Dans le cafe de la jeunesse perdue

MODIANO, PATRICK

EDITEUR : GALLIMARD
DATE DE PARUTION : 04/10/07
LES NOTES :

à partir de
6,49 €
EXISTE EN
Ebook

SYNOPSIS :

« Encore aujourd'hui, il m'arrive d'entendre, le soir, une voix qui m'appelle par mon prénom, dans la rue. Une voix rauque. Elle traîne un peu sur les syllabes et je la reconnais tout de suite : la voix de Louki. Je me retourne, mais il n'y a personne. Pas seulement
le soir, mais au creux de ces après-midi d'été où vous ne savez plus très bien en quelle année vous êtes. Tout va recommencer comme avant. Les mêmes jours, les mêmes nuits, les mêmes lieux, les mêmes rencontres. L'Éternel Retour. » Patrick Modiano.
4 personnes en parlent

E sa lecture, je retiens un sentiment de nostalgie qui me semble, après lecture d'articles divers sur Patrick Modiano, récurrent dans son oeuvre. C'ets la nostalgie d'un Paris bohême où les jeunes adultes vivaient dans des chambres d'hôtel dans des "zones neutres", recherchaient un sens à leur vie, fumaient et buvaient dans des cafés de la Rive Gauche, se croisaient, s'observaient, sans vraiment se connaître.Une fois refermé ce roman, je ne savais pas vraiment si je l'avais aimé ou non. Je l'ai lu rapidement, parce qu'il se lit facilement, parce que j'avais envie de connaître le destin de Louki, parce que j'ai aimé ces quatre visions croisées. Mais en même temps, Modiano ne m'a pas transporté, je n'ai pas ressenti ce besoin irrésistible de transporter son oeuvre dans mon sac à main, de filer à la librairie faire l'acquisition d'un autre de ses ouvrages... Peut-être parce que pour moi aussi, Modiano est à classer dans la catégorie de la jeunesse perdue... Miss Alfie, croqueuse de livres

MissAlfie
22/02/11
 

C’est la première fois que je me plonge dans un Modiano et cette lecture a été plutôt agréable. L’auteur nous entraîne dans le Paris où il a grandit : celui des années 50/60 et j’ai eu plaisir à suivre ses déambulations dans les rues de la capitale. D’ailleurs, je pense qu’il peut être très utile de connaître un minimum Paris pour apprécier ces flâneries.Et puis Modiano installe une ambiance bien particulière : celle du Condé, ce bar où chacun peut s’inventer la vie qu’il souhaite. C’est le cas de cette Louki, jeune femme au passé difficile et énigmatique dont on découvre l’histoire au fil des pages. On retrouve aussi tout au long du roman des allusions à des poètes ou écrivains, notamment à Nietzsche et son concept de “L’éternel retour”.Un livre rempli de nostalgie, qui ne me laissera pas un souvenir impérissable mais qui reste un bon moment de lecture.Article complet sur Art souilleurs.

Artsouilleurs
13/01/10
 

Voici un roman nostalgique à plusieurs voix sur Louki.Qui est-elle ? Que faisait-elle au Condé ? Quel est son vrai prénom ? Quelle a été sa vie, juste avant le drame ?De Louki, nous n'apprendrons pas grand chose. Mais ce n'est pas le plus important. L'auteur nous emmène Place Blanche et sur les contreforts de Montmartre, sa géographie secrète.J'ai aimé, l'espace d'une après-midi, me laisser porter par la plume de l'auteur nobélisé (excusez du peu), et me promener dans les cafés de Paris.L'image que je retiendrai :Celle de l'adolescente Louki se promenant seule le soir pendant que sa mère travaille. Alex-Mot-à-Motshttp://motamots.canalblog.com

AlexMotaMots
21/01/15
 

Un très bon moment que cette lecture : un récit à quatre voix, plein de mystères, de personnages hors du commun, une époque comme il n'en reviendra certainement plus, une quête du bonheur à tout prix... et le lecteur qui] se sent un peu frustré de ne pas en savoir plus, d'autant que l'écriture est aisée, que le charme opère, que le roman emporte avec lui son lecteur. laurence

laurence
20/02/12
 

Format

  • Hauteur : 20.50 cm
  • Largeur : 14.00 cm
  • Poids : 0.21 kg

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition