Corps et ame

CONROY, FRANK

livre corps et ame
EDITEUR : GALLIMARD
DATE DE PARUTION : 08/04/04
LES NOTES :

à partir de
9,70 €

SYNOPSIS :

À New York, dans les années quarante, un enfant regarde, à travers les barreaux du soupirail où il est enfermé, les chaussures des passants qui marchent sur le trottoir. Pauvre, sans autre protection que celle d'une mère excentrique, Claude Rawlings semble destiné à demeurer spectateur d'un monde inaccessible. Mais dans la chambre du fond, enseveli sous une montagne de vieux papiers, se trouve un petit piano désaccordé. En déchiffrant les secrets de son clavier, Claude, comme par magie, va se découvrir lui-même : il est musicien. Ce livre est l'histoire d'un homme dont la vie est transfigurée
par un don. Son voyage, à l'extrémité d'une route jalonnée de mille rencontres, amitiés, amours romantiques, le conduira dans les salons des riches et des puissants, et jusqu'à Carnegie Hall... La musique, évidemment, est au centre du livre - musique classique, grave et morale, mais aussi le jazz dont le rythme très contemporain fait entendre sa pulsation irrésistible d'un bout à l'autre du roman. Autour d'elle, en une vaste fresque à la Dickens, foisonnante de personnages, Frank Conroy brosse le tableau fascinant, drôle, pittoresque et parfois cruel d'un New York en pleine mutation.
13 personnes en parlent

Une belle surprise. Je ne connaissais pas l'auteur et je découvre qu'il est un grand écrivain américain. Corps et âme, c'est de la musique, sur le clavier, dans la tête, dans le coeur. Un conte de fée aussi, un petit garçon pauvre pourvu d'un talent exceptionnel va, non pas gravir les échelons de la société américaine des années 40, mais plutôt traverser les milieux les plus aisés, tout en gardant son "âme". Parmi les puissants, il demeure "l'artiste". Enfant il se sentait parfois "invisible", incapable d'arrêter le regard des autres. Musicien reconnu, il fréquentera les plus grands, les plus riches. Mais partout la musique sera sa félicité. "C'est presque magique. C'est si bon, parfois, que c'en est presque insoutenable. je veux dire, on joue, on sent une résistance, on pousse de plus en plus fort... et soudain on débouche en pleine lumière, juste comme ça... On passe de l'autre côté du mur ! l n'y a plus de résistance, on navigue... De la pensée pure, qui se transforme en musique pure."Belle évocation du New York des années 40, le jazz commence à faire parler de lui et dépoussière les vieilles partitions... D'aucun le qualifiant de musique barbare... Dans un éclat de rire Claude, le héros du livre dira à un ami incrédule devant les premières notes du blues "Oh, ils ont un tas de ficelles avec les instruments, et il y a beaucoup de changements dans les harmoniques et le reste. Mais, en réalité, ça vient tout droit de Bach. Je veux dire, Bach aurait pu facilement écrire les accords du blues." De merveilleux passages sur la musique, la manière dont elle se structure sous les doigts du pianiste pour faire vibrer, pour envahir, pour devenir la respiration, la vie. Consultez le commentaire complet sur www.mondalire.com

un flyer
28/10/08

Juste après la deuxième guerre mondiale, à New York, Claude Rawling, âgé de six ans, vit dans une grande solitude. Il ne connaît pas son père et est élevé par sa mère, chauffeur de taxi fantasque, gigantesque, obèse, adhérente à un mouvement révolutionnaire et un tantinet alcoolique. Elle semble dénuée ou assez faiblement pourvue de sentiments maternels. Il échappe à sa solitude en observant, enfermé dans le sous-sol qui est leur appartement, les chaussures des passants à travers la fenêtre du soupirail et en produisant des sons sur le petit piano qui se trouve dans sa chambre enfoui sous une pile de livres et de partitions. Il écoute la musique à la radio. La musique le fascine.Claude fait la connaissance d’un voisin, Aaron Weisfeld qui est propriétaire d’un magasin de musiques. Celui-ci repère rapidement le don exceptionnel de l’enfant. Il lui propose de lui enseigner la musique et devient une sorte de père de substitution pour lui. Il lui fait donner des cours par des amis musiciens dont l’un, le Maestro, lui lègue à sa mort son piano, un Bechstein et une somme d’argent qui lui permet de poursuivre ses études et sa formation musicale. Un autre ami de Weisfeld, monsieur Frédéricks, exceptionnel professeur devient également son mentor et son ami.Grâce à son don particulier pour la musique, bien sûr, mais aussi à ces rencontres, à la force que donne l’amour et l’amitié, il deviendra un musicien et un compositeur de grand talent.C’est un magnifique roman. La musique est centrale. On a envie d’écouter les œuvres dont parle Frank Conroy en lisant le livre parce qu’il parle merveilleusement de la musique.Sur cette toile de fond, des thèmes majeurs sont développés : le racisme et la violence faite à ceux qui cherchent à transgresser les lois en vigueur à cette époque ; le monde des pauvres et faibles face aux riches et puissants ; les transformations d’une ville et les blessures qu’elles entraînent. Même si on a l’impression de vivre un conte un peu irréel, ce livre est un cadeau. Je suis heureuse qu’il ait été choisi et d’avoir ainsi pu le rencontrer. Les passages très techniques ne m’ont pas rebutée parce que je connais la musique, mais je pense qu’on peut facilement passer par-dessus parce que l’écriture est simple, facile. On se laisse porter comme par une agréable musique, douce, parfois amère ou grinçante, mais si agréable à lire.

awara
23/01/12
 

Voici un roman magnifique sur la musique et l'amour de la musique, qui se lit d'une traite car il évoque également toute une période de l'histoire des Etats Unis et notamment de la ville de New-York dans les années 40. Musique donc, dans la tête et le coeur puisque ce livre est non seulement passionnant, mais diablement bien écrit et qu'on le dévore de bout en bout, malgré quelques passages un peu techniques sur les partitions ou les rythmes pour lesquels mon niveau de solfège s'est révélé tout à fait insuffisant... La musique sera l'élément qui fera grandir Claude, et c'est elle qui lui ouvrira (ou fermera suivant les cas) les portes de sa vie. Son talent exceptionnel, sa ténacité et son travail lui permettront de gravir les échelons de la société et d'être enfin connu et reconnu en tant que musicien, son désir le plus cher depuis son enfance. Mais tout cela a un prix... Un roman que tous les mélomanes devraient lire ! Liliba

liliba
18/08/11
 

A la fermeture de ce livre, je me retrouve identique à la dernière note d’un concert fabuleux : hébétée, les bas en l’air, incapable d’applaudir tellement ce fut beau et bon. Quelqu’un disait qu’après Mozart, le silence qui suivait était encore du Mozart……….l’après de ce livre est encore le livre.L’écriture se déroule tel un legato, sans rupture ni temps mort ; l’intensité est modulée au gré des mots et des chapitres.Les pages s’enchainent, tel un mouvement perpétuel dans lequel le lecteur rentre, sans y éprouver la moindre lassitude, aucun mot de trop, aucune longueur. Tout y est intense, concentré, fort.Je me souviens particulièrement du passage lorsque Claude déchiffre le concerto pour 2 pianos de Mozart…………..j’en entendais presque les notes………frustrée tout de même de pas avoir l’enregistrement à portée de main pour m’accompagner.La musique est omniprésente, tel un personnage à part entière. Elle fait corps avec Claude Rawling.« Aussi singulier ou mystérieux que fût l’environnement (…), où qu’il se trouvât, dès qu’il s’asseyait au piano, le monde qui l’entourait n’avait simplement plus d’importance. Sa relation physique avec le piano était immuable. Tout le reste était là. Ses repères étaient là » p 210Les références musicales sont nombreuses, sans élitisme. Même non averti dans le domaine, le lecteur ‘y retrouvera.Quel bonheur de se promener avec Mozart, Chopin, Bach, mais aussi les plus grands jazzmen de l’après guerre……En dehors de la musique, l’auteur a su donner de la consistance à son autre personnage clé du roman Claude Rawling. Nous faisons la connaissance d’un jeune garçon, pauvre, un peu livré à lui-même, qui vit avec une mère fantasque dans le New York bouillonnant des années 40.Son destin était tout tracé………….sauf qu’à New York, dans ces années là, pour peu que l’on soit un peu ambitieux, et travailleur, tout était possible. Si l’on rajoute à cela un petit coup de pouce du destin, la confiance d’un voisin dans lequel Claude va trouver le père manquant, l’avenir s’ouvre en grand devant lui. Un prodige, très vite conscient de ce qu’il est, va prendre le lecteur et l’accompagner dans son ascension musicale, et sociale ; dans sa vie d’homme, avec ses joies et ses meurtrissures, ses secrets.Assurément ce livre est un immense coup de cœur.

mimipinson
07/06/11
 

Comment relier la musique à la vie d'un enfant puis d'un homme....Une fois la première page tournée, on ne s'arrête plus porté par le style, la musicalité des mots...Un livre à lire et relire....

Cassiopea
28/07/14
 

C'est l'histoire d'une filiation, celle d'un petit garçon qui a un don pour la musique. Le piano et la musique sont des substituts du père et de la mère.Il y a des parents biologiques plus ou moins présents et les parents que l'on se choisit.Claude à la chance de trouver son père spirituel qui va le mener au père biologique sans le savoir.les relations avec les femmes ne sont pas primordiales.C'est une histoire d'Hommes. Claude évolue dans un monde masculin, les femmes ne tiennent pas.Je n'ai pas la capacité de comprendre toutes les données techniques pour ce qui de la musicologie... mais ce n'était pas rébarbatif... je ne connaissais pas forcément tous les morceaux de musique cités... mais là n'ont plus ce n'était pas gênant car l'auteur y mettait tellement d'intensité qu'on comprenait ce que cela signifiait pour les personnages...Claude était très attachant il n'avait rien du génie musical narcissique... la dernière partie est une surprise... A plusieurs moments j'ai cru qu'il allait basculer dans le jazz et laisser tomber le classique... mais non ce n'est pas vers cela que voulait nous conduire Franck Conroy http://ramettes.canalblog

ramettes
12/12/13
 

Ce petit garçon, Claude Rawlings a tout pour n’être rien. Il le dit lui-même, il a l’impression d’être invisible, impression qu’il gardera toujours au fond de lui. Chaque matin sa mère, chauffeur de taxis, part travailler et l’enferme dans le minuscule appartement en sous-sol où il regarde par le soupirail les pieds des gens qui passent. Chaque soir lorsqu’elle rentre, elle picole sa bière. Triste vie grise pour un petit enfant de 6 ans. Mais il a un immense trésor dans sa chambre : un piano console blanc et c’est ainsi qu’il découvre : LA MUSIQUE. Chaque jour, il joue les airs qu’il entend sur sa petite radio, joue n’importe quoi, mais joue. A 6 ans, sa mère lui annonce qu’il doit aller à l’école, lui qui n’était, pour ainsi dire, jamais sorti de l’appartement-cave. Là, sur le chemin, il découvre la boutique d’instruments de musique de Monsieur WEISFELD et y fait des arrêts quotidiens. Un jour, il ose entrer dans le magasin « Ainsi tu as fini par entrer, dit-il. Je t’ai vu dehors, le nez collé à la vitrine. Que puis-je faire pour toi ? » Claude posa la partition sur le comptoir « Qu’est-ce que c’est ? » Il découvre les notes de musique et ce fut le début d’une longue collaboration, d’une amitié sans faille et sa première rencontre avec de belles et bonnes personnes. Petit à petit, Monsieur Weisfeld deviendra son mentor, lui fera rencontrer les personnes qu’il faut. Tous seront épatés par son talent, sa virtuosité, sa soif de savoir. Boulimique de savoir, il découvre le jazz, la musique sérielle……. Ce petit garçon devenu adulte connait le succès immédiat.Mais j’ai l’impression qu’il a une grosse infirmité : il vit dans une bulle. La vraie vie lui est étrangère depuis qu’il est entré en musique, que Frederiks lui a fait traverser le miroir. En fin de compte, il a été mis sur des rails qui lui l’enthousiasment, le ravissent. Il vit baigné de musique, pense aimer, mais il semble être à côté de ses pompes. Est-ce en cela qu’il parle « d’invisibilité » ? Hors la musique il n’est plus rien, même si il vit une histoire d’amour torride avec Catherine (son amour platonique d’adolescence). Pardon, il y a un moment où il se coltine avec la vie : lorsque les promoteurs du nouveau New-York veulent raser l’immeuble que Monsieur Weisfeld lui a légué à sa mort.C’est un livre très élégant, d’une belle écriture directe. Nous découvrons le New-York des années 40, la fin de la guerre, le jazz. J’ai eu quelque peine lorsqu’il s’agissait de techniques musicales, passages que j’ai sautés (La lecture de partitions relevant du Mystère, comme les mathématiques) et je me suis laissée porter par la douce mélodie des mots et de la musique sous-jacente. Un bon livre.

zazy
14/10/13
 

C’est une belle histoire, un roman d’apprentissage classique. Des descriptions vivantes du New-York de l’après-guerre qui par moment sont même fascinantes. Style élégant et vif. Personnages attachants. Cependant la première partie du livre est souvent fastidieuse car l’auteur décrit minutieusement l’apprentissage de la musique : à moins d’être soi-même très bon musicien, on est vite dépassé ! Un peu d’ennui donc mais dès la deuxième partie les événements s’accélèrent et la lecture devient plus facile et agréable, d’autant plus qu’au fil des pages on s’est laissé conquérir par le monde de Conroy. Une lecture intéressante et riche à recommander aux amoureux de la musique.

mycupoftea
10/09/12
 

Dans un New York en pleine mutation sociale et urbaine, un jeune garçon va montrer que la réussite est affaire de volonté et de talent. Enfant prodige de la musique, le chemin du jeune Rawlings sera long avant de parvenir à la maîtrise de son art.Un roman magnifique, porté par une écriture mélodieuse et envoûtante.

Mokona
22/11/10
 

Dans ce roman, on s'attache à Claude, aux personnages mais surtout à la Musique. Elle est ici magnifiée, adorée et si bien "retranscrite". ça n'est pas un roman ardu loin de là, mais il n'en reste pas moi attachant et agréable à lire. on se prend à ne pas le lâcher pendant de longues heures. A lire si vous aimez la musique classique, le piano et les grands destins.

ilhamenna
23/07/10
 

Ou comment la musique va révéler à lui-même un petit garçon a priori confiné dans un univers étroit. Le tout raconté avec beaucoup de style. Un roman qui sera apprécié par tous les mélomanes.

Bluedot
24/12/09
 

Laissez vous dévorer par la passion... ou comment la musique transporte les âmes.

laowai
22/12/09
 

Un livre boulversant que l'on a envie de relire immédiatement, d'annoter, d'emporter sur l'ile deserte si un jour on devait en choisir UN. Mais sans un minimum de connaissances musicales, il pourrait devenir ardu.Classique et jazz mélangés, une enigme résolue à la fin, une fine psychologie et des personnages attachants.

Noisette
05/10/09
 

Format

  • Hauteur : 17.80 cm
  • Largeur : 10.80 cm
  • Poids : 0.35 kg
  • Langage original : ANGLAIS (ETATS-UNIS)
  • Traducteur : NADIA AKROUF

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition