Confession d'un masque

MISHIMA, YUKIO

livre confession d'un masque
EDITEUR : GALLIMARD
DATE DE PARUTION : 01/04/83
LES NOTES :

à partir de
8,20 €
5 personnes en parlent

C’est un roman à la fois déchirant et dérangeant. Le récit intime d’un mal-être qui prend sa source dans l’incapacité de son auteur à trouver un équilibre entre ses obligations et ses penchants sexuels, équilibre pourtant si nécessaire à son bonheur. La preuve par A+B que toute la science du monde ne peut expliquer le fonctionnement de l’esprit, pas plus que le pousser dans une direction donnée. Un roman triste donc, qui laisse un goût d’amertume. Une envie furieuse de prendre l’écrivain par les épaules et de le secouer, de lui dire qu’il n’est pas l’être monstrueux qu’il s’invente, mais juste un homme déchiré entre ce qu’il est et ce qu’il veut paraître. Alphonse Karr disait que « chaque homme a trois caractères : celui qu’il a, celui qu’il montre et celui qu’il croît avoir ». Aucune autre phrase ne serait mieux résumer ce livre.Toutefois si ce roman est intéressant pour les adeptes de l’auteur, je ne le conseillerai pas en première lecture. Étant essentiellement une confession, comme le titre l’indique, il n’y a vraiment ni début, ni fin. À vrai dire, si j’avais dû choisir un titre à ce roman, je l’aurais intitulé : Réflexions sur un masque, car l’exercice y est plus proche de l’essai que de l’autobiographie. En effet, Yukio y développe plus ses réactions et ses propres réflexions que les faits eux-mêmes.

Belykhalil
01/11/14
 

J'ai été fascinée de bout en bout par les pérégrinations spirituelles du protagoniste, qui ressemble furieusement à l'auteur lui-même - son admiration pour Saint Sébastien, notamment. Si certains reprocheront à Mishima d'avoir peut-être un peu trop accentué ses introspections, j'ai quant à moi adoré cet aspect. On retrouve dans Confession d'un Masque tous les thèmes habituellement présents dans les oeuvres de ce monstre sacré de la littérature japonaise : érotisme, incapacité à aimer les femmes, fascination de la mort. La langue est classique et simplement magnifique, loin de certains romans insipides contemporains. A lire absolument ! http://blue-imaginarium.eklablog.com/

Shirayukihime
22/12/12
 

L'introspection est intéressante, mais peut-être trop personnelle pour intéresser le lecteur sur 250 pages. L'œuvre est saisissante, le propos sérieux, le texte bien écrit, mais le style est un peu compliqué. de plus, plus le narrateur vieillit, plus ses interrogations sur ses penchants sexuels sont présentes et surtout poussées. C'est la suite logique du récit, mais ce n'est pas évident pour le lecteur qui parfois du mal à suivre les réflexions de l'auteur.Une œuvre très intéressante, mais aussi très compliquée, pas forcément abordable, mais qui ne laisse pas indifférent.

Aidoku
10/11/11
 

Le masque se confesse, mais ne tombe pas. Pas encore. Dans une société nippone sanglée par ses codes, ses règles, un jeune homme doit affronter sa vérité. Il n'est pas et ne sera pas ce que cette société exige de lui. Il tente et combat mais découvre qu'il ne pourra pas survivre au mensonge. Il aime le corps des hommes et rien ni personne ne pourra changer ce fait. C'est à une auto confession que se livre le héros de ce roman. Il doit accepter de se reconnaître avant même d'imaginer pouvoir vivre tel qu'il aime. Astrid SHRIQUI GARAIN

atos
04/07/11
 

J'adore Mishima. Pour moi c'est l'une de ses meilleures oeuvres. Quasi autobiographique. Les tourments du personnage, attachant et sensible, dans les rigueurs d'une société japonaise désensibilisée.

ancalimae
02/11/09
 

Format

  • Hauteur : 17.70 cm
  • Largeur : 10.70 cm
  • Poids : 0.15 kg

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition