Crossing the williamsburgh bridge

SHOLBY/

livre crossing the williamsburgh bridge
EDITEUR : PASCAL GALODE
DATE DE PARUTION : 05/03/09
LES NOTES :

à partir de
18,50 €

SYNOPSIS :

Alors que rien ne va plus dans sa vie, un homme seul avec un bébé décide de tenter sa chance aux USA. Il rêve d'une vie meilleure et désire voir si, comme il croit depuis sa plus tendre enfance, l'herbe est plus verte outre-Atlantique. Ce voyage, quasi initiatique, permet à Sholby de porter un regard doux-amer sur le monde, la société
américaine et la notre par reflet. Le rêve américain démythifié, jamais caricaturé, au service d'un univers singulier où la solitude et le désenchantement rivalisent avec l'humour et la poésie. Un métissage improbable entre le romantisme de Chateaubriand et la force d'un Raymond Carver au plus haut de son talent.
1 personne en parle

Bien sûr, il pourrait commencer par le bête commencement et se présenter, expliquer sa situation et ce qui l'y a amené. Mais il choisit de le faire dans l'avant-dernier chapitre (nombreux et courts), et entre-temps tout a été dit entre les lignes.Il part, donc, aux États-Unis, avec sa petite fille, un bébé de six mois. Il est peintre, graphiste, prêt à faire un peu n'importe quoi dans ce domaine pour le pain et le beurre, comme il dit (mais en anglais, c'est un roman en deux langues, pratiquement) (tout est traduit si besoin est, mais besoin n'est pas, en général). Il est plutôt désenchanté, mais prêt à croire encore. Faut dire que quand on a un petit bout d'ange à ses côtés, ça aide à avancer. Il assure plutôt pas mal, au niveau de sa petite fille, d'ailleurs, et il y a plusieurs scènes marrantes, telle celle où il démarche les galeries d'art avec la poche kangourou et tout le matos pour la petite, plus son ordi pour montrer son travail.C'est ainsi qu'il rencontre Teresa, assistante dans une galerie. Rencontre amusante (il ne reconnaît pas une performance d'artiste) qui débouchera sur une amitié, qui entraînera une autre rencontre décisive et un grand chagrin...C'est un roman dans la pure veine de Philippe Djian première période, à s'y tromper. On peut y déceler également d'autres influences (Carver par exemple), le narrateur en égrenne d'ailleurs quelques unes, grand lecteur lui-même. C'est un roman doux et très attachant, un univers complet dans lequel on a grand plaisir à plonger.On a tout à fait l'impression de lire un récit, un témoignage, il y a un ton de grande proximité; c'est drôle (le français de Colin !), tendre, émouvant parfois. Beaucoup aimé ! Sylvie Sagnes

SagnesSy
06/07/12
 

Format

  • Hauteur : 21.10 cm
  • Largeur : 15.10 cm
  • Poids : 0.33 kg

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition