George sand - consuelo - la comtesse de rudolstadt

SAND, GEORGE

livre george sand - consuelo - la comtesse de rudolstadt
EDITEUR : ROBERT LAFFONT
DATE DE PARUTION : 18/03/04
LES NOTES :

à partir de
29,40 €

SYNOPSIS :

Une collection unique, souvent imitée, jamais égalée, qui explore tous les champs du savoir et de la littérature et qui est devenue, en moins de trois décennies, la bibliothèque idéale de l'honnête homme de notre temps. Chez « Bouquins », nous publions aussi bien des dictionnaires d'histoire, de musique ou de littérature que des récits de voyage, des grands classiques de la littérature mondiale ou de l'art de vivre que des portraits de ville ou des textes sacrés. Ils ont été établis par les meilleurs spécialistes et
font référence dès leur parution. « Bouquins » s'adresse à tous ceux qui ont la passion de lire et de découvrir, aussi bien à l'étudiant qu'au professeur ou à l'amateur de curiosités, bref à tous ceux qui croient encore qu'un bon livre reste l'un des plus merveilleux compagnons qui nous ait été donné depuis que Gutenberg, avec ses caractères de plomb et d'antimoine, ses moules en métal et ses poinçons, a permis aux textes, parfois tirés de la nuit de l'oubli, de rencontrer en Europe leurs lecteurs par milliers.
1 personne en parle

Ce livre m’a laissé sur une impression mitigée. Le début est vraiment beau : le style de Sand est très orné et en même temps très agréable. L’héroïne est un peu horripilante parfois parce que trop parfaite, mais elle reste finalement attachante. De par les circonstances dans lesquelles George Sand a rédigé ce roman (il s’agit d’un roman feuilleton qui est paru dans la Revue Indépendante de 1842 à 1844, l’auteur était donc soumise à un rythme de travail plutôt exigeant), on comprend mieux l’impression de foisonnement qui se dégage du récit. Ce qui fait le point fort et la faiblesse du roman, c’est la tentative de l’auteur de toucher à tous les styles romanesques. Mais le résultat est plus ou moins réussi : au début, je me suis totalement laissé emporter par le roman. Parfois la surabondance de détails lasse un peu, et cela va s’accentuant : le tome 1 du roman fait déjà 1000 pages et la suite La Comtesse de Rudolstadt en fait encore 600. Ce deuxième tome pèche aussi par son degré croissant d’invraisemblance. Les longueurs lassent et on a hâte que ça se termine. Néanmoins, une fois la lecture achevée, si on envisage la fresque dans son ensemble, on reste bluffé par la cohérence du tout et le regard sur le monde porté par l’auteur. Pour avoir étudié cette oeuvre, j’ai eu l’occasion d’en saisir la richesse et de constater qu’elle était injustement méconnue vu qu’il s’agit véritablement de l’une des oeuvres majeures de George Sand. Je suis heureuse de ne pas être passée à côté.Un extrait ainsi qu'un résumé de ce livre sont disponibles sur mon site.

Artsouilleurs
06/06/09
 

Format

  • Hauteur : 19.90 cm
  • Largeur : 13.40 cm
  • Poids : 0.63 kg

Dans la même catégorie