D'apres une histoire vraie

VIGAN, DELPHINE DE

EDITEUR : LGF
DATE DE PARUTION : 04/01/17
LES NOTES : Laissez une critique sur ce livre
à partir de
7,90 €
EXISTE EN
Ebook

SYNOPSIS :

« Encore aujourd'hui, il m'est difficile d'expliquer comment notre relation s'est développée si rapidement, et de quelle manière L. a pu, en l'espace de quelques mois, occuper une place dans ma vie. L. exerçait sur moi une véritable fascination. L. m'étonnait, m'amusait, m'intriguait. M'intimidait. (...) L. exerçait sur moi une douce emprise, intime et troublante, dont j'ignorais la cause et la portée. » D. de V.   Une autofiction prenant progressivement
des allures de thriller, explorant l'ambivalence entre la fidélité aux faits et l'invention, dans une atmosphère oppressante. Raphaëlle Leyris, Le Monde des livres.   Delphine de Vigan joue de la porosité des frontières qui séparent le réel et la fiction avec une conviction qui donne par instants le vertige. Nathalie Crom, Télérama.   Une oeuvre d'une puissance émotionnelle infinie. Christine Ferniot, Lire.   Prix Renaudot Prix Goncourt des lycéens
15 personnes en parlent
" D'après une histoire vraie" est un roman qui reflète avant tout la vie de l'auteure en particulier sur le travail de l'écriture. Après le succès de " Rien ne s'oppose à la nuit", Delphine de Vigan a l'angoise de la page blanche, elle n'écrit plus, ne tient d'ailleurs même pas un stylo et quant à son ordinateur, l'écran reste totalement éteint. " Le simple mot écrire dans une lettre ou un message suffisait à me nouer l'estomac. Ecrire, je ne pouvais plus. Ecrire c'était non. " C'est sûr qu'avec le succès de son dernier, difficile de captiver encore plus le lecteur. Fera-t-elle mieux, arrivera-t-elle à surmonter de nouveau la réussite? Trois années se sont écoulées et toujours aucune inspiration. Une rencontre va bouleverser la vie de l'auteure; une femme prénommée L. s'immisce petit à petit dans sa vie et parvient à occuper une place importante jusqu'à prendre l'identité de Delphine de Vigan. L'auteure voue une véritable admiration pour cette femme. Mais elle commence à se sentir de plus en plus angoissée que de coutume. Est-ce la présence de L. qui l'étouffe? " D'après une histoire vraie" est un roman vertigineux et bien mené; je me suis demandée est-ce vrai ou faux? Les pistes se brouillent au fil des pages. Delphine de Vigan préfère-t-elle au fond s'inspirer de la fiction ou de la réalité? A la lecture de ce livre, j'ai douté sur l'identité de L.; existe-t-elle réellement? Autant de questions subsistent. L'auteure attise la curiosité sur la réflexion suivante: qu'attend avant tout le lecteur dans un roman? Du vrai ou du faux? C'est un livre remarquablement construit en trois parties; Séduction, Dépression et Trahison. A travers ces parties, j'ai suivi la longue et périlleuse descente de la vie de Delphine de Vigan. L'ambiance est intrigante et " D'après une histoire vraie" est un thriller psychologique bien ficelé. L'auteure laisse planer le doute jusqu'à la dernière page. " L'écriture doit être une recherche de vérité, sinon elle n'est rien. Si à travers l'écriture tu ne cherches pas à te connaitre, à fouiller ce qui t'habite, ce qui te constitue, à rouvrir tes blessures, à gratter, creuser avec les mains, si tu ne mets en question ta personne, ton origine, ton milieu, cela n'a pas de sens. " Ce roman est un véritable coup de cœur pour moi, il se lit d'une traite quant à savoir si c'est réel ou fictif, qu'importe c'est prenant et addictif! " Nous sommes tous des voyeurs, je vous l'accorde, mais au fond, ce qui nous intéresse, nous fascine, ce n'est peut-être pas tant la réalité que la manière dont elle transformée par ceux qui essayent de nous la montrer ou nous la raconter. C'est le filtre posé sur l'objectif. En tout cas, que le roman soit certifié réel ou non ne le rend pas meilleur."
delphlabibliovore

D'après une histoire vraie Delphine (auteure du roman, personnage de fiction, double littéraire) ne parvient plus à écrire depuis l'énorme succès de son dernier roman sur sa mère. Ce n'est pas la peur de la page blanche qui pétrifie l'auteure mais la peur d'écrire, la crainte d'assembler des mots que ce soit pour rédiger un simple mail ou que ce soit pour créer un roman. Dans ce marasme, Delphine rencontre L. lors d'une rare soirée où elle se rend encore pour tromper l'ennui. L. est une femme à la fois discrète et brillante. Delphine et L. se reconnaissent et se tissent alors des liens d'amitié. Mais celle ci devient vite oppressante et L., envahissante.D'après une histoire vraie est un roman ambitieux, dense, aux frontières floues entre l'autofiction, l'exofiction et la roman à suspense. Un mélange des genres réussi d'autant plus essentiel qu'il aborde en filigrane la création littéraire, l'auteur et ses doubles et le pacte de lecture avec son lecteur. Etes-vous prêts à remettre en question vos certitudes?

Le sujet du fan qui assaille un auteur devient un sujet récurrent,et a été déjà traîté récemment, « L'amour et les forêts » de E.Reinhardt, et encore plus près, « L'écrivain national » de S . Joncour.Ici, dans ce roman , après un énorme succés autobiographique, l'auteur(héroïne du roman) n'est pas rassuré, mais au contraire déstabilisé, et cette Delphine, puisqu'il s'agit de l'écrivain, épuisée, se laisse prendre dans les filets d'une jeune femme « L » rencontrée par hasard dans une soirée chez des amis communs.Au début de cette rencontre, Delphine qui , vidée, ne peut plus écrire, est grisée par les marques d'attention de L, ses enfants vont bientôt quitter le nid, la vie qu'elle a organisée autour d'elle et de son amour « François »(il doit avoir de larges épaules, il ne reçois pas un amour de tout repos) la prédispose à mener presqu'une double vie.Elle a envie d'écrire un texte tournant autour de la téléréalité, mais L ,'en décourage, et la pousse vers la veine autobiographique.A partir de là s'installe vraiment le sujet du livre : pour Delphine »la vérité n'existe pas(...),toute écriture de soi est un roman. » J'ai vraiment aimé ce texte, drôlement bien construit et passionnant, par moment aussi prenant qu'un trhiller.C'est une réflexion permanente sur l'écriture, sur l'authenticité, sur l'opposition vérité et sincérité.Delphine de Vigan de ce fait donne des détails sur sa vie privée(Adresse, etc) avec tellement de simplicité qu'on y croie, elle met « ses tripes sur la table » comme on dit vulgairement, et puis soudain , on se dit « mais non, c'est un roman ! » et puis quelques instants après : Et si c'était vrai !La schizophrénie rôde autour de l'auteur et des lecteurs après ce livre aux tels degrés de lecture. Chapeau l'artiste !

Salina
18/11/15
 

Une jolie écriture pour une histoire passionnante; personnellement je me suis laissée entraîner: des indices sont éparpillés laissant bien entendre que cela ne sera pas un long fleuve tranquille mais je n'imaginais pas à quel point L. pourrait jouer les caméléons. En tous cas, je me demande si c'est une bonne idée de mettre ma bibliothèque sur Libfly: ce qui arrive à Delphine me trouble...et déjà qu'une libflyeuse avait consulté mes goûts avant notre rencontre...alors méfiance! berthe

afbf
07/10/15
 

D'après une histoire vraie est donc le récit de l'après Rien ne s'oppose à la nuit, du sentiment d'incapacité ressenti par son auteur depuis l'immense succès de ce roman si personnel, du vide qu'il a laissé et de la manière dont L. va profiter de cette fébrilité. Alors qu'au moment où débute le roman Delphine est libérée de l'emprise de cette dernière, la narratrice décide de revenir sur les circonstances qui ont favorisé cette dépendance et de dévoiler minutieusement toutes les étapes qui ont permis à cette femme de s'imposer à elle.L. est une femme énergique, secrète, pleine de ressources et au tempérament fort. Elle gagne sa vie en tant que ghost writer et connaît donc bien le monde de l'édition et les problèmes liés à l'écriture. Elle approche Delphine lors d'une soirée et va, à partir de ce moment, multiplier les occasions de la rencontrer et de lui venir en aide. Comme cette dernière nous assistons impuissants à cette vampirisation. De simple connaissance, L. va devenir une amie, une confidente, une doublure, une béquille (littéralement et symboliquement)! Au fil du temps Delphine laisse à celle qu'elle considère comme une amie une place de plus en plus prépondérante dans sa vie personnelle et professionnelle au détriment même de ses proches qui ignorent ce qui se passe. Cette domination se fera autant sur la personne de Delphine -de plus et plus isolée et dépendante- que sur ses biens personnels. L. va notamment s'approprier son agenda, son téléphone, son ordinateur, certains de ses écrits (dont une préface), ses vêtements, son appartement et même la maison de campagne de son ami. Delphine ira même jusqu'à lui confier le soin d'endosser son identité afin d'assurer "sa" présence lors d'un débat avec des lycéens. Le seul point d'achoppement durable entre elles deux est leur conception divergente sur ce que doit être le prochain livre de Delphine. Si la romancière souhaite composer une oeuvre purement fictive, L. a des convictions inébranlables sur ce que doit écrire Delphine et sur ce que ses lecteurs attendent d'elle: ils attendent du VRAI et non du vraisemblable: "Tu n’as pas besoin d’inventer quoi que ce soit. Ta vie, ta personne, ton regard sur le monde doivent être ton seul matériau. L’intrigue est un piège, un traquenard, tu crois sans doute qu’elle t’offre un abri, ou un pilier, mais c’est faux.". C'est à cause de cette ferveur -voire cette fureur- avec laquelle L. tente de convaincre Delphine que cette dernière va commencer à douter de sa "bienveillance".Avec ce roman, l'auteur fait preuve de beaucoup de malice (un choix de sujet ingénieux) et de savoir faire (une narration d'une belle efficacité, à l'exception d'une partie du dernier chapitre). Emerance (lili M)

emerance
03/02/16
 

J’aime lire les oeuvres de fiction de cette auteure, ses deux précédentes (auto)-biographies m’ayant déçues.C’est donc avec plaisir que j’ai retrouvé sa plume efficace, qui maîtrise les codes du genre suspens. Cela se sent, mais qu’à cela ne tienne, le propos de l’écrivain est ailleurs.Celle-ci interroge les effets de réels dans la narration, pour finir par aborder les « effets de fiction » dans cette même narration.Mais peu importe que ce soit vrai ou faux, ce qui compte, c’est l’histoire et ce que l’auteure nous dit de la vie, de la société qui nous entoure. Peu importe l’écrivain, seul son texte compte, que la narratrice redécouvre elle-même avec le recul et un point de vue différent.J’ai aimé le personnage de L. qui, grâce à ses techniques, est capable de produire n’importe quelle sorte de textes crédibles.L’image que je retiendrai :Celle du personnage principal descendant dans la cave de sa maison de campagne : le lecteur s’attend à ce qu’on l’enferme dedans….Une citation :« (…) de certains mots, de certains regards, on ne guérit pas. Malgré le temps passé, malgré la douceur d’autres mots et d’autres regards. » (p.317) Alex-Mot-à-Motshttp://alexmotamots.wordpress.com

AlexMotaMots
28/01/16
 

Après le succès de son dernier roman, Delphine est très demandée, dans les librairies, les émissions, les salons... Mais elle se questionne sur l'avenir sera-t-elle encore capable d'écrire et écrire quoi une fiction, sa vie ? Elle en est là lorsqu'elle croise, lors d'une soirée, la route de L. qui devient une amie, une épaule solide sur qui Delphine peut compter, L. va petit à petit entrer dans sa vie jusqu'à vivre dans son appartement, et même s'occuper de ses papiers, ses mails....Delphine de Vigan nous livre ici un roman machiavélique dans lequel on sent monter un malaise diffus, petit à petit de manière insidieuse. Le rythme du roman, lent au début, tend à s'accélérer jusqu'à devenir une course effrénée avec une fin à couper le souffle.Bravo, une sacrée réussite ! J'ai adoré

saomalgar
13/01/16
 

Lu dans le cadre de mon cours de littérature contemporaine, ce roman fut une excellente surprise pour moi qui lit très peu de contemporain et surtout de romans de la rentrée littéraire.La plume de l'auteure est envoûtante, addictive et frissonnante.Sur fond de thriller psychologique, nous sommes amenés à nous interroger sur l'importance que nous lecteurs accordons à la part de réel, de véracité dans les romans.Une excellente lecture coup de cœur pour ma part car j'ai adoré avoir toujours cette interrogation sur la part de réel que l'auteur nous racontait. On en viens vraiment à se demander qui parle : Delphine l'auteure ou Delphine la narratrice. Mon blog : unpleindemotions.blogspot.fr

TatianaBooks
10/01/16
 

Après le succès de son dernier roman, Delphine a du mal à trouver l'inspiration. Au même moment, elle rencontre L., une femme qui prendra une place considérable dans sa vie, pendant une période difficile. L. va se rendre indispensable, délivrant de précieux conseils, étant toujours là quand il faut. Mais qui est-elle vraiment ?Delphine de Vigan est l'une de mes auteurs préférés, j'avais donc hâte de découvrir son nouveau roman. C'est vrai que depuis "Rien ne s'oppose à la nuit", on l'attendait avec impatience. Mais après avoir lu celui-ci, on peut comprendre pourquoi. Encore faut-il que ce soit vrai... Et oui, car ce roman parle du vrai, du réel. C'est une question récurrente du livre : Quelle est la part de réel dans une fiction ? D'ailleurs, je me suis posée la question de la part autobiographique dans les romans de Delphine de Vigan. Je pense qu'elle y met toujours un peu d'elle, encore plus depuis "Rien ne s'oppose à la nuit". Avec ce livre, on plonge totalement dans la vie de Delphine, écrivain, qui traverse une période difficile, celle de la page blanche. L'arrivée de L. dans sa vie, a pu l'aider d'un certain côté, mais de l'autre, ce fut une véritable descente aux enfers.J'ai adoré l'atmosphère tendue du livre concernant le personnage mystérieux de L. Qui est-elle vraiment ? Quel est son but ?La narratrice s'applique à retranscrire le plus fidèlement possible des souvenirs et les échanges qu'elles ont pu avoir.J'ai aimé rentré dans l'intimité de Delphine, même si je me doute que la question de ce qui est vrai ou non, perdure longtemps, même après la fin de la lecture.De plus, ce livre vient d'avoir le prix Renaudot et je trouve que cela est très mérité !Bref, encore une fois, Delphine de Vigan nous livre un excellent roman très travaillé. ça valait le coup d'attendre quelques années ! ;)

lizou59
14/12/15
 

Ouvrir "D’après une histoire vraie", le dernier roman de Delphine DE VIGAN, nous condamne à ne le refermer qu’après avoir lu le dernier mot.Cet ouvrage nous entraîne dans la vie, tourmentée, de Delphine, auteur connu et reconnu mais en panne d’inspiration, incapable qu’elle est de se remettre de son précédent roman, intimiste, s’il en est. C’est à ce moment précis qu’entre dans sa vie une jeune femme…L. qui semble vouloir s’emparer de sa personnalité. Pourtant, une amitié se fait jour, ambiguë et pour le moins perverse. Il y a un peu du film de Mélanie Laurent "Respire" dans cet écrit…Le personnage principal s’appelle Delphine, donc. Mère de deux enfants, elle a un compagnon…François, journaliste…beaucoup de similitudes troublantes avec l’auteur. Alors, roman, autobiographie, fiction, autofiction ? Est-ce important de le savoir ?Quel qu’en soit le genre, Delphine de VIGAN signe ici un magnifique texte aux allures de thriller psychologique qui s’aventure aux confins du réel et de la fiction. Son écriture, simple et fluide, élégante et imagée - "… le corps de L. en équilibre sur un tabouret de bar, c’était une chorégraphie immobile qui se passait de musique et convoquait les regards." - reste le fil conducteur d’une histoire de manipulation qui nous tient en haleine du début à la fin.J’ai beaucoup aimé cette ambiance, sur le fil, toujours à la frontière de l’horreur, l’étude minutieuse du caractère des personnages en présence, ce talent qu’à l’auteur de nous obliger à des questions sur la vérité. J’ai aimé aussi cette facilité à parler d’elle et de ses proches – à moins que ce ne soit des autres – sans fausse pudeur, de manière touchante et émouvante. J’ai aimé cet ouvrage, tout simplement. Que dis-je, je l’ai adoré. Véritable "page- turner" lu à la vitesse de l’éclair, il reste gravé en moi et pour longtemps, je pense. MaminouG

MaminouG
09/11/15
 

Réalité ou fiction ? Trois parties pour ce roman qui semble être l'histoire de D. De Vigan suite à son dernier roman très personnel mais sans en être sûr.Trois parties qui permettent de bien comprendre les mécanismes de la dépression mais aussi ceux de l'emprise d'un être sur un autre.L'écriture de D. De Vigan est terriblement efficace car tel un thriller, on ne lâche plus le livre pour savoir ce qu'il advient du personnage principal.

beraud@archimed.fr
04/11/15
 

Delphine, la narratrice, est romancière. Après l’immense succès critique et public de son dernier roman largement autobiographique et consacré à sa mère, elle ne parvient plus à écrire. Delphine est en plein désarroi, lasse, vulnérable, et qui plus est tourmentée par des lettres anonymes l’accusant d’avoir, dans son dernier livre, livré sa famille en pâture au public. Lors d’une soirée, Delphine fait la connaissance de L., une jeune femme de son âge, charmeuse et charmante. Elles sympathisent, se revoient, se découvrent des affinités électives. Delphine s’attache à L., se confie, s’abandonne. Et, insidieusement, L. va exercer « une douce emprise, intime et troublante », devenir à la fois indispensable et envahissante… Elle séduit Delphine, puis la vampirise.Récit sous forme autobiographique dans lequel Delphine de Vigan se met en scène dans une troublante mise en abyme, D’après une histoire vraie entremêle intimement la vérité et le mensonge, les souvenirs personnels et les inventions romanesques, l’imaginaire et le réel. Et bien vite on ne sait plus distinguer le vrai du faux ; la fiction rattrape le réel ou peut-être l’inverse, ils s’entremêlent au point de se confondre. Ainsi, le thriller psychologique, l’histoire trouble et angoissante d’une emprise et d’une manipulation, se double d’une réflexion passionnante sur la place de la fiction et de la réalité, du « vrai », dans une œuvre littéraire. Quand L. se place sur le terrain de l’authenticité (« Seule la littérature permet d’accéder à la vérité. [….] il n’y a d’écriture que l’écriture de soi ») Delphine rétorque que « toute écriture de soi est un roman. Le récit est une illusion. Il n’existe pas ». Ce questionnement sur l’avenir de la forme romanesque, son rapport à la narration, à l’imagination, au réel, qui sous-tend le récit, et certes passionnant mais devient vite redondant. Les deux protagonistes reviennent inlassablement sur cette question sans y apporter de nouveaux arguments, sans donc faire avancer la réflexion.Quant à la question de l’emprise, l’autre thème majeur du récit, son traitement manque de force et de profondeur, dilué dans un roman un peu trop long. Si le début (dans lequel les indices d’un dysfonctionnement originel dans cette relation amicale sont distillés avec habileté) est prometteur et la fin inattendue (avec un revirement, qui, une fois de plus, interroge la relation entre réalité et fiction), le cœur du roman aurait gagné à être resserré.D’après une histoire vraie est un roman habile et astucieux, mais pas totalement convaincant.

Kara
04/11/15
 

D’après une histoire vraie est un roman qui jongle entre la fiction et l’autobiographie dans une atmosphère anxiogène et malsaine. Il vous laisse tout du long avec une sensation d’oppression et une série de doutes sur tout et surtout sur la véracité de tout ça.L. s’enfonce dans sa vie personnelle (sans jamais s’imposer dans sa vie de famille et de couple) devient de plus en plus concerner par la vie de Delphine au point d’en arriver doucement à la diriger.Cette amitié devient évidement dangereuse et le mot fatal prend doucement place dans cette relation, spirale infernale qui fait monter la tension crescendo.Déstabilisant…et tellement prenant ! D’après une histoire vraie m’a captivée. Le doute et les interrogations sont omniprésents (à bien des niveaux). L’auteure nous entraîne avec panache dans cette histoire aux allures de récit de Stephen King (il faut dire que les citations empruntées à Misery et à La part des ténèbres nous mettent aussi sur la voie). Il y a un côté terrifiant dans cette descente aux enfers, dont il semble presque impossible de se sortir, qui m’a empêchée de reposer le livre............ Stéphanie Plaisir de Lire

Ma chronique:http://www.leslecturesdelily.com/2015/10/dapres-une-histoire-vraie-ecrit-par.htmlExtrait de mon avis:Je suis agréablement surprise par cette auteure et par son roman. J'ai entendu des tas de choses sur ses précédents livres, des ressentis positifs, enthousiastes et d'autres qui étaient plus sur la réserve. Cela m'a dissuadée de me lancer dans la lecture des romans de Delphine du Vigan, du moins jusqu'à aujourd'hui puisque avec la sortie de D'après une histoire vraie, j'ai eu envie de passer au-dessus de mes a priori et de découvrir la plume de cette auteure. Je suis plutôt contente puisque j'ai, dès les premières lignes, su que j'allais aimer ce récit et au final, je me suis régalée !L'histoire commence au salon du livre de Paris, un lieu que je connais pour y avoir été ces deux dernières années. Imaginer cet endroit rempli d'auteurs, la moquette, le bruit et les longues files d'attente a été facile pour moi, du coup, je suis de suite rentrée dans l'histoire.L'ensemble de ce texte est exclusivement centré sur Delphine du Vigan, sur ses états d'âme, ses tourments, ses doutes, son mal-être... D'ailleurs, c'est écrit à la première personne du singulier ce qui rend ce récit très intime. Elle parle de François Busnel, son compagnon, elle évoque quelques malaises avec sa famille, quelques mots sur sa maman, ses enfants, ses amis... On rentre totalement dans la vie de l'auteure et ses nombreuses descriptions rendent l'ensemble très vivant.[...]Pour lire l'intégralité de mes ressentis, rendez-vous sur mon blog leslecturesdelily.com http://leslecturesdelily.com

LeslecturesdeLily
30/10/15
 

En couverture ,des photos d'une jeune fille qui pourrait être l'auteure. Le titre. De multiples références à la vie privée/publique de Delphine de Vigan (son précédent roman basé sur l'histoire de sa mère, son médiatique compagnon, François Busnel), autant de références qui semblent accréditer l'idée de réalité. Et on entre de plain-pied dans l'histoire de cette narratrice(Delphine) qui ne parvient littéralement plus à écrire une ligne (pas même pour une liste de courses), qui va tomber sous l'emprise d’une femme , "plume" pour des people en mal de confidences.Roman d'une amitié toxique, mais aussi roman qui interroge la soif d’histoires "vraies" de notre époque, le texte de Delphine de Vigan m'a bluffée dans sa première partie. J'ai été moins enthousiaste pour la fin, moins convaincante, même si placée sous les auspices d'un maître du genre, Stephen King. Il n'en reste pas moins que j'ai dévoré ce livre, même si j'ai beaucoup tardé à le chroniquer ! cathulu

cathulu
26/10/15
 

Format

  • Hauteur : 17.80 cm
  • Largeur : 11.00 cm
  • Poids : 0.20 kg

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition