Correspondance

KAWABATA+MISHIMA

livre correspondance
EDITEUR : ALBIN MICHEL
DATE DE PARUTION : 11/10/00
LES NOTES :

à partir de
18,60 €

SYNOPSIS :

" le sang, l'éclat et l'éros - tel fut l'univers de mishima ; la blancheur spectrale, la pureté meurtrière, le temps orphelin - tel fut celui de kawabata. Il n'empêche : une phrase, entre toutes, de kawabata, laisse encore une fois deviner combien les deux écrivains sont proches : " tout artiste qui aspire au vrai, au bien et au beau comme objet ultime de sa quête est fatalement hanté par le désir de forcer l'accès difficile du monde des démons, et cette pensée, qu'elle soit apparente ou dissimulée, hésite entre la peur et la prière. " c'est peut-être là, dans les enfers, que les
deux écrivains se rencontrent le mieux et il n'est pas défendu de penser que, pudique et retenu, kawabata a secrètement trouvé en mishima un double allant à l'extrême qui n'a pas manqué, parfois, de le révéler à lui-même. " (diane de margerie). cette correspondance complète et inédite, qui s'étend sur plus de vingt-cinq ans (1945-1970), met en lumière les affinités secrètes entre deux des plus grands écrivains du siècle et souligne l'indéfectible lien qui unissait ces hommes a priori différents mais dont le suicide, à deux ans d'intervalle, révèle l'étrange ressemblance.
1 personne en parle

Résumé du livreUne correspondance littéraire entre deux auteurs phares du Japon littéraire qui se déroule sur deux décennies. La première lettre est datée du 08.03.1945 et la dernière est du 06.07.70. Le lecteur bénéficie d'une importante note à la fin de l'ouvrage pour comprendre et suivre la correspondance et les informations données par les deux écrivains.CritiqueLa correspondance entre Kawabata et Mishima, deux géants de la littérature japonaise est intéressante à plus d'un titre. En effet, nous sommes dans l'antichambre d'une relation amicale et profonde qui s'établit au fil des années entre les deux hommes. Mishima a 25 ans de moins que Kawabata. Au moment de l'ascension littéraire du second, le premier a déjà fait ses preuves et est considéré comme un très grand écrivain du XXème siècle. Aussi, lorsque s'ouvre la correspondance, nous sommes encore dans les tourments de la guerre. La première lettre est de Mishima et elle est datée du 08 Mars 1945. La relation est d'emblée inégale. Mishima est porté dans son verbe par un sentiment d'exaltation, de joie, de bonheur, de passion immodérée pour le Maître. Des années 1945 à 1955, la production épistolaire de Mishima est plus importante que celle de Kawabata. Le Maître se garde de répondre de façon emportée au lyrisme du jeune homme! Cependant, on assiste peu à peu à la montée en puissance de Mishima et à la maturité de celui-ci. La passion d'avant se calme, les relations deviennent plus égalitaires. Un échange véritable se créé et l'affection est plus affirmée et plus solide entre les hommes. Ainsi, Mishima dans la lettre du 31 Octobre 1958, s'inquiète-il pour la santé de son ami et n'hésite pas à établir pour Kawabata une liste extrêmement détaillée des fournitures à avoir entre les mains avant son hospitalisation! A ce moment là, on assiste à des réponses plus détaillées et plus conséquentes de Kawabata à son protégé.Cette correspondance permet aussi de sonder le caractère et la personnalité des deux hommes. Mishima est exubérant, aimant le luxe et les belles choses :" La magnifique chemise que vous m'avez offerte dernièrement est vraiment très chic, agréable au toucher, et j'ai beaucoup de plaisir à la porter." écrit-il à Kawabata le 20 Décembre 1967. C'est un homme qui, (si on peut employer cette expression) "n'a pas sa langue dans la poche". En effet, il n'hésite pas à critique ouvertement les travers du monde littéraire japonais, méprisant l'Occident tout en l'aimant. Tout comme le Maître, il a effectué plusieurs séjours dans l'Ouest et a énormément lu les auteurs occidentaux dont il affectionne. C'est aussi un homme à la psychologie et à la sexualité complexes. Il est marié mais sans pour autant être convaincu du choix. Son mariage est un garant ou plutôt une caution morale. Il lui permet d'être "comme tout le monde" cachant ainsi son homosexualité déjà manifeste dans "La confession d'un masque". Quant à Kawabata, ses lettres montrent de la retenue, de la modestie et une très grande sympathie pour l'Occident et sa littérature. Cette correspondance dévoile aux lecteurs un Kawabata à la santé fragile, un homme extraordinairement énergique et un bourreau de travail. Mais selon moi, on retient dans cette correspondance l'importance que les deux hommes à la chose littéraire. Tous deux tiennent en très haute estime la littérature japonaise. Au tournant du siècle et à fortiori après la guerre, le Japon change de visage et se modernise à une vitesse impressionnante. Ce changement intervient aussi dans le paysage littéraire: on passe d'une littérature impériale marquée par la tradition et l'esprit du samouraï (si je puis dire bien que çà soit plus complexe et il faudrait plus de 7000 mots pour en parler) à un postmodernisme lié à l'influence étrangère depuis en réalité plus d'un siècle (l'ouverture du Japon aux pays occidentaux). Ceci n'est pas du goût de tous. Mishima est très sévère à ce sujet. Ses lettres du 15.08.1966 et celle du 20.12.67 traduisent son extrême dégoût :"...La littérature a pris ces derniers temps des airs à la fois mondains et pantouflards qui m'insupportent. Je n'ai pas envie de lire cette littérature de bourgeois policés". A quoi Kawabata lui répond :" Je crois bien que je vais finir par ne plus rien écrire, et cela ne m'arrange guère, je me sens quelque peu perdu".La correspondance de ces deux hommes est plus riche que ces quelques considérations notées de ma part. Mishima livre aux lecteurs une sorte d'explication de texte du beau discours de Kawabata "Le Beau Japon en moi" lors de son prix Nobel. Vous trouverez aussi des indications et notes des deux Maîtres concernant les recherches et études qu'ils menaient pour l'écriture de leurs oeuvres. Dans l'ensemble, pour ceux qui aiment approcher ces auteurs afin de comprendre le fil conducteur de leurs oeuvres et de leur philosophie menée jusqu'au boutisme (tous deux se feront seppuku hara kiri en 1970 et en 1972), je recommande chaudement cette correspondance. La lettre de Mishima datée du 04.8.1969 est prophétique car elle évoque le suicide prochain de l'auteur alors au sommet de son art. Kawabata la lira au moment des obsèques de son ami avant que lui même le rejoigne dans l'empire des ombres. Bonne lecture! Victoire

tran
01/05/12
 

Format

  • Hauteur : 20.00 cm
  • Largeur : 13.10 cm
  • Poids : 0.35 kg

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition