Dans les rapides

KERANGAL, MAYLIS DE

livre dans les rapides
EDITEUR : NAIVE
DATE DE PARUTION : 31/12/06
LES NOTES :

à partir de
12,20 €

SYNOPSIS :

Le Havre, 1978. Elles sont trois amies : Lise, Nina et Marie, la narratrice. Lycée, garçons, aviron, la vie quotidienne. Un dimanche de pluie, elles font du stop, et dans la R16 surgit la voix de Debbie Harry, chanteuse de Blondie. Debbie, blonde, joueuse, sexy,
Debbie qui s'impose aux garçons de son groupe, Debbie qui va devenir leur modèle. Jusqu'au jour où Nina découvre l'amour et la voix cristalline de Kate Bush qui, d'un coup de pied romantique et pop, vient fissurer le trio jusqu'ici soudé comme un roc.
4 personnes en parlent

Pourquoi ce livre ?Quand l’éditeur me l’a proposé, j’ai tout de suite dit oui car Blondie est un groupe que j’apprécie énormément. L’idée d’un roman d’apprentissage basé sur la musique et la découverte d’un style ou d’un artiste particulier m’a énormément charmé. Malheureusement, ce n’est pas une lecture que je garderai en mémoire.Du point de vue de l’histoireCette dernière ne m’a pas énormément parlé. L’intrigue se déroule dans les années 70, une période que je n’ai pas connu car je suis née au début des années 90. Les considérations de ce groupe d’adolescentes ne sont pas les mêmes que celles de mon époque. J’ai peut-être été moins touchée par cette histoire. Il y avait une certaine distanciation qui ne m’a pas permis de pleinement entrer dans l’histoire, de me sentir proche d’elles.Pour les nostalgiques des années 70, je pense qu’ils pourront largement y trouver leur compte. Pour ma part, j’avoue que je suis restée bien en dehors de ce roman. Dans les rapides est un ouvrage sur une génération en particulier. Il faut l’avoir vécu ou bien être passionné par les années 70 pour apprécier ce roman. En effet, il y a de nombreuses références que je n’ai pas forcément saisi ou compris.Le style de l’auteurC’est la deuxième raison pour laquelle Dans les rapides fut une déception. Je n’ai pas du tout accroché avec la manière d’écrire de Maylis de Kerangal. J’avais pu lire, notamment concernant son premier roman, Naissance d’un pont, qu’elle avait un style très poétique. A mon avis, il est plutôt alambiqué plutôt que plein de poésie. L’auteur partait parfois trop loin et elle m’a souvent perdu. En effet, je n’ai pas toujours compris l’image qu’elle essayait de développer. Je suis restée un peu sceptique devant ce roman où pas grand-chose m’a réellement plu.Il y a quelques passages qui m’ont plu mais il y a eu un certain nombre de choses qui m’ont plu et ils font surtout référence à Blondie, à son emblématique chanteuse et à leur musique. Cependant, c’est bien le seul aspect qui m’a plu car tout le reste, finalement, m’a légèrement déçu.ConclusionJ’attendais beaucoup de ce roman mais il y a eu un certain nombre de choses qui m’ont énormément déplu. Ce ne fut pas un ouvrage pour moi. Aimer le groupe Blondie n’est pas suffisant pour pouvoir l’apprécier à sa juste valeur.

Avalon
15/08/14
 

Fin des années 70, Nina, Lise et Marie sont trois jeunes filles inséparables. Lors d'un séjour en stop, elles découvrent et écoutent le groupe Blondie. Du rock avec au centre une nana : Debbie. De quoi les bouleverser et faire de Debbie leur modèle. L'occasion de découvrir l'auteure Maylis de Kerangal m'a été donné avec ce petit titre d'à peine 117 pages, édité chez Folio. Ce livre nous plonge complètement dans l'univers du rock en accompagnant Nina, Lise et Marie dans la découverte du groupe Blondie. Impossible alors de ne pas avoir une ou deux chansons du groupe dans la tête, comme "One way or Another" ou encore "Heart of glass". Il faut dire que l'auteure nous parle tellement bien de musique, de l'ambiance qui s'en dégage, que le lecteur a forcément l'impression d'entendre la musique, le rythme et les paroles. Et je dois dire qu'en écrivant cette chronique, je ne peux m'empêcher d'en écouter quelques unes. Les filles s'attardent sur la pochette de l'album "Parallel Lines". Je n'ai pas pu m'empêcher d'aller y jeter un coup d'oeil. C'est le petit plus de ce livre : pousser le lecteur a écouter les chansons, à rechercher des infos sur le groupe ou d'aller voir leurs pochettes d'album. En s'intéressant à ce genre de musique, les filles vont pouvoir se rapprocher des garçons. C'est ainsi que Pierre leur parle de l'album "Plastic Letters" ou encore de draguer les mecs lors de soirée. On assiste alors clairement à l'époque des premières fêtes, des flirts, des rencontres et d'une seule envie : faire la fête et se sentir libre. Libre d'aller en Amérique et de découvrir d'autres groupes de musique. Bref, voici un court roman qui rend un bel hommage à la musique et plus particulièrement à la période du rock et bien sûr du groupe Blondie.

lizou59
30/07/14
 

Imaginez la ville du Havre au cours de l'année 1978. Pluie, monotonie et ennui rythment la vie du trio de filles composé par Nina, Lise et Marie, la narratrice. Elles ont quinze ans et des rêves rock n'roll plein la tête. Sauf qu'elles n'auraient jamais imaginé avoir LA révélation : prises en stop, elles découvrent, à travers les notes diffusées par l'autoradio, la chanteuse Blondie. Toutes tombent littéralement sous le charme de la chanteuse décolorée, charismatique de la féminité affichée et provocante, une fille sensuellement rock. Mais un jour, Nina passe aux filles un 33 tours de Kate Bush et commence à dénigrer les chansons "trash" de Blondie. L'amitié du trio est alors en péril...La narration est rythmée comme un bon tube rock, on traverse l'univers de ces ados comme défilent les images d'un vidéoclip, on retrouve au travers de ces demoiselles des thèmes récurrents : évidemment, avoir quinze ans et ne parler ni de fringues, ni de musique, ni de mecs...est-ce vraiment possible ???

SophieC
09/03/10
 

Elles sont trois copines, Lise, Marie et Nina, elles ont 15 ans et grandissent au Havre. Elles se sont connues en cours d'aviron. Elles laissent filer les jours comme l'eau qu'elles brassent dans le froid tous les mercredis après-midis.Nous sommes en 1978.Un Dimanche pluvieux, elles sont prises en stop dans une R16 pistache et là c'est le choc : "déboule une voix de fille, une voix de fille qui sonne comme une voix de fille justement, une voix qui chante vite, et fort, et vite et fort et vite". Blondie !Les trois filles vont courir acheter le disque, le passer en boucle en se pâmant sur cette voix, cette personnalité, ce culot de fille leader d'un groupe de mecs. C'est la rencontre du rock, du mot "rock" et ce qu'il implique. Comme Blondie, les filles aussi vont partir à New York et conquérir leur liberté !"Dans les rapides" est un roman qu'on lit les cheveux au vent, avec la nostalgie euphorisante de se baigner dans les beaux jours de la fin des 70s et à l'aube des 80s. C'est l'hymne de la jeunesse, d'une volonté de prendre l'instant présent à bras le corps, de croire en ses rêves et de suivre son étoile.C'est aussi la figure époustouflante de Debbie Harry, la blonde icône du groupe Blondie, une image glamour et une présence étincelante. Blondie fascine, elle ouvre une porte à ces trois adolescentes vers une vie rock. "Ce n'est pas gravé sur les disques, ce n'est pas imprimé dans les livres. Une épithète consubstantielle, un attribut physique comme être blonde, nerveux, hypocondriaque, debout. Rock rock rock. Le mot est gros comme un poing et rond comme un caillou. (...) Etre rock. Etre ce qu'on veut."Et puis viendra "la petite voix, le filet d'or, le bijou du pendentif sur la gorge du rossignol", Kate Bush et l'album "the kick inside". Nina se détache, amoureuse et conquise par cet autre aspect de la "féminitude", plus romantique, plus douce. Avec son style syncopé, son écriture débraillée et sa gouaille de rockeuse, Maylis de Kerangal file le vent en poupe à son histoire qui commence presque par "il était une fois" et qui clame en musique la passion d'une époque, d'une griffe et d'un genre révolutionnaire. C'est tout l'esprit d'une jeunesse en province, déchantée et exubérante, qui nous rappelle de beaux moments et quand on finit le livre, on se dit "déjà !?" avec dépit, mais réconfortée d'avoir passé quelques heures lumineuses, et inoubliables !

Clarabel
20/02/09
 

Format

  • Hauteur : 18.50 cm
  • Largeur : 14.50 cm
  • Poids : 0.16 kg

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition