ramettes.canalblog

ramettes
14/09/13
 

Je suis tombé sur ce livre un peu par hasard, comme souvent. J'avais entendu parlé de l'auteur. Je suis rentré dans le livre très facilement. J'en suis sorti très facilement aussi. Cela ne m'a pas transporté. En gros, il s'agit du récit d'un jeune homme différent et très intelligent qui décide de devenir intelligent. Pourquoi pas. Les deux chapitres annoncent une structure à sketch : il annonce 1 tentative (devenir alcoolique, puis se suicider) résultant sur un échec. J'étais prêt à accepter le principe. Sauf qu'une narration s'installe avec un groupe d'amis du personnages tout aussi décalés et très intelligents et là ça patauge. Surtout que l'ultime stupidité est de devenir un golden boy bourré de thune qu'il perd d'un seul coup tout en retrouvant ses amis et en rencontrant l'âme soeur. Comme quoi c'est pas si stupide que ça. Bref je n'ai pas été emballé. La conjuration des imbéciles de JK Toole ou les idiots (film de Lars Von Trier) me semblent des valeurs plus abouties sur ce thème. Tmor

Tmor
03/08/13

Voilà un livre bien surprenant que j’ai pris plaisir à relire, Martin Page s’attaque à la bêtise. Il aurait pu aller plus loin (j’ai souhaité qu’il aille plus loin). Ce roman reste pourtant agréable. Comment Antoine, un intellectuel, peut devenir stupide ? Il va tenter cette expérience par de nombreux subterfuges (devenir alcoolique, se suicider, regarder la télévision…) sans vraiment réussir.J’aime l’originalité, la simplicité, l’humour et la fantaisie que l’auteur partage avec nous mais j’ai trouvé que le sujet n’était pas vraiment exploité ! C’est une accumulation de possibilité mais pour aller où ? Mystère ! Est-ce juste une manière de dénoncer l’absurdité de notre société où je consomme donc je suis ? En somme, un livre rafraichissant mais je n’aime pas la fin !

Metaphore
25/05/13
 

La couverture m'a d'abord intriguée. Comme très souvent, j'aime beaucoup les illustrations choisies par la maison d'éditions Le Dilettante. Je ne connaissais pas Martin Page lorsque j'ai repéré ce titre, ce livre reposait dans ma PAL depuis deux années au moins. Une fois de plus, je regrette de ne pas l'avoir lu plus tôt car ce livre offre un bon moment de divertissement.Comment je suis devenu stupide raconte l'histoire d'Antoine, 25 ans, il est très intelligent, mais il ne se sent pas confortable dans ce monde. Ses connaissances, son intelligence lui pèsent et il ne peut pas les surmonter.Il décide de devenir stupide. Il vit des expériences comme l’alcoolisme, la tentative de suicide, le délire, qui sont des étapes pour accomplir son « désir » de stupidité. Ces expériences sont des paliers sur le chemin de la connaissance. Il démissionne de l’université, rencontre ses amis et va voir des matchs de football ou manger au MacDonald, il mène alors une vie "normale". Quelques personnages influencent le destin d’Antoine: l’apparition de Raphaël stimule son goût de l’argent, le psychiatre lui offre un médicament miraculeux "l'Heurozac"! Il offre à notre héros un autre monde. Antoine va alors devenir un « grippe-sou, égoïste, sans autre souci que l’argent, sans autre tourment et grande question existentielle que la façon d’en gagner le plus possible. » Et prendre de l’Heurozac ! Bien sûr, cette facile opposition entre le bonheur véritable et le bonheur induit par l’argent tourne un peu à la caricature notamment dans l'épisode où Antoine travaille pour Raphaël, un ancien camarade qui a créé une société de courtage. Antoine s’embourbe dans le capitalisme qui rappelle Extension du domaine de la lutte de Michel Houellebecq. Le rêve avec le fantôme du chanteur Dany Brillant est important dans la vie d’Antoine, parce que sa chanson parle "des joies simples de la vie". Ce passage aussi loufoque soit-il est un pur moment de drôlerie. Ce roman conjugue ironie, dérision et humour. Comment survivre dans le monde cruel du libéralisme triomphant quand on est, comme Antoine, un jeune homme lucide et moral ? "L'intelligence rend malheureux, solitaire, pauvre, quand le déguisement de l'intelligence offre une immortalité de papier journal, et l'admiration de ceux qui croient en ce qu'ils lisent." Comment je suis devenu stupide déborde d’ironie sur une société de consommation qui valorise les comportements stupides, au détriment de la réflexion et du développement personnel. Le style de l’auteur est fluide, léger et frais. Ce conte contemporain se termine par une jolie touche de théâtralité surréaliste avec la rencontre entre Antoine et Clémence.

Mirontaine
24/04/12
 

Comment je suis devenu stupide, tout un programme dans un titre qui peut paraitre un peu incongru voire rebutant d'un premier abord, mais il fait avouer que dès les premières pages on se laisse emporter par le style agréable de l'auteur et par le postulat du narrateur selon lequel l'intelligence ne peut être source de bonheur et d'intégration sociale.A partir de cette idée de départ surprenante, il ne va pas cesser d'alimenter sa quête de la stupidité salvatrice de décisions toutes plus surprenantes les unes que les autres qu'il pense utiles à sa révélation au monde qui l'entoure.C'est avec une certaine jubilation que l'on suit les méandres de sa métamorphose dont il espère tirer sa rédemption jusqu'à un final tout autant inattendu et surprenant.

moinsun
28/02/10
 

Format

  • Hauteur : 17.80 cm
  • Largeur : 11.00 cm
  • Poids : 0.07 kg

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition