Dans les veines ce fleuve d'argent

FRANCESCHINI, DARIO

livre dans les veines ce fleuve d'argent
EDITEUR : GALLIMARD
DATE DE PARUTION : 02/05/08
LES NOTES :

à partir de
13,50 €

SYNOPSIS :

A l'heure où sa vie approche de son automne, Primo Bottardi décide de revenir sur les lieux de sa jeunesse et de retrouver un ami qui lui avait posé quarante ans plus tôt une question à laquelle il n'avait pas su répondre. Son périple le ramène au bord du Pô, parmi les pêcheurs d'esturgeons, dans une atmosphère de brume et d'eau qui change la plaine en un mirage infini. La présence immémoriale du fleuve imprègne les faits et gestes des hommes. Elle nourrit leur vie, s'insinue dans
leurs rêves et les saisit parfois de crainte ou d'effroi, jusqu'à la tragédie finale qui confère au récit les accents définitifs du mythe. On a pu parler à propos de ce roman de " réalisme magique". La lenteur du voyage, le pittoresque des personnages, la douceur des rencontres et le sortilège de maints épisodes contrastent avec la silencieuse et obscure pression du destin que l'on sent peser sourdement et qui révélera enfin son visage dans une scène inoubliable et foudroyante.
4 personnes en parlent

Au coeur de ce roman , il y a d’abord le Pô qui irrigue ces pages, personnage principal – on ne peux s’empêcher de penser à la « peau » en français -, ce fleuve redouté et qui fascine à la fois, menaçant de déborder et d’emporter les habitants.Il y a surtout les odeurs (celle des genêts que laisse une très belle jeune fille derrrière elle quand elle quitte la plage, celle du tabac froid du père et mille autres encore) et les sensations omniprésentes, le tout baigné dans une ambiance qui fait penser au réalisme magique sud-américain, la démesure et le baroque en moins (j’ai parfois pensé à « Pedro Paramo » de Juan Rulfo que l’on considère comme l’inventeur du réalisme magique).La suite sur le blog : http://lepandemoniumlitteraire.blogspot.com/2010/12/dans-les-veines-ce-fleuve-argent-de.html

Marianne33
25/12/10
 

Le lent voyage de Primo est teinté de mélancolie, comme si le vieil homme observait le monde pour mieux l’imprégner sur sa rétine, pour n’en perdre aucun détail et s’en souvenir ainsi avec acuité. Il rencontre des personnages atypiques, venus tout droit de son passé comme le magicien Ariodante, il se souvient de rencontres lointaines ou écoutent les hommes et les femmes raconter leur histoire, bercés par le rythme lancinant et immuable du fleuve.Au fil des pages comme au bord du fleuve s’infiltre une magie parfaitement intégrée à la réalité, parce que l’homme ne peut pas tout expliquer et que la réalité peut prendre des atours mystérieux.Dans les veines ce fleuve d’argent est un texte magnifique qui nous emporte aux confins de l’existence… Lecturissime

Lecturissime
29/05/13
 

Afin de retrouver son ami d’enfance Civolani , Primo Bottardi décide de laisser son quotidien paisible et sa femme. Primo sait que le temps est venu pour lui de répondre à la question que Civolani lui avait posé quarante plus tôt. Une quête qui l’amène sur les pas de son enfance, de sa jeunesse et au bord du fleuve Pô.Ce bijou m’a été mis entre les mains par Julien, un de mes libraires. Il s’agit d’un livre dans lequel on se glisse, porté par la narration. A l’aube de la vieillesse, Primo Bottardi décide de retrouver un ami d’enfance Civolani. Il y a plus de quarante ans, Civolani lui avait posé une question à laquelle Primo n’avait pas su répondre. Primo se retrouve aux abords du fleuve Pô. Ce périple l’amène à rencontrer des personnes dont la vie est liée à celle du fleuve. Pêcheurs d’esturgeon, bateliers, lavandières, tous ont noué leur destin à celui du fleuve. Primo apprend que Civolani est devenu pêcheur d’esturgeon dans un village situé plus en amont du fleuve. Au fur et à mesure qu’il s’en rapproche, ses propres souvenirs refont surface. La quiétude prend possession de Primo. Il écoute chaque récit, chaque vie est liée au fleuve: drames, bonheurs, regrets. Eau nourricière ou mortelle, le fleuve montre sa puissance ou sa docilité. Les courants s’y cachent, la tempête le fait rugir. Elément indomptable où chacun puise un travail et où les contes naissent.L’histoire est magnifique, intemporelle. L’écriture est sublime, se fait source de toutes les émotions dégageant une poésie et une pudeur magnétiques.Un gros coup de cœur ! http://fibromaman.blogspot.com/

clarac
11/07/11
 

[...]Chacune de ces histoires est superbe, sans aucune exception. Une réelle émotion, un sens de la dramaturgie et de la mise en place extraordinaire, on ne peut qu’être surpris que ce roman n’ait pas plus fait parler de lui.[...]

Readingintherain
07/05/11
 

Format

  • Hauteur : 18.50 cm
  • Largeur : 11.80 cm
  • Poids : 0.15 kg
  • Langage original : ITALIEN
  • Traducteur : CHANTAL MOIROUD

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition