Comment wang-fo fut sauve et autres nouvelles

YOURCENAR, MARGUERITE

livre comment wang-fo fut sauve et autres nouvelles
EDITEUR : GALLIMARD
DATE DE PARUTION : 05/04/07
LES NOTES :

à partir de
5,40 €

SYNOPSIS :

Dans Folioplus classiques, le texte intégral, enrichi d'une lecture d'image, écho pictural de l'oeuvre, est suivi de sa mise en perspective organisée en six points : - Vie littéraire : La fascination de l'Orient - L'écrivain à sa table de travail : Marguerite Yourcenar
et la nouvelle - Groupement de textes thématique : Figures féminines « de mères et d'amoureuses » - Approche stylistique : Une nouvelle fantastique - Chronologie : Marguerite Yourcenar et son temps - Fiche : Des pistes pour rendre compte de sa lecture.
1 personne en parle

Wang-Fô vivait il y a très longtemps dans le royaume des Han qui correspond à la Chine actuelle. C’était un peintre exceptionnel : ses peintures étaient si bien réalisées qu’elles semblaient vivantes ! Bien que Wang-Fô eût pu gagner beaucoup d’argent avec ses toiles, cela ne l’intéressait pas. Il les donnait et vivait ainsi dans la plus grande pauvreté avec son jeune disciple, Ling.Un jour, alors que les deux hommes se reposent dans une misérable auberge, les soldats de l’Empereur les arrêtent pour avoir voler de la nourriture. Mais, ce vol n’est qu’un prétexte. Alors que le vieux Wang-Fô demande à l’Empereur ce qu’il lui a fait et pourquoi il a été arrêté, il s’entend répondre que c’est en raison de la trop grande beauté de ses peintures ! En effet, le prince a été élevé entouré par les superbes toiles de l’artiste et lorsqu’il a eu le droit de sortir et a découvert son empire, la réalité lui a semblé extrêmement terne et laide par rapport aux toiles. Wang-Fô, sans le savoir, l’a dégoûté de tout ce qu’il possède et pour le punir, l’Empereur veut lui brûler les yeux et lui couper les mains afin de l’empêcher d’avoir accès à son art.Evidemment, Wang-Fô sera sauvé, puisque c’est le titre de ce conte. Mais je vous laisse le plaisir de découvrir comment en lisant ce court livre très joliment illustré par Georges Lemoine.Marguerite Yourcenar met l’art au coeur de ce conte poétique et philosophique. On s’interrogera sur le pouvoir de l’art, sur la supériorité de l’esprit sur les choses matérielles. L’Empereur est vu comme un esthète désabusé qui transforme son amour pour les tableau en haine pour l’artiste en constatant que jamais rien de réel ne pourra être aussi beau. Pour lui, l’art n’est donc que mensonge puisqu’il idéalise. Pour Ling, au contraire, l’art apporte une version différente du réel, un moyen de voir et de s’approprier les choses autrement. Enfin, pour Wang, l’art est l’unique manière de vivre, il voit la vie sous un angle différent, quitte à devoir la perdre. Un très joli texte !

Naurile
23/09/13
 

Format

  • Hauteur : 17.80 cm
  • Largeur : 10.80 cm
  • Poids : 0.09 kg

Dans la même catégorie