Correspondance d'henri fantin latour et otto scholderer 1858-1902 ; une amitie franco-allemande

COLLECTIF

livre correspondance d'henri fantin latour et otto scholderer 1858-1902 ; une amitie franco-allemande
EDITEUR : MAISON DES SCIENCES DE L'HOMME
DATE DE PARUTION : 02/03/11
LES NOTES : Donnez votre avis
à partir de
48,00 €

SYNOPSIS :

En 1858, le peintre allemand d'origine francfortoise Otto Scholderer (t834-1902) en séjour à Paris rencontre le peintre français Henri Fantin-Latour (1836-1904). Les deux jeunes artistes se lient d'amitié et dès lors entretiennent un intense échange épistolaire jusqu'à la fin de leur vie. Cette correspondance, conservée par les héritiers d'Henri Fantin-Latour et par la bibliothèque de Francfort, constitue un rare témoignage d'amitié franco-allemande à une époque marquée par les conflits entre les deux pays. L'intérêt exceptionnel de ce document a conduit le Centre allemand d'histoire de l'art à réunir cette correspondance et à en établir une édition critique. Il en fait aujourd'hui paraître une sélection et en proposera prochainement l'édition complète en ligne. A travers ces lettres le lecteur peut apprécier comment chacun des artistes a bénéficié du regard et de la culture de l'autre pour envisager les tendances artistiques contemporaines. Loin des mythes de la bohème et de l'inspiration créatrice, cet échange révèle également les difficultés quotidiennes
de la vie des artistes. Fantin-Latour et Scholderer s'entretiennent au sujet de leurs amis artistes, tels Whistler. Legros, Cazin, de leurs connaissances, commanditaires et marchands d'art, et c'est ainsi tout un réseau artistique et culturel qu'il est possible de recréer à travers ces lettres, réseau mal connu, qui s'est constitué par-delà les frontières entre la France, l'Allemagne et l'Angleterre, où Scholderer choisit de s'installer à partir de 1871. Tournant historique dans les relations franco-allemandes qui ne rompt pourtant pas l'amitié des deux hommes et n'empêche ni Fantin-Latour de conserver son admiration pour Wagner, ni Scholderer de réaffirmer sans cesse son attachement à la France. Cet échange épistolaire est un précieux document concernant les goûts, les critiques et la culture visuelle de deux artistes du XIXe siècle, il constitue un enrichissement considérable pour l'histoire de la notion de réalisme à cette époque et d'un point de vue plus général pour la compréhension de la circulation des idées et des goûts à travers l'Europe du XIXe siècle.
0 personne en parle

Format

  • Hauteur : 24.00 cm
  • Largeur : 17.00 cm
  • Poids : 1.10 kg

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition