EDITEUR : LGF
DATE DE PARUTION : 27/02/08
LES NOTES :

à partir de
1,99 €
EXISTE EN
Ebook

SYNOPSIS :

a saint-pétersbourg, en 1865, raskolnikov, un jeune noble sombre et altier, renfermé mais aussi généreux, a interrompu ses études faute d'argent. endetté auprès de sa logeuse qui lui loue une étroite mansarde, il se sent écrasé par sa pauvreté. mais il se croit aussi appelé à un grand avenir et, dédaigneux de la loi morale, se pense fondé à commettre un crime : ce qu'il va faire bientôt - de manière crapuleuse. publié en huit livraisons par le messager russe au cours de l'année 1866, le roman de dostoïevski montre en raskolnikov un témoin
de la misère, de l'alcoolisme et de la prostitution que l'auteur décrit sans voiles, un criminel aussi qui ne sait trop pourquoi il l'est devenu, tant les raisons qu'il s'invente pour agir sont contradictoires. mais la tragédie n'exclut pas la vision d'une vie lumineuse, et le châtiment de son crime va lui permettre un long cheminement vers la vérité, et la renonciation à sa mélancolie brutale. après quoi sera possible ce que l'épilogue annonce : l'initiation de raskolnikov à une réalité nouvelle, le passage d'un monde à un autre monde.
4 personnes en parlent

Avec Dostoïevski, la problématique est surtout d'ordre métaphysique. Dans "Crime et châtiment" la question n'est pas de savoir si Raskolnikov doit payer le prix de son crime selon la loi des hommes. La question est de savoir comment aider Raskolnikov à soulager sa conscience troublée par l'incessante question de l'existence ou de la non existence de Dieu. Son geste, le meurtre de l'usurière n'est qu'un révélateur d'un acte nihiliste. Comme il le dit lui même: cet être qui ne sert à rien, qui est vil, qui se nourrit de la misère humaine, quelle perte pour la société si elle est amenée à disparaître? Lors de son cheminement vers le lieu du crime, la description qui est donnée est tout à fait sublime. Dostoïevski saisit l'être au moment où il se révèle le plus à lui même: le point de jonction entre le délire meurtrier, la pulsion (la psychanalyse dira la pulsion délirante) et l'acte qui parachève la crise intérieure. On peut voir dans ce meurtre comme un acte expérimental, comme l'affirmation d'un nihilisme affirmé et assumé. Cependant c'est oublier d'étudier les deux autres portraits tout aussi importants dans le sens où ils vont aider Raskolnikov à trouver une réponse à son interrogation métaphysique. A la question de Raskolninov: Dieu existe-il? La réponse de Porphyre et de Sonia (la prostituée au grand coeur, l'ange embourbé dans la fange) est que oui, il existe. De ce fait si Dieu existe alors tout n'est pas permis et que surtout tout n'est pas à inventer. Le bagne est vu comme le rachat, la rédemption et la réconciliation entre le ciel, la terre et l'homme. Ce dernier est considéré comme le dôme de la basilique Sainte Sophie, rond où Dieu descend jusqu'à lui pour y habiter. Un roman magistral sur l'âme russe car cette problématique est encore au coeur de la dialectique de la pensée slave (Soljénitsyne le prouve et d'autres après lui). C'est aussi un roman de l'expertise et du profilage de la psyché humaine. En effet, à la question de Raskolnikov après que Porphyre lui explique le déroulement et la scène du crime "Mais qui donc est le meurtrier?", le détective répond "Comment çà, mais c'est vous!". Nous sommes au 19ème siècle avant "Les experts" et avant "Le silence des agneaux". Magistral que ce Dostoïevski. Victoire

tran
03/06/12
 

J'avais envie de lire ce livre depuis un petit moment, mais vu le nombre de pages j'ai été découragée plusieurs fois. Je l'ai finalement lu et voilà ce que j'en pense (bien que je considère que critiquer un classique comme celui-ci ne sert pas à grand chose) : c'est très bien écrit, les personnages sont torturés à souhait et les duels psychologiques sont bien mis en scène. Voilà pour les bons points. Les points "négatifs" maintenant : je ne suis pas spécialiste de la Russie, et ç'a été un peu dur pour moi de me rappeler tous les noms et surnoms des personnages ; de plus j'ai trouvé que la fin fait un peu trop "happy end" si j'ose dire. Mais bon, je conseille vivement à tous quand même ^^

Shirayukihime
16/05/12
 

Difficile de parler d'un véritable coup de coeur. On ne voudrait dire qu'un simple : lisez-le. Je voulais lire de la littérature russe, et je crois que je n'aurais pas pu mieux commencer qu'avec Crime et châtiment. Une fois la difficulté des noms passée (retenir les prénoms, les surnoms et les noms de famille n'est pas simple lorsqu'on commence à lire. Heureusement, il y a une liste avant le début du récit!) on entre dans ce récit pour ne pas en sortir indemne. Comme Raskolnikov,, le héros (ou anti-héros), le lecteur parcourt les rues de Saint Saint-Pétersbourg. Je n'ai pas pu m'empêcher de m'attacher à Raskolnikov, qui, si ses ambitions sont surprenantes, n'en reste pas moins humain. Après le double meurtre qu'il effectue, un long chemin vers la culpabilité l'attend. En effet, notre héros ne se sent pas coupable, il pense juste avoir accomplit son devoir. Mais ce roman n'est pas juste l'histoire de Raskolnikov. C'est aussi un roman qui décrit la société russe du XIXe siècle, ses horreurs et ses injustices. On ne reste pas de marbre face à tous ces personnages, face à toutes ces situations et surtout, on ne reste pas insensible face à une fin qui pourra paraître surprenante, ou non. En bref, une belle découverte. Une belle entrée dans la littérature russe qui me donne envie de poursuivre mes découvertes !

EmmaBovary
06/05/12
 

Je dirais que ce livre aura été un traumatisme pour moi.J'appréhendais beaucoup. La littérature russe m'a toujours effrayé, pour des raisons qui m'échappent un peu, des clichés, des on-dit. Et puis c'est un beau pavé.Les deux premiers chapitres avaient quelque peu confirmé mes appréhensions. J'ai eu un peu de mal à rentrer dedans, mais... si peu.Parce qu'après... ce fut la claque, permanente.Le réalisme est simplement époustouflant. On est en Russie, à Saint-Pétersbourg, dans la vie d'un miséreux qui ne se sent pas à sa place. http://marcanciel.over-blog.fr

marcanciel
09/09/11
 

Format

  • Hauteur : 17.80 cm
  • Largeur : 11.00 cm
  • Poids : 0.33 kg
  • Langage original : RUSSE
  • Traducteur : ELISABETH GUERTIK

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition