Comment va la douleur ?

GARNIER-P

EDITEUR : LGF
DATE DE PARUTION : 23/01/08
LES NOTES :

à partir de
5,60 €
EXISTE EN
Ebook

SYNOPSIS :

On ne saurait dire pourquoi l'univers de Pascal Garnier nous est si proche. Pourquoi il nous envoûte avec des histoires plutôt simples, des personnages a priori ordinaires et malmenés par la vie, des mots familiers et des silences qui le sont encore plus. Ainsi Bernard, crétin solaire, qui pose sur le monde un doux regard écarquillé. C'est ce qui séduit Simon, le cynique et élégant Simon, « éradicateur de nuisibles »
en préretraite, autant dire tueur à gages au bout du rouleau. La rencontre a lieu à Vals-les-Bains. Et le hasard fait bien les choses : Simon a de l'argent, et Bernard, tout son temps. Il sera son chauffeur pour sa dernière mission... Avec affection, on range les romans de Pascal Garnier au panthéon de nos auteurs d'atmosphère. Entre Simenon et Hardellet. Entre tendresse et cynisme, réalisme et humour désenchanté.
7 personnes en parlent

Comme à son habitude, Pascal Garnier, dans ce roman, nous plonge dans une ambiance singulière.C’est la rencontre de deux êtres qui à priori n’ont rien en commun. Bernard, jeune homme naïf et lunaire devient le chauffeur de Simon qui se dit "éradicateur de nuisibles" (on verra à la lecture ce qu’il entend par là) et prétendument en préretraite. Commence alors un "road-movie" entre Vals-Les-Bains et le Sud de la France. En chemin, Bernard et Simon prennent en stop une jeune femme et son bébé qui vient d’être abandonnée par le père de l’enfant. On rencontre aussi la mère de Bernard, vieille femme alcoolique accrochée à sa bouteille de rhum Négrita. Ces cinq personnages hors du commun, malmenés par la vie cherchent une issue, qui dans l’amour, qui dans l’alcool, qui dans le suicide.C'est un roman à la fois drôle et ironique mais aussi plein de tendresse. On ne peut, comme semble l’avoir fait l’auteur, que se lier d’amitié pour ces cinq personnages.Un roman agréable, bien dans la lignée de ce que Pascal Garnier sait nous offrir.

Ludeca
03/05/12
 

Comment va la douleur Pascal Garnier est un de mes auteurs préféré. J'ai trouvé "Comment va la douleur" en cherchant autre chose dans un rayon de la médiathèque. Eh bien je n'ai pas été déçue. c'est toujours un plaisir de lire cet auteur, son humour noir, ses situations improbables et surtout ses personnages à la fois attachants et qui sont à la fois ordinaires et extraordinaires. On ne s'attend jamais à ce qui va arriver, tout commence gentiment mais le reste n'est jamais gentil. Il faut lire Pascal Garnier, parce que c'est plus simple de le lire que d'en parler

beraud@archimed.fr
13/12/15
 

Encore du noir, bien noir. Pascal Garnier sait habilement mélanger les personnages qui ne sont pas appelés à se rencontrer : un vieillard malade qui a un dernier job a faire, un jeune homme pas très doué, et sa mère alcoolo, une jeune fille perdue et une quinquagénaire sur le retour, tout ce petit monde se retrouve contraint à se côtoyer plus ou moins volontairement, et les ressorts de l'intrigue s'en trouvent tendus dans tous les sens. Les événements s'enchaînent comme par hasard mais la mécanique est implacable, tout est impeccable, l'auteur retombe toujours sur ses pieds, toujours surprenant. Des gens que l'on peut croiser tous les jours, dans des lieux connus de nous, ont des destins bien singuliers, et l'écriture nous entraine à leur suite sans nous lâcher... laurence

laurence
21/04/14
 

Simon, tueur à gages vieillissant se lie avec Bernard, jeune homme à la vie simple. Entre eux se nouent des liens improbables et commence un voyage dans le sud de la France.Pascal Garnier aime se faire rencontrer dans ses romans, des personnages qui ne peuvent pas laisser indifférents : ils sont à la fois simples et tellement plus complexes qu'on les imagine, ce qu'on découvre par petites touches au long de la lecture. C'était déjà le cas dans le très bon roman : L'A 26. Pour moi qui aime l'originalité des histoires, je suis plutôt bien servi, dans Comment va la douleur ?, mais aussi dans L'A 26.Et puis Pascal Garnier a une belle écriture, comme ses personnages, simple, mais pas simpliste et vraiment très agréable à lire. Jusqu'ici je n'ai lu que les deux romans suscités, mais je ne vais pas résister longtemps au plaisir d'en découvrir un autre. Si vous ne connaissez pas, laissez-vous tenter, vraiment ! Yv

Lyvres
25/03/14
 

"Et vous au fait, c'est quoi votre job?Dératisation, extinction des nuisibles, rats, souris, pigeons, puces, cafards..."En fait Simon est tueur à gages, mais il songe à prendre sa retraite, après une dernière mission. Il engage Bernard comme chauffeur. Bernard dont sa mère dit "On dirait qu'il vient au monde chaque jour."Ce duo improbable part sur la route... Son chemin croisera celui de Fiona et Violette.Atmosphère incomparable, écriture au couteau, personnages un peu "en biais", mais on en redemande."Un ballon rouge vint rebondir auprès de lui. Un petit garçon et son père lui couraient après. Ils avaient l'air heureux, le ballon surtout. Le soleil déployait des trésors d'imagination pour faire de ce ciel désespérément pur un spectacle attractif en frangeant de rayons d'or un malheureux petit nuage qu'aucun orage n'avait voulu adopter." keisha

keisha
21/03/14

Le titre fait référence (on l'apprend dans le livre) à une coutume dans un pays d'Afrique. Quand une personne rencontre une autre, elle lui pose cette question. A savoir que chacun d'entre nous a sa part de bonheur et de souffrance. Justement, Simon tueur à gages est malade et va prendre sa retraite. Mais avant il lui reste un dernier contrat à effectuer. En s'arrêtant à Vals les Bains, une petite ville thermale d'Ardèche, il rencontre Bernard avec qui il n'a aucun point commun. Simon désabusé dit travailler en tant qu'"éradicateur de nuisibles" tandis que Simon est un jeune homme naïf débordant de gentillesse et d'optimisme à qui il manque deux doigts: "c'est juste l'auriculaire et l'annulaire, je m'en servais jamais. Et puis, c'est la main gauche, je suis droitier. - Alors tout va bien ! Vous n'avez perdu qu'un peu de poids". Simon propose à Bernard contre une rémunération juteuse de lui servir de chauffeur pour deux jours car il lui reste une dernière mission à effectuer Avec l'accord de sa mère qui aime trop le rhum Négrita et dont les anciens commerces n'ont jamais fonctionné, Bernard accepte et les voilà partis en direction du Sud de la France. Simon est sur son petit nuage car grâce à Bernard il va enfin voir la mer.Leur route leur réserve des rencontres et des surprises : Fiona jeune mère célibataire sans attache avec sa fille Violette, Rose une taxidermiste belge qui n'attendait plus le coup de foudre et quelques cadavres cadavres. Attendri par Fiona et sa fille, Bernard décide de les aider en les faisant voyager avec eux. Simon refuse mais finit par abdiquer.Avec tendresse et un cynisme féroce, Pascal Garnier réussit à transformer le désespoir de ses personnages en une humanité touchante. Des personnages truculents campés avec un sens aigu du détail, de l'humour noir, de la sensibilité, des dialogues dont je me suis régalée et même si certains événements sont prévisibles, j'ai passé un bon moment ! http://fibromaman.blogspot.com/

clarac
16/10/13
 

Le roman commence sur Simon, exécuteur, malade, qui grimpe sur un tabouret dans sa chambre d’hôtel, le cou prêt dans sa corde. Entre Bernard, chargé du coup de pied libérateur.Retour en arrière.Ils se rencontrent, sur un banc d’une petite ville d’eau. Simon en bout de course, Bernard en ahuri heureux. Il vient de perdre deux doigts dans une machine au boulot, mais quelle importance, il ne s’en servait jamais. Sa mère dit de lui que c’est chaque jour comme s’il naissait à nouveau, et c’est bien ça. Pas qu’il soit idiot, Bernard, non, « crétin solaire » nous dit l’éditeur, et j’aime bien cette définition. Et le temps d’une petite virée à la mer, nous partageons leur amitié, car c’en est une.Très belle découverte que celle de Pascal Garnier; j’ai aimé le ton général, qui oscille entre la moquerie, pleine d’humour, la description du sordide, de la mesquinerie, et comme une sorte de fatalité qu’on appréhende avec tendresse.Un auteur d’atmosphère, dit encore l’éditeur, et j’ai bien envie de m’y replonger très vite. Sylvie Sagnes

SagnesSy
03/07/12
 

Format

  • Hauteur : 17.80 cm
  • Largeur : 11.00 cm
  • Poids : 0.12 kg

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition

Dans la même catégorie